Mines

Tutankhamun dagger 1

Serait-ce du domaine de la billevesée lorsque nous évoquons le fer céleste au sein de l'Égypte ancienne ?

Campo del cielo museum grade 1150 grams

http://www.aime-jeanclaude-free.com/

Logopdf

 

 

Modifiemeteorite sword header

"Entrée dans l'atmosphère d'une immense météorite."

Source / www.tripadvisor.fr

 

Les Egyptiens

semblent avoir attribué

une très grande valeur au fer,

peut-être davantage que l'or lui-même !

Ce fer météoritique

ne fut pas

si rarissime que nous pourrions le subodorer...

 

Cela pourrait être le témoin d’un des gros soucis de nos anciens...

L’approvisionnement en métaux au sein même de leurs zones d’influences !

 

Voici donc une thématique qui allie parfaitement :

  • Certaines énigmes pharaoniques,
  • Et les mystères de l’espace ! Nonobstant, ne vous y m’éprenez pas ! Le sujet est parfaitement sérieux et ne peut en aucun cas être "classé" dans le domaine du paranormal, de l’ésotérisme ou que sais-je encore comme autre domaine de qualification !

Néanmoins, il n’y a pas de quoi s’enflammer pour autant ! C'est un sujet de recherches et de réflexions…  Ceci amenant à comprendre que de nos jours une certaine polémique demeure, parfois même une sorte d’affrontement, de querelle et ce entre expertise stylistique, linguistique, scientifique,… ! C’est comme si nous étions au sein d’une sorte de controverse liée à l’authenticité d’une matière. Nous pourrons ainsi y rencontrer des affrontements quant à des arguments stylistiques autant que scientifiques et ce au sens de sciences "dures" : se souvenir par exemple de cette légendaire statue de François Pinault à savoir, celle de Sésostris III,…

Le débat des experts est en somme ouvert ce qui est une excellente chose, engendrant ainsi et incitant même maintes réflexions contradictoires,…

En fait...

Dès 1928, les scientifiques auraient déjà établi la présence "de perles célestes" !

 

Ainsi…

De nombreux objets précieux contenant une composition ferreuse furent exhumés en cette terre noire de Kemet l’ancienne et ce malgré sa particularité, celle d'avoir été relativement rare !

 

A cet effet, je vous rappelle aux bons souvenirs notamment :

  • D’une nécropole prédynastique, située le long du Nil, avec cette parure préhistorique composée de neuf perles tubulaires.
  •   …
  •  Sans omettre bien sûr cette dague découverte au sein même de la dernière demeure de Toutankhamon.
  •  …

 

Alors, avant même d’aborder cette passionnante thématique qu’est le fer en Egypte ancienne, il m’a semblé utile de mentionner les propos du Dr Joyce Tyldesley :


"Pour les anciens Égyptiens,

c’était un matériau rare

et

magnifique

qui,

comme il tombait du ciel,

avait sûrement

des propriétés magiques ou religieuses.

  Ils utilisaient donc ce métal remarquable pour fabriquer de petits objets à signification esthétique

et

religieuse,

 si importants pour eux

qu’ils en ornaient leurs tombes"

 Dr Joyce Tyldesley.

Il est maître de conférences en égyptologie à l’Université de Manchester. 

 

Tutankhamun dagger 1

 

Plan de l'article...

 

→ Nos anciens savaient-ils que l’origine de leur fer était céleste ?

→ S’il paraît pratiquement certain qu’une origine céleste soit pertinente...

→ Quelques indices archéologiques…

→ Petite chronologie métallurgique (non exhaustive)…

→ Kemet, n'avait-elle pas de filon de minerais métalliques ?

→"Haute qualité de fabrication"...

→ Même si le fer fut un élément particulièrement rare…

 

Souvenez-vous, il y a trois ans, de cette nécropole prédynastique…

→ Des sépultures préhistoriques datées d’environ 3 300 ans avant notre ère !

→ Des découvertes qui intriguèrent durant des d’années, des perles de métal !

→ L’analyse des perles !

→ Quelques spécificités qui peuvent permettre d'identifier cette nature météoritique...

→ La toute première utilisation du fer pour les Égyptiens !

→ Une étude effectuée en 1995...

 

→ Toutankhamon n'a visiblement pas encore dévoilé tous ses secrets !

