254636514 1103450080483462 5334529112686483781 n

Musique

1560755 766321250077532 703669182874433298 nhttps://archive.org/details/pt1encyclopdie01lavi/page/n7

ânkh ...

"Vivre" …

"La vie" … http://www.aime-jeanclaude-free.com/

 

Nos anciens Égyptiens auraient bien pu considérer que les organes de perception étaient comme des sortes de vecteurs par lesquels devaient pénétrer la vie et la mort.

Cette dernière aurait alors entraîné cette "déficience" quant aux facultés sensorielles aboutissant à cette rupture du défunt vis-à-vis du contact qui le reliait au monde.

 

La réanimation des sens devenait alors indispensable :

  • L’ouïe devait être bien ce passage obligé pour la vie post mortem …
  • Embaumer le corps afin de lui rendre son intégrité …
  • Rétablir en lui cette activité sensorielle ...

 

Le papyrus Leyde T 32, V, 17-20 retrace ainsi ce qui se passait à l’entrée de la ouabet :

 

"Tu te rassasies des larmes de Iouhyt,

et ton ba vit du chant des complaintes ;

tu entends les lamentations de la bouche des musiciens,

quand ils t’acclament avec le chant de la harpe.

Tes oreilles entendent le roseau en train de jouer (un air),

à l’extérieur de la tombe dans la nécropole ;

tu vois les chanteurs marchant en train de chanter,

et les gémissants (?) debout en train de gémir (?)"

 

Sepulture de saqqara

Sépulture de Saqqarah.

 

Platon ...

Aussi vieux que cette muse, couronnée de la fleur, portant une flûte et même parfois un hautbois ou d'autres instruments de musique, Euterbes.

Ils nous expliquaient déjà les différents états d’âme que peut provoquer la musique chez l’homme.

 

Ce qu’ils appelaient musiques positives à la différence des négatives :

  • La positive était celle qui élevait le cœur de l’homme, en le préparant à de grandes entreprises, en le faisant se sentir fort et sûr de lui, actif, heureux, serein.
  • La négative, par contre, encourageait la mélancolie, le découragement, la crainte et l’insécurité, la peur de l’échec, la tendance à l’inertie.

 

13116362 1751743588406070 3944027435380194639 o

En grès ...

Origine inconnue, probablement Akhet-Aton (?) c.f. les informations au sein du musée.
18e dynastie.

Aménophis IV / Akhenaton

 4 nubiens réalisant la danse des bâtons.

Margret Pirzer

 

Depuis la préhistoire, les hommes utilisèrent des sons :

  • Des percussions,
  • Des chants …

Et ce au cours de cérémonies, de fêtes, ... La musique proviendrait de fait de la ritualisation de ces cérémonies, regroupant la communauté et créant un nouveau moyen de communication émotionnel.

 

La musique semble avoir toujours existé.

Ce qui rend bien difficile de dater précisément son apparition. Il en va tout autant d’ailleurs du rythme, de la mélodie.


Quels furent les premiers composants de cet art ancestral ?
Cela ne devait du reste pas ressembler à la musique que nous connaissons aujourd'hui.

  • Des chants,
  • Des battements de mains,
  • De pieds,
  • Des chocs de pierres,
  • Des morceaux de bois ... Ne ressemblerait-elle pas cette musique initiale à celle que l'on trouve chez certains peuples africains, américains, …, d’aujourd'hui ?


La musique n’aurait-elle pas été un moyen d'expression pour les premiers hommes ?

  • Avec des danses ?
  • Ne traduisait-elle pas finalement les sentiments d’un groupe ?
  • Gaie,
  • Mélancolique,
  • Violente,
  • Douce …
  • Rythmant le travail, les combats, quelques cérémonies "religieuses", ... ?
  • Des incantations à travers une sorte de "musique" magique, des associations aux sons rythmés, … ?
  • Les hommes n’essayèrent-ils pas de communiquer avec les "esprits" qui les entouraient ?

 

L'espérance ...

Celle que les divinités puissent agirent sur les événements qu'ils ne pouvaient expliquer, maîtriser, comprendre, ... Comme pouvaient être les maladies, la foudre, le vent, les orages, les tempêtes, ...

En tout état de cause ...
Des instruments confirment bien la présence de la musique et ce dès la préhistoire.
Nous pouvons ainsi remonter jusqu'au néanderthaliens.


 
Mise en ligne le 16 août 2010 ...

In 1922, Howard Carter discovered the tomb of King Tutankhamun in Egypt's Valley fo the Kings. Among the many treasures were two trumpets ... one silver and one copper. In 1939 these two trumpets were played in a world-wide broadcast by the BBC. This is the story of that broadcast, along with the recording of the playing of the trumpets.

 

Narrated by TGH James, with a rendition of the trumpets at the end: https://www.youtube.com/watch?v=zr_olu7chEY

 

http://egyptsound.free.fr/sounds/Egyptsound_MP3/04_Ensemble.mp3

 

 
Mise en ligne le 24 juil. 2011 ...

"From New England comes Douglas Irvine, a composer, sound artist and instrument maker, the sounds that he creates are inspired on the musical traditions of ancient Middle Eastern cultures, like ancient Egypt and Mesopotamia. This record have a great aura, with different sensations, its ritualistic, relaxed, deep, dark, ethereal and mystic. This are some of the old instruments that you could ear on this great record that e real advice: bass lyre, bells and miscellaneous percussions, shoulder harp, clappers, pan pipes, double Oboe etc. Ambient Egypt is a varied collection of musical soundscapes inspired by ancient Egyptian traditions.

Although music existed in prehistoric Egypt, the evidence for it becomes secure only in the historical (or "dynastic" or "pharaonic") period--after 3100 BCE. Music formed an important part of Egyptian life, and musicians occupied a variety of positions in Egyptian society. Music found its way into many contexts in Egypt: temples, palaces, workshops, farms, battlefields and the tomb. Music was an integral part of religious worship in ancient Egypt, so it is not surprising that there were gods specifically associated with music, such as Hathor and Bes (both were also associated with dance, fertility and childbirth).

