nouvel an

Egyptian new years flask walters 48419 mark right 1

"Que Thot ouvre une bonne année pour le propriétaire de celui-ci", de cette gourde, en Egypte ancienne !

ankh hiero    "Vivre"… "La vie"…

ww.aime-jeanclaude-free.com   

Logopdf

Logopdf

Plan de cette thématique.

 

Le premier jour…

Le premier mois...

Bien sûr nous mentionnons là celui de l'inondation tant attendue et ce dans l’Egypte ancienne ! Nous sommes alors le 19 juillet.

Aussi, une Nouvelle Année commence...

 

"Oupèr renpèt néferèt" !

"Ouverture d'une belle année"

et ce par une belle inondation...

 

Happy new year, rappelez-vous :


      "La venue de Hâpy"

Ḥˁpj

 

http://www.bubastis.be/religion/images/hapy1.gif

      Le 19 Juillet de chaque année Sepedet annonçait l' "oupèt renpèt"...

 

Medinet-Habou--Le-netjer-Hapy-apportait-des-offrandes--jpg

Le netjer Hâpy apportait des offrandes.

Medinet Habou...

Ramsès III.

 

Une journée que marquait la première montée des eaux.  Une inondation qui recouvrait les terres quatre mois par an. Elle abreuvait ainsi Kemet de son eau salvatrice...   

Hâpy fut bien le netjer de la crue du Nil, nonobstant, il n'était pas celui du Nil lui-même. Là où le Nil surgissait, Hâpy résidait !  

 

Plan de l'article... 

Revenir en haut de l'article...

Vous pouvez accéder au chapitre en cliquant directement sur le titre de ce dernier !

 

La fête du nouvel an existait bel et bien dans l'Égypte ancienne !

 

 Une ère qui appelait le renouveau, comme aujourd'hui finalement !

 

→ Bien paradoxalement peut-être...

 

→ Tous les 1 461 ans nous serions en cette période Sothiaque...

 

→ Une énergie renouvelée...

 

→ Pharaon devait montrer alors tout son pouvoir...

 

Et pour les Humbles alors ?

 

La procession...

 

Décomposition de cette saison d'Akhet...

 

Aujourd'hui, nous vivons la fin de cette fameuse année de :

 

2017

 

Cette fin amorce la naissance de l'année :

2018 bis

 

La fête du nouvel an existait bel et bien dans l'Égypte ancienne !

Ce fut même une très grande fête, très prisée, comme aujourd'hui du reste. Cependant et comme vous savez, à la différence de notre culture contemporaine, elle n'avait pas lieu au premier Janvier...

Transposée dans notre calendrier, elle devait se situer autour du 19 Juillet. Thôt 1er mois du 19 juillet au 17 août...

Le premier jour...

La première nuit de l'année !

Du premier mois de l'inondation...

Le jour de l'an : "I Akhet 1"... Et cette fête se concrétisait dans tous les temples du pays.

 

Saison d'Akhet...

Quand le pays renaît à la manière d'Osiris !  

 

http://www.archaeometry.org/images/akhet.jpg

Le hiéroglyphe "akhet"...

Celui que Champollion avait interprété comme l' "horizon" !

 

Une ère qui appelait le renouveau, comme aujourd'hui finalement !

Plan de cette thématique...

Revenir en haut de l'article...

 

En Égypte ancienne...

Le premier jour de l'année correspondait bien au renouveau, le début d'une nouvelle année. Avec l'arrivée d'Hâpy...

Voici donc l'inondation...

La fameuse crue du Nil.

Et le changement que cela devait bien engendrer...

...

 

Bien paradoxalement peut-être...

Plan de cette thématique...

Revenir en haut de l'article...

 

Malgré la présence bienfaitrice d'Hâpy, ce fut bien un passage particulièrement dangereux, celui qui consistait à franchir cette frontière séparant une année de l'autre.
Une période redoutée et prisée tout à la fois... La puissante Sekhmet pouvait se révéler plus néfaste que jamais.