→ Etude de 13 chercheurs égyptiens et italiens…

→ Au dire de Philippe Fluzin l’origine céleste pourrait s’expliquer ainsi…

→ Afin d’affiner le diagnostic…

 

→  Quelques morceaux de météorites connus au sein de Kemet...

 

2495 ff 031

Source

 

Nos anciens savaient-ils que l’origine de leur fer était céleste ?

 

Car "… il tombait du ciel…" ! Nous sommes tous et toutes des créatures venues des étoiles ! En quelque sorte, nous serions des poussières d’étoiles… En lisant certaines presses et commentaires,…, d’aucuns sembleraient supputer que nous serions là en pleine perception tronquée, à la manière d’un décodage erroné, voir même trompée ! Une de ces intellections qui semble donner un sens autre que celui qu'elle recèle, comme nous le sommes bien souvent confrontés à travers l’apophénie des statistiques !

 

Ainsi, dixit Dominique Farout, qui est comme vous savez un spécialiste de l’Ancien et du Moyen-Empire :

 

"Tout le problème

provient de cette distance de la pensée

de l'Égypte ancienne et de la nôtre ;

trop souvent nous nous égarons

dans notre façon de penser,

alors que les choses

sont bien plus simples et plus évidentes."

 

"… il tombait du ciel…" cette expression titilla donc un peu ma curiosité : 

 

→ Alors qu’elle serait les véritables probabilités que nos anciens puissent avoir observé la chute d’une météorite ? Les possibilités, même si elles sont relativement faibles, demeurent néanmoins. Pour vous rendre compte, placez-vous dans votre propre contexte à savoir avez-vous régulièrement et de façon récurrente, pu en observer ?

En fait…

Nos anciens n’avaient aucune façon de savoir la provenance d’une telle pierre. Ce minéral ne tombait pas sous l'œil des pharaons. Il devait être présent sur la terre depuis des siècles, voire des millions d'années...

 

→ Aussi, qu’en fut-il du fait d’avoir pu en "ramasser" une ?  L'intérêt bien certainement, c'est que ce métal devait leur paraître quelque peu "natif", en tout cas original, différent dans la façon de le travailler comme dans la finition même du travail élaboré ! Nous le savons aujourd’hui, cette roche est presque pur, c'est bien un alliage essentiellement de fer et de nickel.

  • La taénite qui contient beaucoup de nickel.
  • La kamacite qui lui n’en a que très peu.
  • ...

Widmanstatten hand

Figures de Widmanstätten montrant les deux formes de l'alliage fer-nickel, la kamacite et la taénite, dans une météorite de type octaédrite.

Source

 

→ Et d’une taille suffisante pouvant permettre d’élaborer un objet ?

 

→ Supposons maintenant qu’ils en aient effectivement découverts, car nous ne pouvons pas exclure véritablement cette opportunité ! Est-il alors envisageable, dans un pays dont la nature est essentiellement minérale, que nos anciens puissent avoir imaginé que ce "cailloux" puisse provenir du ciel ?

A moins évidemment de l’avoir vu choir à leurs pieds !

 

→ Est-il vraisemblable que lors de l’élaboration de cette dague il puisse y avoir eu une contamination minérale nous amenant à cette valeur extrême de 10 % de Nickel ou de 0.58 % de Cobalt ?

Je ne le pense pas !

 

→ …

 

S’il paraît pratiquement certain qu’une origine céleste soit pertinente, nos anciens furent-ils véritablement conscients de cette origine ?

  Bia n pt

Termes hiéroglyphiques utilisés afin de désigner le fer !

Il se traduit littéralement par le "Fer du ciel".

 

Il y a beaucoup de débat quant à la raison pour laquelle ce terme apparaît et surtout à ce moment-là précisément !

Cependant...

Personne ne semble véritablement certain de quoique ce soit. De toute évidence il était bien le "Fer du ciel", celui qui tombait du ciel sous la forme météoritique. De ce fait, j’ai pensé à incorporer "ce joli nom", tout à fait dans la thématique, à la fois pour les occurrences du fer en Egypte et comment les gens de l'époque pouvaient percevoir ce minéral.