All the major categories of musical instruments (percussion, wind, stringed) were represented in pharaonic Egypt. Percussion instruments included hand-held drums, rattles, castanets, bells, and the sistrum--a highly important rattle used in religious worship. Hand clapping too was used as a rhythmic accompaniment. Wind instruments included flutes (double and single, with reeds and without) and trumpets. Stringed instruments included harps, lyres, and lutes--plucked rather than bowed. Instruments were frequently inscribed with the name of the owner and decorated with representations of the goddess (Hathor) or god (Bes) of music. Both male and female voices were also frequently used in Egyptian music.

Professional musicians existed on a number of social levels in ancient Egypt. Perhaps the highest status belonged to temple musicians; the office of "musician" (shemayet) to a particular god or goddess was a position of high status frequently held by women. Musicians connected with the royal household were held in high esteem, as were certain gifted singers and harp players. Somewhat lower on the social scale were musicians who acted as entertainers for parties and festivals, frequently accompanied by dancers. Informal singing is suggested by scenes of workers in action; captions to many of these pictures have been interpreted as words of songs. Otherwise there is little evidence for the amateur musician in pharaonic Egypt, and it is unlikely that musical achievement was seen as a desirable goal for individuals who were not professionals.

The ancient Egyptians did not notate their music before the Graeco-Roman period, so attempts to reconstruct pharaonic music remain speculative. Representational evidence can give a general idea of the sound of Egyptian music. Ritual temple music was largely a matter of the rattling of the sistrum, accompanied by voice, sometimes with harp and/or percussion. Party/festival scenes show ensembles of instruments (lyres, lutes, double and single reed flutes, clappers, drums) and the presence (or absence) of singers in a variety of situations."

 

The Oldest Known Melody

(Hurrian Hymn no.6 - c.1400 B.C.)

 

 
Ajoutée le 11 juin 2014 ...

"Among the remarkable treasures found in Tutankhamun's tomb were two ornate trumpets, one made of silver and the other of bronze. In 1939, BBC radio broadcast the trumpets' music to 150 million people listening in world wide, broadcast to "The Four Corners Of The World". During the looting of the Cairo Museum in 2011, one of the trumpets had been stolen and has since been recovered. King Tutankhamun's tomb was Discovered by Howard Carter on February 16th, 1923."

 

Musique de platon

Une douce musique ... Avons-nous véritablement découvert l'équivalent d'une partition musicale ? En Égypte ancienne.

Par Le 03/02/2015

ankh hiero "Vivre" … "La vie" … https://www.aime-jeanclaude-free.com

Logopdf

 

Insensible ?

Comment pouvons-nous l’être ?

Et cela lorsqu’il s’agit de musique.

Ne nous ferait-elle donc pas vibrer ?

Ne serait-ce point parce que notre cerveau établit alors une sorte de passerelle entre les sons ainsi que nos émotions ?

 

Toutes les différentes de cultures humaines que nous connaissons semblent écouter de la musique. Cependant, est-ce suffisant pour pratiquement affirmer qu’elle pourrait-être universelle ?

Cela ne nous laisserait il point suggérer que nous avons tous finalement au moins un point commun ?

Ce simple dénominateur, ne serait-ce point finalement l'émotion ! Ressentons-nous vraiment tous la même et ce face à une mélodie identique, … ?

 

Référons-nous alors au domaine de l'ethnomusicologie :

  • Ne nous révèle-t-il pas qu’au sein d’une même culture, les émotions sont semblables face à la musique ?
  • Ne nous fait-il pas comprendre aussi que nous nous trouvons devant une grande difficulté quant à définir une notion universelle, du moins de façon acceptable, de la musique ?

Emission sonore de type musicale …

Il me semble même qu’il n’existe aucun mot, dans notre société, dans celle de l’Égypte antique,…, et ce relatif à ce «point qui nous serait commun», à cet espace cérébral associé à la musique, à …

 

Vous vous êtes certainement aperçu, qu’au sein de certains dialectes du continent africain, vous aviez bien du mal à trouver des mots afin de désigner :

  • Le chant,
  • Leurs catégories,
  • Et même la musique.
  • La mélodie,
  • Le rythme …

 

Il me semble que même les équivalences sont difficilement décelables et ce avant le 20e siècle, quand on pense en arabe yéménite, en arabe classique, …

 

Nefartari tenant un sistre à Abou Simbel

Nous sommes bien au temple d’Abou Simbel.

Nous pouvons ainsi y admirer Nefartari, l'épouse de Ramsès.

La netjeret "Harthor Nefartari" avec le fameux sistre.

Source

 

Vous l'aurez bien compris, voici notre très belle Néfertari représentée :

  • Avec un sistre dans sa main droite,
  • Et une fleur de lotus dans celle de gauche ...

 

D'ailleurs...

Les textes semblent bien s'accorder pour désigner Hathor comme la divinité la plus représentative du domaine musical ... 

 

Même si au demeurant nous connaissons bien d'autres divinités dans ce domaine comme par exemple :

  • Basted, représentée bien souvent comme vous savez par une chatte ...
  • Bés, en quelque sorte un gnome disgracieux ...
  • Meret relatif à la musique instrumentale, du chant, de la danse et ce sous l'aspect d'une femme ...
  • Que dire de Taouret veillant sur la parturiente ...
  • ...

 

  3124212475_1_11_V2Q9yL6D.jpg

Sistres de la netjeret Hathor comme vous savez ...

Hochets musicaux que l'on agitait pour honorer les divinités ... 

Source / Lien

 

Mosaic-Alexandre-le-Grand-333BC.jpg

Mosaïque d'Alexandre le Grand.

333 avant l'ère du Christianisme ...

 

Plan de l'article ...

 

→ Nous voici donc au sein d' éléments tout à fait historiques …

 

→ Cela fut-il véritablement une certaine réalité ... ?

 

→ Ainsi, souvenons-nous du fameux conte de Sinouhé …

 

→ Alors, quelle musique pouvait-on bien entendre sous Alexandre le Grand ?

 

→ Aurait-on véritablement découvert une partition musicale aussi ancienne ?

 

→ Voici le fragment en question ...

 

→ Voici donc une fantastique prouesse ...

 

→ Quel aurait-été le genre de "sons" que nos anciens aimaient à entendre ?

