Image13

Société des Kmtyw...

58441213 1093467097517700 318865029254348800 n

Cet œuf instrument essentiel de la magie, celle de la fécondité, en Égypte ancienne.

Par Le 16/04/2022

Ankh hiero 1

ânkh ...

"Vivre" …

"La vie" …  

"Soyez au service de la vie" ...  http://www.aime-jeanclaude-free.com/

 

Logopdf   Plan de cette thématique.

 

En ce dimanche 17 avril 2022.

Paques cloches
Adonc, si nous aussi nous faisions, ce légendaire voyage, celui des cloches à Rome.
Gravure de Grandville, un illustrateur de génie : Nancy 1803 - Vanves 1847.


Le renouveau c'est maintenant, et ce à travers le retour du printemps :

  • La Pâque Juive.
  • Les Pâques Chrétiennes & l'Égypte ancienne.

 

10151210 10154023819545103 2814784274677318901 n

 Source

 

"L’œuf est un symbole universel très ancien,

 lié à la vie,

 à l’origine du monde dans de nombreuses légendes.

Cet emblème de la vie éternelle

et

de perfection

accompagnait parfois les morts dans l’au-delà

[…].

C’est assurément pour Pâques

que l’œuf joue le plus grand rôle

car les œufs

sont alors les instruments essentiels d’une magie de la fécondité."

N. Cretin.

Fêtes et traditions occidentales.

 

Ainsi :

  • Pour nos anciens Égyptiens,
  • Comme pour les Perses d'ailleurs,
  • ...
  • Sans omettre les Romains, l'œuf fut un symbole de vie comme celui du renouveau.

 

Plan de l'article ...

Voici donc le retour du printemps.

 

La tradition de s'offrir des œufs au printemps remonte à l'Antiquité.

 

Et voici l’œuf et le lièvre …

 

Quant au légendaire lapin …

 

Quand est-il du chocolat alors ?

 

Et si nous "interprétions" la présence de cet oeuf au sein du paradigme de nos anciens ...

 

 

 → Afin d'en connaître davantage, je vous invite à consulter :

 

En 2022, Pâques sera donc célébrée en ce dimanche 17 avril, l’an dernier, ce fut le 4 avril.

Adonc ...

Pourquoi une telle variabilité au sein des dattes ?

Pâques est célébrée chaque année le dimanche suivant la pleine lune de printemps. L’équinoxe de printemps a lieu le 21 mars, ce qui implique que Pâques a lieu au plus tôt le 22 mars, au plus tard le 25 avril !

  • Avant Pâques s’écoulent quarante jours, le "Carême", du lendemain de mardi gras (le mercredi des cendres) au dimanche pascal. Quarante jours correspondant aux quarante jours de Jésus dans le désert de Judée, traditionnellement consacrés au jeûne, à la prière ainsi qu'au partage.
  • La semaine avant le dimanche de Pâques est appelée la "semaine sainte" débutant par le dimanche des Rameaux.
  • Le Jeudi Saint représente le dernier repas du Christ avec ses apôtres (la Cène).
  • Le Vendredi Saint est celui de la "Passion du Christ", sa "crucifixion".
  • Pâques correspond donc au "troisième jour", durant lequel le Christ est, pour les chrétiens, ressuscité.
  •  

"Nous avons tous des rêves,

mais pour les réaliser,

il faut beaucoup de détermination,

de dévouement,

de discipline

et

d’efforts"

Jesse Owens

Rêvons alors :

  • Ensemble quant à ce renouveau en cette ère printanière.
  • Et pourquoi pas, à la manière de Saint-Exupéry quand il énonçait "On ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel est invisible pour les yeux." 

 

Nous sommes donc au sein des Pâques …

Revenir en haut de l'article ...

Plan de cette thématique.

La fête chrétienne est bien multiple.

Cène ...

Eucharistie ...

Résurrection ...

 

La fameuse et présente fête de Pâques se nomme aussi Easter en anglais, et ceci vous est bien connu.

 

Cependant ...

Et paradoxalement peut-être ...

Cette réjouissance ne semble véritablement pas représenter une nomenclature spécifiquement chrétienne comme d'aucuns pourraient parfaitement et bien logiquement du reste le subodorer. Elle porte en vérité en elle une origine Chaldéenne faisant référence à la fameuse divinité, Astarté.

 

Beltis ...

Ninivites, la reine des cieux ... Alors, ne serait-ce pas finalement un culte relatif à la fécondité ? Et ce à peine dissimulé sous les apparences d’une célébration, celle relative à la résurrection du Christ ?

En tout état de cause, Pâques fut bien une sorte de synthèse : moult syncrétismes, incorporant de bien nombreuses traditions, en provenance d'ères préchrétiennes.

 

 

 Et si nous nous référions à Alexander Hislop.

Revenir en haut de l'article ...

Plan de cette thématique.

 

Cet auteur "semble" compétent en la matière.

 

Aussi, grâce à lui, vous aurez peut-être cette surprise, celle de découvrir l'origine "païenne" (Même si je n'apprécie guère cette nomenclature.) quant aux coutumes de la chrétienté, il en va aussi du culte :

  • De la "Vierge",
  • Du sapin,
  • De la bûche de Noël,
  • Des œufs de Pâques,
  • ... Nous sommes alors au sein d'une continuité des traditions religieuses : rien ne se perd, tout évolue, tout se transforme. La nature n'aime pas le vide, il en va de même quant aux religions, coutumes, croyances, usages, ...

 

Ainsi :

 

  • La nomenclature de Pâques avec ses origines babylonienne avait cette souvenance, celle de la reine des cieux : Ishtar, ... Et que dire du sens caché du fameux œuf mystique d'Astarté, ..., de Baal en Bretagne ?

Alors il n'est pas difficile de subodorer que sa compagne Astarté, le fut tout autant et ce par les anciens Anglais. Cette déité, à Ninive même s'appela Ishtar et prit ainsi en avril le nom d'Easter (Pâques).

 

  • Au 3e et au 4 A.D 5Anno Domini Nostri Iesu Christi°, cette fête devint Pascha, Pâques et semblait même s’accorder avec la Pâque juive.

Alors, d'aucuns supputent que nous sommes là au sein même d’une version Christianisée de la Pâque juive.

 

Ainsi souvenez-vous, cette festivité de Pâques est célébrée par :

  • Les Coptes,
  • Les Catholiques,
  • Les Orthodoxes …

Une fête qui normalement rassemble toute l’Égypte. Le lundi de Pâques, ce grand jour, est bien celui de Sham el-Nessim.

 

Ainsi, selon le Concile de Nicée en 325 ...

La date de Pâques : "Le dimanche qui suit le 14e jour de la Lune qui atteint cet âge le 21 mars ou immédiatement après".

Aussi, plus simplement peut-être ...

Il s’agit en fait du premier dimanche après la première pleine lune suivant l’équinoxe de printemps (fixé au 21 mars).

 

Acceptée par tous les chrétiens ...

Cette méthode de calcul a été établie avant le schisme que vous connaissez, daté de 1054.

Le décalage qui s’opère souvent entre Églises catholiques et orthodoxes est donc à chercher dans la réforme grégorienne. En effet, en 1582, le pape Grégoire 13 instaura un nouveau calendrier qui devait alors corriger les lacunes astronomiques du calendrier julien : à cause de son imprécision, celui-ci se décalait de 8 jours à chaque millénaire par rapport à l’année solaire véritable.

Ainsi, au moment de la réforme grégorienne, le calendrier julien avait dix jours de retard.

Alors qu’aujourd’hui, il en a 13 !

Eman Bahaa 21122019.

Le passage ... Celui du solstice d'hiver, en ce mardi 21 décembre 2021 à "16H59" avec la magie de l'Égypte ancienne.

Par Le 24/12/2021

solstice d hiver le premier jour de l hiver est arrive et si c est une bonne nouvelle

ânkh ... 

"Vivre" …

"La vie" … http://www.aime-jeanclaude-free.com/

 

Logopdf 1

   Plan de cette thématique ...

 

Le solstice d'hiver est un événement terrestre de quelques jours.

Il fut de la plus haute importance et ce depuis la préhistoire ... Il était à la fois source d'angoisse avec des journées à la lumière déclinante, laissant place à la nuit, puis, une  source d'espoir dès que les jours avec leur lueur rassurante chassèrent l'obscurité !

 

Le solstice ...

Il correspond à ce moment de l'année où les rayons de Râ touchent la Terre avec l'angle le plus incliné qui soit.

Le solstice d'été quant à lui représente la journée la plus longue, adonc, le solstice d'hiver la plus courte.

 

Le mot "Solstice" ...

C'est bien un mot latin "solstitium", il est issu d’un néologisme que l’on doit à Pline l’Ancien.

  • Il compile les mots sol, "soleil",
  • Et statum venant de stare, "se tenir debout, demeurer immobile".

Déjà au premier siècle B.C.E, on lui donnait ce sens, celui que l’on conçoit encore aujourd’hui d'ailleurs. Et dans "notre" Égypte ancienne, et ce d’après l’historien grec Hérodote, il devait correspondre à peu près au gonflement des eaux du Nil et marquait ainsi le début d’une nouvelle année fertile.

 

Nous entrons donc aujourd'hui dans l'hiver

nous sommes bien le 21 décembre.

 

Le solstice ...

En ce fameux jour ...

La luminosité ne représente que seulement 8 à 9 heures dans l'hémisphère Nord. La nuit s'étale alors sur près des deux tiers de la journée à savoir 16 heures environ.

Nous sommes bien au sein de notre hémisphère nord.

 

Le premier jour de l'hiver astronomique est marqué par le solstice de décembre. Et en cette année 2021, il devrait se produire le 21 décembre à 16 h 59 et 19s GMT. Tandis qu'au sud de l'équateur, l'hiver a commencé lors du solstice de juin, qui a eu lieu le 21 juin à 3 H 32 GMT.

 

Cette journée est de fait la plus courte de l'année en termes de luminosité. Nonobstant, en règle générale, la durée du jour et de la nuit dépend du lieu d'habitation et de la latitude ...

 

Le "miracle du soleil".

 

Le solstice d'hiver ...

C'est une étape importante, une parenthèse sacrée, conventionnellement fixé au 21 décembre.

Nonobstant ...

Et astronomiquement, il se situe entre le 20 et le 22 décembre et ce en raison de la précession des étoiles. Souvenez-vous, il est tombé un 23 décembre en 1903 et tombera de nouveau à cette date en 2303, 2307, 2311 et 2315.

 

Le solstice d'hiver ...

Jour le plus court de l'année qui marque le refroidissement, mais aussi le rallongement des journées. Connaissant le sens de l'observation de nos anciens, cela ne "pouvait certainement pas" passer inaperçu le long des fameuses rives du légendaire Nil.

Ainsi ...

Selon le Dr. Juan BELMONTE de l'Institut d'astrophysique des Canaries ...

Après avoir étudié plus de 650 temples ...

Il a émis une hypothèse, celle que la plupart des monuments et sites archéologiques auraient, à juste titre me semble-t-il, été conçus afin de célébrer des événements célestes comme le lever de Râ par exemple, relatif aux équinoxes, aux solstices, ...

 

Le solstice d'hiver ...

Ce phénomène a dû certainement être remarqué par nos anciens habitants des Deux-Terres.

C'est bien à travers ce moment-là, celui de la saison des semailles que pouvait alors commencer, et ce après que les eaux du Nil se soient retirées à la suite de l'inondation annuelle une représentation en quelque sorte, celle du concept de la renaissance.

Il est donc aisé de penser que les anciens astronomes et architectes puissent avoir construit le temple de telle manière que "le Râ levant", celui du solstice d'hiver bien sûr, puisse avoir atteint un axe principal en traversant l'avenue, et ce pendant quelques instants.

Les rayons du nTr Râ brillaient alors entre les hautes colonnes de la salle hypostyle et "l'allumait en quelque sorte", comme pour recharger en énergie ce lieu sacré d'Amon (Le "caché").

 

Avant cette période très festive,

je vous souhaite un joyeux Solstice

et

autant de moments précieux

et ce à partager avec vos proches.

 

Douze jours ...

Et ce de Noël à l’Épiphanie ...

Et nous voilà alors transportés comme jamais, à Karnak bien sûr : "Le Saint des Saints".

De tout temps ce fut une sorte de marqueur intemporel, particulièrement puissant, une occasion quant à de nombreuses célébrations et autant de festivités en cette Kemet ancienne.

 

Plan de cette thématique ...

Revenir en haut de l'article ...

Vous pouvez accéder au chapitre en cliquant directement sur le titre de ce dernier.

 

→  I.M.C.C.E ...

 

→  De plus, souvenez-vous de cette date du 21 décembre 2020, il n'y a pas si longtemps finalement ...

 

→  Scientifiquement ...

 

→  Le solstice, qu'est-ce que c'est ?

 

→  Nonobstant, l'Homme aime-t-il véritablement cette période de l'année ?

 

→  Transportons-nous maintenant au sein du merveilleux, ancien, magique, ... complexe du temple de Karnak.

 

→  Cet événement crée une scène exaltante dans l'un des temples les plus célèbres d'Égypte.

 

 →  Voici de très belles prises de vues, © Hussein Ahmed  du solstice d'hiver au sein de cette terre magique :

 

→ L'arrivée des rayons de Râ ...

 

→  Quelques futures dates :

 

Nous sommes au sein de notre Égypte ancienne,

et ce fut bien évidemment

un des moments uniques !

 

Aussi nos anciens fêtaient-ils ce phénomène ?

  • Faisaient-ils de petites pyramides, en bois, décorées, ..., surmontées du disque solaire ?
  • Ou alors des lampes à huile ?
  • ...

Étaient-elles d'ailleurs véritablement accrochées à l’entrée des habitations ?

Illuminaient-elles aussi les rues ?

...

Étaient-elles du reste offertes aux netjerou(t) ?

  • ... ?

 

I.M.C.C.E ...

Plan de cette thématique ...

Revenir en haut de l'article ...

 

L'Institut de Mécanique Céleste et de Calcul des Éphémérides, elle nous donne la date et l'heure exactes du solstice d'hiver.

 

Nous sommes bien

le 21 décembre.

A 16 H 59 mn et 19 s dans l'hémisphère nord.

Aussi l’Égypte n'échappe pas à cette règle, le pays n'étant pas sur l’équateur comme vous savez.

Et cela concorde, à peut près, avec une pluie d'étoiles filantes baptisée "Ursides" issue la comète 8P-Tuttle, les dates peuvent variées entre les 17 - 25 décembre dont le maximum devrait se situer le 22/12/2021 à 17:30.

Et pour les Amérindiens, souvenez-vous de cette "Lune froide", elle est celle qui annonce l'entrée dans les semaines les plus froides de l'année, dans l'hémisphère nord.

 

 De plus, souvenez-vous de cette date, celle du 21 décembre 2020, il n'y a pas si longtemps finalement ...

Plan de cette thématique ...

Revenir en haut de l'article ...

 

Nous étions alors en présence d'un phénomène bien rarissime :

  • Matérialisé seulement le 16 juillet 1623,
  • Et cela ne devrait pas se reproduire avant 2080.

 "La grande conjonction"

 

Et cette conjonction dura au maximum une dizaine de minutes ! Ce fut le rapprochement maximum entre Jupiter et Saturne, il se réalisa en vérité en fin de cette journée du  2.

 

Scientifiquement ...

Plan de cette thématique ...

Revenir en haut de l'article ...

 

Le solstice d'hiver ...

C'est bien la période de l'année où la trajectoire du soleil, vue de la terre, atteint son maximum méridional. Sous nos latitudes, le soleil ne s'élève que de 18° par rapport à l'horizon (Quand durant le solstice d'été, il est visible à 65° d'altitude, toujours par rapport à l'horizon). 

