Scribes

 

 


 

Emma elias

Scribes

Ankh hiero 1

ânkh ...

"Vivre" …

"La vie" …  http://www.aime-jeanclaude-free.com/

 

Souvenez-vous d'un certain Peiresc, nous sommes alors en 1610.

Il fut probablement l'un des premiers "curieux" du 17e siècle à s'intéresser à l'égypte ancienne.

Aussi, grâce à ses recherches, il pressentit que la lecture des hiéroglyphes passerait par la connaissance du copte. Et, en effet, si Champollion put comprendre les hièroglyphes grâce à la pierre de Rosette, c'est "certainement" aussi parce que tout au long des 17 et 18e siècles les efforts de plusieurs linguistes portèrent sur le copte. 

 

"L'art de voir la nature

est,

aussi bien que l'art de déchiffrer les hiéroglyphes,

une chose qui doit s'apprendre ! 

Il y a des beautés qui sautent aux yeux

et

d'autres qui sont écrites en hiéroglyphes :

on met du temps à déchiffrer leur splendeur mais,

quand elle est apparue,

elle est plus belle que la beauté !"

(A. Nothomb - J. Constable)


Les hiéroglyphes, une source infinie de fascination.

 

La "Maison de Vie" est véritablement apparue très tôt dans la lexicographie. Probablement d’ailleurs dès l’Ancien Empire ! Voici un endroit qui, bien probablement, "préparait" les futurs scribes à leur métier.

  • Compétence,
  • Vocation,
  • Comme leur orientation vers des disciplines intellectuelles, manuelles, ...


L’enseignement religieux devait certainement y avoir une place essentielle ! Cependant, maints témoignages démontrent que bien d’autres thématiques y furent développées :

 

Ainsi, sous l’ère Ramesside, la "Maison de Vie" de Bubastis fut visiblement réputée quant à son apprentissage de la médecine, comme les études vétérinaires d’ailleurs ! Toujours au Nouvel Empire, elle semble même avoir influencée les édifications comme les décorations des monuments. La "Maison de Vie" aurait-elle d’ailleurs et ce à Héliopolis, jouée un rôle prépondérant dans la formation des architectes et des décorateurs ? Souvenez-vous de Ramsèsnakht qui fut "conducteur de travaux" sous Ramsès II, il semblait occuper la fonction de "scribe des écrits divins qui sont dans la Maison de Vie". Cela ne pouvait-il pas alors signifier qu’il devait avoir accès aux archives des temples où étaient conservés les recueils et préceptes de l’art de bâtir ?

Alors, quel fut son véritable fonctionnement ? :

  • Nous imaginons que les jeunes enfants apprenaient d’abord les rudiments de l’écriture et de la lecture et ce avant d’entrer en apprentissage.
  • Notons quand même que le taux d’alphabétisation de la population semblait avoir été très faible et ce paradoxalement au fait, qu’afin de pouvoir occuper une quelconque fonction administrative, il devait être impératif de savoir lire, écrire, …
  • ...

 

Afin de mieux cerner cette institution, rappelons :

  • Qu’à Deir el-Medineh d’aucuns suggèrent que seulement 5 à 7% des membres pouvaient espérer devenir scribes (?)
  • ...


La "Maison de Vie" ou "Per-Ânkh" était notamment installée dans un temple. Véritable centre de formation pour les scribes, les prêtres, médecins, ... Elle disposait d'une bibliothèque où étaient conservés les précieux papyri. On pourrait pratiquement l'assimiler à un scriptorium.


Nonobstant, différente était la "maison de l'enseignement".

Elle était probablement un lieu que l’on peut assimiler à l’école, certains jeunes enfants apprenaient les rudiments de plusieurs disciplines : lecture, écriture, calcul, ...
 

La Mission Archéologique Française de Thèbes Ouest (MAFTO), dirigée par l’égyptologue Christian Leblanc, lors de l'exploration d'un autre secteur du Ramesseum aurait visiblement permis de retrouver l'école du temple, une institution encore controversée, à laquelle seules des sources épigraphiques faisaient, jusque-là, mention.

 

Christian Leblanc nous dit d'ailleurs :


"La découverte de l'école du Ramesseum nous conduit toutefois à nous interroger

sur une éventuelle association de ces deux institutions d’enseignement.

L'esplanade,

où nous avons retrouvé de nombreux ostraca d'écriture malhabile,

aurait pu correspondre à une "maison d'enseignement"  "

 

L’école devait se dérouler dans une cour en plein air.


En revanche, n'a t'on pas découvert 17 unités ou cellules de moyennes dimensions, séparées par des cloisons en briques crues estampillées, pour nombre d’entre elles, au nom du :

 

"Château de millions d’années de Ramsès I"

n’étaient visiblement pas réservées aux élèves,

mais plutôt aux professeurs et à quelques apprentis,

à qui l’on confiait des exercices de sculpture

et

auraient eu vocation de "maison de vie",

laquelle se situant dans une partie fermée du temple".



La mort "totale",
"Définitive",

La rupture en quelque sorte,
Elle était impensable pour les Égyp
tiens anciens : ils nous transmettent ainsi un vrai symbole de vie.
Notamment la "Maison de Vie"


 

13177697 1130311150365041 9121687643117128221 n

Seated Scribe (2 620 – 2 500 B.C.E) Old Kingdom,

Painted limestone sculpture originally from Saqqara.

Louvre Museum.

 

Le "scribe accroupi" ...

Hieroglyphe du groupe y symbolisant le scribe

 

Nous sommes bien au musée du Louvre à Paris. E 3023, Sully 1er salle 22 vitrine 10.

Il fut découvert le 19 novembre 1850 par l’égyptologue Auguste Mariette, dans un hypogée le long de l'allée des sphinx du Serapeum. Le Louvre en fit l'acquisition dès 1854.

