nTr_nTr.t_nTr.w_nTrj_...

Sechat                                                                                                         Accueil

"Vivre" …

"La vie" …

"Soyez au service de la vie"  au moins avec  http://www.aime-jeanclaude-free.com/

 

 

nTr

 

Nous voici en ce premier octobre 2019, dans un secteur jouxtant la pyramide à degrés de Djéser, considérée comme la plus vieille pyramide d’Égypte :

 

"Des archéologues polonais ont mis au jour une douzaine de momies vieilles de 2 000 ans

en menant des fouilles sur le site de Saqqarah en Égypte.

La plupart d'entre elles étaient enterrées directement dans le sable et l'une d'elles a montré des décorations intrigantes."

 

"Magnifiquement maladroits" :

 

Netjer anubis j d browski polish centre of mediterranean archaeology

L'un des sarcophages montre des représentations inhabituelles du netjer Anubis.

 J. Dąbrowski/Polish Centre of Mediterranean Archaeology.

 

"Les dessins ont été réalisés entièrement en bleu.

Une couleur très inhabituelle alors qu'Anubis est généralement peint en noir.

L'origine de cette particularité reste floue, l'artiste n'était peut-être pas familier avec les conventions traditionnelles."


Le "netjer" est donc Le "dieu" ...

Sans majuscule, puisqu'il "ne semble pas" (Cependant cela n'est pas aussi simple ...)  y avoir de "dieu" unique en Égypte ancienne. 

 

Le nTr devait symboliser l'énergie : 

  • "L'énergie créatrice",
  • Le "souffle de vie",
  • ...
  • La puissance créatrice,
  • L'énergie divine ... Celle-là même qui était intrinsèque à tous les êtres ... Ceci nous démontre que pour nos anciens égyptiens tous les constituants de notre monde auraient eut un lien avec une déité. Des énergies diffuses qui sont dénommées alors nTr. Diffuses à la manière du courant électrique avec des intensités variées.

 

https://scontent-lhr3-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/12985544_141717649560224_7172201634677674418_n.jpg?oh=d0a12c918bf78097b720d92f26e93386&oe=584045D7

Source

 

Toutes les divinités de l’Égypte ancienne n’avaient pas de grands temples dédiés, un culte dirigé par l’État, des récits sur la façon dont ils avaient créé l’univers, etc. Certains étaient beaucoup plus domestiques, comme Bes et Taweret, par exemple, qui ont été invoqués chez des citoyens ordinaires pour se protéger. Et certains sont tombés entre ces pôles - la déesse Meretseger en fait partie. Adoré par les gens ordinaires, mais ne faisant pas vraiment partie de la sphère domestique.

 

En premier ...

Ils furent bien des Idoles, aux formes humaines comme la divinité-mère, les hommes barbus, ..., aussi souvenez-vous des colosses de Min de Coptos.

 

Predynastic statue of min ashmolean museum oxford 1

 

Vint ensuite "les dieux".

Ce nTr fut représenté comme un faucon posé sur un pavois, et le celui-ci est seul ... Cependant, il n’est pas impossible qu’il le fut également au moyen d'un mat et de son drapeau en son sommet.

Nonobstant, l’origine du mot netjer est bien incertaine. Il fait du reste toujours débat au sein des spécialistes. Nous pouvons le rencontrer dès la dynastie 0 i.e. autour de 3 150 B.C.E. Sa lecture phonétique ne fait, en tout état de cause, aucun doute et ce au sein de l’Ancien Empire.

 

Aussi le caractère "polythéiste" de nos anciens égyptiens n’avait comme vous savez jamais ignoré :

  • La féminité.
  • Comme la maternité aussi.

Et cette représentation semble bien visible dès la 5e dynastie.

Souvenez-vous aussi de ce cercle, presque parfait d'ailleurs, ayant en son centre un point. Cela ne devait-il pas désigner le terme de "soleil centré" ? Hors, si nous nous referons en particulier au pharaon Sahouré, il nous montra un galbe bien visible, ainsi qu'un point central et ce bien en saillie.

Un sein vu de face, peut-être ?

  • De la sexualité dans le divin.
  • Certains auteur(e)s parlent de polythéisme égyptien, d’autres d’hénothéisme, et même concernant une certaine période, bien courte du reste, de "monothéisme".

L’hénothéisme semblerait toutefois se rapprocher davantage d’une réalité probable.

 

Notons ce que suggérait au passage cette "pharaonne" des temps moderne, cette Grande Dame que fut Desroches-Noblecourt et ce en 2003 :

 

"La religion égyptienne antique

est une religion solaire,

le soleil est source de vie,

mais il y a aussi une source de vie aquatique.