 

→ Un instrument d'époque pharaonique reconstitué.

 

10433145_867751343255065_3138014512963150589_n.jpg

Nebtawy ...
Epouse de Roy.
Elle détient visiblement un sistre dans une main, dans l'autre une fleur de lotus et on peut également admirer un collier menat ...
Nous sommes bien au sein de la 18e dynastie avec le règne d'Horemheb ...

© Dario Nannini

 

Nous voici donc au sein d’éléments tout à fait historiques …

 

Même si nous abordons une thématique relative à la musique.

Avons-nous alors ressenti ce besoin de préciser cette ancienneté à la fois quant à la considération, mais également au sérieux, ..., qui devaient probablement l'entourer ?

Bien certainement ...

 

La musique ...

Chez les grecs bien sûr, mais également tout autant chez nos anciens égyptiens. Si de nos jours, elle semble bien partie intégrante du divertissement, fut-elle toujours considérée de cette manière ?  

 

Souvenons-nous d'un certain Bob Marley, il entra dans la légende et ce grâce justement à la musique.

Ne s'exprima-t-il point de cette manière …

 

"Music

is more than music" 

 

Cela fut-il véritablement une certaine réalité... ?

 

"Le travail des champs était monotone et les Égyptiens,

pour donner du courage aux hommes

et

les inciter à fournir un meilleur rendement,

avaient recours à des intermèdes musicaux :

un chanteur accompagné

ou

non d’un flûtiste,

chantait en soliste,

les couplets d’une chanson connue dont le refrain devait être repris, en chœur, par les paysans.

 

Le procédé existe encore aujourd’hui

(mais sans flûtiste)

sur les chantiers de fouilles,

et nous pouvons témoigner qu’il donne les meilleurs résultats"

 Jacques Vandier...

"Manuel d’archéologie égyptienne.
Bas-reliefs et peintures.
Scènes de la vie agricole à l’Ancien et au Moyen Empire"
Éditions A. et J. Picard, 1978, Vol. VI page 106.

 

Ainsi souvenons-nous du fameux conte de Sinouhé

 

Et bien sûr de Sésostris I …

D’aucuns subodorent aujourd’hui qu’en ce qui concernait nos anciens, mourir à l’étranger devait certainement être considéré à la manière d’une véritable abomination.

 

Il semblerait visiblement que pharaon aurait alors émis une sorte de message destiné à Sinouhé :

 

   "On fera pour toi une marche du départ

(Un cortège funèbre)

le jour de l’union avec la terre

(Le jour de l’enterrement) ...

On te mettra dans un catafalque mobile,

des bœufs te tireront

et

des musiciens seront devant toi.

On fera la danse des morts jusqu’à l’entrée de ta tombe.

 

On fera pour toi une offrande funéraire.

On fera un sacrifice à la porte de ton autel funéraire, tes piliers étant construits avec du calcaire au milieu de ceux des enfants royaux.

Ta mort ne surviendra pas en pays étranger.

Les Asiatiques ne t’enterreront pas.

On ne te mettra pas dans une peau de mouton.

On te fera un mastaba.

 

Cela a assez duré de battre le sol

(D’errer, de vagabonder).

Pense au retour de ton cadavre ..."

 

Alors, quelle musique pouvait-on bien entendre sous Alexandre le Grand ? 

 

Alexander_Rondanini_Glyptothek_Munich_298_n3.jpg

Voici une tête, celle de l' "Alexandre Rondanini".

Une copie antique ...

Représentant Alexandre le Grand bien sûr, une copie romaine possible …

L'original appartenait à un groupe statutaire sculpté par Euphranor : le roi Philippe de Macédoine était représenté sur un char tiré par quatre chevaux ; son fils Alexandre, en train de monter dans le char, tenait les rênes des deux mains.

(En aparté, l'armure et le vêtement furent des ajouts du copiste).

Création du groupe après la bataille de Chéronée, 338 B.C.E.

Source

 

Aurait-on véritablement découvert une partition musicale aussi ancienne ?

 

Je vous emmène au Louvre ...

 

Sans aucune ironie ...

Nous sommes au sein même d'une boite à biscuits. A l'intérieur de laquelle, on y aurait ainsi découvert un artefact, dans un état de parfaite conservation.

 

Serions-nous alors en présence de quelques véritables notes de musique ?

 

    "Au cours d'un inventaire en 2002,

je l'avais trouvée roulée en boule

dans une boîte à biscuits en ferraille

avec un morceau de cigare

et

des journaux.

 

Elle végétait dans les tréfonds du Louvre

depuis plus de cent ans.

 

Mais j'ai vite compris que c'était une merveille oubliée."

M. Laurent Capron...

 Papyrologue de la Sorbonne.   

 

Voici le fragment en question ...

 

Serait-ce véritablement une sorte de "partition musicale" ?

 

Sur des papyri … ?

image_126875_v2_m56577569831301193.jpg

Musée du Louvre.

© Laurent Capron.

 Papyrologue de la Sorbonne ...

 

Voici donc :

  • Un papyrus "musical" daté d'Alexandre Le Grand lui-même.
  • Une sorte de petite partition déchiquetée …

 

Eduqué par Aristote ce grand personnage historique fit comme vous savez de la Macédoine une région remplie de raffinement.

 

Louxor_Amon_Ra_Alexandre.jpg

Relief représentant Alexandre le Grand priant le netjer Amon-Râ.

Temple de Louxor.

 Période ptolémaïque ...

© Neithsabes

 

Voici donc une fantastique prouesse ...

 

Nous remontons ainsi le temps afin d’atteindre le 4e siècle avant l’ère du Christianisme.

 

Ainsi …

Les spécialistes seraient alors parvenus non seulement à décrypter, mais également à fabriquer un instrument de musique que d’aucuns subodorent être bien proche de ceux que nos anciens utilisaient.

 

Faisons encore un bon dans un autre passé …

Et souvenez-vous de la devise de Goethe qui stipulait "Il ne savait pas que s’était impossible, alors ils l’ont fait !".

 

Une question logique pourrait alors se poser. Les chercheurs y auraient-ils aussi découverts une sorte de partition musicale ? A contrario de cet adage, il semblerait bien que cela ne fut pas véritablement le cas (?)

