Le Nil berceau de la civilisation égyptienne ...

 

 


 

308052000 6059071594120652 406194835859548533 n

Nil, berceau de la civilisation égyptienne ...

Normal dscf0016z

ânkh ... 

"Vivre" …

"La vie" …

"Soyez au service de la vie" avec    http://www.aime-jeanclaude-free.com/

 

Sunrise over the nile at minya egypt

Sunrise over the Nile at Minya.

 

"Le Nil

à mes yeux

contient tous les fleuves,

c'est lui qui coule dans mes veines."

Andrée Chedid

 

Img 2 small480 1

"Paysage de Haute-Égypte,

aux environs de Louxor ;

en arrière-plan de la vallée, le djebel ou "montagne libyque",

qui marque le début du désert libyque à l’ouest."

Source / Lien

 

Img 3 small480

"La vallée du Nil

est un paysage fluctuant au gré des saisons

et

de la crue annuelle que le haut barrage,

depuis sa construction,

a endiguée en aval d’Assouan."

Source / Lien

 

 

 

 

The petrie museum of egyptian archaeology

Je suis le maître de l'eau, des poissons, ..., souvenez-vous de moi, j'étais bien riche en couleur ! En Égypte ancienne.

Par Le 20/07/2019

Hapy hatshepsout    L'origine de Kemet : le Nil. L'origine du Nil : Hâpy ? Cependant, n'oublions pas l'essentiel, celle de la place du travail des hommes dans cette réussite agricole, elle fut bien loin d'être négligeable.

ânkh ...

Hâpy.

Ḥˁpj 

"Le père des netjerou(t)".

"La nourriture de l'Égypte".

"Celui dont la venue met les humains en joie".

 

"Je suis le maître de l'eau".

 

Pour nos anciens Égyptiens ...

Pour nous contemporains ...

Cette eau était, et est toujours d'ailleurs, parfaitement indispensable à la vie. Une richesse pour Kemet et ce dans n'importe quelle ère considérée. La relation entretenue par le peuple vis-à-vis de Hâpy fut en effet très particulière, la prospérité de l'Égypte dépendait bien de ce fleuve ainsi que de sa crue. 

Nombreuses furent les incantations adressées à Hâpy. A commencer par celle formulée au Jour de l'An ; une journée que marquait la première montée des eaux, elle inaugurait ainsi, comme vous savez, la fameuse saison d'Akhet i.e. l'inondation.

 

Vénéré dès les premières dynasties, Hapy devait habiter au sein de lieux cachés comme par exemple :

 

  • "Les cavernes de Hâpy" ...

Nous sommes alors en Basse-Égypte, à Khérara (Memphis). Hâpy y fournissait le delta et devait même être la personnification de sa réminiscence : là où le Nil surgissait, notre netjer résidait.

 

Vivaient là également bien d'autres grandes divinités :

→ A commencer par Khnoum par exemple, un netjer créateur,

→ Tout comme Satet,

→ Et que penser d'Anouket ?

→ ... Ce sont bien elles, qui une fois l'an, libéraient d'énormes quantités d'eau et de limon afin de fertiliser le sol d'un pays souvent assoiffé par des mois de sécheresse et ce de façon parfois bien ininterrompue. Alors à Hâpy revenait le rôle de reconstituer ces énormes réserves d'eau tirées du Noum : d'ailleurs la crue annuelle ne s'appelait-elle pas "la venue de Hâpy" ?

Du reste, parrmi les netjerou(t), il fut notre Nekhbet, reconnue comme l'épouse du netjer de la thématique d'aujourd'hui !

 

  • Aussi, non loin d'Élephantine, alors que nos anciens pouvaient probablement l'entendre gronder, nous voici proche de la première cataracte, à Assouan. Elle était censée être au demeurant la source même de la crue ! Dans l'Égypte ancienne, son île était une véritable cité, capitale du premier nome de Haute-Égypte, celui "du Pays de l'arc" ou "du Pays de Nubie" (tA-sty).

De là, il versait le contenu de deux jarres pour faire monter les eaux de Haute-Égypte ! L'adulation vouée à Hâpy s'était probablement affermit à partir de Biggeh, cette île sur le Nil, réputée en outre pour avoir abritée une des "dernières demeures" d'Osiris. Ainsi le culte voué à notre netjer s'était expanser tout au long du Nil, passant alors de la Haute vers la Basse-Égypte. L'étendue croissante de cette vénération dans l'ensemble des temples riverains de l'Iteru engendra au passage un lien entre les deux Pays.

