Femme égyptienne, la maîtresse de la terre ...

07 447 502 07 447 505 glass bw sl4

ânkh ...

"Vivre" …

"La vie" … http://www.aime-jeanclaude-free.com/

 

Il n'y a pas de meilleur indice du degré ou de la nature d'une civilisation, dans quelque pays que ce soit, que la place dévolue à la femme et la nature des relations entre les sexes.

 

"C'est toi la maîtresse de la terre

[...]

tu as rendu le pouvoir des femmes égal à celui des hommes !

Hymne à Isis, déesse "honneur du sexe féminin"

Papyri d'Oxyrhynque. ​

 

Les fouilles de l'IFAO à Deir el-Medineh, Cédric Gobeil.

Les fouilles de l'IFAO à Deir el-Medineh.
 © Cédric Gobeil.

 

Il ne fait aucun doute ...

Nos anciens croyaient en la sagesse des femmes au pouvoir.

En cas de crise politique ...

Elles furent bien souvent considérées comme l’option la moins risquée.

En période certaines ères d'incertitudes, avoir des femmes au pouvoir constituait régulièrement la meilleure protection du patriarcat.

Les pharaons furent comme vous savez vénérés comme des netjerou-rois. Et bien contrairement aux autres empires, ils étaient protégés par les femmes.

Peu importait leur âge.

Les enfants ne furent point des obstacles quant à leur ascension au pouvoir.

Les mères ...

Les tantes ...

Les sœurs ... Toutes semblaient protéger et défendre les enfants qui étaient au sommet du pouvoir. Ainsi, au seins des millénaires pharaoniques, cette méthode assura la stabilité et fut bien employée à plusieurs reprises.

 

L’Afrique ...

Kemet ...

Une bien vaste contrée et plurielle. Si elle a en quelque sorte participé à la naissance de l’humanité, elle a également vu grandir des femmes de grandes qualités, je subodore même intrépides et courageuses.

Guerrières (?)

Souveraines intraitables (?)

Amantes passionnées (?)

Quelques grandes dames (..., "Amessis" selon Manéthon, ..., "La belle est venue", ..., ) ont bien réussi à dominer cette terre noire et riche.

 

Aussi ...

C’est dans la perspective de les faire sortir des "décombres" de l’histoire que s’inscrit cette thématique.

 

Surtout si vous vous rappelez d'une certaine Madame de Beauvoir qui s'exprimait ainsi :

 

"N'oubliez jamais

qu'il suffira d'une crise

politique,

économique

ou

religieuse

pour que les droits des femmes soient remis en question.

Ces droits ne sont jamais acquis.

Vous devrez rester vigilantes votre vie durant."
 

13076731 1682686741991311 9175441286071965721 n

Source

 

"L'Unique,

la bien-aimée,

la sans-pareille,
La plus belle du monde,

Regarde-là, semblable à l'étoile brillante de l'an nouveau,
Au seuil d'une belle année.

Celle dont brille la grâce, dont la peau rayonne,
A des yeux au regard clair,
Et des lèvres au doux parler.
Jamais elle ne prononce une parole superflue.

Elle,

dont le cou est long, la poitrine lumineuse,
Possède une chevelure de lapis véritable.

 

Ses bras surpassent l'éclat de l'or,
Ses doigts sont semblables aux calices des lotus.

Celle dont les reines sont alanguis, et les hanches minces,
Celle dont les jambes défendent la beauté,
Celle dont la démarche est pleine de noblesse, lorsqu'elle pose ses pieds sur la terre,

De son baiser me prend le coeur.

Elle fait que le cou de tous les hommes
se tourne pour la regarder.


Et chacun, qu'elle salue, est heureux.
Il se sent le premier des jeunes gens.
Lorsque de sa demeure elle sort, on pense voir celle qui est unique."