 

Il n'y a pas de "véritable" texte afin de démontrer que les Égyptiens étaient au courant de l'origine céleste de ce fer, mais les études de lexicographie indiquent bien ce lien entre le ciel et le terme précoce pour ce fer ! Aussi, vers fin de la 18e et le début de la 19e dynastie, ce nouveau terme se développa... Nos anciens étaient-ils parfaitement conscients de l'origine météoritique de ce fer ? L'introduction de ce nouveau terme suggérait-il que les anciens Egyptiens étaient conscients que ces rares morceaux de fer tombaient du ciel, précédant ainsi de plus de deux millénaires la culture occidentale ?

 

Campo del cielo museum grade 1150 grams

Source

1 11

Source

Dscn8957

Iron meteorite found at Gebel Kamil,

Southern Egypt.

The site of a large ancient meteorite crater with a formation date within the last 5000 years.

Source

 

Quelques indices archéologiques…

 

Aucune trace n’atteste que nos anciens Egyptiens pratiquaient la métallurgie du fer avant l’an 1000 par rapport à l’ère du Christianisme !

 

Aussi de Narmer à Taharqa, ils travaillaient la pierre au moyen :

  • De marteaux en bois,
  • D’outils en pierre,
  • En cuivre,
  •  

Figure 5

Percuteurs

et

enclumes.

Nous serions au sein d’un traitement du quartz aurifère !

D.R © MFDO

 

Petite chronologie métallurgique(Bien évidemment elle n'est pas exhaustive !)

 

Kemet fut visiblement la dernière contrée du Moyen-Orient à acquérir la technologie du fer !

 

Le cuivre…

Souvenez-vous de l’outillage de Ma’adi au cours de la deuxième moitié du 4e millénaire et ce en Palestine.

 

Le bronze…

Il fut quant à lui introduit au tout début du 2e millénaire, sous cette 12e dynastie que nous avons déjà effleuré.

Nonobstant…

La régularité de son usage ne se fit pas avant la 18e dynastie ! Rappelez-vous aussi de ce village de Kahoun au Moyen-Empire… Les chercheurs y auraient découverts des creusets pour fondre le métal afin d’élaborer des outils : ils contenaient après analyses résiduelles, du cuivre.

 

La métallurgie du fer commença quant à elle entre 1500 à 1400 avant l'ère du Christianisme et ce en Mésopotamie ainsi que sur le plateau anatolien. Kemet fut probablement le dernier pays du Moyen-Orient à avoir acquis la technologie du fer, nonobstant nos anciens pouvaient travailler des minerais ferreux météoritiques ! Car quant à ce métal, il ne fallait pas creuser comme l'or par exemple pour l'obtenir, ils "tombaient" dessus par hasard !

Nous sommes maintenant à Thèbes. La cité aux cents portes que vous connaissez bien. Au sein même de l’atelier d’un armurier. Les chercheurs y trouvèrent également un casque fait de bronze, assyrien, du 7e siècle. Les outils en fer ne devinrent véritablement d’usage courant qu’à partir de la Basse-Époque. Ils furent introduits par les Grecs.

 

Aussi :

  • Ni les populations de l’Ancien-Empire
  • Ni celles du Moyen-Empire n’utilisèrent le fer dans l’outillage ou l’armement !
  • D’ailleurs pas même les fameux "faux amis" que furent les populations Hyksôs  et qui viendront par la suite. Ces véritables guerroyeurs du Bronze Moyen II, dans le delta oriental, disposaient donc des objets en bronze et pour cela il nous suffit d’avoir à l’esprit la légendaire cité d’Avaris.

 

Ainsi…

Si nous croyons cet historien et archéologue Clémnet Salvani, le seul fer que les Egyptiens étaient en mesure de travailler à cette époque, était bien celui qui venait des météorites. Même si au demeurant, ils ne pouvaient certainement pas en connaître la véritable origine !

 

Nonobstant…

Au Nouvel-Empire…

Ne vîmes-t-on pas des armes en fer ? Ils vinrent en fait à travers les conflits avec les fameux Hittites !

Le fer Hittites…

Quant à ces derniers, ce furent bien les artisans Philistins qui leurs transmirent cette technologie et ce en cette ère du fer palestinien.

 

Alors Kemet, n'avait-elle pas de filon de minerais métalliques ?

 

Il y avait bien peu de gisements métalliques dans la Kemet ancienne !

 

Nos anciens effectivement usinaient :

  • Le bronze,
  • L'étain,
  • Le cuivre,
  • L'or bien évidemment ! D’ailleurs, notons au passage que s’ils s’aventurèrent dans le désert du Sinaï et se l’était finalement approprié, se fut bien en raison de leur approvisionnement en métaux !