 

Aussi nous sommes bien au :

  • Jour où l'inégalité du jour et de la nuit est maximale,
  • Maximum de nuit dans l'hémisphère nord,
  • Maximum de jour dans l'hémisphère sud vivant en réalité son solstice d'été !

 

Normalement nous aurions pu admirer ce genre de chose :

 

Karnak Floodlight by Sake Van Pelt

Karnak

© Floodlight by Sake Van Pelt.

Nous sommes bien au sein du :

  • Jour le plus court de l'année,
  • Autant dire que nous vivons la nuit la plus longue.

 

Ainsi ...

Ce "phénomène" tout à fait naturel ...

Serait fonction de l’axe de rotation de la Terre, de son inclinaison en fait.

Notre très belle demeure d'éternité ne tourne pas sur un axe véritablement droit, elle est en vérité inclinée et ce à environ 23°.

 

Aussi ...

L'été arrivé ...

Notre hémisphère nord "fléchi" du côté de Râ, bien plus exposé à ses rayons, les jours de fait sont bien plus longs que les nuits.

 

L'hiver venu ...

C’est l’inverse ...

Notre Terre se retrouve penchée du côté opposé à Râ, alors bien moins exposé, les jours sont plus courts que les nuits. Le contraire pour l’hémisphère sud, en été lorsque l’hémisphère nord est en hiver.

 

Le solstice, qu'est-ce que c'est ?

Plan de cette thématique ...

Revenir en haut de l'article ...

 

"Le Soleil s’arrête".

Probablement est-ce fonction de cet "état" bien spécifique ?

Et ce à deux occasions dans l'année ...

Ainsi Râ dans son mouvement apparent sur l’écliptique semble parfaitement arriver à sa plus forte déclinaison boréale comme australe d'ailleurs. 

 

Imaginons un peu ...

Notre nTr Râ pouvant atteindre sa position la plus haute ou la plus basse du reste, puisse avoir la faculté de s’arrêter, un instant seulement, et ce afin de littéralement inverser son mouvement i.e. aller dans l’autre sens.

  • Le solstice d’été (~ 21 Juin) : à midi, il est très haut dans le ciel ...
  • Le solstice d’hiver (entre le 21 et le 22) : toujours à midi, l'astre apparaît très bas ... Ils représentent ainsi les positions extrêmes de Râ.

 

Six mois seront donc nécessaire afin de mouvoir d’une position à l’autre : une année correspondant à un cycle complet.

 

Nonobstant, l'Homme aime-t-il véritablement cette période de l'année ?

Plan de cette thématique ...

Revenir en haut de l'article ...

 

  • Car évidemment, il fait bien souvent plus froid (Enfin normalement).

 

  • Analogiquement ...

Aimons-nous vraiement cette solitude qui est bien souvent engendrée par cette phase de peu d’ensoleillement ?

Ainsi, comme le disait Aristote ...

Nous sommes une espèce sociale, cet "aspect" "élabora" d'ailleurs notre race au fil des millénaires, du moins peut-on l'affirmer jusqu'à des jours pas si éloignés que cela.

Des découvertes récentes montrent du reste que notre cerveau comporte des neurones miroirs qui nous permettent spontanément d’entrer en empathie avec d’autres. De se mettre à leur place en quelque sorte. Quand on voit quelqu’un qui se blesse, qui éclate de rire ou réconforte un proche … notre cerveau s’active dans les mêmes zones que celui de la personne en question, il fonctionne en miroir et nous ressentons la douleur, la joie, la compassion … Ce fonctionnement se déclenche aussi quand il s’agit d’animaux voire même de végétaux et ce pour les plus sensibles d’entre nous.

Nous avançons ...

Nous progressons,

Nous traversons toutes les adversités,

Nous évoluons et ce, avant tout, grâce à notre sociabilité, notre adaptabilité, ...

 

  • ...

 

  • Tous ceci n'expliquerait-il pas finalement toutes les festivités que nous allons bientôt vivre ? Et ce afin d'éloigner les ténèbres, la faim, le chaos, ..., et de se rapprocher en quelque sorte de cette période bien plus propice ou les jours seront plus longs. Que ne ferait-on pas pour quelques rayons de plus, à défaut de Râ, ceux de la chaleur humaine ?

Quelles que soient les époques,

Quelle que soit la civilisation,

Quelle que soit la culture,

Quel que soit le lieu géographique sur notre formidable planète, cette demeure d'éternité ...

...

Equinoxe

Equinoxe 1

Illustration du solstice d'hiver,

les rayons du soleil atteignant la partie sud du globe.

© Source

 

Solstice printemps

Nous voici maintenant au sein de ce passage celui du solstice d'hiver à l'équinoxe de printemps.

La lumière du soleil arrivant à la perpendiculaire de l'axe du globe terrestre.

© Source

 

Transportons-nous maintenant au sein du merveilleux, ancien, magique, ... et complexe temple de Karnak.

Plan de cette thématique ...

Revenir en haut de l'article ...

 

"Le véritable but n'était pas d'éclairer la voie du temple,

mais d'éclairer la statue d'Amon placée dans le sanctuaire,

afin qu'elle puisse vivre pour une nouvelle année."

© Antonio Crasto

 

Eman Bahaa 21122019.

© Eman Bahaa le 21-12-2019.

 

Râ sera parfaitement aligné au milieu de la porte orientale du temple afin que sa lumière illumine la cour et le sanctuaire d'Amon.

 

L'alignement solaire réel en cette année 2019 devait normalement être à son optimum le 22/12/2019 à 5H19 : apparition au milieu de la porte orientale puis illumination ensuite des zones sacrées.

  • La cour ouverte,
  • La salle des colonnes,
  • Le sanctuaire du netjer Amon.
  • ...

 

L'axe central du temple a bien été orienté dans la direction E / O, et ce afin probablement de pouvoir célébrer le solstice d'hiver mais également et, surtout du reste, accueillir le nTr Râ levant.

Le soleil resta alors aligné sur ce sanctuaire d'Amon-Râ pendant 20 minutes.

Ensuite ...

Il dû atteindre, de l'autre côté du Nil, le temple de la reine Hatchepsout

 

Ministry of tourism and antiquities

Nous sommes le 9 mars 2020.

Ministry of Tourism and Antiquities.

 

solstice d hiver le premier jour de l hiver est arrive et si c est une bonne nouvelle

C’est la journée la plus courte de l’année

et

en Égypte ancienne,

le soleil aime "bien jouer" entre les pierres,

entre les colonnes

entre les statues du temple de Karnak à Louxor,

le solstice d’hiver.

Et c'est bien un des événements solaires des plus impressionnants.

© Source

Au fil des millénaires ...

Comme vous savez ...

Karnak s'est enrichi ...

Ainsi, pendant la 30e dynastie, le pharaon Nectanebo I fit ériger son portail sur la trajectoire exact du parcours des rayons de Râ et ce à l'aube. Cela devait probablement donner une image suggestive dans laquelle il semble que l'étoile diurne se lève directement sur elle : tout à fait subjuguant à observer !

Y eut-il comme, je le suppute, cette volonté d'élaborer un véritable jeu architectural avec la lumière ?

Former avec le portail ...

Avec Râ ...

Un immense hiéroglyphe représentant l'horizon, le fameux signe "akhet", deux dunes de montagne avec un disque solaire placé parmi ceux-ci comme un authentique et puissant symbole de la renaissance même.

 

Le hieroglyphe akhet
Le hiéroglyphe "akhet".
Celui que Champollion avait interprété comme l' "horizon".
 

Photo prise le 21 juin 2006 par juan antonio belmonte aviles 

Photo prise le 21 Juin 2006 par © Juan Antonio BELMONTE AVILES,
voir : "Some open questions on Egyptian calendar: an astronomer's view / TdE 2 ( 2003) pages 23 à 25).
 

Cet événement crée une scène exaltante dans l'un des temples les plus célèbres d'Égypte.

Plan de cette thématique ...

Revenir en haut de l'article ...

 

Deux fois par an :

  • Au solstice d'hiver,
  • Comme à celui de l'été du reste, Râ illuminait le sanctuaire du temple du palais Karun au sein du Fayoum environ 15 minutes plus tard, et il éclairait la salle sacrée pendant une courte période.

 

Voici de très belles prises de vues, © Hussein Ahmed  du solstice d'hiver au sein de cette terre magique :

Plan de cette thématique ...

Revenir en haut de l'article ...

Imhotep egyptologie 1

Nous voici en cette période de rupture et de renaissance avec l'eau du Nouvel An et le temps des petites gourdes ... En Égypte ancienne.

Par Le 31/12/2020

ankh hiero  

https://www.aime-jeanclaude-free.com 

Logopdf

Plan de cette thématique.

 

Comme vous savez ...

Le premier jour de l'an n'a pas toujours coïncidé au sein des divers calendriers. 

Les "Jours de l'an" tombent rarement à la même date, nonobstant nous pouvons remarquer une "relative" concordance.

 

Ainsi ...

Transportons-nous au sein de l'Égypte ancienne avec le retour de l'inondation et de ce fait, avec ce débordement bienfaiteur faisant de Kemet cette terre noire que nous connaissons. Aussi, à la manière d'un messager très attendu, voici la fameuse saison d'Akhet, celle-ci devait annoncer une nouvelle prospérité comme du reste une Nouvelle Année.

  • Débutant à la mi-juillet (Transposé ainsi dans notre calendrier),
  • Se pérennisant comme cela jusqu'à la mi-novembre ... Ainsi, les rayons de Râ qui avaient bien desséché la terre de Kemet trouvaient en cette période une sorte d' "antagoniste", en l'inondation.

 

Une période qui fit véritablement la richesse de Kemet, et cela en tout point, notamment en apport naturel :

  • D'eau,
  • De déchets organiques de tous genres,
  • De débris rocheux également,
  • De ce fameux limon noir qui donna d'ailleurs, souvenez-vous, le nom même de cette belle contrée, Km.t, "La terre noire",
  • ...
     

  Egypte gourde epoque ptolemaique za03521

Une gourde ptolémaïque.

Importante, à panse.

L'objet est orné de 2 rosaces.

Très belle engobe noire.

A noter une fêlure sur l'une des rosaces.

115 mm de hauteur.

Source / Lien

Lorsque "deux Soleils se lèvent" : Sirius et le Nouvel An.

 

Elles furent particulièrement en vogue à l'époque saïte, au cours de la 26e dynastie, nommées ainsi car on y découvrit des inscriptions les ornant : visiblement, elles étaient offertes en cadeaux. Et ceci au niveau des fêtes relatives au Nouvel An quant à cette contrée antique qui devaient avoir lieu le 19 juillet : du moins près de la côte méditerranéenne, c'est-à-dire à Memphis.

 

  • Et que dire du lever héliaque de Sirius, il coïncidait alors à l'inondation annuelle de l'Itérou.

Souvenez-vous de cet artefact gravé pour Ramsès III et ce sur les murs extérieurs de son temple à Medinet Habou, cela atteste que la fête de Sôpdit coïncide avec celle du Nouvel An.

Ce fut bien symboliquement le jour de l’an.

Ce fut en l’an 7 du règne de Thoutmosis III qu’Hatchepsout proclama, sur les parois du temple de Deir el-Bahari, son "couronnement". En fait, il aurait réellement eu lieu entre le 2 Peret 1 et le 4 Chemou 30, soit bien plus tard dans l’année, selon les inscriptions de son seul obélisque encore érigé à Karnak.

Hatchepsout proclama donc idéalement son couronnement au jour de l’An afin bien certainement de profiter de la portée, symbolique, de cette date.

 

Sothis 1024x380 1

Source 

Plan de l'article ...

Revenir en haut de l'article...

Vous pouvez accéder au chapitre en cliquant directement sur le titre de ce dernier !

 

"La fin de quelque chose est toujours le commencement d’autres choses" ...

 

Mais pour que la Nouvelle Année puisse se réaliser ...

 

Le premier jour, le premier mois de l'inondation tant attendue ...

 

Une nouvelle année pleine de promesses ... 

 

Ce fut donc le temps des petites gourdes, dites "du Nouvel An".

 

→ Sources ...

 

Ob 48e100 11038658 461704323981803 6806172709818

Voici une très belle "Bouteille de pèlerin" en albâtre.

Avec fixations en or, incisées de bleu, et avec le cartouche

de Ramsès II (Usermaatra Setepenra)

et

de la Reine Nefertari.

18e dynastie à Thèbes.

Petrie Museum, Londres.

Source / Velia Prisco

 

10690231 461704373981798 2304400517293123869 n 1

Source / Velia Prisco

 

Nefertari Meritmut

Nefertari Meritmut

 

"La fin de quelque chose est toujours le commencement d’autres choses" ...

Ainsi ...

La fin d'Akhet abordait le début de la saison de Peret, celle relative aux riches cultures.

De la mi-novembre à la mi-mars ...

S'en suivait alors la saison de Chemou, le temps des récoltes variées, nombreuses, riches, ... Il en allait donc de même quant à la fin d'une année qui engendrait inéluctablement une nouvelle et riche ère.

 

Ce fut véritablement l'annonce d'une Nouvelle Année.

En fait,

Dans ce contexte historique,

Nous devrions être aux environs du 19 Juillet.

 

Nonobstant, pour que la Nouvelle Année puisse se réaliser ...

Plan de cette thématique ...

Revenir en haut de l'article ...

 

Et ceci, dans les meilleures conditions qui puissent être car il semblerait bien qu'il ne fallait surtout pas négliger les déités.

 

  • Comme cette netjeret, léonine, à savoir Sekhmet ... 

"La puissante" ...

"La flamme de Râ" ...

Une divinité terriblement dangereuse finalement car elle fut bien "Cet œil de Râ en fureur". Il fallait ménager la bienveillance de cette divinité, surtout en cette période de rupture et de renaissance : je pense évidemment à la fin d'une année et le début d'une autre.

 

En fait ...

Nos anciens devaient particulièrement la prier lors des cinq jours épagomènes. Ils correspondaient, je vous le rappelle, aux cinq derniers jours de l'année, et étaient de plus réputés comme néfastes ! Souvenez-vous, ce furent les mêmes jours que Thot avait gagné à un "jeu" afin de permettre la naissance à certains netjerou, ceux figurant en toute fin d'année égyptienne.

 

La prier ...

Afin qu'elle puisse ne pas apparaître sous cette forme irascible et guerrière, celle de Sekhmet la "lointaine", rendue responsable probablement des différents fléaux annuels.

La prier avec conviction ...

Elle saura alors sans aucun doute maîtriser son ardeur destructrice et se faire, chatte, plutôt que lionne.

 

  • Ainsi on découvrit des endroits avec des textes qui devaient visiblement être prononcés par des prêtres-lecteurs.

Au sein de certains temples comme à :

  1. Kom Ombo,
  2. Esna,
  3. Edfou aussi,
  4. ...

 

  • Et que dire du netjer "typique" de cet iteru, tout du moins de la fameuse crue, Hâpy ?

 

  • Et le saviez-vous ?

On pouvait aussi y sacrifier, à cette occasion, l'oryx... ? hdl:10670/1.v28el4.

De très belles antilopes qui furent visiblement responsables, au sein de certains paradigmes, d'avoir "énervées" la fameuse lionne. Elle se serait apparemment opposée à l'étoile de Sepedet : celle qui devait permettre d'annoncer aux prêtres la venue de la crue tant attendue, l'étoile Sothis si vous préférez.

 

387756 501309073220261 269327433 n

  Environ 945 B.C.E.