Nous serions au sein de la nécropole de Saqqarah, située sur la rive occidentale du Nil, en face de l'ancienne ville de Memphis, qui a été la capitale de l'Ancien Empire. Une statue probablement de la 4e ou de la 5e dynastie i.e. autour de 2600 à 2350 avant notre ère ...

 

 "[...]

Deux des tombes qui bordent l’allée ont surtout fixé mon attention.

La première est située au nord et appartient à l’Ancien Empire.

[...]

Deux niches, cachées dans une muraille qui n’a pas été complètement abattue, sont ouvertes.

Nous y trouvons, posées à leur place antique, deux admirables statues.

Elles sont en calcaire.

Le nu est peint en rouge, les cheveux en noir, le caleçon court (schenti) en blanc.

Les yeux sont enchâssés dans une enveloppe de bronze qui tient lieu de paupières.

Au milieu des yeux, formés d’un morceau de quartz blanc opaque, est fixé un petit disque de cristal de roche, qui donne à la prunelle ainsi figurée une extraordinaire puissance de vie."

Mariette-Maspero.
Le Sérapéum de Memphis, tome premier, Paris, 1882 en page 11.
 

 

Un véritable chef-d'œuvre de l' "art" de l'Ancien Empire. Une statue frappant immédiatement par son expressivité.

Le buste dressé d'un homme qui semble bien mature, voyez quelques détails précis quant à son âge comme un certain relâchement des muscles dorsaux !

Le visage tendu,

Un regard d’une extraordinaire vivacité,

Une physionomie osseuse quant au visage,

Et que dire de cette obésité du corps,

Les chercheurs estiment qu'il représente un haut fonctionnaire de l'administration. Placée dans la chapelle de culte d'un hypogée, la statue devait certainement participer à des cérémonies et recevait les offrandes pour le défunt. Son rôle avait donc un caractère funéraire.
L'artisan l'a représenté pendant qu'il écrivait en position assise.

Les jambes croisées,

Au-dessus d'elles, repose un parchemin déployé,

Il semble bien réaliser son travail de scribe ! "Voyez" son calame dans sa main (perdu), son shenti, son papyrus.

 

En calcaire,

De la magnésite,

Du cuivre,

De l'arsenic,

Du bois.

Fut-elle réalisée pour certains membres de la famille royale, fils ou petit-fils comme pouvaient l'être par exemple les fils de Didoufri (4e dynastie) ?

 

Scribes

 

Sesh fut présent dans tous les secteurs d'activité.

  • Exploitations agricoles,
  • Ateliers,
  • "écrire",
  • Et "dessiner",
  • A savoir, le verbe sesh peut être traduit synthétiquement par "tracer". La forme nominale sesh désignait aussi le scribe, celui qui écrit. L’artiste dessinateur était alors dénommé sesh-kedout, que l’on traduit maintenant par "scribe des contours" ou "scribe des formes". Au temps des pharaons l’image entretenait un lien étroit avec l’écriture dans sa fonction et dans sa forme. Faut-il penser pour autant que tous les dessinateurs d’alors savaient écrire et que tous les scribes savaient dessiner ?
  • ...


Le scribe était un être privilégié dans la société Égyptienne ancienne. Respecté, dans la mesure où il était lettré : n'oublions pas qu'environ 1 à 4% seulement de la population pharaonique devait savoir véritablement lire.

 

Les scribes formaient de fait une caste de lettrés, représentant la bureaucratie :

  • Armée,
  • Administration des temples,
  • Institution de l'Etat,
  • Ils appartenaient à une classe parfaitement définie et quelque peu fermée.

 

Car savoir c'est / ce fut aussi :

  • Pouvoir,
  • Comme prévoir,
  • Et Anticiper dans la mesure des leçons acquises grâce à notre passé commun.

 

Selon l'égyptologue Jean VERCOUTTER

 

"L'Égypte fut le premier pays d'Afrique à utiliser l'écriture.

Si l'on en juge par l'emploi dans le système hiéroglyphique de "pictogrammes" représentant des objets

qui n'étaient plus utilisés depuis longtemps au début de l'époque historique,

il est possible de fixer son invention à l'époque amratienne dite aussi du Nagada I,

c'est-à-dire vers -4000,

si l'on suit les dates proposées par la méthode du carbone 14." 

Cf. L'Histoire Générale de l'Afrique,

Paris, Jeune Afrique/Stock/UNESCO, 1978, page 27

(L'Amratien tire son nom de El-Amrah, dénomination d'un site se trouvant près d'Abydos en Haute Égypte, voir carte ci-dessus).

 

 

Le plus vieux texte ecrit sur du papyrus

Le célèbre musée du Caire expose pour la première fois

à partir de jeudi 14/07/2016

le plus vieux texte écrit sur du papyrus (*) jamais retrouvé,

datant de l'ère du pharaon Khéops 4500 ans BCE.

Source / FILM

 

Ce manuscrit, rare, a été découvert avec d'autres papyrus en 2013 par une équipe d'archéologues français et égyptiens dans la région de Wadi El-Jarf, au sud-est du Caire, sur les rives de la mer Rouge.

Un témoignage qui évoque évoque notamment la construction de la grande pyramide de Guizeh, à l'ouest du Caire : un témoignage particulièrement  important vous le comprendrez bien évidemment.


(*)   Nous avons conservé tel quel en français le mot latin "papyrus", venu du grec "papyros", qui s'était formé sur le mot originel égyptien "pa-p-ouros", de la même racine que " pharaon", c'est à dire "d'essence royale", car l'usage du papyrus dans l'Egypte Ptolémaïque était un monopole royal, et son usage extrêmement encadré. C'est de là que vient le français "papier".

 

Et afin d'en savoir bien davantage encore :

 

http://www.cnrs.fr

 

http://egiptologia.com

 

 

 

 

Atv5tombe statuettes 1

Chert Nebty, une princesse en Égypte ancienne !

Par Le 01/12/2014

Ankh hiero 1

Logopdf

ânkh, un symbole ancré dans l'Histoire de Kemet ...