 

Quel aurait-été le genre de "sons" que nos anciens aimaient à entendre ?

 

En vérité …

Je suppute que nous en avons quand même une bien vague idée.

 

Souvenez-vous d’Euriphide.

Nous sommes bien au 5e siècle avant notre ère …

On aurait alors découvert l'équivalent de 35 notes musicales.

 

Faisons alors une petite comparaison.

Cela pourrait être pratiquement équivalent à connaître "uniquement" une minute de toute l’œuvre de Mozart.

Si peu …

Mais paradoxalement peut-être, cela représente tant. Une véritable tranche de vie en quelque sorte, cela n’a pas de prix.

 

Un instrument d'époque pharaonique reconstitué.

 

Vint alors l'intervention de Madame Annie Bélis.

Elle est véritablement une des rares spécialistes de la musique antique ...

Une archéologue du patrimoine sonore ...

Elle serait membre du CNRS, ENS ...  

 

Elle fit alors visiblement appel à un professionnel bien particulier, un luthier. Elle avait à l'esprit de réaliser une véritable cithare de type romaine.

Ils créèrent en quelque sorte une synthèse basée sur de nombreuses sources d'informations visuelles.

 

Un véritable trésor ...

Mentionnons en particulier comme source le fameux traité d’Alypius.

Un texte particulièrement difficile à interpréter ...

Il aurait comparativement comme équivalence la fameuse pierre de Rosette puisque qu'apparemment nous sommes en présence d'au moins 1680 signes musicaux.

 

Ce texte antique aurait donc permit une sorte de décryptage aboutissant finalement à une aria.

 

A cet effet ...

J'ai eu une chance envoutante, celle de participer à un concert en décembre 2011 relatif à la "musique qu'aimait Alexandre le Grand".

 

Et en parallèle :

  • J'ai pu aussi participer à une exposition "Au royaume d'Alexandre Le Grand".
  • Ainsi qu'une exposition : "Les historiens d’Alexandre, la fabrique du mythe" par Janick Auberger de l'université du Québec, Montréal.

 

Un jour probablement …

  • Aurais-je le plaisir de vous réaliser une thématique quant à ce légendaire Alexandre Le Grand, particulièrement sur cette belle exposition et conférence…
  • Parlerons-nous également de cette eurythmie …

De cet autre idéal symbolisé à travers la danse mais aussi tout à la fois dans cette perpétuelle recherche finalement i.e. l’harmonie tant recherchée par nos anciens.

Plus concrètement aborderons-nous cet équilibre des émotions à travers le rythme du corps et de cette musique …

 

10952958_862125637143636_5548112472236298433_o.jpg

La dance du bâton...

10960337_862125837143616_7814870806234756578_o.jpg

Source / © Ahmed Nouby Moussa

 

Votre réaction au cours de cette thématique m’insufflera-t-elle ce désir d’aborder cela et bien d’autres thèmes qui éventuellement toucherait votre sensibilité … ?

... 

 

Alors, à suivre ...

J'espère que vous avez pris autant de plaisir à lire mes textes que j'en ai eu à vous les écrire !

 

Clé de VIE 

 

Afin d'en connaître davantage, je vous invite à consulter :

 

  • Sources ...

 

Collection "Passion de l'Égypte" Editions Atlas 2003.    

 

Le chant d’Antef qui est manuscrit sur ce fameux papyrus Harris 500...


Pascal Vernus, Dictionnaire amoureux de l’Egypte pharaonique, 2009, version de Paitenemheb, p. 214-229... 

 

Pierre Gilbert, Chronique d'Egypte, Volume 15, Number 29 / Janvier 1940,


Emeri Sibylle (1970), Les musiciens de l'Egypte ancienne, leurs titres et leur métier, des origines à la fin du Nouvel Empire (Thèse, dir. Jean-Claude Goyon).  Université Lumière, Lyon 2005

 

Smeesters Corinne, La musique à l'époque pharaonique. Dans "Papyrus Express" (1,6) 26 Février 2001.

 

Lise Manniche, "Musique et Musiciens dans l'Egypte ancienne", Londres 1991. 

 

Hervé Platel, professeur de neuropsychologie à l'unité Inserm U1077 à l'Université de Caen. 

 

Thomas Schlesser / Journaliste, historien de l'art

 

Beaux-Arts magazine, numéro 330 ...

 

  • Sitographie ...

 

Link 1

  

Link 2

 

Ob 7e8f3e ob 16217c ob 535271 ob 751bf1 ob 920c6

 

Aphorisme ...

Ceci pour autoriser et provoquer d'autres pensées !

Aucune prétention ...

Ne prétend pas tout dire ...

 

  "Faites que le rêve dévore votre vie

afin

que la vie ne dévore pas votre rêve."
Philippe Chate.

 

Ob 4edf73 fils de ra seigneur des deux terres 1

 

 

Tell el amarna n 4 groupe nord meryre i pretre d aton

Une douce musique, alors "Suis ton cœur, aussi longtemps que tu vis", le harpiste aveugle ... En Égypte ancienne.

Par Le 02/08/2014

ankh hiero

"Vivre"…

"La vie"…

 

https://www.aime-jeanclaude-free.com

 

Logopdf

 

"La musique

donne une âme à nos cœurs

et

des ailes à la pensée" 

Platon

 

Il existe bien quelques légendes hiéroglyphiques ...

Au sein même de certains hypogées ...

Ainsi, avec cette immense plaisir, elles nous laissèrent des scènes avec parfois, je vous le concède, quelques paroles, qui furent bien probablement celles de chansons.

 

Nous sommes aujourd'hui dans cette légendaire 18e dynastie au sein d'une chapelle, celle de l'hypogée de Nebamun.

Daté entre 1400 et 1300 B.C.E ...

 

Et cela ...

Comme vous le savez, dans la belle cité de Thèbes, au sein du quatrième nome de Haute-Égypte ...

Aujourd'hui Louxor ...

Thebai en grec ...

Ouaset, la cité de Kemet l'antique.

Le "sceptre" ...

La "Puissante" ...