L’inondation est l’une des trois périodes du calendrier égyptien :

l’inondation désigne à la fois les crues du Nil apportant les alluvions fertiles

et

l’eau,

source de vie elle aussi"

 

Les divinités ne semblaient absolument pas faire abstraction ni du mariage, ni même de la sexualité. Alors que nous pourrions pratiquement énoncer le fait que certaines cultures dites monothéistes, celles avec leur notion d’un Dieu tout puissant, ont quant à elles cette figure pratiquement paternelle : elles excluent même pratiquement les représentations du maternel, du féminin, de la sexualité, ...

 

Ainsi, dans leur ensemble, les religions "considèrent" le divin à travers différentes puissances :

  • Apportant la vie,
  • ... 
  • Comme la protection d’ailleurs. Cependant elles peuvent aussi avoir cette dimension dite collective. Cela devait alors élaborer une véritable union voir même une certaine communion et ce au sein d’un culte commun.

En finalité peut-être …

Cela aboutira à des monarques, des dirigeants, des souverains, à pharaon dans notre cas précis, muni d’une authentique puissance divine et en fin de compte, d'une autorité pratiquement indiscutée.

Divinités cosmogoniques,

Divinités provinciales,

Divinités locales,

Divinités funéraires,

...

 

Qu’elles fussent :

  • Cette personnification de phénomènes naturels,
  • Ou alors de certains concepts parfaitement abstraits,
  • Voir même d’ancêtres déifiés,
  • De déités étrangères importées au panthéon de nos anciens,
  • ... Les divinités furent bien souvent représentées à partir du Nouvel Empire, et plus particulièrement accentuées au sein de cette Basse Époque en une "triade" : la Famille.

Des trios qui furent bien la base de cette société, il suffit pour cela de se souvenir du légendaire village des artisans de pharaons afin d'en être pratiquement convaincu. Aussi, chaque cité devait avoir sa triade propre. Nos anciens l'adulait certainement au sein des temples. Notons cependant que demeurait aussi des familles bien plus imposantes que cela, des "Familles divines" comme furent l’Ogdoade d’Hermopolis ("La cité des Huit" en grec ), l’Ennéade d’Héliopolis, …

 

Les Triades furent en fait constituées :

  • D'un netjer,
  • D’une netjeret,
  • D’un netjer fils ou fille. 

 

Voici de fait quelques "Triades divines" :

  • Triade de Memphis = Ptah / Sekhmet / Néfertoum.
  • Triade de Thèbes = Amon / Mout / Khonsou.
  • Triade d'Eléphantine = Khnoum / Satis / Anoukis.
  • Triade d'Edfou = Horus / Hathor / Harsomtous.
  • Triade d'Abydos = Osiris / Isis / Horus.
  • Triade de Mendès = Banebdjedet / Hatméhyt / Harpocrate.
  • Eléphantine = Khnoum / Anoukis / Satet.
  • Kom Ombo = Haroëris / Tasenetnofret / Panebtaoui.
  •                     = Sobek / Hathor / Khonsou.

 

Egyptian pectoral with solar boat walters 42378 back

Netjer, différents hiéroglyphes sur un pectoral.

 

Hiero a40

 

Hiero r8

"Bâton enveloppé d'un tissu"

R8

Hiero g7

 

La Kemet avec, peut-être, le premier épisode du monothéisme, bien rigoriste : Akhenaton, ...

Plus anciennement encore, 

Avec cet éternel monothéisme ouvert et parfaitement pluraliste d'ailleurs. Le netjer fut en fait trois et il n’avait pas de second.

  • Il fut Amon, l’invisible
  • Son visage, , le disque solaire.
  • Et son gosier, Thot, la parole.
  •  

"Le concept de religion 

est

une construction 

Chrétienne récente"

Jean-Loïc Le QUELLEC

 

2d7a4hj

Bénou, l'ancêtre du Phénix des grecs, cet oiseau solaire mythique, renaissant toujours de ses "cendres", en Égypte ancienne.

 2 3                                                                                                             Ob 7e8f3e ob 16217c ob 535271 ob 751bf1 ob 920c6Accueil

ânkh ...  

"Vivre" …

"La vie" …

"Soyez au service de la vie" au moins avec http://www.aime-jeanclaude-free.com/

 

 

Logopdf 1

Bénou, nom masculin.

Bennou,
Benu,
Bennu,

"Celui qui est venu à l'existence par lui-même",

"Celui qui se lève",

"Seigneur des Jubilés",

...

Benou bnwbnw / La jambe "B",  les ondulations "N", le pot de "Nou" : "Bénou" étant confirmé par le déterminatif du héron cendré / héron pourpré.

Un trait horizontal à chevrons, l'eau ...