©  Richard Barnes

Source

 

"Wrapped in linen and reverently laid to rest, a queen’s pet gazelle was readied for eternity with the same lavish care as a member of the royal family.

In fine, blue-trimmed bandages and a custom-made wooden coffin, it accompanied its owner to the grave in about 945 BC."

National Geographic.

 

Sacrifice d une gazelle sethien et ce devant horus

"Sacrifice d'une gazelle (Animal séthien) devant Horus."

Source / Lien / Alain Guilleux

 

Le premier jour, le premier mois, celui de l'inondation tant attendue ...

Plan de cette thématique ...

Revenir en haut de l'article ...

 

Le 19 juillet ...

Ce fut alors le retour de la fameuse lionne.

L'inondation arrivait.

Serait-elle suffisante ?

Atteindrait-elle les 16 coudées optimales ?

  • Peu, et ce pouvait être la famine.
  • Trop importante, et cela pouvait engendrer de nombreux dégâts.
  • ...

 

Mais à la fin de l'Empire pharaonique, sous la dynastie des Ptolémées, à partir du 4e siècle B.C.E, ils inventèrent une échelle qui permettait finalement d'anticiper :

  • Le niveau de l'eau divine,
  • Probablement la date également de l'arrivée de la crue,
  • Mais davantage encore, les futurs impôts : pas mal non ?
  • ... Il est bien question évidemment de leurs fameux nilomètres.

Lesquels d'ailleurs continueront à être utilisés, de façon régulière, jusqu’au cœur de l’époque musulmane i.e. au 9e siècle B.C.

Le Nouvel An était donc là et sa fameuse fête existait bel et bien.

 

Voici donc une nouvelle année, pleine de promesses.

Plan de cette thématique ...

Revenir en haut de l'article ...

Bouteille du nouvel an du nouvel empire terre cuite tournee et peinte provenance kerma necropole occidentale musee d art et d histoire de geneve

Au sujet d'une fameuse gourde : "Que Thot ouvre une bonne année pour le propriétaire de celle-ci", en Égypte ancienne.

Par Le 31/12/2020

Httpsfr freepik comvecteurs libretete calendrier 2022 numero coups pinceau couleur abstraite coloree bonne annee 2022 fond colore 13646313 htm query 2022 position 2 from view keywo"Vivre"… "La vie"…    Logopdf 

https://ww.aime-jeanclaude-free.com   

 

Plan de cette thématique.

 

Le premier jour …

Le premier mois ...

Bien sûr nous mentionnons là celui de l'inondation tant attendue dans l’Égypte ancienne. Nous devrions alors être au 19 juillet, le commencement d'une

Nouvelle Année ...

 

"Oupèr renpèt néferèt".

"Ouverture d'une belle année"

et ce

par une belle inondation ...

 

Happy new year, rappelez-vous :


      "La venue de Hâpy"

Ḥˁpj

 

Capture 140

 

      Le 19 Juillet de chaque année Sepedet annonçait l' "oupèt renpèt" ...

 

Medinet-Habou--Le-netjer-Hapy-apportait-des-offrandes--jpg

Le netjer Hâpy apportait des offrandes.

Medinet Habou ...

Ramsès III.

 

Une journée que marquait la première montée des eaux.  Une inondation qui recouvrait les terres quatre mois par an. Elle abreuvait ainsi Kemet de son eau salvatrice.

Hâpy fut bien le netjer de la crue du Nil, nonobstant, il n'était pas celui du Nil lui-même. Là où le Nil surgissait, Hâpy résidait. 

 

Plan de l'article ... 

Revenir en haut de l'article ...

Vous pouvez accéder au chapitre en cliquant directement sur le titre de ce dernier !

 

La fête du nouvel an existait bel et bien dans l'Égypte ancienne.

 

 Une ère qui appelait le renouveau, comme aujourd'hui finalement.

 

→ Bien paradoxalement peut-être ...

 

→ Tous les 1 461 ans nous serions en cette période Sothiaque ...

 

→ Une énergie renouvelée ...

 

→ Pharaon devait montrer alors tout son pouvoir ...

 

Et pour les Humbles alors ?

 

La procession ...

 

Décomposition de cette saison d'Akhet ... 

 

Aujourd'hui, nous vivons la fin de cette fameuse année de :

 

20 21

 

Aussi, comme toute fin, elle amorce la naissance d'une nouvelle ère :

 

Capture 139

 

La fête du nouvel an existait bel et bien dans l'Égypte ancienne.

Ce fut même une très grande fête, très prisée, ... comme aujourd'hui du reste. Cependant et comme vous savez, à la différence de notre culture contemporaine, elle n'avait pas lieu à l'équivalence de notre premier janvier.

Transposée dans notre calendrier, elle devait se situer autour du 19 Juillet. Thôt, 1er mois du 19 juillet au 17 août.

Le premier jour ...

La première nuit de l'année.

Du premier mois de l'inondation ...

Le jour de l'an : "I Akhet 1" ... Et cette fête se concrétisait dans tous les temples du pays.

Saison d'Akhet ...

Quand le pays renaît à la manière d'Osiris.

http://www.archaeometry.org/images/akhet.jpg

Le hiéroglyphe "akhet" ...

Celui que Champollion avait interprété comme l' "horizon".

 

Une ère qui appelait le renouveau, comme aujourd'hui.

Plan de cette thématique ...

Revenir en haut de l'article ...

 

En Égypte ancienne ...

Le premier jour de l'année correspondait bien au renouveau, le début d'une nouvelle année. Avec l'arrivée d'Hâpy ...

Voici donc l'inondation ...

La fameuse crue du Nil.

Et surtout, le changement que cela devait bien engendrer.

...

 

Bien paradoxalement peut-être ...

Plan de cette thématique ...

Revenir en haut de l'article ...

 

Malgré la présence bienfaitrice d'Hâpy, ce fut bien un passage particulièrement dangereux, celui qui consistait à franchir cette frontière, celle séparant une année de l'autre.

Une période redoutée et prisée tout à la fois car la puissante Sekhmet pouvait se révéler bien plus néfaste que jamais.

 

En ce qui concernait pharaon, ce devait être une ère des plus cruciales pour la pérennité de son règne :

  • Il se devait alors de concilier les bonnes grâces d' Hâpy,
  • ...
  • Il était obligé de se consacrer à la protection de Kemet et être "efficace" pour la nouvelle année de son règne.

 

La procession, la cérémonie, la fête,  fut un amalgame complexe d'hommages :

  • Aux netjerou(t),
  • Aux ancêtres,
  • Avec des diadèmes et des insignes du pouvoir,
  • Avec des prières,
  • ... Il fallait bien légitimer pharaon face aux netjerou(t) ainsi qu'aux ancêtres : des actes magiques accroissant son pouvoir aux yeux du peuple. Il s'agissait tout simplement de la protection de Kemet et de son peuple.

 

Tous les 1 461 ans, la période Sothiaque ...

Plan de cette thématique ...

Revenir en haut de l'article ...

 

Le nouvel an égyptien coïncidait bien avec le lever héliaque de l’étoile Sothis et ce tous les 1 461 ans.

La précession des équinoxes ...

Elle fut accompagnée de ce petit décalage, un "léger" retard en quelque sorte et ce de 14 jours par millénaire ! Aussi souvenez-vous, le calendrier égyptien, inventé par les prêtres d'Iounou, avait bien 365 jours : le premier, Thôt, était de fait bien mobile.

 

Egyptian new years flask walters 48419 mark right 1

"Que Thot ouvre une bonne année pour le propriétaire de celui-ci"

 

Egyptian new years flask walters 48419 3

 

40 gourdes du nouvel an fondation custodia paris 3

Source

 

Ainsi, le décalage entre :

  • L’année solaire,
  • Et l’année civile égyptienne fut approximativement d'un jour environ et ce tous les quatre ans.

 

Ce qui nous amène à 1 460 jours soit 365 x 4. Et lorsque cette coïncidence demeurait, nos anciens l’immortalisaient au sein de bas-relief, car pour eux cela devait être une année bien bénéfique. De fait, cela aida la datation quant à certains pharaons.

 

Aussi ...

L'inondation commençait-elle. Et ce lorsque les grands prêtres virent le fameux lever héliaque. Celui de l'étoile Sirius.

Sirius pour nous …

Sothis des Grecs ...

Sôptis, Sepedet en Égypte antique, voici donc "La maîtresse de l'année nouvelle" ...

 

http://pagesperso-orange.fr/owni/OWNI%202006/Dossiers%20Owni/Dogons/sirius_002.jpeg


Elle symbolisait l'arrivée à la fois :

  • Des eaux primordiales, celles qui donnaient la vie.
  • Et l'année nouvelle, qu'elle marquait d'ailleurs par son apparition dans le ciel. La fête Soptit, coïncidait bien avec celle de la nouvelle année.

 

http://www.dinosoria.com/enigmes/sirius.jpg

L’étoile la plus brillante de toutes.
L'étoile Sirius.
© Nasa
 
"La constellation d'Orion, visible plein sud vers 22 heures, permet de trouver une autre constellation, celle du grand chien. Sirius, l'étoile principale de cette constellation, est aussi l'étoile la plus brillante du ciel.  Logiciel de simulation astronomique : Starry Night"
 

Cette étoile n'était visible que pendant une période très courte :

  • Avant le lever de Râ,
  • Et, à l'Est, au-dessus de l'horizon.
  • ...  Et Médinet-Habou, lié à Ramsès III, atteste bien de cela !

 

Une énergie renouvelée ...

Plan de cette thématique ...

Revenir en haut de l'article ...

 

Les défunts ...

Les netjerou(t) ... Tous avaient droit à des offrandes. Cependant, cette fête fut aussi destinée à car nos anciens supposaient que la nouvelle année correspondait à sa naissance.

Ainsi, pendant la nuit, les prêtres conduisaient-ils une statue du netjer. Ils partaient du temple et allaient vers le toit de l'édifice.

 

La statue était préalablement préparée :

  • Lavée ...

Pour la pureté.

  • Et elle était parée d'amulettes.

Elle devait ainsi être illuminée au lever du jour par les fameux rayons de Râ. De cette manière, elle devait se recharger en énergie et ce pour le restant de la nouvelle année.

 

Pharaon devait montrer alors tout son pouvoir.

Plan de cette thématique ...

Revenir en haut de l'article ...

Sa force ...

Sa vitalité ...

 

Et cela se concrétisait par des cadeaux somptueux :

  • Statue d'ivoire,
  • Statue d'ébène,
  • Pierres précieuses,
  • Statuettes dorées à son effigie,
  • Armes,
  • ... Ainsi, le premier à rendre hommage au netjer fut bien sûr pharaon ! Et cela est attesté dès les temps les plus anciens, durant la 5e dynastie par exemple. Hâpy, symbole même de cette inondation, perpétuellement renouvelée, apparu alors.

 

Souvenez-vous d'un certain bas-relief peint, sur les parois du temple de Medinet-Habou, nous pouvons y observer une belle mise en scène, celle de Ramsès III. Il adorait alors le netjer Hâpy. Le pharaon fut debout, levant les mains, implorant le netjer qui, chose plutôt rare, est représenté ici assis ...

Pas de plateaux d'offrandes dans ses mains ...

Mais, des croix de vie ... 

 

http://www.ancient-egypt.co.uk/people/images/t_image094.jpg

Voyez aussi, sur votre gauche, ce bel oiseau mythologique à savoir Bénou en forme de héron cendré.

Source

 

Toute une symbolique ...

Celle bien évidemment vitale et relative à la moisson. Voyez derrière pharaon, et admirez le sens de cette scène. Ramsès implorait Hâpy afin d'apporter la vie à l'Égypte.

 

A travers :

  • Une belle inondation,
  • L'harmonie,
  • Et de fait une moisson généreuse, Hâpy contribuait à faire du règne du souverain, une grande gouvernance.

 

Et pour les Humbles alors ?

Plan de cette thématique ...

Revenir en haut de l'article ...

 

"Oupèr renpèt néferèt" ...

Elle fut bien cette expression utilisée par nos anciens afin de souhaiter une Bonne et Nouvelle année : "Ouverture d'une belle année", et ce par une belle inondation.

  • Ils faisaient des présents aux netjerou(t).
  • Échangèrent entre eux de petits cadeaux.
  • ...
  • Il y avait bien évidemment les fameuses "gourdes du Nouvel An". Elles étaient "remplies d'eau", renouvelée, celle du Nil.

 

Aussi celui / celle :

  • Qui donnait : recevait la bénédiction divine.
  • Qui recevait : atteignait la prospérité personnelle.

 

Origine site osirisnet hypogee kagemni oie kagemni tb 1181

Le foie gras, nous ne savons pas si nos anciens le valorisaient véritablement ? En Égypte ancienne.

Par Le 24/12/2018

6 oies de meidoum

ânkh ... 

"Vivre" …

"La vie" …

"Soyez au service de la vie" ...   https://www.aime-jeanclaude-free.com/

Logopdf

Plan de cette thématique.

 

Aujourd'hui :

  • Nous avons connaissance que nos anciens Égyptiens engraissaient bien certains animaux comme les palmipèdes, ...
  • Nonobstant, nous ne savons pas s'ils valorisaient véritablement le foie ? Les spécialistes n’en sont absolument pas certains. Il faut savoir qu’aucun texte ni aucune "image" au musée du Louvre comme à celui du Caire d'ailleurs ne démontrent que le foie gras était utilisé dans l’alimentation des Égyptiens anciens.

 

Parce qu'il s’agissait, peut-être, en toute simplicité, d’engraisser les animaux pour la saveur de la viande ? Car immanquablement, nos anciens auraient pu s'apercevoir qu'ainsi leurs chaires devenaient bien plus goûteuse.

  • La graisse pouvait aussi servir à la conservation des aliments ?
  • A l'éclairage peut-être ?
  • A la cuisine bien certainement aussi ?
  • ... ?
  • Nous retrouvons quelques traces à l'époque romaine, avec des oies gavées de bouillies, ...
  • ...

 

Cette pratique de gavage semble s'être répandue via les communautés comme :

  • Les juives en Hongrie,
  • L'Italie,
  • L'Alsace,
  • ...

 

La création du foie gras ...

Tel que nous la connaissons aujourd'hui, à partir du maïs, est née en vérité, dans le Sud-Ouest de la France.

 

"Apicius

a fait la découverte,

que nous pouvons employer

la même méthode artificielle d'augmenter la taille du foie de la truie,

comme de celle de l'oie,

elle consiste à les fourrer avec des figues sèches,

et quand ils sont assez gras,

ils sont trempée de vin mélangé avec du miel,

et

immédiatement tué."

  Pline l'Ancien, Histoire naturelle, livre VIII. Chapitre 77 ...

 

6 oies de meidoum

Les légendaires oies de Meidoum que vous connaissez bien.

Source

 

Plan de cette thématique ...

Revenir en haut de l'article...

Vous pouvez accéder au chapitre en cliquant directement sur le titre de ce dernier !

 

Des peintures murales montrant le gavage des oies.

 

→ L’Égypte ancienne et "peut-être" le début du foie gras ...

 

Un oiseau, pouvait-il être cet animal sacré ?

 

Ce gibier d'eau, le canard par exemple …

 

→ Nos anciens observaient avec perspicacité leur environnement en essayant de le comprendre ... 

 

 → L’Histoire naturelle et morale de la nourriture, Maguelonne Toussaint-Samat, éditions Bordas 1987.

 

→ "Historique" ...

 

→ Afin d'en connaître davantage, je vous invite à consulter :

 

Demedj

Deux fils de Ty.

 Ty junior (Enfant avec sa mèche, son doigt,...) Le premier personnage sur votre gauche.