 

Dieu nil caverne small

Voici donc les fameuses sources du Nil.

Nous sommes bien au temple d'Isis et ce à Philae.

Ainsi, l'Itéru jaillissait des vases.

Notre netjer se trouvait dans une grotte entourée, comme vous voyez, du serpent se mordant la queue, évocation du cycle de l'eau.

Le signe zodiacal du verseau l' "aurait" comme origine.

 

Ḥˁpj  fut lié notamment à :

  • La fécondité,
  • ...
  • L'abondance ... Promesse probable d'une fertilité miraculeuse, ce fleuve, à savoir l'Iteru, était considéré par nos anciens Égyptiens comme une résurgence de l'Océan Primordial.

 

Hapy du moyen empire 1, voici donc une représentation datée du Moyen Empire.

 

Hâpy symbolisait l'eau de Noun (Nwn) :

  • La fertilité de la terre,

Cette eau était bien loin d'être damnable, l'eau du Noum, l'eau l'océan primitif, ... Une eau lointaine dont le retour donna naissance à l'un des plus importants mythes de l'Égypte antique, celui de la "lointaine": il mettait ainsi en scène, comme vous savez, les netjerout Hathor, Sekhmet, ... Ainsi, cette bienfaitrice, cette eau se répandait bien généreusement sur les rives craquelées après des mois de sécheresse, et ce fut bien là un évènement festif.

 

  • ... 

 

  • Hâpy fut garant de toute vie.

 

Aussi, étudier Kemet,

sans se référer au Nil,

serait omettre le cœur même de cette civilisation.

 

 Hapy du nouvel empire 3, voici maintenant une représentation du Nouvel Empire : Happy et la nouvelle année : une époque où le pays connaissait à la fois sa grande vague de chaleur, la canicule en fait et paradoxalement la fameuse inondation ! Et cela sans omettre bien sûr, l'apparition de Sothis dans le ciel ...

 

Dieu nil small

Voici donc le "Livre pour Sortir au Jour" d'Ani.

Nous sommes bien au British Museum.

Voyez, le netjer de notre thématique tient une feuille de palmier, 

cela devait signifier "année" mais également "inondation".

© lien

 

Ainsi Hâpy fut fréquemment invoqué :

 

"Salut à toi,

ô Nil, issu de la terre, venu pour faire vivre le pays,

toi qui inondes les champs que a créé

pour faire vivre tous les animaux,

toi qui produis l'orge

et

fais pousser le blé

afin que les temples soient en fête.

Si le Nil est paresseux,

les nez s'asphyxient,

tout le monde s'appauvrit.

S'il se soulève,

le pays est dans l'exultation

et

chacun est en joie". 

 

Le nil en ouganda 1

  Le Nil en Ouganda

Hâpy y régnait bien en maître.

 

"Maître des poissons,

créateur du blé,

producteur de l’orge, ...

lorsqu’il coule, la terre se réjouit, les ventres jubilent.

C’est lui,

Hâpy qui fait pousser les herbages pour les troupeaux.

Personne ne peut vivre sans lui,

les gens sont habillés avec le lin qui pousse dans les champs grâce à lui.

Il se saisit des deux contrées,

et les greniers se remplissent,

les entrepôts regorgent,

les biens des pauvres se multiplient."

Extrait du Grand Hymne au Nil, aux alentours de 2 200 B.C.E.

 

Plan de cette thématique ...

Revenir en haut de l'article ...

Vous pouvez accéder au chapitre en cliquant directement sur le titre de ce dernier !

 

Hâpy et ses nombreux attributs.

 

"Je suis celui qui répand l'eau pure et vivifiante sur le Double pays".

 

→ Quelles furent les véritables raisons de la fameuse crue du Nil ?

 

→ Une véritable déclinaison de couleurs quant à l’Iteru …

 

Tout au long du mois de juillet …

 

Les crues du fleuve finirent par être véritablement maîtrisées.

 

Sans temple, sans prêtre …

 

→ Des périodes chaotiques suite à cette "colère" :

 

Afin d'en connaître davantage, je vous invite à consulter :

 

→ Apophtegme ...

 

"La crue du Nil est un phénomène qui frappe

d'étonnement ceux qui y assistent ;

et

qui paraît tout à fait incroyable à ceux qui en entendent parler.

En effet,

tandis que les autres fleuves diminuent vers le solstice d'été,

et se dissipent de plus en plus à partir de cette époque,

le Nil,

seul,

commence à croître,

et

ses eaux grandissent de jour en jour

jusqu'à inonder enfin presque toute l'Égypte."