"Vivre" …

"La vie éternelle" …

"Clé de vie" ...

Le "souffle de vie" ...

Nos anciens concevaient la vie "ânkh" comme un chemin sur lequel il devait avancer, "donner du chemin au pied" ... 

https://www.aime-jeanclaude-free.com      

       

Plan de cette thématique... 

                                                                  Cheret Nebty, une princesse             

 

"La terre noire"…

"La terre noire fertile" ...

"Le Double Pays", Taouy (tȝ.wj) …

"Le Pays de la terre noire, l'Égypte" ...

 

 Paris concorde obelisque kmt
  Kemet.

Obélisque de la Place de la Concorde, Paris...

 

Ainsi, km.t nous rappelle à son bon souvenir, nous sommes en Novembre 2012 avec cette probable princesse Chert Nebty !

 

"Ce qu'il y a de fascinant avec l'Égypte

c'est que toutes les découvertes scientifiques

n'enlèvent rien à son mystère."

Jean-Louis Amella de ladepeche.fr

 

Photo aerienne de l egypte 1

 

Plan de l'article ...

Revenir en haut de l'article...

Vous pouvez accéder au chapitre en cliquant directement sur le titre de ce dernier !

 

I.T.E …

Cheret Nebty … 

→ Le site d’Abousir … 

Une très belle découverte.

→ Découverte de l'antichambre …

Un couloir partant du sud-est de l'antichambre ...

Dans le couloir ...

→ Selon Miroslav Barta ...

→ Découverte d'hypogées concernant certains employés ...

→ Afin d'en connaître davantage, je vous invite à consulter :

 

Egypt archeologie5x

Source

 

I.T.E...

Revenir en haut de l'article...

Plan de cette thématique...

 

La France ...

La Grande Bretagne ...

L’Allemagne, ..., sont des pays bien souvent mentionnés dans l'égyptologie. Nonobstant, les pays Tchèques sont bien loin d'être en arrière-plan dans ce domaine, bien au contraire même.

1920 fut l'année d'enseignement de ce domaine en cette Université Charles.

L’Institut d’Egyptologie Tchèque fut fondé en 1958.

En 1975, Miroslav Verner en devient le directeur et obtint une concession à Abou Sir, à vingt-cinq kilomètres au Sud-Ouest du Caire.

 

0 00

Source

 

La mission de l'Institut Tchèque d'Egyptologie nous avait alors offerte une nouvelle découverte. Une mission liée à la Faculté des Lettres de l'université Charles de Prague.

Et bien évidemment ...

Avec le reconnu Miroslav Barta, responsable de cette mission.

 

"Une nouvelle ère

dans l'histoire d'Abousir

et

de Saqqara !"

Selon Mohamed Ibrahim.

 

Cheret Nebty …

Revenir en haut de l'article ...

Plan de cette thématique ...

Shert Nebty …

Chert Nebty ...

 

Une princesse pharaonique Cheret Nebty 

5e dynastie …

2 500 B.C.E …

A 25 kilomètres au sud ouest du Caire.

Près de Saqqarah, voici donc un hypogée, sis à Abousir ...

 

Ladislav Bareš, directeur de l’Institut d’égyptologie tchèque :

 

"Cette découverte est unique

et

intéressante

car on a mis à jour un grand ensemble de statues

et

de bas-reliefs à l’intérieur du tombeau.

 

Cela fait longtemps que l’on n’avait pas découvert quelque chose comme cela en Egypte.

 

Cela ne fait que confirmer que la recherche égyptologique tchèque

fait partie des meilleures au monde." 


Cheret nebty

Source

Voici la nomenclature de cette princesse et ce sur l'un des piliers dans la cour.

© Martin Frouz.

Le site officiel : http://ff.cuni.cz/FF-7563.html?pid=3457


Le site d’Abousir 

Revenir en haut de l'article ...

Plan de cette thématique ...

 

Abousir ...

Son nom d'origine au sein de l'égyptien antique fut bien Per Ousir : "La demeure d'Osiris".

Sa traduction en grec donna Bousiris.

Puis vint bien logiquement celle en arabe, à savoir Abousir.

 

Ob bfcccd abousir

 

Le site fut reconstitué comme vous savez par Ludwig Borchardt qui découvrit quant au complexe de Sahouré, une chaussée de 240 m reliant le temple à la pyramide.

Nous subodorons que ce lieu devait contenir au moins 14 pyramides de la 5e dynastie !

 

Avec lunite vint prosperite lancien empire eg l ldefkf

Cartouches des pharaons de la Ve dynastie relevés sur les Tables d'Abydos.

Cependant cette liste ne mentionnait pas Shepseskarê.

Classés dans l'ordre chronologique, de gauche à droite ...
Ochmann-HH.

Fichier sous licence Creative Commons.

 

-26- Ouserkaf (2 504 - 2496),

-27- Sahourê (2 496 - 2483),

-28- Neferirkarê (2 483 - 2463),

Shepseskarê (2 463 – 2 456),

-29- Neferefrê (2 456 - 2 445),

-30- Niouserrê (2 445 - 2 414),

-31- Menkaouhor (2 414 – 2 405),

-32- Djedkarê-Isesi (2 405 - 2 367),

-33- Ounas (2 367 - 2 347).

 

Néanmoins seulement 4 demeurent aujourd'hui :

  • Néferefrê, Rénéferef ...

Délabrée et jamais elle ne fut achevée.

  • Néférirkarê ...

Inachevée.

Ce pharaon introduisit un second cartouche dans sa titulature royale.

  • Niousserrê ...

Quant à son temple funéraire, sa construction initiale fut probablement destinée à Néférirkarê, décédé bien prématurément visiblement.

  • Le complexe de Sahourê ...

Le mieux conservé comme vous savez.

 

Abusir satelit detail

Source ...

Abousir.