Une jambe debout, liant énergie verticale et mouvement ...

Un vase tel que celui que nous associons à Nout : recueillant le témoin permanent de la marche cyclique du monde, ...

Une spirale ...

Plan de cette thématique ...

 

"Celui qui se lève"

En égyptien ...

 

Ani pl27 chapitre 83 formule pour prendre l aspect d un pCapture 21

Bénou.

Papyrus d'Ani, planche n°27 au chapitre 83.

Formule pour prendre l'aspect d'un phénix.

On représentait le défunt sous les traits d'un héron. 

Face à lui, Maât au jugement ; en fonction de celui-ci, le héron (le défunt) pourra ou non prendre son envol et renaître pour la nouvelle vie.

© René Preys

Conception graphique : © Jean-Pol Schrauwen

 

"Celui qui se lève" ...

Ainsi l'oiseau Bénou ...

Une de ses traductions du moins ...

Celui qui se lève chaque matin afin d'illuminer le monde n’est autre évidemment que Râ. Ainsi Bénou fut bien une représentation du démiurge Râ (Se levant) ou plus précisément, le de Râ !

 

Les oiseaux sont des êtres bien complexes quant à leurs aptitudes, ils sont les seules entités à pouvoir :

  • Maitriser les airs, se déplaçant ainsi "sous le ventre de Nout", la netjeret du ciel.
  • Marcher sur terre.
  • Posséder une certaine affinité pour l'eau allant jusqu'à savoir nager avec élégance et y puiser leur subsistance, en plongeant.

 

De plus, il ne vous aura certainement pas échappé que les vols d'oiseaux migrateurs nous donnent un spectacle inouï quant à :

  • Leur arrivée massive,
  • Tout autant pour leur départ d'ailleurs ! Aussi, je suppute qu'ainsi l'imaginaire des Égyptiens anciens aurait pu les conduire à attribuer aux migrateurs un rôle symbolique, les poussant, en quelque sorte, à les intégrer dans la cohérence de leur paradigme i.e. leur vision du monde.

 

Le delta du Nil :

  • En grande partie, un vaste marécage ...
  • En fait une unique zone humide, au nord du continent africain. Ainsi, les migrateurs devaient s'abattre sur Kemet à des moments précis, et certainement identifiés par nos anciens ! Ainsi, ces oiseaux voyageurs se trouvaient probablement aux yeux de nos ainés les "uniques témoins vivants" de lieux que seules les divinités pouvaient connaître : un cadre de vie finalement fort restreint, une lande de terre entourée de déserts s'étendant à l'infini et de mers, ressenti peut-être comme une analogie au grand océan primordial.

 

Nous mentionnions ci-dessus, aussi les êtres vivants lui devaient tout :

  • Ils réglaient leurs activités sur leurs rythmes essentiels, comme le jour et la nuit, les saisons, ...
  • Sans omettre évidement les oiseaux qui sont particulièrement présents dans les représentations ; en train de couver des œufs, de voler, de se poser avant que leurs pattes n'aient touché le sol.
  • ...

 

Ainsi ...

Quel furent les premiers Hommes à mentionner l'entité Bénou, cet oiseau de feu ?

Nos anciens Égyptiens sembleraient détenir cette "palme" : Bénou aurait vécu sur des pierres, des obélisques, ... et aurait été vénéré par le peuple de l’Égypte ancienne, et ce de la même manière dont Osiris et Râ le furent.

 

En fait, d'aucuns subodoraient même que :

  • Bénou était un véritable symbole vivant, comme tant d'autres d'ailleurs et ce quant au netjer Osiris.
  • Bénou aurait également évoquer l’inondation du Nil, connu pour apporter richesse et fertilité ... Pour cette raison, elle était l’une des créatures les plus respectées de la mythologie égyptienne. C'est bien avec "ce déluge" qu'apparaissait ce bel oiseau ! Il devait planer lentement sur les eaux débordées du Nil, signe d'une l'abondance future. Son apparition à l'aurore sur le fleuve le fit associer au soleil, dont il devint le symbole

392px bennu bird svg

Voyez la couronne Atef.

Bénou surmonté de la coiffure d'Osiris.

© Jeff Dahl

GNU Free Documentation License.

 

Aussi, paradoxalement aux diverses et nombreuses autres cultures, parfois mêmes contemporaines :

  • Bénou, au "cœur" de cette terre noire, ne semblait pas du tout avoir été assimilé à un rapace, ni du reste à un oiseau tropical aux couleurs vives, mais davantage à un moineau, à un héron cendré, aujourd'hui malheureusement bien disparu / "ardea bennuides", littéralement le "héron bénou".
  • Vint alors le phénix ...