Diodore de Sicile.

 

Hâpy et ses nombreux attributs.

Revenir en haut de l'article ...

Plan de cette thématique ...

 

Comme : 

  • Des tiges de papyrus sur la tête, symbolisant la Haute-Égypte, 
  • Et même les fameuses fleurs de lotus, représentant la Basse-Égypte. Tous ceci formant ce très beau panache de plantes, celle évidemment du Nil
  • La poitrine visiblement féminine,
  • Le ventre proéminent,
  • Seul son sexe était dissimulé et ce par un tissu.
  • ...
  • Le vase d'où coule le Nil,
  • Les croix de vie,
  • La nourriture qu'il procure.
  • La couleur de sa peau : verte symbole de la fertilité et le bleu évoquant probablement l’eau du Nil. 

 

Hapi 1

Egyptian Mythology and Egyptian Christianity, by Samuel Sharpe (1863).

 

Hapi vase small

Lien

 

Androgyne avec ce  : 

  • Corps bien masculin.
  • Et deux seins parfaitement féminins quant à eux, participant à lui attribuer une figure de prospérité. Une certaine allégorie en fait quant à la mère donnant la vie et, à l'instar du Nil, rendant bien plus fort ses fils et filles à travers son rôle nourricier. Il alliait donc des attributs masculins et cette opulente poitrine de femme : un véritable symbole que celui de la fécondité ! Du reste sa virilité ne semblait absolument pas mise en doute puisque nos anciens jetaient dans le Nil jusqu'à des "images" féminines et ce, certainement afin d'attiser son ardeur ! Et pour la même raison, il est fort possible que nos anciens y lançaient aussi de la viande, des gâteaux, ... 
  • Et que dire de son ventre alors ?

Voyez comme il est bien gras et tout autant proéminent du reste ! Notre netjer avait donc un ventre "développé", parfaitement replet même, symbolisant certainement une saine abondance.

 

"Je suis celui qui répand l'eau pure et vivifiante sur le Double pays".

Revenir en haut de l'article ...

Plan de cette thématique ... 

Enquete archeologique

La conception d’un enfant lors des mois d'été en Égypte Ancienne.

Par Le 15/08/2016

Ankh hiero 1

ânkh ...

"Vivre" …

"La vie" …

https://www.aime-jeanclaude-free.com/

Logopdf

Plan de cette thématique ...

 

L'Égypte ancienne est une terre de mystères,

et

comme aujourd'hui

le fait d'avoir des enfants,

devait bien être le sens de la vie ! 

 

L'état de parturiente ...

Ce sublime phénomène de la maternité ... Les termes peuvent bien diverger en fonction de la nature même de l'entité considérée, cependant cela représente pour n'importe quelle espèce animale, l'Homme y compris, et ce en tout temps, dans toutes les civilisations, ..., une sorte de finalité primordiale !

 

Ne serait-ce déjà que pour la survivance de l'espèce :

  • Une maternité désirée,
  • Pouvant avoir aussi une argumentation de confort,
  • Voire de santé,
  • Parfois pour des allégations bien moins avouables,
  • ...

 

Aussi rappelez-vous ...

Même les défunts furent parfois sollicités ! Ne devaient-ils pas avoir une influence sur le monde des vivants ? Ainsi, nous connaissons des témoignages allant dans ce sens et ce dès la fin de l’Ancien Empire avec des écritures sur certaines jarres par exemple à destination des habitants de ce désert occidental où devait habiter les esprits (Akhou) ...

Aussi rappelez-vous ...

De cette coupe de Berlin provenant de l’au-delà, elle est très émouvante ! C’est l’histoire d’un effort viril, d'un veuf, chargé d’enfants, afin d’ôter certaines arduités angoissantes de la vie. Il était dans la misère, serait-ce son seul malheur d'ailleurs ? Son épouse, dans l'au-delà, ne pouvait-elle l’aider ? Ce fut quand même la mère de ses enfants ! Et quelle se fasse aussi aider par son propre père !  

Une lettre bien poignante s’il en fut une.  

Du reste, nous pouvons pratiquement y subodorer un bien long débat intérieur ... 

 

"Tu fus amenée ici, à la ville d'éternité,

sans que tu aies eu le moindre sujet de mécontentement (à faire valoir) contre moi.