Et son frère Demedj,

face lui,

le "Chef des élevages de canards".

 

Des peintures murales montrent le gavage des oies.

"Le foie gras

est le" foie gras " des gavés les oies et les canards.

Il a été fait

et

apprécié depuis l'époque romaine

et probablement bien avant,

le gavage des oies est clairement représentée

dans l'art égyptien de 2 500 av."

(Mc Gee 2004 , p. 167)

 

Egyptiangeesefeeding

Une peinture murale.

elle montre le gavage des oies, nous sommes il y a plus de 4 500 ans,

au sein de la nécropole de Saqqarah.

 

Histoire 3

Source

 

Mastaba de ty gavages des oies

Gavage d'une grue.

Au sein du mastaba de TY.

2 815 à 2 400 B.C.E.

Source

 

Oie_mastaba de Kagemni

Deux paysans avec de la nourriture destinée au gavage des oies.

Deux autres les gavent.

Mastaba de Kagemni  

 

Mastaba de merouka gavage des oies

Nous sommes maintenant au sein du mastaba de Merouka.

Et le gavage des oies.

 

L’Égypte ancienne et "peut-être" le début du foie gras ...

Plan de cette thématique ...

Revenir en haut de l'article ...

 

Nous ne disposons donc pas de preuves véritables quant à l'utilisation du foie gras lui-même dans l'alimentation en Égypte ancienne :

  • Ni textes,
  • Ni iconographies,
  • ...

 

Pline l’ancien fit bien allusion au gavage d’oies à l’aide de figues séchées.

Nonobstant, ne "parlait-il" pas là des Romains ?

Le "De re coquinaria d’Apicius" ...

Il fait alors connaître sa première recette de foie gras (Même si au demeurant il faut bien reconnaître qu'il fut écrit bien plus-tard). D’abord cela s'appelait Jecur Ficatum à savoir "foie aux figues". Cela changea de dénomination au cours des siècles, pour prendre la dénomination au 12e siècle par "foie".

 

Pline l’ancien, ce naturaliste latin avait alors avancé deux noms :

  • Scipion Metellus,
  • Et Marcus Seius, des hommes qui s’étaient illustrés au siècle précédent dans l’art d’engraisser les oies.

 

Pétrone dans son "Satiricon",

Martial, poète latin,

Juvenal avec ses "satires",

Apicius dans "l’art culinaire" … Tous ces auteurs latins du premier siècle B.C.E s’étonnaient de l’excellence des foies gras. Apicius avait même inventé une recette précise, du reste très élaborée me semble-t-il, afin de préparer le foie gras, et proposée dans son livre "de Re Coquinaria".

 

D’autres auteurs, comme Caton, Varron, Celse ou Palladio, vont même jusqu’à fournir des conseils d’engraissement.

 

Et même le géographe Strabon fait référence aux gardiens gaveurs d’oies d’Aquilé qu’il avait surnommé d'ailleurs les "hommes oies" : les "Anserarii".

 

Un oiseau, pouvait-il être cet animal sacré ?

Plan de cette thématique ...

Revenir en haut de l'article ...

 

Voici probablement la plus ancienne représentation d'un oiseau, les oies que vous connaissez bien, nous sommes à Meïdoum :

 

Cairomuseumgeese 98 1

Capture d'oiseaux au filet,

dans le mastaba du vizir Néfermaât et de son épouse Itet.

Nous sommes bien au sein de la légendaire 4e dynastie.

Les deux oiseaux situés à gauche sont en fait des bernaches à cou roux, proches des oies véritables.

L'oie est souvent considérée comme une incarnation du nTr Amon.

Source

 

L' "oiseau" pouvait jusqu'à représenter :

  • L' "âme" de pharaon,
  • Et être cet intermédiaire entre notre monde et celui de la vie éternelle,
  • ...
  • L'avènement d'un nouveau souverain n'était-il pas signalé par un lâcher de quatre oies sauvages et ce aux quatre coins de l'horizon ?

 

Moult oiseaux peuplaient alors le quotidien de nos anciens, ils les décrivirent d'ailleurs si parfaitement qu'aujourd'hui nous sommes aptes à les identifier :

  • L'Ibis,
  • L'oiseau Benou lui-même,
  • La huppe fasciée / Upupa epops,
  • L'oie bien sûr,
  • Le canard,
  • Les pigeons,
  • Le pellican Hénout,
  • ... Ainsi, les "volailles" avaient une place très importante, leur chair fut consommée notamment par les plus pauvres, certainement par les fellahs eux-mêmes.

 

Pelican henout

Pélicans hénout.

"Chambre des saisons",

Nous sommes bien au temple solaire de Nyouserrê.

 

On pouvait ainsi découvrir de nombreux volatiles dans :

  • Des volières,
  • Des pigeonniers,
  • ...

 

Ce gibier d'eau, le canard par exemple …

Plan de cette thématique ...

Revenir en haut de l'article ...

 

Comme l’homme, il a fait du grain de blé son principal repas. Voici donc un animal qui semble avoir été bien considéré par nos anciens, avec ses couleurs diverses, ...

 

Img 8

Deux scènes du temple du pharaon Amenhotep III à Louxor.

1 350 B.C.E.

À gauche, le pharaon fait griller un canard devant le nTr Amon,

et à droite le souverain éventait la fumée de la viande rôtie vers un netjer impatient.


Voici "peut-être" un exemple du rôle de la viande rôtie sacrificielle

et

surtout de la fumée dans la sustentation des netjerou de l’ancienne Égypte.

D'après Nelson, 1949.

 

Et puis …

Comment ne pas l’apprécié lui, le canard, qui, à la manière d’un couple héroïque, semble affectionner et protéger ses petits ? Nos Egyptiens n’adulaient-ils pas les anciens comme les enfants ?

Du reste, l’iconographie, ne nous démontrerait-elle pas en partie cela ?

  • Canard en vol,
  • Canard sur le point d’atterrir,
  • Canard mis à engraisser,
  • Oisillon dans un nid,
  • Canard en de bien divers hiéroglyphes,
  • Des stèles comme celle de la princesse Nes-Henou de la 2e dynastie ou des têtes de canards sont en offrande,
  • L’oie, le canard ne furent-ils point parmi les plats préférés ?
  • Canard en tableau de chasse dans les marais,
  • Canard dans les mains d'un défunt,
  • Canard dans un banquet royal : une jeune princesse dévorant un canard rôti et ce sur un ostracon armanien ...,

 

Adonc, le canard était-il un animal sacré ?

  • Probablement si nous nous souvenons d'Auguste Mariette, un des pères de l'égyptologie, qui disait

 

"Le canard égyptien est un animal dangereux,

un coup de bec,

il vous inocule le venin

et

vous êtes égyptologue pour la vie."

 

  • Aussi, nous le voyons bien à travers cette dualité, celle de la pensée égyptienne, particulièrement vis-à-vis de certains animaux. Ils peuvent indifféremment être considérés comme "néfaste" / utile à la fois, souvenez-vous de notre hippopotame.

 

Ainsi le canard sauvage …

Ne personnifiait-il pas l’ennemi à abattre ? Voletant au-dessus des fourrés de papyrus, il était capturé par le défunt afin de contrecarrer les probables entraves qu’ils pouvaient représenter pour l’ascension.

 

Tombe de menna

Nous sommes au sein de la dernière demeure de Menna.

De la main droite il tient à la fois un canard et un héron blanc

et ce comme appeaux.

 

Et le canard pilet Anas acuta alors … ?

Très abondant au sein des marais, ne représentait-il pas ainsi, via sa fécondité élevée, la régénération dans l’au-delà ? Le faucon, le canard était alors positivement considéré puisqu'il élevait l’ "âme" de pharaon.

 

Nos anciens observaient avec perspicacité leur environnement, comme vous savez, tout en essayant de le comprendre ...

Plan de cette thématique...

Revenir en haut de l'article...

Nesyamon

Face au temps qui passe, le destin des vieillards : furent-ils autant adulés au sein de cette Égypte ancienne ?

Par Le 25/07/2018

 Vieillard epoque ptolemaique musee du louvre 

Une vaste thématique ...

Celle de la vieillesse …

Celle "des vieux" … Paradoxalement (Me semble-t-il !) au fait que bien trop peu d’historiens, de sociologues, …, y font face véritablement. Aussi j'invite nos égyptologues patenté(e)s à investiguer dans ce domaine et plus précisément, peut-être, quant au vieillissement  du "peuple".

 

Avec cette analyse :

  • Des évolutions de la famille,
  • Des patrimoines,
  • Des rapports à la propriété,
  • Des "secours", 
  • De l'hébergement,
  • De la nourriture : la "gériatrie", a t'elle pu se développer d'une certaine manière ? 
  • Des attitudes devant la vie et la mort,
  • De la médecine,
  • …  

 

Une vaste thématique (Tellement "humaine") et toujours contemporaine malheureusement …

Une vaste thématique, significative aussi et ce quant à la "qualité comportementale d'une culture".

Une vaste thématique qui ne pourra, bien évidemment, pas être traitée en un seul article.

 

Ainsi :

 

  •  Quelle image cette civilisation renvoie-t-elle donc véritablement quant au grand âge ?

D'aileurs ...

A quel âge devenait-on véritablement "vieux" ? Car finalement, cela représente bien "un construit social" et ce évoluant en fonction des normes que se donnaient la société.

La "construction sociale de la vieillesse" à travers bien évidemment la sphère privée. Quant au traitement collectif … ? 

 

  • Cette vieillesse, de quelle manière pouvait-elle être perçue ?

Fut-elle Idéalisée ?

Etait-elle plutôt un fardeau pour cette société ?

... ?

 

  •  Nos anciens, de quelle manière furent-ils représentés ?

Souvenez-vous de ce légendaire papyrus érotique de Turin.

Voyez alors cet homme ...

Visiblement il est d'un âge certain et ce malgré qu'il fut acrobatiquement représenté : un monde bien idéalisé ? Voyez, également, il est "accompagné" par une jeune femme : du moins c'est ce que nous imaginons à première vue.

 

  •  L'âge, inspirait-il le respect ?

Aujourd'hui ...

Il semblerait faire plutôt peur et ce paradoxalement à une longévité maximale pratiquement atteinte en certaine région.

 

  • Les vieillards, de quelle manière étaient-ils assimilés dans la population ?

Les prenait-on en charge ?

Et par qui ?

Y avait-il véritablement cette solidarité familiale ?

... ?

 

  • Les aïeux, et même pourquoi pas (Dans certains cas peut-être.) les bisaïeuls : travaillaient-ils jusqu'au terme de leur existence ?

Devenu physiquement inapte à assumer leur charge de travail, une charge qu'elle qu'elle fut du reste, que devenaient-ils alors ?

Y avait-il une solidarité intergénérationnelle ? 

Etaient-ils si nombreux que cela finalement, les véritables anciens ?

"Au fil" des périodes pharaoniques, y eut-il des évolutions comportementales.

Et que signifiait donc cette expression ? Celle que vous avez bien certainement déjà rencontrée … Souvenez-vous alors de "prendre un bâton de vieillesse" ?

 

  • La médecine, prodiguait-elle déjà des soins spécifiques au grand âge ?

Pour les nantis ?

Pour le commun du peuple ?

 

 

110 ans !

Un âge bien vénérable.

Ayant été considéré comme un chiffre "béni"

pour nos anciens Égyptiens.

 

Nos anciens "semblaient" bien s'être fixés cet âge là.

Et cela comme étant celui du terme parfaitement idéal quant à une vie bien heureuse. Aussi, vous l'aurez parfaitement compris, il ne faut certes pas prendre au pied de la lettre cet âge fatidique de 110 ans : il fut cependant revendiqué par un certain vizir autant d'ailleurs qu'à travers certaines croyances !

Voici probablement une petite énigme à résoudre.

Aussi cette vieillesse ...

Elle fut maintes fois décrites dans la sapience de nos anciens, ..., se souvenir du fameux conte de Sinouhé.

 

Ostracon with the final lines of the tale of sinuhe thebes 19th dynasty

Ostracon with the final lines of The Tale of Sinuhe.

Thebes, 19th Dynasty.


Nous sommes habitués à être en admiration, à voir nos "anciens" très joliment représentés, à être à leur avantage physique (fl.) :

  • Parés de bijoux,
  • De coiffures sombres,
  • Aux traits juvéniles,
  • Avec des couleurs chatoyantes,
  • ... Aussi, il ne nous viendrait "pratiquement pas à l'esprit" que nos fameux défunts pouvaient avoir atteint un âge aussi avancé. Et ce en se plaçant bien évidemment aux époques considérées ...

 

Plan de cette thématique ...

Revenir en haut de l'article ...

Vous pouvez accéder au chapitre en cliquant directement sur le titre de ce dernier !

 

110 ans ...

 

Rappelons-nous ...

 

Alors 110 ans une récompense peut-être.

 

"Prendre un bâton de vieillesse" ...

 

Une belle référence en cette tête verte ...

 

Voici une autre tête verte, celle de Boston.

 

Comment obliger les "héritiers" défaillants à nourrir leurs ainés.

 

Le vieillard, la décrépitude, la bonne vieillesse ...

 

→  Joann Fletcher, égyptologue et spécialiste en analyse capillaire.

 

La représentation de vieillesse.

 

Entrons dans l'hypogée d'un certain Pashed, à l'ouest de Deir el-Medineh.

 

Découvrons cette demeure d'éternité ...

 

Est-il raisonnable de penser que la vieillesse puisse avoir été considérée comme choquante ?

 

Effet "miroir" de cette vieillesse d'antan :

 

Afin d'en connaître davantage, je vous invite à consulter :

→  Apophtegme ...

  Capture 3

Turin erotic papyrus

Erotic and satirical papyrus.

Deir el-Medineh, 20e dynastie, Nouvel Empire.

Turin.

Turin Museum item C.2031 (CGT 55001)

 

110 ans ...

Revenir en haut de l'article ...

Plan de cette thématique ...

 

Ils sont la mémoire de l'Humanité.

Nos anciens ne voulaient-ils pas devenir tout simplement des vieillards ?

Devenir âgé, ce fut une véritable aubaine ! Bien peu d'entité pouvait ainsi prétendre à cette chance, même le plus nanti des hommes, comme ce demi-dieu, pharaon ! Il en va d'ailleurs de même de nos jours, ... Nonobstant, les privilégiés possédaient une différence notable vis-à-vis de la majorité du peuple, leur qualité de fin de vie, elle était de toute évidence bien meilleure.

 

Cet état, ne pourrait-il pas être finalement l'ultime privilège ?

La vie est le bien le plus précieux que nous puissions posséder, et probablement du reste le seul qui nous est véritablement propre. De cela, nos anciens en avaient-ils vraiment conscience ?

Une vie juste ...

Une vie heureuse ...

Et ce afin de devenir peut-être un jour, ce sage, qui le temps faisant son oeuvre, fit autorité au sein même de cette fantastique culture ! On devait probablement et bien logiquement du reste, leur quémander quelques conseils avisés.

Une vie remplie d'expériences, heureuses ou non d'ailleurs, et d'histoires,  remplie de mémoires, ...

 

Rappelons-nous ...

Revenir en haut de l'article ...

Plan de cette thématique ...

 

Le commun de nos anciens Égyptiens :

  • Ne savaient pas lire.
  • Ne savaient pas écrire non plus.
  • Comptaient fort mal, probablement (?) Ceci explique "en partie" l'importance que pouvait bien avoir un scribe, quelque soit du reste son niveau hiérarchique : souvenez-vous, le savoir pouvait mener aux plus hautes des fonctions, celui bien évidemment de vizir voir même de pharaon.

 

Alors ...