Chant d'Amour égyptien, Nouvel Empire,
Extrait des "Chants d'Amour de l'Egypte ancienne"

Siegfried Xchott, traduction de P. Krieger

 

13055568 1682686745324644 7002402211363026931 n

Source

"Oiseau Lady",

Figurine peinte en terre cuite d'une femme,

Le Brooklyn Museum of Art,

Entre 1906 et 1908 …

 

1 2 3

 

 

Un musée qui aurait parrainé une expédition. Elle excava des sites dans le sud de l'Égypte et ramena de nombreux objets de valeur historique, artistique, notre mémoire de notre propre aube …

Ceci est probablement l'une des figurines les plus importantes, l’une des plus connues aussi. Nous sommes bien au sein de l’ère prédynastique.

Nagada IIa. Fouillé par Henri de Morgan au village de Ma'mariya en 1907 …

 

1 25

Parmi plus de cent modèles en bois trouvés dispersés à travers le l'hypogée de Djehutynakht.
La qualité de cette procession de porteurs d'offrandes se démarque des autres.
L'habileté et la délicatesse avec laquelle il a été sculpté et peint est parmi les plus beaux modèles en bois jamais trouvés selon moi.
Deir el-Bersha.

Hypogée 10, fosse A.
Mai 1915 ...
Excavés par le Musée de l'Université de Harvard à Boston of Fine Arts Expedition.
Affecté à l'AMF dans la division des découvertes ...

 

Sc239458

Source

 

Dans le secret des reines du Nil :

Pascal PELLETIER,

Ajoutée le 13 sept. 2017 ...

 

"Hatshepsout, Néfertari et Néfertiti sont les stars de l'Egypte ancienne. Mais d'autres reines extraordinaires se sont illustrées dans l'histoire pharaonique. Trois archéologues français sont à leur recherche ; les trésors qu'ils exhument nous parlent de ces grands personnages oubliés. Ils nous racontent comment ces femmes firent la conquête du pouvoir suprême il y a plusieurs millénaires. Ils mettent en lumière des reines oubliées et préservent les vestiges de leurs règnes. Tous les trois insistent sur l'importance qu'elles occupèrent — une place centrale qui en fait aujourd'hui des pionnières de la politique au féminin. Nous allons suivre le travail de Christian Leblanc sur le terrain, au plus près de ses fouilles et de ses découvertes. Une aventure palpitante dans des lieux mythiques… A Louxor , l'ancienne Thèbes, capitale religieuse du Nouvel Empire où Christian Leblanc fouille et restaure un temple extraordinaire : le Ramesseum... Le film est écrit et réalisé par Frédéric Wilner en 2007."

 

1 25

Solitude ou ferveur ? Le célibat au sein de l'Égypte ancienne !

ankh hiero   

"Vivre"…

"La vie"…

ww.aime-jeanclaude-free.com   

Logopdf

 

Un sage un jour parla ! (?)...

 

"Si vous voulez mesurer la valeur d’une Civilisation,

regardez d’abord comment elle a traité

les femmes,

les pauvres

et

les faibles"

 

Une épreuve ?

Surtout quand elle fut subie par une jeune fille.

 

Le célibat ? 

Il fut certainement synonyme de solitude.

Mais également d'exclusion si nous nous référons au contexte historique...

Nonobstant...

Lorsqu'il fut le corollaire d'une certaine condition religieuse, alors il pouvait bien être associé au prestige mais aussi à la puissance comme nous verrons au cours de cette thématique.

 

Le célibat ne fut pas considéré comme une situation normale en Égypte ancienne.

De fait...

Les célibataires furent plus ou moins réprouvé(e)s.

 

Maler der Grabkammer des Userhêt (II) 001 

Peinture de la chambre funéraire de "Userhet".

N'est-elle pas sublime cette femme ?

Hypogée coloré.

Les peintures sont parfois bien abîmées, cependant les couleurs sont toujours bien vives !

Nous sommes bien dans la vallée des nobles.

Cette nécropole renferme pas moins de 400 dernières demeures comme vous savez !

 

Des hypogées qui s’étalent au sein de l'ancien village de Gourna.

Elles dateraient d'une ère allant de la 6e dynastie et ce jusqu'à la période gréco-romaine...

Ainsi...

L'Hypogée TT56 d'Userhet peut être trouvé dans la zone du village de Sheikh Abd 'el-Gournah, au sud de l'hypogée de Ramose (TT55).

