Néfertoum et le lotus bleu en Égypte ancienne.

 

 


 

NEFERTOUM

Capture 28

 

 

 

 

 

 

 

 

ânkh ...  

"Vivre" …

"La vie" …

"Soyez au service de la vie" au moins avec http://www.aime-jeanclaude-free.com/

 

Néfertoum, représenté comme : 

  • Une fleur de lotus,
  • Un homme coiffé d'une fleur de lotus,
  • Un enfant assis sur une fleur de lotus,
  • Un lion,
  • ...

 

Néfertoum ...

Jeune divinité symbolisant le lotus bleu primordial duquel serait issu Râ selon la cosmogonie d'Hermopolis d’où il était du reste originaire. Il était ici associé aux origines du monde

Dans les Textes des Pyramides, il devait être "le bouton de lotus aux narines de Râ".


Il fut introduit dans la triade memphite comme le fils de grand Ptah et de la fabuleuse Sekhmet.

 

Néfertoum ...

Il pouvait prendre l'aspect d'un lion ou d'un homme à tête de lion : gardien alors des frontières orientales de Kemet.

Comme celui d'un enfant coiffé de cette très belle fleur de lotus, portant un collier de fertilité.

 

Néfertoum ...

Parfois ...

Il portait aussi deux plumes de lumière qui l’apparentait alors à Atoum ainsi qu'à

 

Néfertoum ...

On enseignait qu'au début des temps ...

Un calice de lotus aux pétales fermés flottait sur le Noum, l'océan primordial.

Alors, un faisceau lumineux l'anima !

Les pétales s'ouvrirent et Râ en jaillit.

Chaque soir, depuis cet événement, Râ se réfugie dans le calice qui alors se referme. Cette légende explique les liens particuliers unissant Néfertoum, la divinité-lotus, avec Râ. Lorsqu'il devait affronter des démiurges ou alors des déités révoltées, Râ portait parfois à ses narines une fleurs de lotus bleu que lui avait évidemment remis Néfertoum. Il se sortait de cette manière de leur bien mauvais pas.

 

"Célébrez une bonne journée,

mettez du baume

et

une odeur agréable sur votre nez,

sur vos guirlandes de poitrine de lotus

et

de pommes d'amour ..."

Chant de l'Harpiste" dans la tombe de Neferhotep.

 

674px floral collar from tutankhamun s embalming cache met dp226380

Collier floral de la cache d'embaumement de Toutankhamon / KV54.

Papyrus, feuilles d’olivier, feuilles de persée, bleuets, pétales de lotus bleus, fleurs de picris, baies de morelle, faïence, lin.

 Fouilles de Davis 1909 / Ayrton, 1907.

Metropolitan Museum of Art - New York.

https://www.metmuseum.org/art/collection/search/548831

Source

 

674px floral collar from tutankhamun s embalming cache met dp226381

Papyrus, feuilles d’olivier, feuilles de persée, bleuets, pétales de lotus bleus, fleurs de picris, baies de morelle, faïence, lin.

Source

 

Nymphaea caerulea

 

Cette fleur de lotus fut bien un symbole de la Haute Égypte  :

  • De Râ,
  • De la création,
  • De la renaissance,
  • ...

 

SesenEt ce parce que :

  • La nuit, les pétales se ferment et la fleur plonge sous l'eau. 
  • Alors qu'avant l'aube, il remonte des profondeurs jusqu'à ce qu'il réapparaisse à la surface, où il ouvre à nouveau ses pétales. 

 

Ainsi ...

A cause de ce ritualisme ...

Les anciens Égyptiens auraient associé la fleur de lotus au netjer Râ.

Et selon un mythe de la création ...

C'était bien un lotus géant qui s'éleva en premier du chaos liquide au début des temps. À partir de lui, Râ lui-même se leva le premier jour.

 

Alors :

Il est bien temps de prendre soin de vous !

Puissiez-vous avoir

la longue vie

du héron-bénou !

 

Vie prosperite sante

Ob 4edf73 fils de ra seigneur des deux terres 1

 

  Fils de Râ, seigneur des Deux Terres, Aimé, doué de vie, comme Râ, à jamais.

 

 

Christis

Aux origines de la création, il perfectionnait d'apparents paradoxes ... en Égypte ancienne.

 Monet nympheas a giverny

De Claude MONET, le bassin aux nymphéas à Giverny.

 

"Vivre" …

"La vie" …

Logopdf 1

"Soyez au service de la vie" au moins avec http://www.aime-jeanclaude-free.com/

 

Ne se confondait-il pas :

  • Avec Atoum Atem, Tem, Temu, Tumou, Tema, ..., dont il était d'ailleurs une forme bien particulière ? Une divinité primitive d'Iounou, anthropomorphe, ...

Râ nocturne ...