 

 

"... the scent which Ptah gives off,
and Geb has caused
his beauty to grow in every body
Ptah has done these things
with his hands in order to be restful of heart
The channels are filled with water anew
and the land is flooded with his love... "

Parkinson 2008, p 78...

 

Pour d'autres chansons ...

Je vous conseille également, Manniche 1991, p 50-1 ...

Lise Manniche, "Musique et Musiciens dans l'Égypte ancienne", Londres 1991.

 

1924330_691712280877340_7834536668427188782_n.jpg

5e dynastie ...

Musiciens de l'hypogée de Nefer et Ka-Hay.

A Saqqarah ...

Source

 

Mille fois hélas ...

Aucune notation musicale ne semble avoir survécu, en tout cas jusqu'à nos jours.

 

Sa tombe (KV 11) La Tombe des harpistes ramses III

  Hypogée de Ramsès III, KV 11 ...

L'hypogée des harpistes selon le voyageur écossais James Bruce en 1768.

 

Ainsi devaient-ils visiblement chanter les louanges du souverain Ramsès III.

Et cela devant Atoum, Shou et Onouris ...

Nous sommes au sein du Nouvel Empire et plus précisément de la 20e dynastie. 

 

Dans l'hypogée dite "des harpistes" l'un deux sembla s'évertué à charmer Shou, Onouris et Atoum et cela de la même manière.

Par lui les sons mélodieux des cordes ne se diffusaient-ils pas dans l'air ?

Alors, sans Shou ...

Point de musique.

 

C'est peut être là le vrai "message" de ces fresques (?)

 

Plan de l'article ...

 

De tous les temps ...

 

→ Alors que fut-elle vraiment, cette musique antique ?

 

Elle fut bien certainement un moyen d'expression pour les premiers Hommes.


→ Une piste peut être ? Souvenez-vous des coptes ... 


Le musicien avait bien l'air aveugle.

 

→  Ainsi ...


→  Le "harpiste aveugle" ... 

 

  1560755_766321250077532_703669182874433298_n.jpg

 Figure en bois peint d'une femme harpiste.

Nous sommes au sein de la Basse-Époque ...

664 à 332 B.C.E ...

© British Museum.

 Source  

 

De tous les temps ...

 

Même à cette période très lointaine que connurent les néanderthaliens, les Hommes durent utiliser des sons.

 

  • Ceci explique certainement pourquoi il est impossible de dater l'apparition de la musique (?)

 

  • Difficile également de connaître qui du rythme ou de la mélodie fut le premier composant de cet art ancestral ?

 

Elle eut probablement comme objectif premier d'accentuer les émotions liées :

  • Aux cérémonies, 
  • Aux fêtes ...

Je subodore dès lors que la musique en elle même fut apparue en des temps encore plus reculés, au cours de certaines ritualisations ! Et ceci à des fins d'élaborer, en quelque sorte, une nouvelle façon de communiquer émotionnellement, bien évidemment.

 

Elles devaient bien traduire les sentiments d'un groupe comme :

  • La gaité,
  • La mélancolie,
  • À la fois douce et probablement violente aussi, ...

 

Créant une sorte de labyrinthe d'émotions afin de :

  • Communiquer avec les esprits.

En espérant certainement que ceux-ci pouvaient agir sur les événements non expliqués, non maîtrisés ...

Maladies,

Foudre,

Vent, 

Tempête de sable,

  • ...

 

Ne vit-on point d'ailleurs la musique introduite comme ayant certaines vertus médicales en :

  • Chine,
  • Perse,
  • Grèce,
  • ...
  • Égypte ?

 

Alors que fut-elle vraiment, cette musique antique ?

 

Des chants ?

Des danses ?

Des battements de mains ?

De pieds ?

Des chocs de pierres ?

Ou des morceaux de bois ? Comme chez certaines peuplades encore aujourd'hui en Afrique ou en Amérique ...

 

Elle fut bien certainement un moyen d'expression pour les premiers Homme.

 

Ainsi ...

A quoi pouvait bien ressembler la musique qu'aimait nos anciens ? Car comme dans beaucoup d'autres domaines, cela pourrait bien fournir de grandes quantités d'informations sur la façon dont nos anciens auraient pu vivre, aimer, s'amuser, leurs ressentis aussi, ...

 

De fait, dès 3500 avant notre ère existait déjà des :

  • Harpes,
  • Lyres,
  • Flûtes,
  • ... Mille années passèrent ainsi ...

Arrivèrent alors les instruments classés comme ceux à percussion, ... 

 

Nonobstant, à ma connaissance, aucune recherche n’a encore vraiment aboutie à la découverte de compositions musicales.

 

Une piste peut être ? Souvenez-vous des coptes ...

 

À partir de leurs hymnes ...

Mais également de certains de leurs psaumes ...

Il semblerait alors, selon certains auteurs en tout cas, que cela pourrait fort bien ressembler, ou tout du moins se rapprocher, de la musique de nos anciens.

 

Tout laisse effectivement à penser, que les premiers chrétiens avaient reprit certaines mélodies des temples de nos ancêtres, en y adaptant probablement de nouvelles paroles.

Mais si cela fut bien le cas.

Qu'elles pourraient être les segments / parties d'origines "pharaoniques" ... ?

À suivre donc ...

...

 

Trois-musiciens--un-harpiste--un-chanteur-et-un-flutiste-a.gif

    Trois musiciens ...

Un harpiste ...

  Un chanteur ...

Un flûtiste ...

Tous semblaient accompagner de leurs discrets accents, la toilette de Ptahhotep.

5th Dynasty
Source : Osirisnet

 

Le musicien avait bien l'air aveugle.

 

harpiste-egyptienHarpiste aveugle (peinture du tombeau de N 

Imaginez alors cette douce musique qui devait bouleverser les cœurs ...

Ce harpiste est aveugle.

Peinture de l'hypogée de Nakht.

Thèbes. 

 

Un handicap qui du reste ne semblait en rien diminuer l'habileté et la maîtrise musicale.