Il est peint avec des scènes insolites comportant de nombreux sujets, paradoxalement peut être au fait que sa décoration ne semble pas véritablement terminée.

 

Plan de l'article...

 

→ L'origine probable du "mariage" Kemet...

 

→ Un obstacle de taille...

 

→ De fait il est bien difficile d'entrevoir le célibat aux travers des bas reliefs !

 

→ Quand les filles semblaient se languir ! 

 

→ La prière à Hathor...

 

→ Les pratiques magiques ! 

 

Les divines adoratrices...

 

10341647 795555903795575 3604677196260505348 n

 

L'origine probable du "mariage" Kemet...

 

Ainsi le mariage fut bien le ciment de la société antique égyptienne...

Il devait du reste bien la structurée.

Très souvent les légendes attribuaient l'institution du mariage au fondateur de la nation... (?)

 

Ainsi, le pharaon Ménès...

Le premier souverain de Kemet, comme vous savez.

Il serait probablement le créateur du mariage, dans son pays du moins.

D'ailleurs... 

Le terme même de mariage existait-il vraiment en égyptien ancien ? Cette union se concrétisait par la cohabitation des époux.

 

Cependant "les noces" avaient bien un but :

  • La reproduction !

Elle devait assurer la survie de l'espèce, mais pas seulement...

  • La transmission du nom,
  • Tout comme celui du patrimoine le cas échéant.
  • ...
  • Un point encore plus essentiel peut être à leurs yeux en tout cas, fut bien la continuité du culte des ancêtres. Cette dernière notion fut probablement l'une des plus importantes dans cette société antique et cela compte tenu du poids de la religion, de...

 

Les célibataires furent certainement alors dépourvus d'héritiers. Et ce furent bien ces derniers qui accomplissaient pour le défunt les rites funéraires, dont lui même avait probablement réalisé vis-à-vis de ses parents,... 

 

Un obstacle de taille...

 

Ce fut bien celui du voyage après la rupture. Comme vous savez, ce "trajet" se devait de se dérouler dans les meilleurs conditions.

 

Pour cela,...

Il devait y avoir des circonstances parfaitement subies du reste, réprouvées même,..., qui valaient plus ou moins à l'intéressé l'exclusion et la réprobation de la communauté toute entière : anathème que partageait d'ailleurs la vieille fille ainsi que la "prostituée".

 

Nonobstant...

Nous devons bien reconnaître que les informations sont très peu abondantes afin de relater ce fait dans cette société.

La situation dite "normale" fut visiblement bien le mariage : du moins c'est lui que nous retrouvons le plus répandu dans les sources.

 

De fait il est bien difficile d'entrevoir le célibat aux travers des bas reliefs !

 

Et ce même au niveau :

  • Des fresques...
  • ...
  • Des vestiges retrouvés dans les sépultures...

 

Malgré tout cela, faisons confiance aux passionnés, aux chercheurs, aux découvreurs,..., ils trouvèrent quelques indices.

 

Quand les filles semblaient se languir.

 

Subi...

Le célibat "assurait" la solitude.

 

Quels furent donc, par conséquent, les intéressées à le devenir volontairement ?

 

Probablement, celles qui par définition trouvaient difficilement l'élu :

  • Les malheureuses atteintes de malformations ou de difformités,
  • Les handicapées,
  • Celles frappées de maladies héréditaires,
  • Les jeunes filles dont le physique étaient particulièrement disgracieuses,
  • Ou encore celles qui se trouvaient trop pauvres,
  • Celles aussi issues de certaines castes, comme celles élevant des porcs...
  • Ou alors trop inhibées,
  • A l'inverse, trop délurées,
  • Celles qui n'éprouvaient aucun attrait, pourquoi pas ? Pour le sexe opposé...
  • ...

 

Constatez vous-même...

Les raisons pouvaient être bien nombreuses. Il n'y a pas si longtemps que cela, étions-nous si différents ? Le sommes-nous du reste véritablement, même aujourd'hui, tant distant que cela ?

 

Les jeunes filles qui voyaient les années se succéder...