© L'Institut Tchèque d'Egyptologie

 

Une très belle découverte.

Revenir en haut de l'article ...

Plan de cette thématique ...


Un véritable complexe funéraire ...

 

Frouz chodba 2

 Source

Une vue d'ensemble du site.

© Martin Frouz.

Le site officiel : http://ff.cuni.cz/FF-7563.html?pid=3457

 

Miroslav Bárta, directeur de recherche sur la concession tchèque en Egypte :

 

"Il s’agit de quatre tombes dans la roche,

partiellement décorées.

 

L’une d’entre elles appartient au superviseur des scribes,

que l’on considérerait aujourd’hui comme un vice-ministre de l’Economie.

 

Il s’appelait Nefer.

 

Plusieurs statues en pierre décorent l’entrée de sa tombe.

 

On a également découvert ces derniers jours d’autres statues dans le ‘serdab’,

une pièce renfermant les statues représentant le propriétaire de la tombe."

 

Découverte de l'antichambre …

Revenir en haut de l'article ...

Plan de cette thématique ...

 

  "Nous avons découvert l'antichambre de la
 

tombe de la princesse pharaonique Chert Nebty,

 

au centre de laquelle se trouvent
 

quatre colonnes en calcaire"

M. Ibrahim

 

L'antichambre serait donc composée de quatre colonnes de calcaire et ce en son centre. Des inscriptions y auraient été également découvertes.

 

De ce fait, les archéologues pouvaient avec certitude nous préciser quant à la défunte :

  • Son nom,
  • Ainsi que son titre.

 

Ega3955 1

 Source

© Martin Frouz.

Le site officiel : http://ff.cuni.cz/FF-7563.html?pid=3457

 

Dulikova dvur pricezny sheretnebty 1

 Source

© Veronika Dulíková

Le site officiel : http://ff.cuni.cz/FF-7563.html?pid=3457

 

L’identité ainsi que les titres de la maîtresse des lieux furent déterminés grâce aux hiéroglyphes sur les quatre piliers, et ce dans l’antichambre.

 

Ega5711 1

Source

Chapelle des hauts dignitaires...

© Martin Frouz.

Le site officiel : http://ff.cuni.cz/FF-7563.html?pid=3457

 

Un couloir partant du sud-est de l'antichambre ... 

Revenir en haut de l'article ...

Plan de cette thématique ...

 

Aussi surprenant que cela puisse paraître ...

Un niveau du couloir ...

Les chercheurs auraient trouvé quatre ouvertures conduisant à autant de nouveaux hypogées.

 

Deux des défunts proviendraient de l'époque du pharaon Djekarê Isesi de la 5e dynastie.

 

Ainsi, ils découvrir ce qui fut visiblement deux hauts fonctionnaires, à savoir :

  • Le "Grand justicier de la Grande maison" ...
  • L' "Inspecteur des serviteurs au palais" ...


Dans le couloir ...

Revenir en haut de l'article ...

Plan de cette thématique ...

 

Scribe du louvre angel kuenka 2

Nous sommes bien au sein d'un rouage zélé, d'une fantastique et indispensable machine administrative ! En Égypte ancienne !

Par Le 05/11/2014

Vie prosperite sante

"Vivre" …

"La vie" …

http://www.aime-jeanclaude-free.com/
Logopdf

 

L’invention de l’écriture ...

Elle fut bien une de celles qui ont révolutionné notre avenir, notre civilisation (Du reste la définition même de civilisation ne semble pas avoir atteint de consensus scientifique).

Tout en boostant nos potentiels …

La conservation ...

La mémoire de notre passé, comme celle-ci par exemple ...

 

Capture 16

 Lettres d'Akhet-Aton...

Elles sont exposées dans le Musée égyptien du Caire.

  Quelque 380 tablettes d'argile ont été récupérées à partir à  d'el-Amarna ...

Source


Officiellement …

L’écriture serait née à Sumer, en Mésopotamie comme vous le savez, et ce au 4e millénaire avant notre ère. Ce furent visiblement des tablettes.

 

Ainsi ...

Nous pouvons penser que l'écriture fut connue au sein de Kemet dès la fin du 4e millénaire avant l'ère du Christianisme. Finalement presque au tout début de la période pharaonique.

L’écriture …

La lecture …

 

L'archiviste ...

L'heuristique i.e. cette "partie d'une science qui a pour objet la recherche de documents " (Lal. 1968).

 

Une administration bien complexe...

Aujourd'hui n'aurions-nous pas utilisé le qualificatif de bureautique ?

 

Omniprésente ...

Indispensable quand on connaît son insertion sociétale.

Alors, furent-ils le fondement de ce que d’aucuns auraient tendance à dénommer la sagesse ?

Participèrent-ils à la puissance de ce pouvoir central fort ?

 

1024px-GD-EG-Caire-Musee037.JPG

  Scribe des Archives royales.

Musée du Caire ...

Source / © Gérard Ducher /  Lien 

 

    "Sois scribe

pour que tes membres soient lisses

et

que tes mains deviennent douces,

pour que vêtu de blanc,

tu puisses sortir magnifié,

et

que les courtisans te saluent."

 

Cette exclamation de la profession de scribe, extraite de la célèbre Satire des métiers, en dit finalement bien long sur la puissance mais aussi évidemment sur la considération dont devait bénéficier cette catégorie de fonctionnaires dans la société égyptienne.

 

Plan de l'article ...

 

→ Les origines des scribes ...

→ Voici ce qui se trouvait au sein d'un hypogé, celui d'un scribe !

Souvenez-vous du légendaire "scribe accroupi" ...

→ Un scribe en pleine écriture !

→ Voici donc ...

→ Un véritable chef-d'œuvre de l' "art" et ce de l'Ancien Empire ! 

→ Une statue frappant immédiatement par son expressivité !

→ Les yeux du Scribe ...

→ Une énorme machine ...

