Ihy

Tutankhamun egyptian museum b10

Il avait décidément tout pour plaire, l'enfant-dieu Ihy veillait bien sur l'unité même de Kemet... ! En Égypte ancienne !

ankh hiero 

"Vivre"…

"La vie"…

ww.aime-jeanclaude-free.com  

Logopdf

 

Ce veau venait-il de naître ?

Serait-ce le cordon ombilical que nous voyons ?

Etait-il mis à l'attache ?

Nous sommes au sein du mastaba de Ty, à Saqqarah...
Source Lien 

 

"Le joueur de sistre"...

"Le musicien"...

Ihi…

Ihy…

Jḥj…

Il fut ce netjer-enfant, celui de "la joie" bien sûr, et un musicien ! Il jouait ainsi du sistre afin de réjouir ou alors peut-être d'apaiser sa propre mère, Hathor comme vous savez.

Il permettait aussi d'éloigner les forces nuisibles tout en favorisant la renaissance des défunts.

 

Il tenait ainsi :

  • D'une main le fameux sistre d'Hathor, sa mère.

Cette particularité lui fut véritablement propre car il devait bien être la seule entité masculine à jouer du sistre rituel. Un instrument réservé aux femmes normalement !

  • Et de l'autre, parfois, le Menat, provenant probablement du vocable Menet c'est-à-dire "la nourrice", il était bien ce fameux grand collier à contrepoids que vous connaissez.

Ainsi, nos anciens faisaient de la musique en entrechoquant les perles qui le composait : ne devait-il pas ainsi reproduire le son primordial ?

 

Détail de la salle hypostyle du temple de la netjeret Hathor

à Nitentore (Dendérah).

L'enfant-netjer Ihy

ainsi que

le symbole relatif à "L'Union des Deux-Terres".

Vous aurez remarqué à cet effet

le sistre,

le Menat.

Source

 

tutankhamun_egyptian_museum_c15.jpg

Voici donc le fameux Toutânkhamon...

Et ce sous la forme du netjer Ihy.  

Source

 

Plan de l'article...

 

Ihy était le fils de la grande netjeret Hathor.

 

Ainsi, Ihy semble bien avoir été un enfant !

 

Au sein même de l’Ancien Empire…

 

Ihy, symbole de renaissance...

 

Ihy veillait bien sur l'unité même de Kemet...

 

→ Quelques représentations de notre netjer...
 

Voici quelques détails du troisième mur, inter-colonnes, face extérieure sud...

Nous sommes au sein de la "Maison de naissance"

et ce au sanctuaire de la netjeret Hathor à Nitentore, Dendérah si vous préférez.

Ihy dans son aspect de jeune netjer.

 

Ihy était donc le fils de la grande netjeret Hathor.

 

Il semble être né d'ailleurs dans le mammisi, vous savez cette maison des naissances sacrées du temple d'Hathor à Denderah.

Il devait être également le fils d’Horus d’Edfou !  

 

Associé à la fleur de lotus comme vous savez, le voici alors avec quelques caractéristiques comme :

  • Le crâne rasé,
  • La fameuse mèche de l’enfance, portée sur le côté ! Tombant normalement sur le côté droit de la poitrine.

D’ailleurs on devait probablement la couper lors du fameux passage à l'âge adulte.

  • Nu bien sûr.

Paradoxalement peut-être, il apparaît également comme une divinité funéraire, assistant le défunt à son entrée dans le royaume des ombres, il devait faciliter probablement le passage des défunts dans l'au-delà et ce en suscitant la venue de sa mère. Il symbolisait ainsi le germe prêt à renaître malgré la nuit, la rupture, la mort,...

  • Tétant son doigt, bien caractéristique du monde de l'enfance.

 

Ainsi, Ihy semble bien avoir été un enfant !

 

Nonobstant, il ne vous aura certainement pas échappé que parfois il fut visible sous une autre représentation.

Un veau par exemple…

Même si du reste, il semble plus probable, que le diminutif du mot "ih" puisse signifier "taureau". Serait-ce alors une analogie avec sa propre mère, la vache Hathor ? D’aucuns suggèrent même que certaine classe de prêtres de la netjeret Hathor portaient le nom de Ihy !