 

En ce qui concernait pharaon, ce devait être une ère des plus cruciales pour la pérennité de son règne :

  • Il se devait de concilier les bonnes grâces d'Hâpy,
  • ...
  • D'avoir une protection efficace pour la nouvelle année de son règne.

 

La procession, la cérémonie, la fête fut un amalgame complexe d'hommages :

  • Aux netjerou,
  • Aux ancêtres,
  • Avec des diadèmes et des insignes du pouvoir,
  • Avec des prières,
  • ... Il fallait ainsi légitimer pharaon face aux netjerou et aux ancêtres. Des actes magiques accroissant son pouvoir aux yeux du peuple. 

Il s'agissait tout simplement de la protection de Kemet et de son peuple.

 

Tous les 1 461 ans, la  période Sothiaque...

Plan de cette thématique...

Revenir en haut de l'article...

 

Le nouvel an égyptien coïncidait bien avec le lever héliaque de l’étoile Sothis et ce tous les 1 461 ans.

La précession des équinoxes...

Accompagnée de ce petit décalage, un retard en quelque sorte de 14 jours par millénaire. Aussi souvenez-vous, le calendrier égyptien, inventé par les prêtres d'Iounou, avait 365 jours : le premier, Thôt, était de fait bien mobile.

Egyptian new years flask walters 48419 mark right 1

"Que Thot ouvre une bonne année pour le propriétaire de celui-ci"

 

Egyptian new years flask walters 48419 3

40 gourdes du nouvel an fondation custodia paris 3

Source

 

Ainsi, le décalage entre :

  • L’année solaire,
  • Et l’année civile égyptienne fut approximativement d'un jour environ tous les quatre ans.

Ce qui nous amène à 1460 jours soit 365 x 4. Et lorsque cette coïncidence demeurait, nos anciens l’immortalisaient au sein de bas-relief, car pour eux cela devait être une année bien bénéfique. De fait, cela aida probablement la datation de certains pharaons…

 

Aussi...

L'inondation commençait-elle ! Et ce lorsque les grands prêtres virent ce fameux lever héliaque. Celui de l'étoile Sirius.

Sirius pour nous…

Sothis des Grecs...

Sôptis, Sepedet en Égypte antique, voici donc "La maîtresse de l'année nouvelle"...

 

http://pagesperso-orange.fr/owni/OWNI%202006/Dossiers%20Owni/Dogons/sirius_002.jpeg


Elle symbolisait l'arrivée à la fois :

  • Des eaux primordiales, celles qui donnaient la vie.
  • Et l'année nouvelle, qu'elle marquait d'ailleurs par son apparition dans le ciel. La fête Soptit, coïncidait bien avec celle de la nouvelle année.

 

http://www.dinosoria.com/enigmes/sirius.jpg

L’étoile la plus brillante de toutes...
L'étoile Sirius.
© Nasa

Cette étoile n'était visible que pendant une période très courte :

  • Avant le lever de Râ,
  • Et, à l'Est, au-dessus de l'horizon.
  • ...

Médinet-Habou, lié à Ramsès III, atteste bien de cela.

 

Une énergie renouvelée...

Plan de cette thématique...

Revenir en haut de l'article...

 

Les défunts...

Les netjerou... Tous avaient droit à des offrandes ! Cependant, cette fête fut aussi destinée à Râ car nos anciens supposaient que la nouvelle année correspondait à sa naissance...

Ainsi, pendant la nuit, les prêtres conduisaient-ils une statue du netjer. Ils partaient du temple et allaient vers le toit de l'édifice.

 

La statue était préalablement préparée :

  • Lavée...

Pour la pureté.

  • Et elle était parée d'amulettes.

Elle devait ainsi être illuminée au lever du jour par les fameux rayons de Râ.  De cette manière, elle devait se recharger en énergie et ce pour le restant de la nouvelle année.

 

Pharaon devait montrer alors tout son pouvoir !

Plan de cette thématique...

Revenir en haut de l'article...

Sa force...

Sa vitalité...