Du moins tel que nous le connaissons habituellement, venant des légendes grecques ..!

Pour eux, il devint donc le phoinix dont le nom vint, je le subodore, du verbe égyptien "wbn" signifiant comme vous savez "briller", "étinceler" et     même "naître" et ce concernant Râ.

Ainsi, cet oiseau pouvait vivre très longtemps, mais aussi se régénérer ou renaître des cendres de son prédécesseur. Certaines sources disent que le phénix mourait tout simplement pour se décomposer avant de renaître, tandis que d’autres affirment qu’il brûlait et mourait enveloppé de flammes. D'aucuns croyait même que l’oiseau légendaire pouvait vivre plus de 1 000 ans.

 

HELIOPOLIS

Localisation de la cité soleil d'Héliopolis.

 

Plan de cette thématique ...

Revenir en haut de l'article ...

Vous pouvez accéder au chapitre en cliquant directement sur le titre de ce dernier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

440px thumbnail

Pyramidion of Nesnubhotep, top of a limestone chapel monument.

Un chapeau de pierre coiffant la pyramide, un "benbenet".

A scarab and adoring baboons in relief.

26th Dynasty. From Abydos.

The Petrie Museum of Egyptian Archaeology, London 

 
 

Le bel oiseau fut en vérité plus un concept qu'un ntr.

Revenir en haut de l'article ...

Plan de cette thématique ...

 

La matière première de la pensée est bien le concept :

  • L’amplitude des concepts peut être d'ailleurs large.
  • C'est une idée générale permettant de regrouper beaucoup de choses bien particulières du reste.
  • Il pourrait englober la diversité et ce dans une unité confortable, facile à manipuler afin de réfléchir.
  • Il permet bien souvent d’organiser notre connaissance,
  • Cela représente en quelque sorte l'entité cognitive de base où nous mettons un sens aux mots que nous utilisons,
  • Le concept est à la pensée ce que la brique est au maçon, ce que les molécules sont au chimiste, c'est finalement une entité élémentaire essentiel que nous combinons sans interruption avec bien d’autres afin d'élaborer des assemblages les plus divers.
  • ...

 

Aussi, ce bel oiseau migrateur pouvait exprimer un cycle pour nos anciens égyptiens, Bénou revêtait donc de bien nombreuses interprétations symboliques, à la fois Osiris, Râ, ... :

  • L’immortalité de l’ "âme" et à ses mouvements, ...
  • La longévité,
  • La périodicité du temps,
  • Râ, en lien avec les saisons bien évidemment ainsi que la crue régulière du Nil.

 

Cependant Bénou ne semble pas avoir eu :

  • De famille,
  • ...
  • De véritable histoire ! En dehors de ses liens avec Râ, Osiris ...
  • ...
  • De temples : même si ce point est très difficile à démontrer ! Car plusieurs lieux auraient reçu le nom de "Château-du-Benou" l'un aurait été situé au sein même du Grand-Château (Devant se lire Iat-Oudjâ.) à Iounou, puis dans les 7e et 18e provinces de Haute-Égypte, dans le 18e nome aussi, ... 

 

Nonobstant, des chapelles auraient été consacrées :

  • A Edfou,
  • Ihnasya,
  • Saïs ... Nous pouvons parfaitement supputer ainsi que le Bénou était lié au culte de Râ, rayonnant à Iounou afin d'atteindre l’ensemble du pays à la fin de l’histoire de la Kemet ancienne.

 

Bénou conceptualisait visiblement la renaissance :

  • Celle de Râ bien sûr.

  • ...
  • Et, peut-être, que notre netjer intellectualisait aussi la mort, avec Osiris.

Ainsi, le soleil se cachait, nous sommes alors au crépuscule, ou juste avant qu'il ne réapparaisse, à l'aube. Ainsi notre Bénou était lié à la planète Vénus, cette étoile du soir ou du matin, selon les saisons. Il devint alors l' "âme" d'Osiris ; il incarnait à ce moment-là cette forme défunte, celle de Râ, l’accueillant le soir à l'occident, ou l'accompagnant brièvement le matin avant de lui céder la place.

 

Cependant ...

"Rassurez" vous ...

Grâce aux hypogées, les chercheurs ont été aptes à déterminer la part importante quant au rôle funéraire de ce "netjer héron".

 

Capture 24

Marie Joseph Aimé Dubois (dit) DUBOIS-AYME.

DESCRIPTION DE L’ÉGYPTE.

Héliopolis.

Plan des ruines et de l'enceinte de la cité, détails de l'obélisque. (ANTIQUITÉS, volume V, planche 26).

 

Aussi dès l'Ancien Empire ...

Revenir en haut de l'article ...

Plan de cette thématique ...

Lire la suite