 

Il jouait de la harpe :

  • Devant le défunt.
  • Devant sa femme également ...
  • N'oublions pas les netjerou car ils devaient certainement participer eux aussi à la préservation de cette seconde vie au sein même, comme vous le savez bien, du monde de l'au-delà, de la Douat. Ils se devaient par conséquent de rendre cette nouvelle existence des plus agréables, cela est de ma part bien logiquement supputé.

 

Ainsi,il ne vous aura certainement pas échappé qu'en fonction de l'importance de l'instrument le musicien se tenait :

  • Debout !

Légèrement courbé ...

  • Assis.
  • Ou bien alors agenouillé. De fait, la harpe semblait bien, en fonction des diverses représentations que nous connaissons aujourd'hui, se positionner devant les pieds du musicien, ou alors légèrement entre ses jambes.

 

Du reste ...

Il me semble bien qu'il fut habillé avec des vêtements de qualités. Cela ne dénoterait-il pas la haute considération dont il jouissait et cela malgré son lourd handicap dans ce contexte historique ?

 

Ainsi ...

 

Nous serions au Moyen-Empire ...

2 022 à 1 650 B.C.E ...

 

Il ne vous aura certainement pas échappé qu'au sein de certains :

  • Hypogées,
  • Comme du reste de mastabas, demeurent parfois, un harpiste. Et, plus précisément  le "harpiste aveugle".

 

En tout cas, tous ceux qui "interprétèrent" les représentations le virent-ils ainsi.

 

Un œil figuré :

  • Presque discrètement,
  • A la dérobée,
  • Tellement en catimini qu'ils auraient été pratiquement absent.

 

Interprétations qui du reste semblent être parfaitement appuyées par les textes découverts pars les archéologues.

 

Le "harpiste aveugle" ...

 

À genoux ...

Une harpe moyenne ...

Articulait-il aux convives ... ?

Comme nous pourrions le subodorer avec le fameux "chant du harpiste".

Cette façon de vivre ...

De jouir  de la vie, ... ?

 

"Que reste-t-il des tombeaux de nos constructeurs ?

J'ai écouté les paroles

d'Imhotep et de Dedefhôr, devenues :

règles et conseils "qui ne passeront jamais" ...

Les murs sont tombés et les tombeaux n'existent plus ...

 Mon Coeur reste en paix, seul l'oubli te donnera la sérénité.

 Mon cœur sois joyeux et  ne te laisse pas abattre

habille-toi de lin fin et met de la myrrhe sur la tête.

Accomplis tes destinées sur Terre et ne te tourmente pas.

 Car les plaintes ne sauvent personne du tombeau

et

personne ne peut emporter avec lui son bien... "

Au sein du temple funéraire du souverain Antef de la 11e dynastie ....

 

Ils exhortaient ainsi leurs auditeurs à jouir de l'instant présent puisque la mort était bien inéluctable ... 

 

La virtuosité de l'artiste, fragment de relief provenant d

La virtuosité de l'artiste ...

Fragment de relief provenant du site d'Armana.

 Nouvelle Empire.

 New York.

© Nobert Schimmel Collection.

 

12160 403453789791005 1606407173 n

 

Mais voilà ...

Il vous faudra attendre, un peu, afin d'en connaître prochainement la suite ... 

 

Afin d'en connaître davantage, je vous invite à consulter : 

 

Sources ... 

 

Collection "Passion de l'Égypte" Editions Atlas 2003.    

 

Le chant d’Antef qui est manuscrit sur ce fameux papyrus Harris 500...


Pascal Vernus, Dictionnaire amoureux de l’Egypte pharaonique, 2009, version de Paitenemheb, p. 214-229... 

 

Pierre Gilbert, Chronique d'Egypte, Volume 15, Number 29 / Janvier 1940,


Emeri Sibylle (1970), Les musiciens de l'Egypte ancienne, leurs titres et leur métier, des origines à la fin du Nouvel Empire (Thèse, dir. Jean-Claude Goyon).  Université Lumière, Lyon 2005

 

Smeesters Corinne, La musique à l'époque pharaonique. Dans "Papyrus Express" (1,6) 26 Février 2001.

 

Lise Manniche, "Musique et Musiciens dans l'Egypte ancienne", Londres 1991.

 

Figurine de bois représentant un HARPISTE - D2COUVERTE the

Figurine de bois représentant un harpiste.

 Découvertes thèbes N°280.

Moyen Empire. 

 

Aphorisme ...

Ceci pour autoriser et provoquer d'autres pensées !

Aucune prétention ...

Ne prétend pas tout dire ...   

 

"Il faut garder en mémoire nos rêves,

avec la rigueur du marin

qui garde l'œil rivé sur les étoiles.

 

Ensuite,

il faut consacrer chaque heure de sa vie

à faire tout

ce qui est en notre pouvoir pour s'en approcher,

car rien n'est pire que la résignation."
Gilbert Sinou

 

10580266_723294831071471_803546446270558763_n.jpg

 

Ob 4edf73 fils de ra seigneur des deux terres 1

 

Ankh, Oudja, Sénèb ! 

 

vie, force et santé.

Vignette falaise3on

Redécouvrons ensemble la chanteuse "Ta Akhet" à Saqqarah et sa dernière demeure ... En Égypte ancienne.

Par Le 20/05/2014

ankh hiero    "Vivre" … "La vie" …

https://www.aime-jeanclaude-free.com

 Logopdf

 

Nous sommes en Mai 2014 ...

 

  10384610_638584006216756_4480779836440115292_n.png

La Terre nocturne vue de l'espace ...

Toujours aussi belle.

Analogie au lotus probablement, voyez cette belle "fleur" de lumière,

c'est bien la vallée du Nil.

  De tous temps, naturellement, les hommes se sont installés le long de l'Itéru.

© Nasa

 

Plan de l'article ...

 

→ Le ministre des Antiquités le Dr Mohamed Ibrahim …

 

→ Mission Archéologique Française du Bubasteion …

 

→ Nous sommes à Saqqarah ...

 

→ Au sein de la Troisième Période Intermédiaire.

 

→ Nous devrions donc être entre les dynasties 22 et 24 ...

 

→ Au cimetière Bastet … 

 

→ Hypogée d'une dame appelée "Maya / Maia" …

 

→ Trois sarcophages en bois …

 

→ Le sarcophage du milieu ...