Tem, le finisseur du monde, étonnante parenté d'ailleurs car Néfertoum, au premier abord, ne semble pas être lié aux divinités de Onou.

  • Avec les netjerou enfants comme par exemple Horpachered ?
  • Avec les divinités représentées par des félidés, à savoir Mahès ?
  • Avec ... ?

 

H 3000 plee description de legypte botanique nymphaea lotus nymphaea caerulea h n 1809 edition originale 5 26435

Nymphaea lotus, Nymphaea caerulea.

(Histoire Naturelle, planche 60).

Gravure originale à l'eau-forte in plano, non rognée,

extraite de l'édition dite "Impériale" de la Description de l'Égypte

ou

Recueil des observations et recherches faites en Égypte pendant l'expédition française,

publié par les ordres de Sa Majesté l'Empereur Napoléon le Grand.

Réalisée entre février 1802 et 1829 sur ordre de Napoléon Bonaparte et publiée à partir de 1809 [en réalité 1810], elle fut tirée à 1 000 exemplaires sur Vergé filigrané "Égypte ancienne et moderne" et offerte aux institutions.
Planche appartenant à la section Botanique, dont l'étude fut réalisée par Alire Raffeneau-Delile (1778 - 1850), botaniste français qui participa à la campagne d'Égypte, et qui en rapporta notamment le lotus et le papyrus.

Source

 

Voici donc :

"Le grand lotus émergeant du Noum".

 

Nous sommes bien en présence d'une déité ...

Elle ne fut pas considérée à la manière d'un véritable démiurge, mais plutôt un netjer primordial tel une "composante nécessaire" pour que Râ puisse mettre en œuvre la création du monde.

Cela nous transporte alors bien logiquement dans cette cité du soleil, non pas la légendaire et unique Akhet-Aton mais bien à Héliopolis des grecs (hélios = soleil) : nous sommes alors à l'extrémité sud du delta du Nil. D'ailleurs Hérodote l'avait en très grande considération, et même Platon comme Eudoxe semblaient même y avoir séjourné.

Elle fut considérée comme ayant été la cité des obélisques.

Nomenclature donnée à une cité dont son clergé fut particulièrement puissant, attaché au netjer solaire Râ. Les contrées primitives et petites principautés se sont certainement regroupées après le néolithique selon deux foyers de civilisation : celui du Nord et celui du Sud. Ainsi, autour de 3 300 B.C.E, une première tentative d'unification aura eu lieu par un souverain du Nord. Ce "premier royaume unifié" sera bien éphémère, sa capitale en aura été Héliopolis. Nonobstant, les origines exactes d'Héliopolis sont malheureusement, et à ce jour du moins, perdues. Le fait qu'il soit inclus dans le mythe de la création lui confère cependant une importance évidente, remontant à l'époque prédynastique.

 

Ainsi nous voici avec le commencement du monde selon un paradigme Héliopolitain.

Un lotus en bouton, avec tous les pétales repliés, et qui semblait flotter au premier jour du monde à la surface de l'océan primordial Le Noum. Et voilà qu'un faisceau lumineux vint à animer le lotus, de fait il s'ouvrit et libéra Râ sous l'aspect d'un jeune enfant.

 

La course inexorable du soleil dans le ciel ...

Aussi le soir ...

Après avoir achevé sa course ...

Le soleil s'en retourna dans son lotus.

 

Capture 28

Tuile frise avec lotus et raisins.

Source

 

Plan de cette thématique ...

Revenir en haut de l'article ...

Vous pouvez accéder au chapitre en cliquant directement sur le titre de ce dernier !

 

 → Donc Râ le respirait ...

 

 → Et Nefertoum était considéré comme un symbole de la création.

 

 → C'est une évocation de la régénération permanente du souverain.

 

Et il faisait renaître ...

 

Le défunt se transformait vraiment en un lotus ...

 

Il fut bien ce redoutable gardien des frontières orientales de Kemet.

 

Et que dire de cette fameuse triade de Memphis ?

 

Afin d'en connaître davantage, je vous invite à consulter :

 

Apophtegme ...

 

Voici donc

Néfer-Temou

Atoum est parfait.

 

Il était le soleil levant, Atoum jeune en somme, avec cet aspect :

  • De la naissance,
  • De la renaissance même,
  • De la création,
  • ...

 

De plus, Néfertoum fut bien lié au royaume de Râ, cette caractéristique est fortement ancienne puisque le Spell 266 des Textes des Pyramides mentionne parfaitement qu'il aurait été  le :

 

"Lotus à la narine de Rê"

Khattab 2002 : 64

Symbole du souffle vital qui jaillit de la corolle pour animer toute existence.

 

Voilà de fait l'épithète de notre divinité :

"Le lotus que respire Râ"

 

Lotus flowers from the edfu temple

Ci des fleurs de lotus au temple d'Edfou.

Lire la suite