 

De plus, nous pouvons noter la présence de quelques inscriptions au sein du temple de Dendérah, et ce sous la forme : 

  • Du double Ihy-Noun, Ihy-nww, jouer du sistre pour sa mère, l'Oeil de Râ.

Il semble alors avoir été associé à la bonne inondation.

Ihy-nww n mwt.f Wsrt : l'Ihy-noum de sa mère la puissante (vase-menou) Dend.II.34,10

  • Et d'Ihy-Ouab, Ihy-w'b, jouer du sistre pour sa mère, la maîtresse du ciel.

Lié de fait à la purification.

Ihy-w'b. Nbt 'Iwnt : Ihy-ouâb de la Maîtresse de Iounet (sistres et menit) Dend.II, 52,13

  • Dans ce temple, celui de la netjeret Hathor, nous pouvons d'ailleurs admirer des sistres qui semblent "être littéralement secoués" et ce devant la divinité. Vous pourrez alors y voir, en bas, deux petits netjerou sur un Sema Taouy ! Nous sommes bien là en présence d'Ihy-Noun et également d'Ihy-Ouab. Ils semblaient alors remplacer l'enfant royal ainsi que son Ka, nous sommes ainsi à la Basse Epoque...

 

Au sein même de l’Ancien Empire…

 

Voici donc quelques scènes allégoriques de bergers traversant à gué un ruisseau et ce évidemment avec leur bétail !

 

5

Un vacher semble bien porter sur son dos un jeune veau qu'il vient d'ailleurs de sauver de la noyade !

Le veau était l'animal d'Ihy.

Saqqarah...

6e dynastie...

 

Ainsi...

Nous pourrions y voir un berger portant sur ses épaules un veau que nous serions à même d'identifier comme étant notre netjer-enfant, Ihy.

Il portait donc notre fameux veau, et ce à travers le ruisseau ; certainement dans l'objectif d’y entrainer le restant de son troupeau !

 

Notre charmant Ihy pouvait être ainsi figurer à la manière d'un appel, celui à la résurrection !

L'exaltation vers une nouvelle vie...

La renaissance… 

 

Détail d’un linteau d’une porte monumentale au temple d'Hathor à Iounet.

La face interne…

 Source

 

De gauche à droite :

  • Harsomptus, Ḥr-sm3-t3wy,
  • La tête d’Hathor,
  • Harsomptus (A tête de serpent),
  • Et Horus, fils d'Isis comme vous savez…

 

Ihy, symbole de renaissance...

 

Il revêtait aussi d'importantes fonctions funéraires et ce en rapport avec les transformations que subissait le défunt afin de passer d'une vie à l'autre ! Ce dernier n'était-il pas à la vie dans l'au-delà, ce que le jeune netjer Ihy enfant fut à la vie terrestre ?

A savoir un être fragile qui, de fait, avait tout à découvrir.

 

Ihy veillait aussi sur l'unité même de Kemet...

 

Notre netjer évoquait parfaitement cette souveraineté !

Et ce en tant que descendant de Râ. Ihy devait certainement nourrir, symboliquement bien évidemment, quelques prétentions sur le Double-Pays.

D'où les images de lui portant la double couronne !

 

Ainsi à Nitentore...

Un bas-relief figurant au linteau intérieur de la chapelle d'Ihy illustre parfaitement ce fait.

Le jeune netjer est debout, au-dessus du signe "Unir", que maintiennent du reste deux figurations de Hâpy (Nil du Nord et Nil du Sud, eux-mêmes l'image de la grande Kemet unifiée).

Sur sa tête...

La double couronne bien sûr de Haute et Basse-Egypte qui marquait ce pouvoir qu'il serait à même d'exercer.

 Hiero m17 Hiero v28

Jḥj.

Voici donc deux hièroglyphes à savoir le M17 et le V28.

Le nom peut aussi se lire "Veau".

Ce qui peut en partie expliquer le rapprochement avec la légendaire vache Hathor !

 


Source

 

Ihykhouef.

Ỉḥy-ḫw(j).f.