 

→ Le plus petit sarcophage n’a pas encore été ouvert … 

 

Le ministre des Antiquités le Dr Mohamed Ibrahim …

 

Il annonça visiblement en ce samedi 17 Mai 2014 la découverte par une mission Française, en collaboration bien évidemment avec le ministère des Antiquités, de l’hypogée d’une certaine chanteuse.

 "Ta Akhet"

 

Visiblement elle aurait été membre d’un chorus sacré daté de la Troisième Période Intermédiaire.

 

Mission Archéologique Française du Bubasteion …

 

Abouab el-qotat …

"Les Portes (= les Tombes) des chats".

On y trouve effectivement de véritables catacombes dédiées aux chats, et à sa déité féline. Le point essentiel fut le fait qu’elles furent érigées sur des artefacts remarquables puisque vieux d’un millénaire de plus et correspondant en fait au Nouvel Empire.

 

Serions-nous alors dans la fameuse zone dites "dehenet de ‘Ankhtaouy" ?

Ce plateau,

Cette falaise,

Cet escarpement proche de Men-néfer qui semblerait avoir été ce lieu d’inspiration de nos anciens pour leurs dernières demeures.

 

Une mission sous la direction du Dr Alain Zivie qui fut je vous le rappelle le fondateur et le responsable de cette mission ! Et ceci dès les années 1976… Cependant les fouilles à proprement parlées ne débutèrent vraiment qu’en 1980.

 

Nous sommes à Saqqarah ...

Ankhtaouy…

Ankh-Taouy…

 

popupcarte.gif

Source / Lien

 

Son nom vient de Sokar, le netjer funéraire.

 

3 000 ans d’histoire jusqu’à l’époque arabe : statues, bas-reliefs, sarcophages richement décorés, mobiliers funéraires et objets de la vie quotidienne.

Bien moins spectaculaire que le site de Guiseh.

Elle n’en demeure pas moins tellement plus riche.

 

Située sur un plateau à l’ouest de Memphis …

Sa superficie est de 8 km² : cette nécropole semble bien la plus vaste qui soit par sa superficie mais également par son échelle de temps.

La plus vaste …

La plus ancienne aussi …

Elle est située à une vingtaine de kilomètres au sud du Caire.  Sur une longueur de près de 8 km du nord au sud.

 

Ainsi, abrite-t-elle des monuments vraiment exceptionnels couvrant une très grande période historique.

Des mastabas …

Des pyramides …

Des hypogées … Nous pouvons ainsi remonter au moins à la première dynastie et jusqu’à l’époque Ptolémaïque.

Aha, second souverain de la I dynastie …

Le village d'Abousir, au nord …

Souvenez-vous, Imhotep, architecte du pharaon Djéser, y érigea le premier complexe funéraire royal totalement construit en pierre de taille, en assises réglées.

 

 2c4a28d0-5212-4c0d-a627-f097a689095b_16x9_788x442.jpg

Une vue d'ensemble ...

Celle bien sûr des pyramides de Saqqarah.

Source / Lien

 

Saqqarah était bien la nécropole de l'antique ville égyptienne de Memphis. Nous sommes sur cette rive gauche du Nil.

Cependant ...

Il faut bien reconnaître que ce site est surtout connu du grand public à travers la plus ancienne pyramide d'Égypte.

 

Il fut un temps ou Men-néfer …

 

"... est restée
un important centre administratif

et

militaire alors que Louxor

(dans le sud)
devenait la véritable capitale" 

  Ministre des Antiquités Mohammed Ibrahim. 

 

L’histoire bien récente et non exhaustive de l’ensemble de ce site …

  • Ainsi  Napoléon Bonaparte vint à Alexandrie et ceci en 1798

Seule devait émerger de ce site la fameuse pyramide à degrés du pharaon Djoser.

Des décombres informes ...

  • Le général Enrico Menu von Minutoli aidé en cela de l’égyptologue italien Girolamo Segato devint dès lors le responsable scientifique du site en 1818. Ce fut ainsi que vit grâce à la Prusse la première exploration du complexe funéraire de Djoser.
  • John Shae Perring  en 1836 fit beaucoup de déblaiements sous la responsabilité du colonel Richard W. Howard-Vyse.
  • Nous sommes en 1842 voici donc Karl Richard Lepsius dirigeant une mission à nouveau d’origine prussienne.

Il fit alors un énorme inventaire de Kemet visible au sein des "Denkmäler aus Ägypten und Äthiopien"  / "Monuments d’Égypte et d’Éthiopie" entre 1849-1850.

  • Cependant n’oublions surtout pas Mariette car il fut véritablement le premier à mon sens tout du moins à vraiment considérer cette  nécropole dans son ensemble.

Souvenez-vous il mit au jour le 12 novembre 1851 le fameux Serapeum de Mem-néfer ! Sa célébrité fut alors de mise.

Le terme du reste de mastaba viendrait de ce moment là et bien sûr de lui.

  • À partir de 1927 commença les fouilles de la nécropole dont la plupart des monuments n'étaient plus alors que ruines.

J.-P. Lauer …

Souvenez-vous de cet immense érudits qui pendant plus de 50 ans se vouera entièrement à la restauration du site et plus particulièrement à l'ensemble funéraire de Djeser.

  • De nos jours, comme vous le savez, le site est toujours étudié.

Le département des antiquités Égyptiennes du musée du Louvre …

 

Au sein de la Troisième Période Intermédiaire.

1070 à 715 avant notre ère …

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/75/Third_Intermediate_Period_map.svg/317px-Third_Intermediate_Period_map.svg.png

Une carte montrant les divisions politiques dans Kemet l'ancienne au cours de la Troisième Période Intermédiaire...

Environ 730 B.C.E ...

  © Jeff Dahl

 

La 21e dynastie : 

→ Smendès (1 070/69 - 1 044/43)
→ Amenemnésout (1 044/43 - 1 040/39)
→ Psousennès I (1 044/43 - 994/93 )
→Amenemopé (996/95 - 985/84)
→Osokhor (985/84 - 979/78 )
→ Siamon (979/78 - 960/59)
→ Psoussennès II (960/59 - 946/45)

 

La 22e dynastie : sommes nous à cette époque ?