 

Et cela se concrétisait par des cadeaux somptueux :

  • Statue d'ivoire,
  • Statue d'ébène,
  • Pierres précieuses,
  • Statuettes dorées à son effigie,
  • Armes,
  • ... Ainsi, le premier à rendre hommage au netjer fut bien sûr pharaon. Et cela est attesté dès les temps les plus anciens, durant la 5e dynastie. Hâpy, symbole même de cette inondation, perpétuellement renouvelée, apparu alors.

Souvenez-vous d'un certain bas-relief peint, sur les parois du temple de Medinet-Habou, nous pouvons y observer une belle mise en scène de Ramsès III. Il adorait alors le netjer Hâpy. Le pharaon fut debout, levant les mains, implorant le netjer qui, chose plutôt rare, est représenté ici assis !

Pas de plateaux d'offrandes dans ses mains...

Mais, des croix de vie... 

 

http://www.ancient-egypt.co.uk/people/images/t_image094.jpg

Source

 

Toute une symbolique...

Celle bien évidemment vitale et relative à la moisson. Voyez derrière pharaon et admirez le sens de cette scène. Ramsès implorait donc Hâpy d'apporter la vie à l'Égypte, en assurant à pharaon une bonne inondation.

 

A travers :

  • Une belle inondation,
  • Et de fait une moisson généreuse, Hâpy contribuait à faire du règne du souverain, une grande gouvernance !

 

Et pour les Humbles alors ?

Plan de cette thématique...

Revenir en haut de l'article...

 

"Oupèr renpèt néferèt"... Elle fut bien cette expression utilisée par nos anciens afin de souhaiter une bonne et nouvelle année : "Ouverture d'une belle année", par une belle inondation.

Ils faisaient des présents aux netjerou.

Echangèrent entre eux de petits cadeaux.

Il y avait bien évidemment les fameuses "gourdes du Nouvel An". Elles étaient remplies d'eau, renouvelée, du Nil.

 

Aussi celui / celle :

  • Qui donnait : recevait la bénédiction divine.
  • Qui recevait : atteignait la prospérité personnelle.

 

La procession...

Plan de cette thématique...

Revenir en haut de l'article...

 

Nous aurions pu voir une procession de porteurs de vases. Ceux-là même qui devaient contenir l'eau nouvelle du Nil.

 

Décomposition de cette saison d'Akhet... 

Plan de cette thématique...

Revenir en haut de l'article...

 

La première saison du calendrier nilotique... Elle correspondait à la période d'inondation et se déroulait autour du 19 juillet au 15 Novembre. Nonobstant...

Le calendrier égyptien pouvait parfois s'avérer bien plus compliqué qu'il n'y paraît au premier regard.

 

Le "Nouvel An"...

Le premier d'akhet.

Cela ne devait pas forcément correspondre à la période du lever sothiaque car d'aucuns suggèrent même qu'il pouvait parfaitement paraître avec un décalage de six mois ! Souvenez-vous, le calendrier solaire se décale vis-à-vis de l'année tropique...

Quel fut véritablement le Nouvel An pour nos anciens ?
  • I akhet 1 ?
  • Le lever sothiaque ? Le Nouvel An pouvait-il toujours coïncider avec "I akhet 1" et ce pour toutes les ères pharaonique ? Ainsi au Moyen-Empire, ne supposons-nous pas que le Nouvel An coïncidait parfaitement avec l'anniversaire du pharaon montant sur le trône d'Horus ?

 

  • Djéhouty (Thot)...

Le netjer patron du calendrier...

Le Nouvel An est bien une date portant en elle une forte connotation de renouveau ! La nouvelle crue du Nil était bien vitale pour les Égyptiens antiques en déposant sur les cultures le fameux limon noir, amenant de fait des récoltes abondantes,...

Le premier du mois...

Accueil du flot de la crue, 9 du mois...

 

  • Paophi...

Fête d'Opêt...

15 du mois...

Apogée le 22...

Pa n Ipt.

 

  • Athyr...

Fin de la fête d'Opêt, époque récente...

Mois d’Hathor...

Du 17 septembre au 16 octobre.

 

  • Khoyak...

Fête d'Osiris-Sokaris au "matin divin"...

Solstice d'hiver...

kA Hr kADu 17 octobre au 15 novembre.

Lire la suite