Hieroglyphe-du-groupe-Y-symbolisant-le-scribe.png

  Hiéroglyphe du groupe Y symbolisant le scribe !

 

Vous l'aurez bien remarqué, le hiéroglyphe qui servait normalement à signifier le mot "scribe" résume vérité le matériel utilisé :

  • L’étui à pinceaux en roseau,
  • La palette,
  • Deux pastilles de couleur,
  • Le godet d’eau afin bien sûr de diluer l’encre.

 

Les origines des scribes ...

 

Elle nous entraîne au sein même des premières fouilles archéologiques.

 

A ce sujet du reste, cela nous rappelle bien que l’Égyptologie représente un domaine d'étude tout à fait récent dans notre grande Histoire.

Finalement, on pourrait bien la située en 1822.

Au cours du déchiffrement de l’écriture hiéroglyphique par le légendaire Champollion.

 

Le sujet principal de cet article sera ce fameux scribe que d'ailleurs vous connaissez bien.

Il aurait été découvert au sein de la plus importante nécropole de Kemet à savoir Saqqarah, très proche finalement de la grande capitale actuelle du Caire.

A certaine époque ...

Cela correspondait au lieu d'inhumation de la capitale Memphis.

 

Voici ce qui se trouvait au sein d'un hypogé, celui d'un scribe.

 

Nous sommes au sein de la 26e dynastie, elle fut bien Saïte.


En Moyenne-Égypte, et plus précisément au sein du site d'Al-Bahnasa.

Dans le gouvernorat d'Al-Minia.

المنيا

Al-Minya est la capitale de la Moyenne-Égypte, et elle se situe à environ 245 km au sud du Caire.

 

10177999_527488957360570_8173363681142355008_n.jpg

Voici donc ce qui devrait être le portrait du scribe défunt !

Admirez la polychromie ...

Source / Lien 

 

Du reste ...

Il semblerait bien que sa momie puisse être intacte.

Cependant ...

Son nom n'est pas encore identifié à ce jour me semble-t-il, mais il devait quand même être d'importance.

 

Ainsi les archéologues y auraient trouvés :

  • Un encrier en bronze ...
  • Et deux petits "stylos", deux calames en vérité, en bambou.

 

26th-Dynasty-tombs-discovered-in-Minia-1.jpg

Source / Lien

 

Souvenez-vous alors du légendaire "scribe accroupi" ...

 

Le polychrome de cette célèbre sculpture, intacte, pourrait bien représenter tout un symbole, celui de toute une société, plusieurs fois millénaires, comme vous le savez :

 

  Le-scribe-accroupi--musee-du-Louvre.jpg

Calcaire peint ...

Aux yeux incrustés d'albâtre avec une cornée de quartz.

Un iris en cristal de roche.

Cerclés de cuivre.     

Le "scribe accroupi" de Saqqarah !

Assis en tailleur comme vous le voyez.

Musée du Louvre, E2023, salle Sully du premier étage.

© Rama

 

Nous sommes bien au musée du Louvre à Paris.

E2023, Sully 1ére salle 22 vitrine 10.  

 

Le "scribe accroupi" fut découvert le 19 novembre 1850 par l’égyptologue Auguste Mariette, dans un hypogée le long de l'allée des sphinx du Serapeum. Et ce, vous l’aurez bien compris, au sein de la nécropole de Saqqarah.

 

Ensuite …

Le Louvre en fit l'acquisition dès 1854.

 

Cette statue est probablement de la 4e dynastie voir de la 5e dynastie, autour de 2600 à 2350 avant notre ère. Epoque qui je vous le rappelle correspondrait à l'érection des grandes pyramides de Guisèh.

 

Malheureusement ...

Elle fut véritablement anépigraphe et ce paradoxalement au fait qu'elle est disposée sur une sorte de socle de couleur noire. A son origine, était-elle posée sur un élément qui aurait pu l'identifier ?

De ce fait ...

Il fut bien impossible aux chercheurs de déterminer l'identité du personnage en question.

 

"[...]

Deux des tombes qui bordent l’allée ont surtout fixé mon attention.

La première est située au nord

et

appartient à l’Ancien Empire.

[...]

Deux niches,

cachées dans une muraille qui n’a pas été complètement abattue, sont ouvertes.

 

Nous y trouvons, posées à leur place antique,

deux admirables statues.

 

Elles sont en calcaire.

Le nu est peint en rouge,

les cheveux en noir, le caleçon court (schenti) en blanc.

 

Les yeux sont enchâssés dans une enveloppe de bronze qui tient lieu de paupières.

 

Au milieu des yeux,

formés d’un morceau de quartz blanc opaque,

est fixé un petit disque de cristal de roche,

qui donne à la prunelle ainsi figurée une extraordinaire puissance de vie."

Mariette-Maspero.
"Le Sérapéum de Memphis".
Tome premier, Paris, 1882, page 11. 

 

1280px-Scribe_E3023_mp3h8780.jpg

Calcaire peint ...

yeux incrustés d'albâtre avec une cornée de quartz ...

Un iris en cristal de roche ...

Cerclés de cuivre !     

Source / Lien 

 

Le scribe devait par conséquence écrire ...

Parfois sous la dictée ...

 

Et ce sur :

  • Un rouleau de papyrus !
  • ...
  • Des ostraca comme celui-ci par exemple ...

 

s002.jpg

Haute-Égypte.

Nouvel Empire.

19e dynastie, Ramsès II, 1226 avant notre ère.

Pierre, encre au carbone.

Musée du Louvre, Antiquités égyptiennes, N 2261.

© Musée du Louvre / Georges Poncet.

Source / Lien

 

Un scribe en pleine écriture !

 

Il avait :

  • Des cheveux noirs,
  • Des oreilles parfaitement élaborées,
  • Des pommettes,
  • Des creux au niveau des joues,
  • Son nez semble de même effilé.