 

Rappelez-vous, afin que ce métal puisse apparaître à la surface terrestre, hormis les météorites bien évidemment, il nous faut :

  • La présence de magma,
  • De charbon,
  • De lignites,                   
  • … Cela nécessite alors ce que nous appellerons la "chimie de la réduction"… Aussi, nous sommes assurés, qu’en Egypte, même si tremblements de terre il y avait fréquemment, les conditions pour de telles réductions chimiques n’ont jamais pu être réunis ! Nos anciens Égyptiens ne pouvaient donc disposer que de ce type de fer, à savoir météoritiques ! De plus, nous ne pouvons pas non plus exclure la possibilité d’échanges commerciaux…

 

"Haute qualité de fabrication"...

Rekhmire soufflet

Des vases de cuivre sont forgés en activant le feu à l'aide de soufflets à pied.

Hypogée de Rekhmirê.

Source

 

"Le problème avec le travail du fer

est liée à son point de fusion élevé (1538 °C).

À cause de cela,

les premiers forgerons ne pouvaient pas chauffer le minerai suffisamment

afin d’extraire le fer

et ne pouvaient pas forger le fer en armes"

Daniela Comelli.

Professeur de science des matériaux à l'Université Polytechnique de Milan en Italie

 

Nonobstant...

A la différence du fer terrestre, celui d'origine céleste ne nécessitait pas, afin de l'épurer, de le chauffer à une telle température. Heureusement pour nos anciens d'ailleurs...  Il suffisait alors d'exposer le minéral à une flamme puis de le marteler ! En voilà une différence qui n'est point anodine, moins énergivore...

 

Même si le fer fut un élément particulièrement rare…

 

Vraiment rien ne prouve qu’il ne fût pas présent dans la panoplie des matrices de nos anciens !

 

Aussi, si nous nous référons :

 

  • A Madame Desroches-Noblecourt

Selon elle, rien ne prouve que les Egyptiens ne connaissaient pas les outils en fer et ce sous le Moyen-Empire ! D’aucuns se demandent même, que si l'usage du fer n'était sans doute pas courant pendant le Moyen-Empire, il est difficile de comprendre comment les Egyptiens pouvaient travailler une pierre aussi dure que la diorite. Aussi nous ne pouvons pas véritablement exclure l’usage d’alliages métalliques !

 

Dans la majorité des cas de figures…

La difficulté survient quant aux interprétations même des analyses, davantage encore lorsque nous nous situons dans le domaine de la tracéologie. Se souvenir à cet effet de M. Serguei Semenov ! Les analyses en elles-mêmes sont rarement erronées du fait d’étalonnages hautement précis et confirmés d'ailleurs par des cartes de contrôles quant à certains traceurs.

Nonobstant, ce n’est pas le cas de l’interprétariat ! Et en l’occurrence ici, la micro-analyse sous microscope à balayage électronique. Les images du spectromètre est un dispositif qui utilise les rayons X afin d’exciter les éléments chimiques et c’est bien ainsi que les scientifiques arrivent à déterminer sa composition.

 

Ainsi, la vision de Madame Noblecourt quant à l’éventualité de la présence de fer au sein même de l’Ancien Empire ne remonterait-elle pas à "cette hypothèse" relatant la présence de particules en fer piégées dans la pierre de la célèbre statue en gneiss du pharaon Khephren (CG 14) du Musée du Caire ?

Aurait-elle pu être taillée à l’aide d’outils en fer ?

Voir même en acier ?

En fait, ne peut-on pas envisager que cette statue aurait pu être remaniée ? Un faux moderne en fait ! Comme il en existe bien d’autres malheureusement au sein de moult musées du reste. Souvenez-vous notamment du petit-fils de Sésostris III à savoir une statuette d’Amenemhat IV. Car la chronologie de l’apparition du fer dans l’outillage du sculpteur égyptien est plus récente d’environ 2000 ans. 

 

  • Quant à Jean Yoyotte

 

Il ne manqua pas de faire référence à des éléments scientifiques, mais qu’il replaçait dans un contexte de connaissances archéologiques…

 

"L'histoire de l'introduction du fer, 

voir de l'acier en Egypte, 

fait bon marché des acquis 

des archéologues en ce domaine"

 

→ …

Lire la suite