"S'il se fait que ces coups du sort (que je subis) ont été infligés en étant connus de toi (?),

(alors) vois,

la maison ainsi que tes enfants, (ils sont dans) la misère... (?) !

(Mais)

s'il se fait que (ces maux) ont été infligés malgré toi,

ton père est grand (dans) la nécropole ! "

(Enfin) s'il y a (à mon égard) une (mauvaise) intention en ton for intérieur, oublie-la dans l'intérêt de tes enfants.

"Sois indulgente, sois indulgente !

Et que soient indulgents pour toi les dieux de Tjaou-Our (?) (= Abydos)"

Musée de Berlin. Au n° 22573 dont la provenance semble bien inconnue.

Certainement de la 11e dynastie.

Cf. A. IL Gardiner-K. Sethe, Egyptian Letters to the Dead, pi. V, 11. 1-2 en page 7. 4.

 

Il faut reconnaître, que nous contemporains, pouvons avoir quelques arduités à concevoir les difficultés rencontrées par nos anciens à pouvoir enfanter ! Quel crédit apportaient-ils donc à cette maternité ?

Combien d'adversités ne devaient-ils pas surpasser ?

Des craintes comme des angoisses aussi, exprimées à travers les nombreuses divinités adulées, les amulettes, ... Car mener une grossesse à terme ne devait-il pas être un véritable chalenge ? Et ce même pour les nantis... Les deux fœtus découverts au sein de la dernière demeure de l'enfant-pharaon Toutankhamon (Peut-être d'ailleurs furent-elles jumelles selon le professeur Robert Connolly ?) pourraient bien en être une des nombreuses preuves évidentes.

Serait-il si aberrant d'ailleurs de placer cet acte dés plus naturel qui soit comme une véritable performance au vue de la mortalité infantile que les chercheurs auraient constatés ?

La parturiente elle-même risquait également sa propre existence !

 

Référons-nous aussi à Ani :
 

"Epouse une femme tant que tu es jeune,

et

quelle enfante pendant que tu es jeune"

 

Tutchildren3

Nous mentionnons bien souvent l'enfant-pharaon ...

Nonobstant, il ne devait pas être si jeune que cela (19 ans !) puisqu'il engendra des descendantes !

Source

 

Plan de cette thématique ...

Revenir en haut de l'article ...

Vous pouvez accéder au chapitre en cliquant directement sur le titre de ce dernier !

 

Une procréation qui "pourrait avoir été comme programmée", en été, mais serait-ce possible ?

 

Nous sommes au sud-ouest du Caire, au sein de cette oasis de Dakhla ...

 

Voici la cité de Kellis ...

 

765 dernières demeures auraient été identifiées.

 

Une période probablement propice !

 

Fut-ce spécifique aux anciens Égyptiens ?

 

Ce jour si spécifique à la Kemet ancienne !

 

Pas si surprenante que cela cette découverte finalement ! (?)

 

                       Hiero x1 3         

Hiero i6 1 Hiero g17 1Hiero y1

                                                                                      

Kemet / Km.t

Terre bien aimée, To mery ...

"La terre noire"

Taouy (tȝ.wj) …

"La terre noire fertile" ...

"Le Double Pays", Taouy (tȝ.wj) …

 

Une procréation qui "pourrait avoir été comme programmée", en été, mais serait-ce possible ?

Haut de l'article ...

Plan de cette thématique ...

 

Quand l'archéologie nous apporte certaines connaissances relatives aux us et coutumes, même de celles qui peuvent paraître des plus surprenantes et ce quant aux modes d'existences de nos ancêtres!

 

Ainsi, selon une certaine étude archéologique :

 

"Personne

n'a jamais regardé les individus à proprement parler,

les aspects biologiques de ceux-ci"  

Williams,

chercheur à l'Université de Floride

et

auteur principal de l’étude, à LiveScience Lana.

 

Des naissances bien surprenantes ! Elles auraient été parfaitement spécifiques à nos anciens Égyptiens.

Ainsi, les chercheurs auraient étudiés des femmes ...

Elles auraient toutes été fécondées il y a environ 1 800 ans.

Leurs dernières demeures se situent au sein même de l'oasis d'el-Dakhla.

 

Les scientifiques seraient donc parvenus à identifier une certaine période qui aurait été propice à la procréation dans la Kemet ancienne.

 

Nous sommes au sud-ouest du Caire, au sein cette oasis de Dakhla ...

Haut de l'article ...

Plan de cette thématique ...