 

Et, nous pourrions tant dire quant à sa bouche, et surtout, ses yeux :

  • Une bouche bien fine munie de belles commissures.
  • Un visage quelque peu anguleux, voir même émacié.
  • ...

 

Son corps :

- Il semblerait bien qu’il possédait un certain embonpoint : voyez ses hanches, et même son ventre,... 

- On voit bien ses mamelons qui seraient visiblement en bois.

- Quant à ses bras, peu d’activité physique certainement expliquerait le fait qu’ils étaient peu musclés.

- Cependant nous pouvons constater qu'il possédait de bien large épaule.

Avec ce que j’appellerais une sorte de dépression claviculaire.

  • Son dos …

Nous pouvons y voir ce qui ressemblerait à deux arêtes.

 

Des mains tout en finesse visiblement :

  • Il suffit d’observer ses doigts,
  • Celle de droite …

Vous pouvez imaginer et ce à travers la présence d’un trou, qu’il devait à l’origine tenir un calame.

  • Pas totalement déroulé, voyez ce papyrus …

 

Observez également ses jambes :

Il semblerait que l’artisan n’est pas voulu y appliquer autant de finesse ! Pourquoi cela ?

 

Il fut vêtu d’un pagne de couleur blanche 

 

Voici donc ...

 

Un regard mystérieux,

Un regard vivant,

Un regard éternel.


Voilà des yeux bien troublants.

Ils semblent même habités …

A tel point qu'ils en auraient terrorisé les ouvriers qui l'ont découvert en Égypte au 19e siècle.

 

Les deux yeux ont été taillés dans un cristal de roche extrêmement pur en forme de cône, qui s'enfonce exactement comme celui de nos yeux et la surface de cette cornée a été dépolie, pour ressembler à s'y méprendre à nos iris. 

 

La pupille est légèrement décentrée …

Et j’ajouterais même que des petits vaisseaux ont été sculptés : quel sublime travail.

 

Cela dénoterait bien que nos Égyptiens, de l'Ancien Empire, avaient déjà une connaissance de l'anatomie oculaire et cela de façon parfaitement pointue. 

 

Un véritable chef-d'œuvre de l' "art" et ce de l'Ancien Empire !

 

Vous seriez en droit de me demander, pourquoi mentionner l’art entre parenthèse ?

 

Tout simplement pour vous rappelez que l’art pour l’art, n’existait pas vraiment en Égypte antique.

 

Ainsi : 

 

  "Il n'y a pas de différence fondamentale

entre l'artiste et l'artisan. 

 

L'artiste est une élévation de l'artisan.

Par la grâce du ciel,

en de rares moments de lumière qui sont en deçà de sa volonté, l'art fleurit inconsciemment du travail de sa main,

mais les connaissances de base de ce travail sont indispensables à tout artiste.

 

C'est là qu'est la source de la production créatrice. "
Walter Gropius. 

"Programme du Bauhaus"
 

1625623 10201864571485080 5741828142621341138 n

Des archéologues découvrent la tombe d'un scribe de la 26e dynastie en Égypte ancienne !

Par Le 24/04/2014

Ankh hiero 1

ww.aime-jeanclaude-free.com   

Logopdf

Nous sommes le 24 Avril 2014...

 

  ___Amazingearth___.jpg

 

Source / Beautiful planet Earth

 

Beautiful planet !

 

Beautiful Égypt... 

 

Plan de l'article...

 

→ Dr Mohamed Ibrahim... 

 

→ Nous sommes au sein de la Basse-Époque en cette 26e dynastie ! 


→ Et, nous sommes en Moyenne-Égypte...

 

→ Et plus précisément au sein du site d'Al-Bahnasa...

 

→ Ainsi deux dernières demeures furent découvertes...

 

→ Une des tombes appartenait bien à un scribe !

 

→ De nombreux artefacts y furent aussi trouvés... 

 

→ Voilà peut être une trouvaille insolite ?

 

→ Quant à la deuxième dernière demeure...

 

1480748_632853493460521_6844913549010493826_n.jpg

Source / Lien

 

Dr Mohamed Ibrahim...

 

Cette découverte fut annoncée par le ministre des antiquités.

 

M. Ibrahim a ajouté que le site pourrait être réhabilité afin de figurer sur la carte touristique.

Il aurait annoté que la zone accueille des constructions historiques remontant à l'ère grecque, romaine, copte et même islamique.

 

  10177999_527488957360570_8173363681142355008_n.jpg

Voici donc ce qui devrait être le portrait du scribe défunt !

Admirez la polychromie...

Source / Lien

 

Il s'agit aujourd'hui d'une mission espagnole.

Le chef de l'expédition est Josep Padró...

Il a passé plus de 20 ans en excavation sur les sites de la région.

Évidemment en collaboration avec l'équipe égyptienne du ministère des antiquités.

 

"... la mission espagnole de l'Université de Barcelone travaille en Égypte en coopération avec le ministère des antiquités depuis 1992.

Au cours de cette période,

il y eu de nombreuses trouvailles

et

cette découverte vient comme une récompense

pour les travaux d'excavation de cette saison"

Joseph Padro...

Responsable de la mission espagnole. 

 

Nous sommes au sein de la Basse-Époque en cette 26e dynastie !

663 - 525 avant notre ère...

 

La Basse-Époque fut bien mouvementée comme vous pourrez vous en apercevoir avec les moult invasions étrangères... 

Ce fut bien cette période qui engloba les dynasties entre la 25e à la 31e.

 

De fait :

  • La 25e fut Koushite,
  • ...
  • La 26e sera Saïte !
  •  ...
  • La 27e correspondra à la première dynastie Perse.
  • ...
  • Quant à la 31e, elle sera la seconde ère Perse.

 

Ainsi avant notre ère : 

  • Ammeris, 715 - 695,
  • Stephinates ou Tefnakht II, 695 - 688,
  • Nechepso ou  Nekaub, 688 - 672,
  • Néchao I, 672 - 664,→
  • Psammétique I, 664 - 610,
  • Néchao II, 610 - 595,
  • Psammétique II, 595 - 589,
  • Apriès, 589 - 570,
  • Amasis, 570 - 526,
  • Psammétique III, 526 - 525.  