→ Shéshonq I (946/45 - 925/24)
→ Osorkon I (925/24 vers 890)
→Takélot I (890 - 877 )
→ Shéshonq II (877 - 875)
→Osorkon II  (875 - 837)
→ Shéshonq III (837 - 798)
→ Shéshonq IIIa (798 - 785)
→Pami  (785 - 774)
→ Shéshonq V (774 - 736)
→ Pontifes thébains
→ Harsièsis (870 - 850)
→ Takélot II (841  -816)
→ Pédoubastis I (830 - 805)
→ Ioupout Ier (816 - 800)
→ Shéshonq IV (800 - 790)
→ Osorkon III  (790 - 762)
→ Takélot III (767 - 755)
→ Roudamon (755 - 735)
→ Ini vers (735 - 730)

 

La 23e dynastie : sommes nous à cette époque ?

→ Pédoubastis II (à Boubastis / Tanis) (756 - 732/30)
→ Ioupout II (à Léontopolis) (756 - 725)
→ Osorkon IV (732/30 - 722)

 

La 24e dynastie : sommes nous à cette époque ?

A Saïs …

 

19e2eeee2d4a86b84902699f8dc9e875.png

Source / Lien

 

→ Tefnakht, 740 - 719 B.C.E ...

→ Bocchoris, 719 - 714.

 

Nous devrions donc être entre les dynasties 22 et 24 ...

1070 à 650 B.C.E .

 

Le cimetière …

Le lieu même de cette découverte, aurait été nommé Bastet. Nomenclature de la netjeret "chatte", mais vous le savez déjà.

Bastet …

Bubastis, et ceci surtout à partir de l’Époque Tardive et Gréco-Romaine.

Nous sommes bien au sein de cette grande nécropole de Saqqarah.

 

Hypogée d'une dame appelée "Maya / Maia" … 

 

  popuplion1.gif

Découverte des restes d'un lion dans l'hypogée de Maïa (Bub I.20).
© P. Chapuis.
© A. Zivie, texte inédit publié en anglais dans "The Lost Tombs of Saqqara" (Toulouse, 2007).

MAFB © Hypogée

 

Dixit le Dr Ibrahim …

Cette mission française avait comme objectif initial le nettoyage et l'enlèvement des débris de l'hypogée de Maya.

 

Souvenez-vous ...

Elle fut probablement la nourrice du légendaire pharaon-enfant Toutânkhamon qui vécut au cours de la 18e dynastie.

1550 à 1295 B.C.E ...  

 

El-Asfar a de ce fait déclaré que des études sont actuellement menées pour savoir pourquoi le sarcophage de cette chanteuse a été "entreposé" à l'intérieur même de l'hypogée de Maya.

 

nourrice_maya_saqqarah.jpg

Représentation de Toutânkhamon sur le genoux de sa nourrice,

la dame Maïa,
dans la tombe de cette dernière, à Saqqarah ...

Source / Lien

 

Trois sarcophages en bois …

 

10177366_538579526251513_2510465108834397532_n.jpg

Source / Lien

 

Le directeur du secteur quant aux antiquités égyptiennes …

Le responsable du département des antiquités égyptiennes …

Ali Al-Asfar aurait ainsi précisé que cette découverte renfermait trois sarcophages en bois. Dénotant par la même que la défunte faisait probablement partie d’une caste de nantie.

 

De plus, ce fut trois sarcophages anthropomorphes.

 

Deux d'entre eux :

  • Celui du milieu,
  • Et le plus interne, …, sont parfaitement bien conservés. Les chercheurs découvrirent de superbes peintures.

Elles semblent du reste bien représenter le visage de la défunte.

 

Third-Intermediate-Period-discovery-in-Sakkara-by-Luxor-Tim.jpg

Source / Lien

 

Le sarcophage du milieu ...

 

Dixit Alaa Al Shahat …

Directeur des antiquités de Saqqarah …

Les chercheurs y auraient découvert de nombreux artefacts.

 

  • Deux appuie-têtes en bois ...

 

Voyez en haut de l'image :

 

10302692_538579522918180_8858388773244162475_n.jpg

Source / Lien

 

  • Une boîte rectangulaire en bois munie d'ivoire mesurant 13x10x16 cm.

 

  • Une collection d'ustensiles de beauté.

Comme cette cuillère en forme de gazelle mesurant 14 x 4 cm.

Deux contenants, mesurant 3x3 cm et munis d’une poignée de 5cm, à "khôl", pour le maquillage des yeux je vous le rappelle.

 

  • Un certain nombre de perles en faïence,

 

  • Une amulette d'œil Ouadjet en faïence également,

 

 

Third-Intermediate-Period-discovery-in-Sakkara-by--copie-1.jpg

Source / Lien

 

Le plus petit sarcophage n’a pas encore été ouvert …

 

Bonne nouvelle …

Les archéologues supputent que la momie se trouve toujours à l’intérieure.

 

  10334362_10202008016191108_8653585987929126528_n.jpg

Source / Lien

 

A suivre certainement ... 

A l'ouverture du dernier sarcophage ...

Pourquoi le sarcophage de cette chanteuse a été "entreposé" à l'intérieur même de l'hypogée de Maïa ... ?

... ?

 

Afin d'en connaître davantage, je vous invite à consulter :

 

Sources ... 

 

Collection "Passion de l'Égypte" Editions Atlas 2003

 

"Le Progrès Egyptien" ...

 

Alain Zivie

 

Sitographie ...

 

Link 1

 

Link 2

 

Link 3

 

Link 4

 

"Quand on étudie le passé,
 

il est impossible de ne pas jeter
 

un regard sur l’avenir’"
Arnold Toynbee

 

Ob 7e8f3e ob 16217c ob 535271 ob 751bf1 ob 920c6

 

Aphorisme ...

Ceci pour autoriser et provoquer d'autres pensées !

Aucune prétention ...

Ne prétend pas tout dire ... 

 

"Nul n'ira jusqu'au fond

du rire

d'un enfant."

Victor Hugo

 

Ob 4edf73 fils de ra seigneur des deux terres 1

 

vie, santé, force (v.s.f.).

vie, force et santé.