Vous comprendrez, que dans ce contexte, il est pratiquement certain qu'ils ne pouvaient absolument pas estimer leur propre âge, en tout cas, de façon bien précise.

Et encore bien moins l'exprimer au sein de leur dernière demeure.

Cependant ...

En étudiant attentivement les momies, les scientifiques arrivent fréquemment à mentionner des probabilités, une échelle du probable si vous préférez. Aussi, si nous nous référons au domaine médico-légal contemporain, elles peuvent parfaitement refléter une certaine vérité.  Ainsi, les statistiques s'avèrent souvent pertinentes et ce en étudiant par exemple la croissance des os, des dents, …, à travers leur stade de développement, leurs usures, ...

 

Voici donc un monde idéalisé ou l'Homme atteignait les 110 années.

 

Magnifier nous le savons bien. Et ce dans la grande majorité des cas : car malheureusement, nos anciens furent loin d'atteindre un tel degré de vieillesse.

  • Épuisés par le travail arassant de la terre, de ...
  • Diminués probablement par la malnutrition comme par les maladies inhérentes au Nil comme les parasitoses, ou même le cancer ! Et oui vous avez bien lu, le fameux cancer. Souvenez-vous de cet homme momifié et âgé d'une cinquantaine d'années dans l'ancienne Oasis de Dakhleh qui semble bien avoir été atteint d'un cancer du rectum. Ainsi les chercheurs ont estimé que le risque de cancer dans cet oasis était d'environ 5 sur 1000, contre 50% dans les sociétés occidentales modernes selon El Molto et le Dr Peter ... 
  •  ...
  • Usés  probablement lorsqu'ils furent au service des Grands de ce monde ancien, de pharaon notamment, mais pas seulement.

Aussi, face à toute cette adversité de la vie d'antan ...

 

Nos anciens affectionnaient la vie, comme nous du reste.

 

Devaient-ils alors espérer qu'elle soit :

  • La plus longue possible ?
  • La plus sereine ?
  • La plus heureuse ? 
  • La plus prospère ? Comment alors ne pas vouloir une existence éternelle ? La plus fantasmagorique possible en plus et ce quand nous imaginons leur vie terrestre remplie de labeurs physiques, éreintante à plus d'un titre, ... Ils essayèrent ainsi de surmonter les adversités de l'existence à travers des pratiques rituelles comme celles relatives à l'au-delà, cette véritable concrétisation de tout les espoirs,
  • ...

 

Alors 110 ans, une récompense peut-être ?

Revenir en haut de l'article ...

Plan de cette thématique ...


Souvenez-vous pour cela de cette entité terrestre, divinisée mais bien plustard comme vous savez, à savoir le légendaire Amenhotep fils de Hapou.

Scribe de son état ...

Architecte aussi quand il œuvra pour le grand pharaon Amenhotep III.

 

wikipedia : https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Fichier:GD-EG-Louxor-126.JPG

"Aménôthès s'est fait représenter tel qu'il était à quatre-vingts ans, vieux, ridé et songeur, le cou maigre, la mâchoire anguleuse, grandes oreilles collées le long de la tête. Malgré cela, le vieillard est encore admirablement conservé ; ses seins sont un peu gros, le ventre bedonne, mais l'ensemble est celui d'un homme dont les ans n'ont atteint ni la santé ni les facultés." : © Georges Legrain.

Amenhotep fils de Hapou.

Source

 

"J'ai atteint 80 ans,

comblé des faveurs du roi,

j'accomplirai 110 ans !"

Inscription visible sur une statue d'Amenhotep fils de Hapou.

 

N'était-il pas mort en vérité, à l'âge plus que vénérable pour son époque, celui de 90 ans ?

Imaginez alors cet homme ...

Ayant mené une vie exemplaire aux yeux de ses paires en tout cas. Aussi à la manière d'une récompense, n'aurait-il pas été de circonstance de lui avoir accordé une existence de 110 années et ce à travers les netjerou(t) et du reste par pharaon lui même ?

Et inversement ...

Par prosélytisme bien certainement ...

Qu'en fut-il de ce personnage bien glorificateur ?

Probablement membre de cette "caste", celle qui devait d'ailleurs "pulluler" à la cour royale : alors ne s'adressait-il point à son souverain en lui souhaitant le vœu d'une existence de 110 années, tout en gardant cette force qui fit son apogée ?



"Prendre un bâton de vieillesse" ...

Revenir en haut de l'article ...

Plan de cette thématique ...

 

Une expression que vous rencontrerez notamment :

  • Au sein de l'Enseignement de Ptah-hotep, ou le Livre des Maximes de Ptahhote : certainement l'un des plus anciens écrits de sagesse qui nous soit parvenu après les instructions de Shurrupak. 

Il demanda au pharaon de la 5e dynastie, Djedkarê Isési, à ce qu'il puisse transmettre à son fils sa propre moralité ainsi que son expérience. Tout cela évidemment dans cet objectif, celui que sa progéniture puisse accéder à cette haute charge, celle de vizir.

 

  • ...

 

  • En cette donation, celle de Mery (UCL 32037).

 

  • ...

 

Uc32037 f

Source

 

L'âge avançant inexorablement ...

Il fallait bien finir par passer le flambeau : hier, comme aujourd'hui d'ailleurs.

Aussi cette expression "Prendre un baton de vieillesse" imageait-elle simplement le passage des "charges / des fonctions" du père à son fils.

 

Une belle référence en cette tête verte.

Revenir en haut de l'article ...

Plan de cette thématique ...

 

Tc3aate verte de berlin

Voici donc la fameuse "Tête verte de Berlin".

© SMB Ägyptisches Museum und Papyrussammlung, Foto : Sandra Steiß.

Époque ptolémaïque.

(306 - 30 B.C.E ?

Probablement le premier siècle B.C.E ?)

Son origine semble inconnue.

Grauwacke, H. 23 cm.

Berlin, Staatliche Museen zu Berlin, Ägyptisches Museum und Papyrussammlung. Donation : James Simon.

 

D'aucuns semblent subodorer que cette belle œuvre fut conçue au premier siècle B.C.E.

Époque de la domination lagide en Égypte ...

Les archéologues considèrent même cette tête comme un exemple de l'influence exercée par l'art gréco-romain sur celui de l'égyptien tardif. 

 

L egypte des origines

L’acculturation de cette société et l’aventure de la civilisation... En Égypte ancienne !

Par Le 02/06/2015

Hieroglyphe du groupe y symbolisant le scribe

ww.aime-jeanclaude-free.com   

Logopdf

 

Comme vous savez…

La civilisation pharaonique fut particulièrement spécifique, complexe aussi, puissante même, et paradoxalement peut-être, elle était basée essentiellement sur la paysannerie.

Elle élabora ainsi une certaine perfection et indubitablement une véritable beauté,…

 

Tout semblait alors imposer à l'Égypte quelques notions de rigueur et d'éternité !

 

Quelle belle leçon de vie...

Ainsi, serait-ce possible que la permanence, la pérennité de cette civilisation pharaonique puisse être due et ce, en grande partie, à l'influence même du milieu physique ?

  • Kemet fut comme vous savez isolée géographiquement,
  • Et que dire de son climat ?

Râ y dominait dans toute sa splendeur.

Quant à son ciel, non seulement il était parfaitement étoilé mais également d'une clarté sans pareille, la beauté par excellence.

  • L'année fut régie de façon bien imprécise et ce par les caprices du Nil.
  •  ...

 

Ainsi le pays vit certainement naître, entre autre chose, un "art" des plus originaux. A tel point d'ailleurs qu'il sembla emprunter bien peu de chose aux cultures qui lui furent contemporaines.

 

La colline de Sheik Abd el-Qurna...

La "Vallée des Nobles" !

La nécropole des nobles Thébains du Moyen et du Nouvel Empire.

Voyez les dernières demeures que l'on aperçoit au sommet de la colline.

Source

 

Et comme vous savez, ce fut bien une société pyramidale, hiérarchisée. Une monarchie absolue de droit divin. Tous les pouvoirs étaient détenus par un seul homme, cependant n'avait-il pas lui-même quelques supérieurs ? les fameuses divinités...

 

Kemet devait-elle cette longue existence à son organisation ?

Nous constatons que l'harmonie, la stabilité, le calme y régnait parfaitement lorsque le pouvoir central était fort. Au niveau "artistique" on y vit même apparaître quelques évolutions très intéressantes. Cependant si ce même pouvoir se diluait à travers certaines délégations, la pérennité en question devenait quelque peu chancelante... Ceci pourrait bien expliquer, en partie en tout cas, leur crainte d'un certain chaos.

 

Un des aspects les plus intéressants de l'Égypte ancienne ne serait-ce point aussi leur culte ?

Leur religion ?

Leurs différents paradigmes ?

 

Tous furent vraiment incomparables, et ce à travers :

  • Leurs pensées,
  • Leurs conceptions quant à leurs environnements,
  • Mais également vis-à-vis de leur monde proche, comme d'ailleurs sur le plan cosmique. Cherchaient-ils ainsi véritablement à comprendre les lois fondamentales de l'univers ? N’élaborèrent-ils pas les premières conceptions de la divinité ?
  • Et que penser de la Maât ?

 

La classe moyenne existait-elle véritablement ?

De la sorte...

Ne devait-elle pas devoir sa pérennité finalement à tous les Egyptiens ? Une société paysanne rappelons-le à nouveau.

 

coup de baton épuré

 

Plan de l'article...

 

→ Quant à sa pérennité… 

→ Et que dire de cette harmonie à travers la continuité artistique ?

→ Une sorte d’anonymat volontaire…

Quand l’égyptologie fut une science bien jeune !

→ Les fouilles pionnières de la fin du 20e siècle…

→ Et que penser des relations entre les cultures du Nord et celle du Sud ?

→ "L'Égypte d’avant le désert"…

→ Nous verrons au cours de cette nouvelle thématique…

→ Voilà bien une des constantes pharaoniques, l’acculturation !

→ A cet effet rappelez-vous…

→ Et qu’en fut-il de l’attitude des civilisations du Levant vis-à-vis de Kemet ?

→ N’oublions pas la Nubie !

 

1977022_604919936256230_891550995_n.jpg

Une vision imprenable !

Quant à la prise de vue, admirez...

Source / Lien

 

Quant à sa pérennité…

 

Elle fut visiblement l’unique civilisation de notre histoire à avoir été capable de "cultiver" justement cette caractéristique.

Ainsi, quoique nous puissions en penser, cela me paraît véritablement extraordinaire. Et ce à tel point qu’il est utile de souligner que nous avons là un sujet à réflexion, à méditation probablement.

 

Même si au demeurant comparaison n’est pas forcément raison, que pouvons-nous en retirer pour notre propre contemporanéité ? Le fait de comparer certains éléments, ne signifie pas uniquement de les décréter comme étant semblables, parallèles, différents ; c’est aussi de les examiner chacun pour ce qu’ils sont véritablement, et voir par exemple, ce qu’ils ont de semblables, de différents,…, tout en cherchant bien évidemment des relations entre eux . Cela rentre finalement au sein d’une démarche qui fait partie d’un concept de raisonnement, de pensée,…

 

Ainsi…

Paradoxalement aux quatre millénaires d’existences, il y eu certaines traversées particulièrement chaotiques comme vous savez, dichotomiques même. Et cette longévité, ne nous montrerait-elle pas finalement la pertinence de certains écrits, comme celui de Marc Twain lorsqu’il s’exprimait à travers cet apophtegme à savoir "Il ne savait pas que cela était impossible, alors ils l’ont fait" ? Cette ténacité dans la durée, érigeant en quelque sorte une civilisation ininterrompue, pourrait du reste encore être davantage rallongée et ce si nous remontons jusqu’au sixième millénaire.

 

Une pérennité qui se traduisit également à travers une technologie lithique et ce tout au long de la civilisation pharaonique.

 

Et que dire de cette harmonie à travers la continuité artistique ?

 

Ne peut-on pas dire finalement que ce type de créativité engendrera ou aboutira à certaine atténuation, à cet effacement même, celui du primat de l’individu ?

 

Nous sommes bien au bord de cette Itéru, et vous savez que toutes les œuvres furent véritablement anonymes.

Nonobstant…

Cela ne signifie pas pour autant qu’il ne nous est pas possible d’y observer quelques empreintes personnalisées. Voir même au sein d’une série d’œuvres…

 

Une sorte d’anonymat volontaire…

 

Cependant ce dernier n’exclut en rien ce que nous pouvons ressentir, de l’émotion, et ce devant les œuvres de nos anciens artisans.

 

Notons au passage, que je mentionne deux "corps de métiers", dont la différence peut ne pas être aussi évidente qu’il n’y paraît.

L’artiste…

Et l’artisan… Je subodore que peut-être, avant d'être un artiste, ce dernier doit maîtriser son art, et être un artisan accompli, en tous cas de nos jours ! Et puis toujours aujourd'hui, il est bien rare qu'un artisan signe son œuvre alors qu'un artiste le fait inévitablement.

Aussi, revenons à notre passé fort lointain, la perfection recherchée avait un tout autre objectif comparée à aujourd’hui. Ainsi, la main de l’homme restait dans un certain anonymat, seul la fonction primait.

Cette différence est une analogie avec celle que je réalise entre celle de "Dieu" et de netjer… Deux notions qui semblent cependant bien identiques mais qui cependant diffèrent quelque peu. Le fait d’utiliser le terme de nTr permet d’éviter certaine confusion possible quant à cette notion de/du Dieu…

 

Quant à cet "art" antique, il devait avoir un objectif comme une utilité certaine. D’ailleurs, il fut parfaitement indissociable de son contexte… Ceci pourrait du reste fortement expliquer pourquoi les chercheurs considérèrent bien tardivement que cette création était un thème à part entière.

 

Quand l’égyptologie fut une science bien jeune !

 

Allons au sein de la deuxième moitié de notre 19e siècle ainsi que la première partie du 20e ! Et comme vous savez, nous pouvons alors considérer cette époque comme celle de l’apparition d’une nouvelle science, l’égyptologie.

Elle serait née en cette fin du 19e siècle, et semble bien être issue d’un monde occidental en plein élan colonialiste.

L’égyptologie était alors "blanche". Ne devait-on point penser que cet Orient "brillant" devait être les créateurs des premières dynasties égyptiennes ? (Conscient que je force bien volontairement les traits, la "New Race" du légendaire Flinders Petrie ne semblait-il pas désigner ces migrants orientaux, venus apporter la "civilisation" à une poignée de Nilotiques probablement un peu attardés… ?)

 

A cette époque, l’histoire de l’Art n’est guère différente des figurations archéologiques. L’art fut alors visiblement réduit au rôle d’un simple outil.

 

Ainsi souvenez-vous :

  • D’Auguste Mariette,
  • De Gaston Maspero,
  • De Flinders Petrie,
  • … Et cette "liste" est bien loin d’être exhaustive comme vous pouvez aisément le deviner !

 

N’oubliez pas non plus qu’ils fondèrent des écoles, et cela permit de toute évidence à perdurer cette façon de concevoir les choses comme :

  • L’archéologie,
  • La philologie,
  • Ou même l’histoire,
  • … Ils semblèrent alors considérer comme une parfaite adéquation les fondements même de l’art vis-à-vis de la société toute entière.

Ceci ne contribua-t-il pas à concevoir cet "art" comme un simple outil ?

 

Considérons maintenant les fouilles pionnières de cette fin de 20e siècle…

 

Jusqu’à ce moment-là, n’interprétait-on pas cette histoire antique à la manière d’une lente maturation ? Cela aboutira alors inévitablement à une brutale éclosion.