 

Et, nous sommes en Moyenne-Égypte...

 

662px-Egypt_Minya_locator_map.svg.png

Source / © NordNordWest Lien

 

Et plus précisément dans le gouvernorat d'Al-Minia...

المنيا

Al-Minya est la capitale de la Moyenne-Égypte et elle se situe à environ 245 km au sud du Caire.

 

Et si nous nous placions un peu plus au sud, nous y trouverions au niveau de la rive droite de l'Itérou :

  • Beni Hassan,
  • Antinoupolis,
  • Et bien sûr la Tell el-Amarna d'aujourd'hui, l'Akhetaton d'autrefois.
  • ...

 

Quant à la rive gauche : 

  • Tounah el-Gebel,
  • Hermopolis Magna,
  • ... 

 

get_map.php.jpg

Source / Lien

 

Et plus précisément au sein du site d'Al-Bahnasa...

El-Behneseh...

Al-Bahnasah... 

El-Bahnasa...

 

Ce fut la capitale du 19e nome dans la période dynastique.

 

Tout le site d'El-Banhasa est riche en tombes et sarcophages Ptolémaïque.

Il y reste aussi de nombreux temples de l'époque.

 

1625623_10201864571485080_5741828142621341138_n.jpg

The site of El Banhasa excavations !

Source

 

10251964_10201864579445279_5219617566570417808_n-copie-1.jpg

Source

 

10308372_10201864566444954_2154036069028460261_n.jpg
Another part of El-Banhasa archaeologic site !

Source

 

C’est la ville antique d’Ouab Sep-meri ! 

Oxyrhynque en français…

Per-Medjed...

Pr-Medjet...

Oxyrhynchos…

Oxyrhynchonpolis...

Oxyrhinchus en grec.

"Nez effilé", "Nez pointu", du fait de la morphologie de l'Oxyrhynque, sa tête est terminée par un museau effilé !
Pemdjé pour les coptes...

El-Behneseh…

Al-Bahnasah de nos jours !

 

C’est une ville antique bien connue !

Ainsi, rappelez-vous des nombreux papyrus qui y furent découverts. Papyri d’Oxyrhynque… Et il est vrai, que chronologiquement, ce site couvre une large période historique. De l’époque saïte jusqu’à l’époque byzantine sans omettre celle Romaine et Copte.

 

Le village d'el-Bahnasa est donc situé sur la rive ouest du Nil. A l'ouest de la route entre Maghagha et Beni Mazar...

 

Aujourd'hui...

Ce village occupe une partie du site archéologique de cette très ancienne ville de Per-Medjet...

  • 190 kilomètres environ au sud-sud-est du Caire...
  • 50 km de Minya...
  • À l'ouest du bras principal du Nil.
  • Le long du Bahr Youssouf...

La dénomination que vous devez connaître devrait être le canal Joseph. Souvenez-vous de cette branche de l'Itérou se jetant dans le lac Moéris et bien sûr de l'oasis du Fayoum.

 

Per-Medjet, ce fut bien de l'égyptien ancien !
Ouab Sep-meri...

Oxyrhynque...

Ainsi, dans cette Égypte antique, une ville avait été érigée en cet emplacement. Nonobstant...

Elle prit vraiment une certaine importance lors de la fameuse conquête de Kemet par Alexandre le Grand autour de -332 avant notre ère !

 

Par la suite, elle prit ce nom d'Oxyrhynchon Polis...

"La ville du poisson au nez étroit"...

http://catalogue.gazette-drouot.com/images/perso/zoomsrc/LOT/32/8955/140.jpg

  Oxyrhynque…

Il fut bien le poisson tutélaire de la ville d'Oxyrhynchos…

Bronze de la Basse Époque, Ptolémaïque…

L =13 cm

 

Voici donc une statuette votive représentant le fameux poisson Oxyrhynque.

Juché sur un traîneau…

Coiffé de la couronne Hathorique et de l'uræus !

Son cou est gravé d'un collier ousekh...

Ses nageoires sont finement ciselées.

Ses yeux incrustés de rondelles d'argent…

... 

 

Vous l'aurez alors bien compris, Per-Medjed se trouve maintenant dans la ville d'el-Bahnasa. Nonobstant, on ne connait que peu de chose quant à son histoire pharaonique.

 

  • L’origine d’Oxyrhynchos semble avoir été une forteresse dès Ramsès II.

Avant de devenir une ville importante...

Son rayonnement fut bien dû en partie, à sa situation géographique : un carrefour de voies caravanières et fluviales.

 

A tel point que rapidement, l’oasis de Bahria va lui être associée et désignée dans les textes grecs comme :

 

"Petite oasis" d’Oxyrhynchos !

 

  • Plutarque raconta néanmoins une histoire, celle d'un conflit qui avait éclaté entre :

- Cette ville,

- Et sa voisine, Cynopolis qui elle, adorait un chien.

 

  • La ville d’Oxyrhynchos...

C'est le nom grec d’un site égyptien plus ancien, "Celui des Medjaiou" (P(3)-n-Mḏ3yw) de la période ramesside, qui a évolué ensuite au moins sous Piânkhy, en Pr-Mḏd.

 

  • Avec Psammétique I, elle apparaît comme capitale du 19e nome de Haute-Égypte.

 

La ville avait commencé à prendre de l'importance au temps des Ptolémée : capitale régionale et prospère.

Sous les Grecs...

Sous les Romains...

Elle serait devenue ainsi à cette époque la troisième ville de Kemet : Oxyrhynchus était une ville importante et sophistiquée à l'époque romaine, avec les pistes commerciales entre la vallée du Nil et les oasis occidentales.

