enfance

Ouadi hammamat deux representations de la deesse thoueris

La seule fête connue de Thouéris... ! En Égypte ancienne !

Guyt ej9

"Vivre"… "La vie"…

ww.aime-jeanclaude-free.com 

Logopdf

 

D'un aspect bien placide...

Voir même pratiquement rassurant...

Voilà en tout cas une netjeret hippopotame accoutumée aux foyers à travers les femmes mais également les enfants.

 

Souvenez-vous...

Elle se devait de surveiller la maternité des parturientes. A cela, il ne vous aura pas échappé, bien certainement, son ventre bien arrondi, sa poitrine alourdie et en en référence à cet enfantement.

Ce qui pourrait expliquer les expressions du type apotropaïques qui furent bien nombreuses. Je pense évidemment, mais vous l'aurez compris, aux amulettes de Thouéris que les femmes enceintes ne manquaient pas de porter, en guise de protection.

 

Nous avons dernièrement traité d'un sujet qui faisait allusion à des êtres mal aimés.

Paradoxalement peut-être, mais pas tant que cela finalement...

Les netjerout hippopotames furent nombreuses et adulées dans les foyers ! Nonobstant, le mâle quant à lui, fut associé au netjer Seth, à la manière d'un animal parfaitement maléfique.

 

La femelle fut vénérée...

Le mâle était parfaitement craint, quand cela ne fut pas davantage encore.

Les deux faces d'un même être, à la manière du jour et de la nuit, du plus et du moins, de l'harmonie et du chaos,...


103.JPG

Musée de Barcelone...

Source / Lien

 

jordi_clos--101-.JPG

Musée de Barcelone...

Source / Lien

 

Statuette d'Epoque Tardive, Turin, Museo Egizio

 

Statuette tardive...

   Turin, Museo Egizio.

 

Plan de l'article...

 

→ Thouéris...  

Le nœud magique "Sa"

→ Parlons un peu de ses couleurs, le vert et le rouge !

→ La seule fête connue de Thouéris... 

 

Thouéris...

 

Taouret, livre pour sortir au jour d'Ousrhhetmos, Musée Eg 

  Taouret...

"Livre pour Sortir au Jour" d'Ousrhhetmos...

 

Thouéris disposait tout de même de quelques traits d'humanité comme :

  • Ses mains,
  • Sa poitrine,
  • … Le reste de son corps fut celui d'un animal.

 

On la vit parfois ainsi avec une tête humaine qui coiffait une curieuse créature.

Thouéris fut alors vêtue d'une robe ample sous laquelle disparaissait son corps disgracieux.

La coiffe hathorique…

Les deux cornes enserrant le disque solaire,...

 

Il fut en revanche excessivement rare de la trouver représentée sous un aspect entièrement anthropomorphe !

 

La tête d'hippopotame...

Elle fut bien caractéristique de Thouéris. Il s'agit précisément de l'hippopotame femelle. Tolérée voire même vénérée comme nous venons de l'entrevoir, la femelle de ce mammifère nilotique se distinguait bien, dans l'esprit de nos anciens, vis-à-vis du mâle ravageur de cultures,..., qui était, lui, méprisé. 

 

La queue de crocodile...

Elle ornait de haut en bas cette netjeret comme vous pouvez le constater. Bicolore le plus souvent, elle semble même y prolonger cette sorte de perruque.

 

Quant aux mains...

Elles furent visiblement hybrides.

 

Le nœud magique "Sa"…

 

1 27

Temple of Hathor.

Dendera.

Source

1 2 1

 

Il fut à la fois :

  • Un emblème divin,
  • Ainsi qu’un hiéroglyphe.

 

Nous pourrions même penser qu'il fut parfaitement spécifique à cette étrange netjeret. Une constante, caractérise à bien des représentations : "le nœud magique Sa" sur lequel notre divinité Thouéris fut toujours appuyée !

Un hiéroglyphe signifiant "protection", ce qui visiblement lui seyait parfaitement.

TOERI.jpg

 

Parlons un peu des couleurs de notre netjer le vert et le rouge !

L'Harmonie du monde, anthropologie culturelle des couleurs et des sons en Afrique depuis l'Egypte ancienne, éd Menaibuc, 2000...

 

Pouvons-nous connaître davantage notre netjer si nous investiguons dans cette symbolique, celle qui se réfère au choix de sa couleur de prédilection ?

Je pense évidemment que oui !

Les couleurs furent bien remplies de significations en cette ère antique. Souvenez-vous de la cosmétologie égyptienne. Elle ne participait pas seulement au cadre d'une "simple parure", les couleurs des fards devaient posséder quelques valeurs évidemment esthétique, mais sans aucun doute également thérapeutique, symbolique, rituel, sacré,... Cela semble alors révéler quelques liens, bien étroits, entre la technique, la symbolique,..., et nous fait donc pénétrer au sein de la sensibilité sociale de nos anciens !

Alors...

Admirez les belles couleurs ! Elles nous viennent du tréfonds de notre passé !

Dans cet art pictural...

Les couleurs avaient donc une signification spécifique !

Bien précise...

Parfaitement indépendante de leur valeur esthétique !

Toute la symbolique en quelque sorte de Kemet !

Elle devait forcément jouer sur le psychisme...

 

"Parmi tous les systèmes d'écriture au monde,

l'écriture hiéroglyphique est unique

 grâce à la possibilité supplémentaire qu'elle offre de différencier les signes par les couleurs.

 

Ainsi,

l'homme est de couleur rouge,

 la femme de couleur jaune,

une convention que l'on retrouve également dans le domaine des arts plastiques de l'Egypte ancienne.

L'écriture égyptienne met ainsi en évidence sa filiation avec l'art.

 En principe,

à chaque signe correspond aussi, à côté de la forme fixée, une couleur déterminée"

Erik Hornung.

 "L'esprit du temps des Pharaons".

 

Aussi...

Nos anciens avaient-ils cette habitude de peindre rituellement leur corps ?  Et ce sans pour autant penser à un quelconque rituel de dévotion séthien ou autre, mais plutôt dans un rite pastoral.

 

Dixit Serge Sauneron :

"La lumière,

pour les Egyptiens,

est une pluie de petites particules lumineuses (photons),
comparable à la fine poussière qui sort d'un tamis (nkr)"

 

Les Kmtyw pouvaient-ils véritablement concevoir la lumière et ce à la manière d'un faisceau d'ondes ? Et dont les vibrations devaient se propager dans l'espace ?

 

Y voyaient-ils alors véritablement quelques corrélations entre :

- La lumière,

- Et la couleur ? Cette dernière fut en tout cas considérée primordiale dans cette antiquité, probablement faisait-elle, d'une certaine façon, partie intégrante du vivant !

 

"Youn" ne signifiait-il pas en même temps :

- Couleur ?

- Et "Caractère d'un être humain" ? Alors, ce mot "couleur" ne fut-il pas lui aussi empreint de puissance ?

 

Peut-être un peu trop fantasmagorique comme analogie, cependant l'hippopotame a bien besoin :

- D'eau, sinon il "suera du sang" : la couleur rouge !

- Tout autant que du pâturage afin de se nourrir : la couleur verte !

 

Lire la suite