"Ihy, qu'il protège !"

Source / Lien

 

Ihyenes.

Ỉḥy-n.s.

"Ihy est pour elle".

Source / Lien

 

Nom 589 1

Ihyemzaef.

Ỉḥy-m-zȝ.f.

"Ihy est sa protection".

Source / Lien

 

Quelques représentations de notre netjer...

 

tutankhamun_egyptian_museum_b10.jpg

  Hypogée de Toutânkhamon...

    Source

 

Dendera_Romisches_Mammisi_23.JPG

Mammisi de Trajan.

Le temple de Dendérah.

Hathor allaitant son fils Ihy.

Source / Lien

 

Voyez cet enfant qui semble téter, ce fut bien le netjer Ihy, enfant bien sûr ! 

 
De plus...

Derrière la netjeret Hathor, notre Ihy mais sous une autre représentation…

 

"Ihy le grand,

 

     le fils d'Hathor"

 

Temple-de-Hathor-a-Denderah--bas-relief--le-neter-Ihy-p.jpg

Dans le temple de sa mère divine, celui d'Hathor, sis à Dendérah.

Voici un bas-relief du netjer Ihy.

 (Associé aux fêtes hathorique il fut "le joueur de sistre" ou "le musicien".

 

Hathor, la mère et son fils Ihy. Ils sont ainsi bien souve

Hathor, la mère et son fils Ihy !

Ihy peut aussi apparaître comme un enfant allaité par sa mère.

Et sous sa manifestation animale, la plus ancienne, on le trouve sous la forme d’un veau…

Mère et fils sont ainsi bien souvent représentés

sous les formes d'une vache et d'un veau.

Un homme en train de traire une vache…

Un bas-relief  du sarcophage de Kaouit de la 11e dynastie.

Photographie de Müller in Boessneck. 

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/43/DendaraMamisiKhnum-10.jpg

Le netjer Khnoum...

Il est accompagné de la netjeret Héqet

et

du netjer Ihy.

Ils se situaient dans le temple de la naissance i.e. le mammisi...

Et ce à Dendérah.

Source / Lien 

 

D'ailleurs...

Notons au passage que le rituel du mammisi devrait tirer son origine de la mythologie royale thébaine et ce au Nouvel Empire faisant du pharaon le fils charnel d’Amon...

 

Alors, à suivre...

J'espère que vous avez pris autant de plaisir à lire mes textes que j'en ai eu à vous les écrire ! 

 

 

Ob 7e8f3e ob 16217c ob 535271 ob 751bf1 ob 920c6

 

Afin d'en connaître davantage, je vous invite à consulter :

 

     • Sources... 

 

Collection "Passion de l'Egypte" Editions Atlas 2003

 

Dictionnaire de la Civilisation Égyptienne - Rachet Guy - Larousse

 

Les Dieux de l'Egypte, l'un et le multiple.  Erik Hornung, Champs / Flammarion


Pinch, Geraldine (2004) Mythologie égyptienne : Un guide pour les dieux, déesses et les traditions de l'Egypte antique. Oxford University Press.

 

La Mythologie Égyptienne - Aude Gros de Beler - Editions Molière

 

Dieux et Déesses de l'Égypte ancienne -  Dr. Edouard Lambelet - Editions Lehnert & Landrock - 1989 - Les divinités de l'Égypte ancienne et comment les reconnaître.

 

Nadine GUILHOU - Janice PEYRE : La mythologie égyptienne.  

 

Ziegler, Bovot, L'Egypte ancienne, Manuel de l'Ecole du Louvre, Paris, 2001, P. 194. 

 

Jean-Pierre Corteggiani, "L'Égypte ancienne et ses dieux", Fayard, p. 280.

 

Et plus précisément encore :

 

Dend VIII 26 ; S.Cauville "Ihy-noum et Ihy-ouâb" Bifao 91, 191 :

- Page 103 et planche 34...

- Page 99 à 117 surtout d'ailleurs 115 et 116.

 

R. Preys, "La fête de la prise de pouvoir d’Ihy "le grand dieu" à Dendera", ZÄS 128, 2001, page 145 à 165...

Lire la suite