 

 

http://www.worldtravelegypte.com/carte-egypte-decouverte-desert-et-oasis.jpg

Source

 

Dakhla pourrait pratiquement nous faire croire qu'elle ne fait plus partie du désert tant sa terre est fertile !

Avec ce vert des plus luxuriants ...

Et que penser des nombreux vergers ... ?

De ses champs parfaitement irrigués et cultivés ... ?

Et des palmeraies successives ...

 

Quant au désert, l'est-il véritablement ? Surtout lorsque nous avons eu cette chance, celle de l'avoir côtoyé, aimé, ... !

Avec ses dunes ...

Ses carrières de roches rose pastel ...

Sa vieille cité fortifiée d’el-Qasr en briques crues ...

Ses labyrinthes de ruelles recouvertes de tapis en roseau ...

Sans omettre ce temple romain de Deir el-Hagar.

Ainsi que les dernières demeures romaines d’el-Mozawaka ...

 

Carte dakhla

Nous sommes à 720 km au sud-ouest du Caire.

 Source

 

Oasis dakhla sahara

Oasis el-Dakhla ...

Source

 

Voici donc la cité de Kellis ...

Haut de l'article ...

Plan de cette thématique ...

 

D

Des artefacts de structures funéraires sur la surface peuvent être encore vus.

 Ils sont maintenant fortement érodés par le vent et le passage du temps ...

© Lana Williams et Roland Unger.

 

Les ruines de l ancienne ville de kellis pres de l oasis d al dakhla au sud ouest du caire 59688 w460 1

Les ruines de l'ancienne ville de Kellis.

© Lana Williams et Roland Unger.

 Lana Williams est chercheur à l’Université de Floride.

 

Ancient egyptian cemetery 8

  Les restes d'un temple à Kellis.

Source

 

Le site a ete abandonne pour des raisons inconnues vers l an 400 59689 w460 1

Cette image montre les restes d'une grande église !

Ismant el-Kharab.

© Lana Williams et Roland Unger.

 

Une cité bâtie sous l'influence de l'empire romain, Kellis et ses milliers d'habitants antiques. Notons qu'à l'époque considérée le paganisme était encore solide par rapport au christianisme naissant !

Aussi ...

Cette agglomération pourrait fort bien être considérée comme le témoignage d'une certaine richesse, perdurant encore au sein de notre Kemet pendant cette période et ce à travers ses temples, ses villas luxueuses aux fresques murales, ses bains privés, ...

 

Nonobstant ...

Pour des raisons qui restent encore bien obscure visiblement pour les chercheurs, elle fut abandonnée aux alentours de l'an 400 BC. Serait-ce fonction de l'ensablement des lieux ?

... ?

 

Divertissons-nous avec quelques anecdotes quant à Kellis :

  • Les chercheurs auraient démontré que les habitants construisirent des murs devant leurs habitations et ce afin de contrer l’ensablement des lieux ! Nonobstant, cela semble n’avoir été que peu efficace si nous nous référons aux diverses habitations qui y furent abandonnées selon Jackson, 2002; Thurston, 2003, 300 ; Mathieu, 2003, 623.
  • Cette région semble avoir eue une importance certaine dans le domaine agricole, paradoxalement et en analogie quant aux bords du Nil, alors que nous y sommes particulièrement éloignés comme vous savez !

     L’arrosage contrôlé …

     Souvenez-vous de cette tablette (Livre) de compte découvert à Kellis bien évidemment et daté de 360 BC, le P. Kell. IV Gr. 96                   "Kellis Agricultural Account Book (KAB)" …

     Nous y voyons mentionné en fait jusqu’à quatre ans d’échanges concernant un  propriétaire terrien !

 

Img 4

Voir Bagnall, 1997, 70­72.

Source

  • ...

 

765 dernières demeures auraient été identifiées.

Haut de l'article ...

Plan de cette thématique ...

 

Elles seraient datées de plus de 1 800 ans ...

Dont 124 femmes parfaitement bien conservées. "Elles seraient décédées entre 18 à 45 semaines après avoir été fécondées."

 

Da

L'enterrement d'un enfant !

© Lana Williams et Roland Unger.

 

Les dernières demeures ont été orientées vers le soleil levant.

 

Sepulture d une mere et de son enfant datant de l egypte antique 59686 w460

Une femme adulte avec un enfant enterré à côté de sa jambe. 

© Lana Williams et Roland Unger.

 

Aussi ...

Selon cette étude ...

Il y aurait eu "beaucoup" de femmes qui décédèrent et ce en couche !