 

Oxyrhynchus, correspondait en vérité au nom d'un poisson. Cette espèce est connue pour y avoir été adorée, au sein même d'un culte local...

 

Elle possédait alors un port dans le Bahr Yusef. C'est une branche du Nil, un canal enquelque sorte, considéré comme un bras occidental du fleuve, dont le nom signifie "rivière de Joseph".

 

Ainsi...

Des chercheurs Catalans, de l'Université de Barcelone, feraient des fouilles dans cette antique cité de Kemet.

 

Ainsi deux dernières demeures furent découvertes...

 

image_content_medium_1749606_20140419163721.jpg

© Université de Barcelone.

Source / Lien

 

26th-Dynasty-tombs-discovered-in-Minia-2.jpg

Source / Lien 

 

Plusieurs grands sarcophages en pierre furent trouvés, mais voyez plutôt...
Certains d'ailleurs étaient brisés.

Tandis que d'autres furent en parfait état.

 

Visiblement, il semblerait y avoir quelques inscriptions hiéroglyphiques... (?)

 

  10250154_527488937360572_4775387145011066542_n.jpg

Source / Lien 

 

  10153048_243698012483384_5867247864666093158_n.jpg

Source / Lien

 

10175048_10201864578805263_1739822343103337495_n.jpg
Source

 

Une des tombes appartenait bien à un scribe !

 

Du reste, il semblerait que sa momie soit intacte, son nom n'est pas encore identifiée mais devait quand même être d'importance.

 

Ainsi les archéologues y auraient trouvés :

  • Un encrier en bronze...
  • Et deux petits "stylos", deux calames en bambou !

 

26th-Dynasty-tombs-discovered-in-Minia-1.jpg

Source / Lien

 

De bien nombreux artefacts y furent aussi trouvés...

 

Dans la tombe du scribe...

Dixit Ali al-Asfar...

Le responsable du secteur, au ministère des antiquités a même déclaré que les tombes contenaient aussi de bien nombreux poissons, cependant tous ne furent pas momifiés.

Nonobstant...

Nous ne connaissons rien d'autre quant à ses momies de poissons comme le nombre, leur état de conservation, quel type exactement de poissons,... ! Furent-ils

les fameux poissons de la légende Osirienne à Oxyrhynque (El-Bahnasa) ? Poisson très important dans la mythologie égyptienne puisqu'il était réputé avoir avalé le pénis du netjer Osiris.

Finalement, quand on pense à la cité de Per-Medjet, rien d'étonnant alors d'y retrouver l'emblème même de cette agglomération.

 

Dans la seconde tombe, celle du prêtre Osirien...

Des vases canopes...

Un bouchon polychrome...

En albâtre...

Ils furent découverts dans un sarcophage, comme vous pouvez le voir...

 

26th-Dynasty-tombs-discovered-in-Minia-5.jpg

Source / Lien

 

10254031_243697955816723_5537558367933833892_n.jpg

Source / Lien

 

À l'intérieur du sarcophage, il y aurait également plusieurs dizaines de petites statues, elles également, furent en cette matière, le bronze.

 

26th-Dynasty-tombs-discovered-in-Minia-7.jpg

Source / Lien

 

Voilà, peut être, une trouvaille insolite ?

 

Un sujet bien passionnant que celui qui touche à la circulation des biens.

Aux "marchés"…

Aux échanges commerciaux…

Aux trocs…

 

Et que dire de l'invention de la monnaie. Cette dernière correspondait probablement à l’apparition d’une évolution intellectuelle quant à notre espèce…

Un tournant en quelque sorte…

Certainement faisant face à une certaine nécessité majeure…

"L’abstraction de la valeur des choses". Aujourd’hui d’ailleurs, la majorité de la monnaie qui circule n’a plus de support physique : on est bien souvent dans l’immatériel, le fictif même,…

 

Ainsi pendant longtemps... Les monnaies étrangères n'avaient pas cours sur la terre des pharaons ! Pour commercer avec l'Égypte, ses voisins furent donc obligés d'échanger leurs pièces de monnaies, non sur la base de leur valeur faciale, mais uniquement sur leur valeur intrinsèque d'or, d'argent, de cuivre,... !

 

Jusqu'à présent...

  • Je dois vous avouer que je supputais l'origine d'une vraie monnaie en terre de Kemet autour de sa 28e dynastie, soit 404 - 399 avant notre ère ! Je pensais alors que les pharaons n'avaient pas frapper eux-mêmes leurs monnaies...
  • Qu'au départ cette monnaie ne fut qu'une imitation des pièces attiques...
  • Qu'elles furent destinées à payer les mercenaires grecs.

 

Alors pourquoi une trouvaille insolite ?

Parce que visiblement nous serions bien aujourd'hui au sein de la 26e dynastie.

Et que les archéologues y auraient trouvées des pièces de monnaies dans la seconde dernière demeure.

Des pièces en bronze !

 

Ce grand nombre de pièces de monnaie révèle que l'ère Saïte devait être une des périodes florissantes de Kemet...

 

Mais seulement voilà...

Je n'ai pas de photos à vous proposer, ni du reste davantage d'informations à leur sujet au jour d'aujourd'hui ! 

 

A suivre...

 

Quant à la deuxième dernière demeure...

 

Dixit le ministre lui-même, il devait appartenir à une famille cléricale majeure. Ainsi fut-il probablement un prêtre.

 

De plus...

Il était certainement à la tête d'une famille dont bon nombre devait être membres de cette prêtrise au sein de l'Osiréion. Le Dr Mohamed Ibrahim subodore visiblement que ce fut celui-là même qui fut découvert il y a quelques années maintenant, à environ deux kilomètres de ce site, à l'ouest en fait.

 

La-crypte--Osireion-dans-El-Banhasa-site.jpg 

The crypt of Osireion in El-Banhasa site !

Source

 

Cela demande, vous l'aurez bien compris, un suivi...

 

Clé de VIE