Sans qu'aucune proposition de mariage ne leur fût faite, celles là, je subodore de la désespérance.

 

Alors, afin de :

  • "Conjurer" le sort,
  • De retrouver l'espoir perdu, émoussé par le temps ?
  • ...
  • De s'attirer la bonne fortune... Que leur restait-il finalement ?

 

Pouvons-nous alors imaginer :

  • La prière à certain(e)s netjerou(t),
  • Les pratiques magiques,
  • ...

 

La prière à Hathor...

 

hathor-femme

 

Les filles adressaient bien certainement leurs suppliques à Hathor ! Cette divinité qui était censée protéger les femmes d'une manière générale...

Netjeret de l'Amour...

Netjeret du bonheur...

Netjeret des unions et "mariages antiques". Elle assurait ainsi la fertilité et il était même dit qu'elle "accueillait les prières de chaque jeune femme qui pleurait" !

 

Disque solaire sur la tête de la vache céleste Hathor .sv

 

Afin d'obtenir un prétendant, on pouvait se rendre en pèlerinage au sein de son sanctuaire principal, celui comme vous savez situé à Dendérah.

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/52/Dendera_Temple.jpg

 Source

© Bernard Gagnon

Voici le temple d'Hathor à Dendérah.

 

Ainsi, tous les ans...

Pendant le mois d'Epiphi (mi-mai / mi-juin)...

Nos anciens Égyptiens massés sur les berges du Nil voyaient remonter la barque de la netjeret qui quittait alors Dendérah afin d'aller rejoindre son époux à Edfou et ce pour évidemment célébrer le mariage sacré "la bonne rencontre" avec Horus.

 

http://fargin.files.wordpress.com/2011/01/hathor.jpg?w=640

Source

Hathor au niveau du mont Horeb...

C'est l’endroit, dans le Sinaï, où Moïse aurait reçut les Tables de la loi, lors de l’épisode de l’Exode, décrit dans la Bible... (?)

En mars 1906, Sir W.M. Flinders Petrie découvrit les ruines d’un temple Égyptien, au premier abord assez classique, mais qui allait s’avérer très mystérieux, le temple de Sérâbît el-Khâdim que vous connaissez... 

 

Les pratiques magiques !

 

Elles pouvaient aussi employer des charmes...

Ceci afin d' "ensorceler" en quelque sorte l'être aimé. Ainsi, attirer dans leurs filets un jeune homme indifférent ou amoureux d'une autre.

 

On pouvait aussi probablement envoûter une statuette en cire ou en terre cuite afin d'écarter une adversaireavérée, potentielle, probable, redoutée,...

 

Enfin...

Mieux valait éviter ce qui pouvait faire obstacle à une union.

Ainsi un exemple parmi tant d'autre...

Il fut interdit aux jeunes vierges de ramasser ou de faire la cueillette des amandes car elles pouvaient risquer de perdre leur virginité et de tomber enceinte.

 

Les divines adoratrices...

 

Quand le célibat s'accompagnait du pouvoir...

Entre célibat féminin...

Et religieux...

 

Voici les fameuses divines adoratrices d'Amon :

  • Des épouses divines,
  • Des épouses terrestres,
  • Des épouses réelles et fictives à la fois du netjer Amon : un titre qui survécu pendant près d'un demi-millénaire au moins.

 

Elles eurent un pouvoir bien plus spirituel que temporel et limité aux environs de Thèbes !

Cependant,

Afin d'être symbolique,

Leur charge n'en impliquait pas moins un rôle non négligeable dans le domaine politique jusqu'à atteindre une stature quasi royale.

 

Certaines furent en particulier parvenues à évincer et même éliminer le grand prêtre d'Amon à Karnak. Ainsi, cette charge avait peu à peu été confiée à l'une des filles de pharaon. Celle-ci se sacrifiait en quelque sorte afin de se vouer corps et "âmes" à un célibat véritablement définitif.

 

Pour elles donc, pas de mariage possible.

Pour elles pas d'enfant évidemment.

Elles se devaient de se consacrer exclusivement à Amon.

 

L'amour...

L'union avec Amon...