Au printemps ...
Des femmes qui furent cependant considérées en très bonne conservations au point que les chercheurs auraient pu déterminer avec précision l'âge de leur disparition !

Aussi ...

Au moins une question me taraude !

Quel aurait été l'échelle de temps imparti aux 124 femmes décédées en l'état de gestation ou de parturiente ?

 

Mae e crianca em cemiterio em dakhla

Mère et fils !

Photo courtesy Lana Williams.

 

Une période probablement propice !

Haut de l'article ...

Plan de cette thématique ...

 

Selon cette étude ...

Juillet et août auraient pu être deux mois particulièrement dédiés à la conception des enfants en Égypte ancienne !

Et pourquoi ce laps de temps spécifique ?

Du reste, accentuant notre stupéfaction, cela devait correspondre à des températures au sein de cette oasis pouvant facilement atteindre les cents degrés Fahrenheit quand même (40 degrés Celsius) !

 

Selon cette étude ...

La date de la majorité des naissances, du moins celles abouties, serait de mars à avril ! De plus les chercheurs seraient arrivés à déterminer un taux de naissances supérieur à plus de 20% par rapport à la moyenne !

 

Ancient egyptian birth patterns 4

Source

 

Etude dont les résultats furent présentées lors de la réunion annuelle de la Society for American Archaeology et ce en 2013. 

 

Fut-ce spécifique aux anciens Égyptiens ?

Haut de l'article ...

Plan de cette thématique ...

 

Aussi ...

Si nous nous référons aux procréations au sein même des pays limitrophes, ceux du pourtour de la méditerranée ancienne...

L'optimum ne correspondrait visiblement pas aux périodes dites chaudes ! Ce qui ne serait pas illogique quant à l'état actuel de nos connaissances, démontrant que la chaleur et les spermatozoïdes ne font pas forcément bon ménage. De sorte que même les jeans trop serrés peuvent être défavorables à la spermatogenèse !

 

Ce jour si spécifique à la Kemet ancienne !

Haut de l'article ...

Plan

 

Le "Premier jour de l’an" ...

Souvenez-vous ...

Un moment mémorable, il correspondait à la crue du Nil ! Et ceci transposé au sein de notre propre calendrier nous amènerait autour du 19 Juillet. A l'origine, le calendrier égyptien était basé sur le cycle lunaire ainsi que les crues annuelles du Nil : notre calendrier moderne est le résultat de l'évolution progressive de ce calendrier originel.

Cette période, celle des inondations bien évidemment, se déroulait jusqu'au 15 Novembre.

La première saison du calendrier nilotique ...

Le premier jour ...

La première nuit de l'année …

Le premier mois de l'inondation.

Le jour de l'an, "I Akhet 1", ce moment même ou renaissait le pays tout entier à la manière d’Osiris et cet instant où nos anciens donnaient la vie !

 

Kemet l'ancienne ...

Une société hydraulique qui fut basée sur une agriculture de décrue extensive.  L’eau était bien un instrument de pouvoir au point que l’état s’en était rapidement approprié le contrôle. La civilisation égyptienne fut en effet une civilisation entièrement dépendante d’une bonne gestion de ses ressources en eau, qui ont pour unique source le Nil comme vous savez ! 

Pas de Nil ...

Pas d'eau ...

Pas de Kemet ...

 

C’est parce que le Nil prend sa source dans les lointains massifs éthiopiens et dans la région équatoriale du lac Victoria que l’Égypte existe. Avec un faible débit annuel et un pouvoir d’alluvionnement peu élevé, le Nil arrive cependant à se frayer un chemin jusqu’à la mer, en traversant plusieurs milliers de kilomètres de désert. Aussi, souvenons-nous, ce fut bien à partir du 6e millénaire BCE que les systèmes d’agriculture de décrue se sont étendus sur le territoire égyptien. Mi-juillet pour atteindre un maximum en septembre ce fut qu'alors à l’automne les eaux du Nil Blanc prenaient le relais sur celles du Nil Bleu et soutenaient le débit du fleuve.

Fin octobre - mi-novembre ...

Les légendaires eaux se retiraient dans le lit mineur du fleuve.

Le débit diminuait alors jusqu’en mai, le mois des plus basses eaux, juste après le fameux pics des naissances ! La crue avait pour résultat de gorger les sols d’eau, d’alimenter la nappe, et de déposer une mince couche de limon salvatrice, fertilisatrice : 1 mm/an en moyenne...

 

La propagation du christianisme ...