Et ce en quelques générations…

A la manière peut-être des paradigmes de nos anciens qui imaginaient la création de notre monde à travers cet envahissement de lumière au sein même du chaos, celui des ténèbres.

 

La pluridisciplinarité des études menées ont véritablement permis des avancées considérables.

 

Songez ainsi aux données :

  • Archéologiques,
  • Anthropologiques,
  • Aux études relatives aux modifications climatiques,
  • Et que dire des diverses et élaborées techniques venues des sciences du Vivant et de la Terre ?

 

Et que penser des relations entre les cultures du Nord et celle du Sud ?

 

Voici donc une thématique qui a pour finalité d’essayer de connaître l’implantation humaine sur les bords de la vallée du Nil.

A cet effet…

Voici ci-dessous quelques exemples qui semblent bien avoir jeté un jour totalement neuf quant aux relations entre les cultures du Nord et celles du Sud. Les chercheurs pensaient jusque-là qu'elles furent quasiment exclusives l’une de l’autre. 

 

Ainsi…

Etudier des secteurs domestiques, des espaces funéraires,…, cela pouvaient certainement permettre de mieux comprendre le fonctionnement d'une communauté villageoise rentrant dans le cadre plus général de la mise en place d'une société hiérarchisée ainsi que l'émergence d'un État et ce dans la vallée du Nil.

 

→ Souvenez-vous des années 1990… 

Et de cette communauté agricole d’Adaïma, en Haute-Égypte ! Des fouilles d’une zone d’habitat et de deux grandes nécropoles prédynastiques d’époque nagadienne furent réalisées en collaboration avec Nathalie Buchez (Inrap) et d’Éric Crubézy (Université Paul Sabatier, Toulouse).

Nous sommes alors bien à huit kilomètres au sud d'Esna…

 

Adaïma semble s'être développée durant la seconde moitié du 4e millénaire, entre les phases Nagada I et le début de la 3e dynastie.

 

Repérée par H. de Morgan au début du 20e siècle…

Redécouverte ensuite en 1973 par F. Debono… Elle fut ensuite intensivement fouillée de 1989 à 2005 et ce par la mission interdisciplinaire dirigée par B. Midant-Reynes.

 

Voici la dernière demeure d’un enfant !

 Nagada IIA/B.

Source / Midant-Reynes

 

→ Plus récemment, avec Béatrix Midant-Reynes, entre 2002 et 2005, souvenons-nous du site de Kôm el-Khilgan.

Nous sommes maintenant situés dans une zone très agricole du delta, et plus précisément à quarante kilomètres à l'est de Mansoura et ce dans la province de Daqaliah.

 

D’ailleurs, la phase d'occupation la plus ancienne semble être représentée par une nécropole prédynastique du milieu du 4e millénaire…

Quant à celle probablement la plus récente, elle correspond à un habitat ainsi qu’à une nécropole d'époque Hyksôs, c’est-à-dire au milieu du 2e millénaire.

 

Nous sommes bien au sein d’une double composante culturelle, intrinsèque à cette nécropole prédynastique :

  • Des sépultures appartenant aux cultures de Basse-Égypte,
  • Et des dernières demeures de tradition Nagadienne,

 

Tout cela aurait ainsi permis d'appréhender les processus :

  • D'acculturation qui ont marqué la phase Nagada III,
  • D’assimilation au cours de la seconde moitié du 4e millénaire,
  • De la constitution d’un État unifié au début du 3e millénaire.

 

Vue de la fouille du tell de Kôm el-Khilgan

Source / B. Midant-Reynes

 

Source

 

→ …

 

"L’Égypte d’avant le désert "… 

 

Ainsi peut-on rajouter à cette civilisation, comme nous l’avons déjà entrevu, presque 2000 ans d’existence, et ce si nous comptons l’ère correspondant aux zones sahéliennes, avant leur désertification…

 

Souvenez-vous à cet effet de :

  • J. Leclant, il démontra bien l’importance de cette ère, celle correspondante aux cultures sahariennes, parlant par la même du socle Africain.
  • Référons-nous par exemple à M. Le Quellec et ce notamment dans "Peintures et gravures d'avant les pharaons : du Sahara au Nil".

Il semble alors parler de lien particulièrement fort entre un groupe Africain des "art premiers" et la civilisation des rives du Nil.

 

Nous verrons au cours de cette nouvelle thématique…

 

Le climat…

Nous y avons connus certaines ruptures et celles-ci pourraient bien nous permettre de mettre en évidence un point commun, une sorte de berceau identique à toutes les civilisations qui se seraient éventuellement érigées tout au long des fleuves voisins.

Les rives seraient alors devenues bien plus accueillantes…

Ce fut probablement ainsi que nos ancêtres auraient abandonné et ce en toute évidence les territoires qu’ils occupaient précédemment, atteignant une aridité croissante.

 

Souvenez-vous par exemple de cette culture, celle des Bozo sur les rives du Bani mais également du Niger. Nous sommes alors en ce temps que je qualifierais de néolithisation, au niveau des rives de l’Itéru.

 

Voilà bien une des constantes pharaoniques, l’acculturation !

 

Soliloque…

Le monde moderne pourrait probablement bénéficier de cette expérience antique s’il n’avait pas une mémoire à très court terme !

 

Ne serait-ce point l’aboutissement de la mixité de cette culture ?

 

Un point essentiel…

Kemet se situe à un pivot entre l’Afrique et l’Asie. Et cette position géographique, autant d’ailleurs que la présence de son légendaire fleuve comme vous savez, ne furent-ils pas des paramètres fondamentaux quant à son originalité ?

 

Ainsi, cette localisation…

Ne serait-elle pas un des éléments qui fonda la stabilité du pays ? Car finalement ne fut-ce point une contrée (Analogie à un trou noir !) qui syncrétisait tout ce qui pouvait provenir de l’extérieur en l’assimilant au sein de ses propres paradigmes ? Nous parlons bien ici d’ "égyptianisation", car progressivement les caractéristiques exogènes de/des éléments assimilé(s) diminuèrent jusqu’au point finalement de disparaître, finissant tout naturellement dans la cosmologie.

 

Une façon finalement de s’enrichir :

  • Culturellement,  
  • Economiquement,
  • Théologiquement aussi en cette assimilation de divinités levantines par exemple,
  • N’oublions pas cette émigration d’hommes, de femmes. Il nous faut nous souvenir éventuellement des Hyksôs,
  • Techniquement également et ce à travers certain art dit métallique que visiblement nos anciens ne possédaient pas tant que cela, à l’origine,

 

A cet effet, rappelez-vous…

 

Nous sommes au cours du deuxième millénaire avant l’ère du Christianisme. Et vous aurez bien remarqué qu’il existe peu de sanctuaire consacré au panthéon égyptien au sein du Levant alors que paradoxalement nos anciens égyptiens semblèrent dominer cette contrée.

 

Comment pouvons-nous véritablement expliquer cela ?

 

Cela ne serait-ce point lié à cette acculturation ? Nos anciens égyptiens devaient-ils alors véritablement adulés les divinités locales majeures ? En tout cas, ils ne semblaient pas revêtir l’apparence de leurs cultes et du reste ne changeaient pas non plus leurs propres rites.

 

Ne devons-nous pas prendre aussi en compte le fait qu’ils se retrouvaient très éloignés de l’Iteru si salvateur ? Et d’autant plus d’ailleurs de leur famille alors que paradoxalement elle représentait une sorte de clé de voûte de leur société.

 

Djehoutyhetep et sa famille !
Nouvel Empire, 18e Dynastie.

Source / Louvre.edu / Erich Lessing


Et qu’en fut-il de l’attitude des civilisations du Levant vis-à-vis de Kemet ?

 

Souvenez-vous de :

  • Chypre…
  • La Phénicie…
  • De l’Ougarit…
  • Des principautés Syro-Palestiniennes…
  • Et de celles de la côte Levantine…

 

Visiblement leur posture sembla bien différente. Nous ne sommes plus véritablement dans un processus d’assimilation, d’acculturation.

Et dans certains cas nous serions mêmes plutôt dans la conservation de certaines apparences relatives au pouvoir. Peut-être à la manière d’une sorte d’indicateur social ?

 

Ainsi...

Quant à leur tour ils assimilaient, certains caractères égyptiens, et bien cette fois-ci cela se voyaient.

Moins stables certainement…

Plus changeant probablement…

Les Levantins furent visiblement d’une bien plus grande versatilité.

 

A cet effet rappelez-vous :

  • Du fameux temple "aux obélisques" de Byblos,
  • Et bien sûr des représentations quant aux divinités qui y furent découvertes. Leur apparence d’origine fut parfaitement conservée.
  • Et que dire alors de ces princes de Sidon qui furent inhumés au sein de sarcophages véritablement égyptiens ? Ces derniers correspondaient en vérité à une réutilisation puisque les chercheurs y auraient observé que les Levantins auraient rajouté, dans leur langue d’origine, leur propre identification. D'ailleurs, ils conservèrent aussi les titres, ceux cor
A 6

Voici toute l'ambiguïté du porc en Égypte ancienne.

Par Le 10/01/2015

ankh hiero   

"Vivre"…

"La vie"… https://www.aime-jeanclaude-free.com/

Logopdf

 

 

Au fil des siècles ...

Le culte des animaux sacrés devint prépondérant, la religion égyptienne également d'ailleurs.

 

Il rassemblait un incroyable bestiaire d'où devait du reste se mêler à la fois :

  • Une évidente force symbolique,
  • Une connaissance zoologique extraordinairement fine et juste,
  • Une ...

 

L'animal que nous pouvons du reste rencontrer :

  • Au sein des temples,
  • Nourrit avec soin,
  • Parfois mis à mort rituellement,
  • Embaumé,
  • Et même certains hypogées furent créés justes pour lui.
  • Parfois, les chercheurs en découvrirent inhumés avec leurs maîtres,
  • ...


800px-Maler_der_Grabkammer_des_Horemhab_002.jpg

   Peinture de la chambre funéraire de Horemheb.

  1 422 à 1 411 B.C.E …

 

Admirez avec moi ce beau veau blanc ... 

 


bullcalfsuntrees_op_375x600.jpg

   Une peinture murale d'époque Ramesside.

Deir el-Médineh.

Hypogée d'Irynfer, n° 290.

cf. p. 185. fig. 239. Philippe Germond & Jacques Livet.

Un bestiaire égyptien, animaux dans la vie et la Religion dans la terre de Pharaon.

 London. Thames & Hudson. 2001.

Source / Lien 

 

Plan de cette thématique ...

Revenir en haut de l'article ...

Vous pouvez accéder au chapitre en cliquant directement sur le titre de ce dernier !

 

Hérodote ... 

Nos anciens habitants de Kemet l'antique ...

Des disparitions animales.

Le monde animal à la manière d'un symbole ...

Quant aux suidés, ils prospérèrent.

Ainsi le cochon ...

Le porc sauvage ...

Domestiqué dans le delta dès la période prédynastique ...

Si nous nous référons au manuel d’Archéologie Égyptienne ...

Des porcs furent même sacrifiés.

Et voici bien une constante, le porc fut absent des repas funéraires.

Animal impur  ?

 Mais, d'où venait donc cette "interdiction" ?

 Un animal abominable ?

Ainsi se nourrissaient-ils ...

Afin d'en connaître davantage, je vous invite à consulter :

Mais le saviez-vous ?

 

  heqet.jpg

Source 

 

Hérodote ...

Revenir en haut de l'article ...

Plan de cette thématique ...

 

N’a-t-il point observé que l’horreur du cochon ne demeurait que chez les Égyptiens anciens ?

Dont on connait d'ailleurs la proximité culturelle avec les Israélites.

 

"Ils regardent le pourceau

comme un animal immonde.

Si quelqu’un en touche un,

ne fût-ce qu’en passant,

aussitôt

il va se plonger dans la rivière avec ses habits"

Herodote

 

Aussi ...

Face à cette "impureté rituelle" ...

Il ajouta que " ... ceux qui gardent les pourceaux, Égyptiens de naissance, sont-ils les seuls qui ne puissent entrer dans aucun temple d’Égypte."

 

Une exception rituelle semble cependant demeurer à ce rigoureux tabou ...

 

"Il n’est pas permis aux Égyptiens d’immoler des pourceaux

à d’autres dieux qu’à la Lune

et

à Dionysos,

à qui ils sacrifient […]

dans la même pleine lune […]

tout autre jour,

ils ne voudraient pas en goûter !"

Herodote

 

Ainsi ...

Hérodote semble parfaitement se refuser à nous révéler la raison de cet interdit.

 

" ... il n’est pas convenable de [la] rapporter"

Occultant ainsi une des clefs majeures de la civilisation orientale.

 

Nos anciens habitants de Kemet l'antique ...

Revenir en haut de l'article ...

Plan de cette thématique ...

 

Comme vous savez ...

Ils formaient, ce qui semble de nos jours pratiquement perdu, un peuple en complète harmonie vis-à-vis de mère nature.

Seulement, dans toute "règle", demeure des exceptions à la manière peut être de cet autre beau pays, des temps modernes quant à lui, celui que nous dénommons parfois "la Suisse de l’Amérique centrale" ou "Que vivent pour toujours le travail et la paix" : le Costa Rica ... 

 

Harmonie donc avec :

  • L'Itéru, jtrw,
  • Le domaine minéral,
  • Celui végétal bien entendu,
  • Et bien sûr animal ... Ainsi, quant au règne de ce dernier, ils devaient y différentier trois types de vie parfaitement indépendantes (?)  

 

A savoir :

  • Les marais (pehou, ...), 
  • La campagne et les terres cultivées (ouou),
  • Le désert (deshret). Voici donc différents biotopes qui peuvent en partie, peut-être, expliquer cette richesse faunique.

Adonc, ne serions-nous pas là en présence d'un facteur nous permettant une certaine compréhension vis-à-vis de nos anciens, de leur sens aigu quant à l'observation des diverses espèces qu'ils devaient du reste côtoyer et ce quotidiennement ?

 

Ainsi cette faune leur permettait d'acquérir :

 

"Chacun ensemence son champ

et

y lâche les pourceaux".

Selon Hérodote... 

 

La liberté de nos cochons fut donc aussi employée à des fins agricoles à savoir, l'enfouissement des graines dans les sols mais aussi pour le dépiquage.

  • La domestication,
  • La chasse,
  • La protection,
  • Les soins,
  • Des animaux de compagnie ... Ils furent bien souvent vénérés, et ce malgré une certaine hostilité potentielle, probable, imaginée / réelle, ... 

 

Leurs connaissances :

  • Éthologiques,
  • Comme zoologiques, permirent probablement à l'aboutissement d'une incarnation dans un animal donné, d'une certaine divinité, dont les "pouvoirs" devaient être liés aux caractéristiques spécifiques de l'animal en question. Ainsi, l'esprit de cette divinité investissait l'animal devenant sacré car en relation avec le netjer ...

 

Les animaux de Kemet furent représentés comme vous savez par de très nombreuses espèces dont certaines ont totalement disparu de la faune égyptienne actuelle.

 

Des disparitions animales.

Revenir en haut de l'article ...

Plan de cette thématique ...

 

Y aurait-il une similitude avec notre époque moderne ? Le dernier léopard d'Égypte ... 

Aussi...

Souvenez-vous des quatre dents de panthérinés découvertes à Guizeh au début même de l'année 2014.

 

giza-discoveries-10.jpg

Source / Lien

 

Ainsi :

  • Deux dents de léopard furent découvertes au sein d'une maison.
  • Puis à nouveau deux autres dans un monticule sis le bâtiment en question.

 

Nonobstant ...

Les chercheurs devaient probablement s'attendre à y découvrir des os s'y rapportant.

Seulement voilà ...