Elles restaient visiblement vierge, puisque ces épousailles étaient par définitions virtuelles.

 

En absence de descendants...

Ces divines adoratrices se succédaient par le biais de l'adoption et leur choix était soumis à la décision du prince.

Comme de véritables souveraines, les divines adoratrices recevaient leur titre lors d'une cérémonie instituée à Thèbes et possédaient des terres dont la surface sera d'ailleurs croissante puisqu'elle atteindra au fil du temps près de 1 000 hectares.

 

Semblables à des reines...

Elles se déplaçaient avec leur cour et étaient servies par un personnel important.

 

Enfin, précisons qu'elles oaurairnt bien constitué de véritables dynasties.

 

Terminons aujourd'hui avec ce superbe poème d'amour.

Extrait du papyrus Chester Beatty I...

Édite par Alain Gardiner et intitulé "Grande joie du coeur".


Pour se représenter la femme de l'Égypte ancienne, rien ne vaut un petit poème d'amour, faisant une sorte d'hymne à la féminité.

 

"Tu es la Grande Joie du Cœur, l'unique, la bien-aimée, la sans pareille, la plus belle du monde.

 

L'unique, la bien-aimée, la sans pareille,

La plus belle du monde,

Regarde-la, telle l'étoile étincelante de l'an nouveau

Au seuil d'une bonne année.

 

Celle dont brille la grâce,

Dont la peau luit d'un tendre reflet.

 

Elle possède des yeux au regard limpide

Et des lèvres au doux parler.

 

Jamais parole superflue ne sort de sa bouche.

 

Elle, dont le cou est long, la poitrine lumineuse,

Est dotée d'une chevelure couleur de lapis-lazuli poli.

 

Ses bras surpassent l'éclat de l'or,

Ses doigts sont semblables aux calices de lotus,

Celle dont les jambes défendent la beauté,

Celle à la démarche empreinte de noblesse

Lorsque à terre elle pose les pieds.

 

De son baiser me prend le cœur !

 

Elle fait que le cou de tous les hommes

 Se tourne pour la regarder,

 Et chacun de ceux qu'elle salue est heureux :

 Il se sent, alors, le premier des jeunes gens.

 

 Lorsque de sa demeure elle sort,

 

On croit, alors, voir Celle-qui-est-l'Unique !"

 

Magnifique peinture d'une femme et épouse de Sennefer dans

Magnifique peinture d'une femme...

Épouse de Sennefer dans une dernière demeure d'éternité au sein de la vallée des nobles, à Louxor.

 

Voilà...

Il vous faudra maintenant attendre un peu, afin d'en connaître peut être davantage sur ce sujet...   

 

3394

 

Afin d'en connaître davantage, je vous invite à consulter :

 

  • Sources...

 

"Mariage et divorce dans l'Egypte ancienne" de Handoussa, Tohfa : L'étude des Papyrus et des Ostraca a beaucoup contribuée aux recherches sociopolitiques, historiques mais aussi juridiques.

 

Manniche, Lise. Sexual Life in Ancient Egypt. Kegan Paul International. London & New York. 1997.

 

Pascal Vernus, Dictionnaire amoureux de l'Égypte pharaonique, Paris, Plon, 2009

 

Desroches-Noblecourt, C., La femme au temps des pharaons, Stock, Paris,1986.

 

"Mariage et divorce dans l'Egypte ancienne" de Handoussa, Tohfa : L'étude des Papyrus et des Ostraca a beaucoup contribuée aux recherches sociopolitiques, historiques mais aussi juridiques.

 

Ob 7e8f3e ob 16217c ob 535271 ob 751bf1 ob 920c6

 

Aphorismes...   

Ceci pour autoriser et provoquer d'autres pensées !

Aucune prétention...

Ne prétend pas tout dire... 

 

"Il est très malaisé de parler beaucoup

 sans dire quelque chose de trop."

Louis XIV

 

  "La vérité

a des visages différents

et

parfois contradictoires"
Juan Marsé

 

Ob 4edf73 fils de ra seigneur des deux terres 1

 

Vie, santé, force (v.s.f.).

                                                                              

Vie, force et santé.