Elle aurait pu amplifier aussi les cycles de la conception et de la naissance sur le site. La nouvelle religion, dans les temps anciens, avait bien interdit le sexe pendant certaines périodes ...

Pas moins de 20% en chute vis-à-vis de la moyenne aurait pu être également observée et ce en janvier.

 

Les textes anciens indiquent que les premiers chrétiens égyptiens furent chargés d'éviter le sexe :

 

"Le samedi,

Le dimanche,

Le mercredi, 

Et vendredi,

les 40 jours de Carême

et

avant les autres parties qui peuvent prendre Eucharistie"

Peter Brown.

Professeur de lettres classiques à l'Université de Princeton.

"Le corps et société: hommes, Femmes et renonciation sexuelle dans le christianisme primitif "

(Columbia University Press, édition 2008).

Image38

L'eau de la vie, la vie de l'eau et le Nil cette source de vies, en Égypte ancienne !

Par Le 29/03/2014

  "Vivre" …   ankh hiero

"La vie" …

https://www.aime-jeanclaude-free.com  

Logopdf

 

 

Abou Simbel ...

Le grand et légendaire temple de Ramsès II ...

Nous sommes en 1257.

Le Pharaon Ramsès II (1 279 - 1 213 B.C.E) avait érigé deux temples taillés dans le rocher et ce sur un site proche de la rive ouest du Nil, au sud d'Assouan, sur la belle terre de Nubie et connus aujourd'hui comme Abou Simbel.

Bien avant Ramsès II, le site avait été consacré à Hathor.
En raison de son emplacement éloigné près de la frontière avec le Soudan, le temple était véritablement inconnu jusqu'à sa redécouverte en 1813 : son exploration fut réalisée pour la première fois en 1817 par le grand égyptologue Giovanni Battista Belzoni.

Nonobstant, avec la construction du barrage d'Assouan dans les années 1960, les temples avaient été menacés d'immersion sous les eaux croissantes du réservoir du lac Nasser. Entre 1964 et 1966, vint alors un pharaonique projet parrainé par l'UNESCO et le gouvernement égyptien, celui de démonter les tempes et puis de les reconstruire en haut de la falaise, à 200 pieds au-dessus du site d'origi.

 

1977022_604919936256230_891550995_n.jpg

Une vision imprenable.

Quant à la prise de vue, admirez ...

Source / Lien

 

Voyez plutôt :

  • Le fameux temple d'Abou Simbel,
  • Et le Nil, comme fond ...

 

À la préhistoire…

Le nord de l'Afrique fut une vaste étendue de savanes.

Girafes,

Lions,

Rhinocéros,

Éléphants,

Panthères,

...

 

Vint ensuite, aux alentour des 6000 ans avant notre ère, le début d'une nouvelle ère, celle de l'aridité.

Bien progressivement ...

Apparu alors le désert.

 

Les nomades.

Qu'ils furent dans les montagnes du Sud ...

Dans les marécages au sein même du delta ...

Partout ...

Ils se fixèrent tout au long de l'Itéru, dans cette attente immuable, celle de la crue salvatrice. Celle-là même qui permit finalement de développer cette grande culture, cette société pharaonique.

 

Un fleuve qui devint dès lors :

  • Une voie de communication bien rapide au regard des déplacements à pieds, ...
  • Mais également de transport,
  • Une source d'eau potable,
  • Une richesse quant à la pêche,
  • Mais également la chasse avec ses bordures boisées,
  • ... Cependant, l'Itéru fut bien plus que cela. Puisqu'il a certainement participé l'évolution spirituelle. On le voit bien, il fut omniprésent dans le rituel précédant la construction d’un édifice : la première brique fut façonnée à l’aide du limon et de l’eau du Nil signifiant probablement un désire d'abondance et de prospérité quant au lieu et au netjer devant y résider.

 

Ainsi, trois écosystèmes prédominèrent visiblement autour de ce cours d'eau :

  • La campagne égyptienne,
  • Le désert,
  • Les marécages du delta du Nil.

 

Une  nature qui malgré l'aridité environnante fut la base :

  • De ressources matérielles,
  • De légendes,
  • De mythes,
  • ...

  cartenil-copie-1.jpg

Source / Lien

 

Plan de l'article...

 

"éior"...

→ Ainsi "l'Égypte est un don du Nil" ...

→ Nonobstant, nos anciens ne connaissaient pas les sources du Nil …

→ Le Nil se devait donc de prendre sa source ...

→ Le Nil, ses crues et son rôle politique.

Kemet et sa civilisation agricole élaborée ...