Au jour du 21 Janvier 2014, cela ne fut pas le cas.

Comment les chercheurs pouvaient-ils alors expliquer la présence de tels félins et surtout en ces lieux ?

Alors, souvenons-nous encore de cet Ancien Empire, de cette ère qui vit l'érection des plus grandioses pyramides. Ainsi, pouvons-nous voir quelques hauts personnages vêtus de peau de léopard. Comme le fut parfois d'ailleurs les membres même de la famille royale. De temps à autre, cette peau gardait même la tête de l'animal.

Ne serait-ce point là une explication plausible quant à la présence de ses dents ?

Provenaient-elles de la "tête" même d'un tel vêtement ?

Le prêtre supposé occupant ses lieux, fut-il membre de la famille royale ? Ce qui du reste pourrait fort bien expliquer l'importance et le nombre de chambres (21) de cette grande maison.

 

Les prêtres-Sem,

ḥm-kȝ,

Ils furent des prêtres funéraires finalement.

 

  sennefer (39)

  Voici une superbe photo d'un prêtre-sem.

Provenant du très bel hypogée de Sennefer.

Source / Lien 

 

Le monde animal à la manière d'un symbole ...

Revenir en haut de l'article ...

Plan de cette thématique ...

 

La symbolique ...

C'est encore de nos jours un des ressorts cachés du pouvoir. Ainsi les symboles d’une nation représentent bien une véritable clé quant au déchiffrement même de son système à la fois politique et bien évidemment social.

Nous pouvons de nos jours observés une véritable sécularisation de nos sociétés. De fait, le fond archaïque et symbolique de l’être humain n’a pas vraiment disparu. Ainsi, quelques artefacts quant à ce sentiment religieux se retrouvent aujourd’hui camouflés au sein même de nos pratiques quotidiennes.

 

Nous trouvons le symbole dans de bien nombreux hiéroglyphes, figurines, statues, fresques, ..., dans de riches sépultures, mais pas seulement comme vous savez.

 

Associés aux déités :

→ Certains animaux furent du reste quasiment élevés dans les temples comme pouvait l'être par exemple l'Ibis, les chats, les chiens, ...

→ Ils furent ensuite sacrifiés afin d'être donnés en offrandes aux netjerou(t) ...

→ Ainsi, afin de remercier la divinité d'avoir exaucé son vœu, un dévot devait certainement l'acheter aux prêtres éleveurs ; l'animal était de fait immolé, momifié puis inhumé au sein d'un cimetière réservé à son espèce.

Une sorte d'économie parallèle était alors née. Basée non pas directement sur l'élevage mais plutôt sur les cultes ... Ce qui d'ailleurs provoqua probablement, à la manière de notre ère moderne, des tromperies.

→ Nonobstant, une fois parvenue dans l'au-delà, l'animal considéré devait servir alors de messager auprès de la déité pour enfin bénéficier de l'éternité.

 

Quant aux suidés, ils prospérèrent.

Suidae ... 

Revenir en haut de l'article ...

Plan de cette thématique ...

 

Tous les cochons auraient-ils le même ancêtre : Sus Scrofa ?

Le sanglier sauvage,

Grandes défenses,

Ils auraient émigré alors vers l'Afrique du nord et ce au quaternaire.


De ce dernier serait apparu :

  • Les porcs,
  • Les phacochères,
  • Les sangliers,
  • ...

Le sanglier, Sus scrofa
4 4

8281101433 bb6376300a h

La société égyptienne dans l'antiquité !

Par Le 04/08/2014

ankh hiero  

ww.aime-jeanclaude-free.com   

Logopdf

 

"Si vous voulez mesurer la valeur d’une

 

Civilisation,

 

regardez d’abord comment elle a traité

 

les femmes,

 

les pauvres

 

et

 

les faibles"

Un sage... (?)

 

 Egyptian kitchen berlin 1

Modèle en bois d'une cuisine.

12e dynastie.

 Ägyptisches Museum de Berlin.

 

Pyramidale...

Hiérarchisée...

Disciplinée...

 

Respectueuse des rites...

Révérencieuse des traditions...

Déférente des coutumes...

 

La vraie misère existait-elle en Égypte antique ? Je subodore qu'évidemment elle devait bien végéter, à la manière du chaos tant redouté.

 

En tout état de cause, il demeurait bien une immense différence entre :

  • La condition des plus humbles,
  • Et la qualité de vie de la classe dirigeante,
  • ...  

Cle de vie

 

Plan de l'article...

 

→ Tawy...

Kemet unifiée...

→ Une société pérenne... 

Nonobstant, il faut réfuter tout angélisme...

→ Il n'y avait pas...

Des traditions familiales fortement ancrées...

→ Ainsi, en marge de cette caste dirigeante...

Les citadins favorisés...

→ Chaque grand secteur d'activité se subdivisait en corporations !

→ Les plus humbles...

Il n'existait "pratiquement" aucune chance de s'élever dans la hiérarchie sociale...

→ Le sens du devoir...

Une société des coups de bâtons... !

→ La douceur...


Tawy...

 

Bien vaste, comme vous l'imaginez...

Plus de 1 000 km tout au long de cet Itérou-aâ.

 

Entre approximativement :

  • Assouan au sud...

Shemaou (^mAw) / la Haute-Égypte.

  • Et la côte méditerranéenne au nord...

Mehou (MHw) / la Basse-Égypte.

 

Nonobstant...

En fonction des ères, son influence dépassa les frontières naturelles... !

 

Kemet unifiée...

 

Se Râ / Fils du Soleil...

La grande maison / Per-aâ → pharaon

 

De fait...

Pharaon portait quand même les titres relatifs aux deux royaumes.

 

  • Souten khab : roi de la Haute et de la Basse-Égypte...
  • Nesout-bit : celui qui appartient au roseau et à l'abeille, symbole en quelque sorte de l'unicité de Kemet !

Le roseau symbolisait bien le Sud.

L'abeille le Nord !

  • Nebti : celui qui appartient au deux netjerout, avec les mêmes valeurs !


Une société pérenne... 

 

  • Serait-ce fonction de son organisation efficace ?

 

  • Serait-ce en raison de ce type de gouvernance, à savoir une monarchie absolue de droit divin ?

Un seul homme détenant absolument tous les pouvoirs, qui lui même les avait d' "it netjerou" : le "Père des netjerou".

 

Ainsi...

Référons-nous à Max Weber ! Au lieu de parler de théocratie, il employait ce nouveau terme de "hiérocratie" : un gouvernement des religieux.

 

Une confusion qui devait bien demeurer en ces temps reculés entre :

  • Monarchie,
  • Religion. 

Serait-ce fonction de ce ciment sociétal que fut effectivement la Maât, l'ordre psychologique absolue ?

 

Nonobstant, il faut réfuter tout angélisme...

 

Mais, si cette société fut bien pérenne, ce que nous ne pouvons pas nier, il ne faut toutefois pas croire que cela fut seulement le fait de pharaon !  Ce furent bien évidement, tous les Égyptiens, indépendamment de leur caste, qui aurait ainsi contribué à faire de la Kemet antique la première des grandes civilisations...
Cela devait bien être le fruit d'un collectif... 

 

D'un collectif parfaitement hiérarchisé du reste :

  • Tout à chacun devait obéissance à son supérieur immédiat.
  • Pharaon "semblait" du reste ne pas déroger à cette règle vis à vis de la Maât.

Du "Père des netjerou"...

"It netjerou"...

...

 

 8281101433 bb6376300a h

Temple solaire de Niuserre !

Abu Gurab...

Neues Museum de Berlin... / © kairoinfo4u

 

Il n'y avait pas...

 

Contrairement à nos pays contemporains...

La classe moyenne n'existait pas en Égypte ancienne.

 

Succinctement, cette société fut compartimentée en deux castes séparées par un abîme :

  • Les privilégiés,
  • Et les démunis qui devaient représentés pas moins de 90% de la population.

 

Et la minorité des nanties, 10 % :

 

Nonobstant...

L'appartenance à ces groupes sociaux pouvait ne pas revêtir un caractère héréditaire absolu.

 

Ainsi...

Il n'y avait pas entre eux de cloisonnement ! 

  •  Un jeune homme pouvait très bien exercer le métier de fonctionnaire et son père être à la fois prêtre et général.
  •  De la même façon un officier de l'armée ou de la marine pouvait parfaitement superviser l'exécution des travaux publics.

Sa fille aurait pu fort bien épouser un prêtre, lequel serait lui-même fils de juge ou de gardien d'animaux sacrés.

 

 Fishermen in mereruka s tomb kairoinfo4u

Scène de pêche.

Hypogée de Mérérouka à Saqqarah.

© kairoinfo4u

 

 "Ce sont des petites gens qui travaillent par équipées

et

 reçoivent en salaire une ration du produit de leur pêche.

 Rien ne distingue le pêcheur.

 Comme le bouvier, il va nu, portant son pagne enroulé autour de son épaule"

Images de la vie quotidienne !

 Égypte au temps des Pharaons, G. Andreu, 1992, p172

 

Des traditions familiales fortement ancrées...

 

Dans la pratique...

Nombreux furent pourtant les fils qui suivirent la carrière de leur père.

  • Et cela pour des raisons d'éducation essentiellement...
  • Pour des argumentations de traditions familiales...
  • En raison des relations...
  • Pour des causes de recommandations...
  • Mais également des appuis qui jouaient un rôle très important dans la classe dirigeante.

 

De ce fait...

Les postes à hautes responsabilités restaient quand même entre les mains d'un nombre bien restreint de familles.

 

Quant aux femmes...

Fort peu apprenaient vraiment à lire et à écrire ! Elles furent bien bannies des postes administratifs d'importances malgré le fait que nous sommes bien au sein d'une société plus ou mois "égalitaire" si nous comparons Kemet avec les pays limitrophes, à la même période,...

La tendance fut bien vers une certaine équité, et cela entre les deux sexes ! Du moins, dans quelques domaines comme les lois, la famille,...

 

Ainsi, en marge de cette caste dirigeante...

 

Il existait bien une aristocratie terrienne.

N'oublions pas...

Kemet ne fut pas une contrée vraiment guerrière, si nous excluons notamment Touthmôsis III ! Mais plutôt un pays de paysans, de greniers... A tel point qu'au sein de l'ère romaine, ces derniers considéraient Kemet comme le grenier à grains de l'empire...

De fait, le caractère héréditaire fut ici nettement plus marqué.

 

Toutefois...

La mort frappant le chef de famille...

Ce fut le souverain lui-même qui devait autoriser la transmission du patrimoine aux héritiers, et cela bien sûr à une certaine période...

 

Les citadins favorisés...

 

Quant à la masse du peuple...

Souvenez-vous des 90%...

Elle devait se répartir entre trois catégories, dont les plus favorisée.

 

Les commerçants...

Les notaires...

Les scribes...

Les artisans...

Les peseurs publics...

... 

 

Chaque grand secteur d'activité se subdivisait en corporations !

 

Elles-mêmes comprenaient différents degrés selon :

  • L'emploi,
  • La nature du travail,
  • Et la compétence exigée,
  • ...

 

→ Ainsi, parce qu'ils travaillaient un matériau noble, cher et délicat, les fabricants de papyrus constituaient une sorte d'aristocratie de l'artisanat.

 

→ De la même manière, mais bien jugés de condition inférieure, les briquetiers bénéficiaient cependant d'une certaine considération.

Car ils fabriquaient les matériaux de construction le plus répandu, la brique creuse...

 

Moule a brique et sa brique et sa brique xxviii dynastie

  Moule à brique

et

sa brique...

28e dynastie.


La catégorie agricole comprenait :

- Les fermiers,

- Les éleveurs,

- Les jardiniers,

- Les chasseurs,

- Les marins,

- ...  Là également des différences demeuraient en la matière ! Ainsi, un  chasseur pouvait être au service d'un seigneur dont il entretenait la meute de lévrier et pour lequel il rabattait le gibier !

 

 Epoque tardif bois de sycomore londres british museum        

Époque tardif.

Bois de sycomore.

British Museum

 

Il pouvait aussi travailler pour son propre compte.

Traquer les animaux nuisibles...

Chasser l'autruche dont les plumes se "vendaient" à prix d'or.

...

 

→ ...

 

Les plus humbles...

 

Les bergers...

Les ouvriers agricoles...

Les pêcheurs...

Les porchers...

Les domestiques...

Et, bien entendu les "esclaves"...

...

 Mastaba de ty gavages des oies

 Mastaba de TY...

Gavages des oies.

2 815 - 2 400 B.C.E.

 

Ceux-là constituaient la catégorie la plus humble de la société dont la seule ligne de conduite possible fut l'obéissance et la soumission.

 

Il n'existait "pratiquement" aucune chance de s'élever dans la hiérarchie sociale...

 

A moins d'avoir été distingué par un dignitaire ! Ce qui ne fut possible qu'aux soldats et aux fonctionnaires de rang subalterne...

 

Pour tous les autres...

Il devait bien être très difficile de changer de métier.

Aussi chacun mettait un point d'honneur à perfectionner son savoir.

Afin de paraître comme le meilleur dans sa spécialité...

Se forger en quelque sorte une réputation qui devait pouvoir un jour ou l'autre attirer la clientèle nantie ainsi que la considération...

 

 Gavage de hyenes kagemni

 Gavage d'hyènes.

Hypogée de Kagemni.

 6e dynastie
 

Le sens du devoir...

 

Dans son ensemble...

Du haut vers le bas de l'échelle sociale...

 

L'Égyptien avait le sens :

  • Du devoir,
  • De la coutume,
  • Et de la tradition,
  • ...

 

Ce fut en quelque sorte un "citoyen" discipliné. Même si l'ordre public s'imposait bien souvent par quelques coups de bâtons généreusement distribués !  Chacun restait, "me semble-t-il", au sein de son rang et devait plus ou moins accepter la place à laquelle les netjerou l'avait positionné par sa naissance finalement et cela sans empiété sur les affaires du voisin.

 

De plus rappelons-nous...

Les céréales et les plantes comestibles abondaient et pouvaient permettre à tous de subvenir à leurs besoins alimentaires.

Du moins, lorsque Hâpy faisait bénéficier Kemet de ses bienfaits et de fait, prospérait, ainsi que pharaon par la même occasion.

 

Une société des coups de bâtons... !

La societe du baton

 

La beauté de l'art pharaonique...

Ce fut bien une certaine réalité ! Sûrement quant à une classe bien privilégiée de "Ta Mery" / " TA mry" / "La terre bien aimée"...

 

Nonobstant...

Que se cachait-il derrière cette belle façade ? Voici, ce que l'on ne mentionne que très peu, à mon avis.

Pourtant ce fut là également une réalité.

Celle probablement de ces pour 90 % de la population Égyptienne.

Des travaux harassants...

Des sévisses...

Des punitions...

Des brimades...

...

 

Et cela sous la forme de bastonnades :

  • La femme que vous voyez représentée sur cette figuration à 20 ans, cepandant, je vous le concède volontiers, elle en paraît 70 ans ! Soixante dix ans de nos jours...
  • Lui...

Nu,

Attaché,

Est battu à coups de bâton !

  •  Un compteur...

Il devait bien certainement compter le nombre de coups qu'il lui restait à subir !  On ressent bien la pauvreté... "De cette classe inférieure"...

 

La douceur...

 

Ce fut bien celle du climat, bien sûr.  Si les conditions de travail furent quelque peu supportables.

 

Il demeurait néanmoins une différence considérable entre :

  • Le mode de vie des classes dirigeantes,
  • Et, celui des plus modestes,
  • ...

 

Ob 7e8f3e ob 16217c ob 535271 ob 751bf1 ob 920c6

 

Afin d'en connaître davantage, je vous invite à consulter :

     

     • Sources...

 

Desroches - Noblecourt Christiane : Lorsque la nature parlait aux Egyptiens - Ed. Philippe Rey -sept. 2003  

 

 Cle de vie

 

  Je vous ai intéressé ?


Alors @ bientôt

 

Aphorismes...   

Ceci pour autoriser et provoquer d'autres pensées !

Aucune prétention...

Ne prétend pas tout dire... 

 

"L'essence même du leadership

est

d'être conscient de sa peur

 

(Et de la déceler chez ceux qu'on veut mener)

 

 Ob 4edf73 fils de ra seigneur des deux terres 1

  

L'esprit contrôle le corps ! 
La naissance de l’Homme en quelque sorte !  

Il était une fois, un temps ou l'Homme s'éveilla... Alors, on se devait de ne plus se comporter comme un animal !  

Dans la culture égyptienne antique, les humains n'avaient pas ce degré de supériorité sur le règne animal, comme cela est dans notre culture occidentale actuelle ! (Velde 1980, p. 77).

Les humains et les animaux étaient égaux, aux yeux de l'Égyptien !  
 

Clip image002

"Ce que nous faisons dans la vie,

résonne dans l'Éternité"

Premiers temps dhorus zep tepi egypte ancienn l 3bnfcx

Les premiers temps de la création, la genèse de notre monde en Égypte ancienne !

Par Le 22/03/2014

ankh hiero    "Vivre"… "La vie"…

https://www.aime-jeanclaude-free.com/

Logopdf

 

Voici une thématique bien originale s'il en est une.

Du moins, dans son interprétation ...

 

Fut-il Un ?

 

Puis devint-il Trois ? 

...

 

ani_pl23_detail--Ani-adorant-Atoum--Chou-et-Tefnout.-Papyru.jpg

  Ani planche 23. 

Admirez alors Ani adorant Atoum, Chou et Tefnout.

Papyrus d’Ani conservé au British Museum.

(BM 10470).

 19e dynastie.

 

Cela pourrait être la base même d'une des nombreuses cosmogonies, un paradigme.

  • Atoum, le soleil couchant, à Héliopolis,
  • Ptah à Memphis,
  • Khnoum à Éléphantine,
  • ... Tous furent finalement un réel point de départ d'une création (Comme par exemple la triade, l'ogdoade, l'ennéade, ...).

Le "T zéro" d'une lignée en quelque sorte.

Et le point de départ à bien d'autres apparitions.

 

Mais que fut donc ce premier stade de la création ?

Celui d'avant les netjerou,

Bien antérieurement à nous, les Hommes,

Précédant même les choses,

Avant la division asexuée et sexuelle.

 

Sommes-nous bien au sein de ce Noum ?

Voici donc un des nombreux paradigmes,

Un monde imaginé par nos anciens Égyptiens.


"zp TPIs"

 

"Premier Temps"


Dans cette pensée, celle de nos anciens ...

La création devait bien commencer "avant la création", c'est à dire à cet âge d'or d'Atoum.

Ce temps ...

Bien mythique que celui du zep tepi.

Ayant lieu finalement à chaque instant du cycle même de la création.

 

Un temps qui en vérité, devait se renouveler chaque matin.

Chaque lever de Râ y contribuait finalement.

Un commencement éternel,

Continue,

Cependant et paradoxalement peut être, toujours dans le présent.

 

Ce fut bien :

  • Le début,
  • Le premier temps,
  • Donc le passé,
  • Mais aussi ce moment présent ...

"Zep tepi"

Mais comment apparurent-elles donc, toutes les choses que composent notre environnemment ?

Et cela en partant de rien ? 

Etait-ce ainsi que nos anciens inventèrent le démiurge ?

 

 Représentation du monde imaginée par les Egyptiens de l'A

Voici une gravure issue de l'ouvrage "Histoire de l'Égypte".

"Essai de reconstitution de l'Univers égyptien".

Histoire ancienne des peuples de l'Orient classique. Les origines. Egypte & Chaldée, Paris, 1895.

Gaston Maspero, France, 19e siècle.

Zep Tepi, une sorte d' "âge d'or".

 

Les netjerou auraient à ce moment là régné sur le monde.

 

→ Alors que l’espèce humaine venait à peine d'acquérir les éléments initiaux de la civilisation.

 

→ ...

 

Plan de l'article ...

 

→ Souvenons-nous d'un certain Solon ...

 

→ Mais la "lignée" ne devait pas s'arrêter là ...

 

→ Ainsi pharaons et leurs prêtres ...


Edfou aurait été une référence au "Premier Temps" …

 

→ Qu'en fut-il de Dendérah ?

 

→ Souvenez-vous, ils existait diverses cosmogonies … 

 

→ Imaginons alors une sorte de schéma général …

 

→ Le Noun ... 

 

→ Quand Noum devint ce destructeur de l'humanit.

 

Atoum occupa bien la place du créateur.

 

→ Débuta alors la création …

 

Il y avait donc en quelque sorte deux pôles.

 

→ "Atoum se satisfaisait" de lui même ... 

 

→ Voyez humeurs des netjerou ...

 

Souvenons-nous d'un certain Solon ...

640 à 558 avant notre ère ... 

 

Il fut un grec d'origine, et d'Athènes plus précisément.
Un haut personnage … Il siégeait parmi les Sept Sages de la Grèce antique et devait être l’ancêtre de Platon. On se rappellera ainsi de Critias et Timée.

 

Voyez de plus Platon lorsqu'il mentionnait les Égyptiens anciens :
 

"Comparés à ce peuple aux traditions dix fois plus antiques,

nous, les Grecs,

sommes en réalité des enfants ..."

 

On subodore même que les informations dont disposait Platon provendraient de Solon lui même.

 

Mais la "lignée" ne devait pas s'arrêter là ...

 

Car certains historiens supputent de fait que Solon avait lui-même comme source, un prêtre Égyptien.

Il aurait été localisé dans la cité de Saïs.

 

Ainsi pharaon et leurs prêtres ...

 

Ils furent visiblement considérés comme les gardiens d'archives d’un passé très ancien celui du :

 

  "Premier Temps d'Horus"

 

ou

 

"Zep Tepi".

 

Aussi, toujours selon Platon :

 

  "… L'Égypte a consigné

 et

conservé à jamais la sagesse des temps anciens.

Les murs de ses temples sont couverts d'inscriptions (1),

 et

 les prêtres ont toujours cet héritage divin sous les yeux...

Sans les modifier,

les générations continuent de transmettre aux générations suivantes ces choses sacrées...


Tout ce qui provient de temps immémoriaux,

de l'époque où les dieux régnaient sur terre,

de l'aube de la civilisation."

(1) Des "textes de fondation" qui devraient demeurer à :

- Dendérah,

- Edfou,

- A Abydos.

 

Edfou aurait été une référence de ce "Premier Temps" …

 

Consacrée à :

  • L' "Histoire mythique" complète de Kemet,  
  • Ainsi les "Suivants d'Horus" y seraient décrits comme des conservateurs et des dispensateurs du savoir à travers les âges.

 

Cependant, qu'en fut-il de Dendérah ?

 

Ainsi les "textes de fondation" ...

Ce fameux "grand plan" suivi par les architectes daterait finalement des "Suivants d'Horus".
 

Solon ...

Pythagore ...

Hérodote, tous auraient pu avoir non seulement vu mais également étudié ces archives. Elles auraient existé dans la ville sainte d'Héliopolis. A une quinzaine de kilomètres au Nord Est des pyramides du plateau de Guizeh.

 

Souvenez-vous, il existait diverses cosmogonies …

 

  • Héliopolitainne,
  • Hermopolitaine,
  • Memphite,
  • Thébaine.

 

Alors ...

Peut-on considérer le "Zep Tepi" comme une autre cosmogonie ?

Celui du premier Temps ? 

Une sorte de "T" zéro finalement ?

 

Imaginons alors cette sorte de schéma général …

 

La création ...

 

 schéma général 

Au commencement ...

Y avait-il une entité originelle ?

Incréé ?

Atemporelle ?

Sans limite ?

Ce fut visiblement une nomade indifférenciée !

Une "ternaire" …

Ce "qui ne peut pas être connu" en fait.

Pas d'Ordre,

Pas de lumière,

Pas de vie,

 

Vint ensuite la première unité.

Duelle ...

Une nonade, neutre en quelque sorte. Elle devait probablement correspondre à une pré-création, au Noun-Atoum, vraiment comparable à Shou-Tefnout.

 

Aussi apparu :

  • L’ordre,
  • La lumière,
  • La vie. L'univers ordonné fut alors bien issu du Noun, cet océan chaotique des origines.

 

Nonobstant, Atoum sembla inactif dans ce Noum. Par la suite, il y eu une sorte de singularisation.

 

Nous sommes de fait au premier instant.

Quant Atoum devint Atoum-Kheper.

 

Ce que l'on peut affirmer vis-à-vis de cet état : 

  • C'est qu'il n'y avait rien d'antérieur à cette nonade.
  • Elle ne fut pas non plus issue d'une quelconque transformation puisqu'il n'y avait vraiment rien auparavant.

 

Elle se créa finalement "ex nihilo" …

Il fut un véritable autocréateur. Ce fut la représentation de cette émergence de l'individu-créateur, une nonade devenue consciente d'elle-même !

 

Voici donc le Noun ...  

Ce fut la personnification des eaux primordiales.

Essentiel même car les égyptiens voyaient dans le Nil une subsistance de cet océan primordial.

 

Nouou ...

Nwn ...
Tout commença à partir de lui ...

Il fut en quelque sorte "Le Père des netjerou".

 

Plus qu'un concept de "La divinité", il fut cet océan donnant la vie comme la mort du reste.

 

Sans créateur …

Il devait, de plus s’étendre tout autour du monde.
 

Noun -livredesportes -

Noum ...

Le Tableau final du Livre des Portes. ..

Cosmologique égyptienne bien sûr ...

L'univers ordonné est issu du Noun, l'océan chaotique des origines.

D'après le sarcophage du roi Séthi I.

Conservé au Sir John Soane's Museum de Londres.

Source / Lien

 

Voyez, Noun soutenait visiblement la fameuse barque de Râ.

Elle fut en quelque sorte représentée comme un scarabée, entouré d'Isis et Nephtys  (Hornung, 2007).

 

Quand Noum devint ce destructeur de l'humanité.

 

Ainsi vint ce temps ou ...

Les Hommes ne respectèrent plus le netjer Râ.

De fait, ce dernier rassembla l'ensemble des netjerou(t).

 

C'est à ce moment là que Noun proposa à Râ de jeter son œil afin de détruire l'humanité.

De la sorte, le vénérable organe se présenta.

Mais il prit la forme de la netjeret Sekhmet. Aussi, traversa-t-elle tout le territoire égyptien, tout en y détruisant toutes les formes de vie humaine.
 

Vint ensuite le temps de l'émergence de la fameuse butte primordiale :

 

→ Naquit alors Kemet.

 

Sortie des eaux primordiales, c'est-à-dire du "Noun",  Atoum...

Notons au passage que le Noum ne se trouvait en aucun cas modifié par la présence d’Atoum-Kheper. Vint par la suite le fameux et légendaire panthéon que nous connaissons aujourd'hui.

 

Atoum occupa bien la place du créateur.

Toum ... 

 

Nous le savons donc maintenant ...

Il naquit de Noun, cette personnification de l'océan primordial.

 

atoum-copie-2

 

"C’est moi (qui suis sorti) Noun,

l’unique,

sans égal.

Si (Atoum) m’a transformé,

c’est que, (pour lui) la grande occasion de flotter (en) moi s’est produite !

Je suis celui qui a volé vers le haut,

qui est la forme

et

ce qui encercle la forme qui est en son oeuf.

Je suis celui qui a commencé dans le Noun.

(…)  

Je suis celui qui s’est fait

et

je me suis formé à ma volonté selon mon désir."

  Textes funéraire. Exp 714, lignes 343-344

 

Débuta alors la véritable création …

 

Une singularisation ...

Une différentiation, en quelque sorte s'opéra.

 

Tout parti de ce monde sans forme,

Sans espace,

Sans temps,

Les eaux,

L'abîme,

Le chaos

Noum ... Il fut de fait préexistant, hébergeant en son sein une engeance en phase de latence.

 

Vint alors cette graine

Ce fut la nonade primordiale dite active. Avec, vous l'aurez bien compris, Atoum-Kheper, représentant visiblement le potentiel génétique de la procréation.
 

Il y avait donc en quelque sorte deux pôles.

 

  • Le premier des deux pôles nous l'avons bien vu fut l'indéterminé.

L'existence de la "non existence".

Destructrice,

Diffuse,

Bien ténébreuse finallement cette soit disant existence.

 

  • La première singularité : Atoum-Kheper.

Constructif ...

Un contracté actif en somme ! En résumé, cela "pourrait" bien être l'existence en elle même.
 

Ainsi :

  • Souvenons-nous ...

Nos anciens nommaient ce démiurge qui apparaissait de nulle part, le "Bâ de Noum".

  • Et que dire de ce moment ou Atoum se trouvait avant cette dualité ?

 

Nos anciens semblaient bien le caractériser de cette façon :

 

"Flottant dans toute les parties de Noum"    

 

"Atoum se satisfaisait" de lui même...

 

Atoum fut en fait androgyne.

Mâle,

Femelle,

Autogène finalement... Alors, il n’avait aucun besoin de conjoint pour procréer. Il se satisfaisait de lui-même, et ce en se masturbant...

 

Ce fut bien lui la première fois.

Le premier temps ...

Le Zep tepi de nos anciens...


→ Cependant il lui arrivait à Toum, (i)tm(w), de cracher ! Cette expectoration fut même comparée à une éjaculation ! Naquit ainsi Shou, Sw.

Souvenez-vous ...

Le souffle essentiel de Shou fut bien le premier soupir de la création ! Il fut ce principe de lui-même et du seigneur des quatre vents,...

 

→ Quant à Tefnout, Tfn(w)t ?  

Elle fut issue visiblement de vomit.

 

Nous sommes en quelque sorte au sein du monde inférieur féminin, souvenez-vous de ses bras pour soutenir Geb, la terre.

Elle fut, de plus, bien associée à l’eau,

A la rosée du matin,

A l’humidité,

A l’ordre...

 

creation.gif

Source / Lien

 

Un exemple d'humeurs des netjerou ...

 

  Horus qui pleure

Voici donc les larmes d'Horus !

 Horus pleure ...

Et en tombant, elles se transformèrent en oliban.

 

Les larmes d'Horus ...

Antyou ...

Les larmes du Soudan ...

 

oliban - antyou - encens


Un jour Râ ...

Bien las ...

Cracha, puis vomis. Ce fut ainsi que naquit le bitume si précieux pour l'embaumement.

 

Alors, je ne vous vouhaite que du plaisir, dans cette création.

Khepri ...

Atoum ... 

Hieroglyphe du groupe y symbolisant le scribe

 

Afin d'en connaître davantage, je vous invite à consulter :

 

  • Sources ...

 

Leonard, R. Cedric Mythes et traditions des terres antiques.

 

Histoire de l'Egypte, par Gaston MASPERO, France, XIX° siècle.

 

Textes funéraire. Exp 714, lignes 343-344

 

Christiane Zivie-Coche "Religion de l'Égypte ancienne - Les cosmogonies : le Noun

 

« Ce que nous faisons dans la vie, résonne dans l'Eternité »

 

"Ce que nous faisons dans la vie,

résonne dans l'Eternité" 

Vie, Santé, Force !

 

  Ob 4edf73 fils de ra seigneur des deux terres 1