→ Quand le Nil était une résurgence du Noum.

→ Les "quatre orients" …

→ Le Nil a souvent été comparé à un lotus.

→ La joie de l'inondation .

→ L'étonnante "venue de Hâpy" en l'an 6 de Taharqa ...

 

Le Nil en Ouganda

 Le Nil ...

En Ouganda cette fois-ci.


Un fait ...

Etudier Kemet l'antique, sans se référer au Nil, serait omettre le cœur même de cette grande civilisation.

 

"éior" ...

Un cours d'eau permanent ...

 

  iterou.jpg

Le Grand Fleuve.

Iterou-aâ (itrw-aA).

Le Nil.

 

Le Nil ...

L'Iteru en égyptien,

El Bahr en arabe,

Le fleuve, ce cours d’eau inaltérable,

"Na-éiore",

"Neilos" en grec,

"nwy", "l'eau",

Nilus en latin provenant certainement de "Na-éiore" le bras du delta.

 

Ainsi "l'Égypte est un don du Nil" ...

Selon Hérodote (II, VII) ...

Du reste, dixit certains auteurs, il aurait emprunté cette expression à Hécatée de Milet …


L'Iteru charriait le limon fertile et ceci depuis les hauts plateaux éthiopiens.

Ce fut en cette saison dénommée "Akhet".

 

La crue ...

"La venue de Hâpy" qui devait atteindre Kemet en juin / juillet selon l'endroit en question.

Apportant avec elle la fameuse terre fertile et noire, aimée des netjerou, en opposition aux déserts, qu'ils appelaient "Deshret".

 

Nonobstant, nos anciens ne connaissaient pas les sources du Nil …

 

Les véritables raisons de la fameuse crue du Nil furent bien un mystère pour nos anciens Égyptiens.

Et cela pendant fort longtemps ...

Cette crue se devait d'être de nature céleste ! Sinon, qu'elles auraient été les explications quant à ce cycle si régulier ?

 

Souvenez-vous ...

L'empereur Romain, Néron, organisa bien une expédition afin d’en découvrir les origines.

Cependant, ce fut seulement au 19e siècle de notre ère, qu’elle fut enfin découverte grâce aux anglo-saxons.

 

On découvrit ainsi que le fleuve prit ses racines à travers une rencontre à Khartoum, au Soudan actuel, un croisement d'importance à savoir :

 

  • Le Nil-Blanc, Bahr-el-Abiad.

Nourricier ...

Il prenait sa source au lac Victoria en Ouganda...

 

  • Le Nil-Bleu, Bahr-el-Azrak.

Quant à lui, ce fut en partant du lac Tana en Éthiopie. Une rencontre qui finit sa course dans la mer Méditerranée, juste après son périple en terre pharaonique.

 

Le Nil se devait donc de prendre sa source ...

 

Dans une région dite des grands lacs, au coeur même de l'Afrique,

Au sein des montagnes d'Éthiopie,

Une réalité climatique,

Autant que géographique ...

 

Chaque année en effet, et ce depuis des millénaires :

  • La fonte des neiges du haut plateau d'Abyssinie,
  • Les pluies d'hivers, régulières, dans la région des grands lacs, à plusieurs milliers de kilomètres en amont de l'entrée du Nil en Égypte,
  • ...

 

Tous cela entraînaient la montée des eaux du Nil blanc et Bleu. Ainsi, au moment de la fonte des neiges, le courant  dévalait vers la mer, provoquant une crue bien impressionnante autant que bienfaitrice d'ailleurs, en cette terre de Kemet.

 

L’arrivée se concrétisa certainement par des eaux bien claires. Symbole s’il en est de la perte des eaux, celle de la merveilleuse naissance d’un bébé.

Vint ensuite, certainement et ceci bien rapidement du reste, les eaux de couleurs rouges, chargées d’alluvions : les ions ferrugineux de l'Atbara.


Ainsi, ce furent bien les cités de Haute-Égypte qui recevaient, les premières eaux, cette formidable arrivée dont les nilomètres nous montrent encore, l'importance que leur portait nos ancêtre.

 

Quant à la Basse-Égypte, elle en profitait de fait, néanmoins, bien plus tardivement.

Le Nil, ses crues et son rôle politique.

 

Seul pharaon fut responsable, du moins aux yeux des Kémites quant à la qualité de cette crue.

Elle fut bien vitale pour l'harmonie du royaume ... L'hauteur optimale de la crue se devait d'atteindre 16 coudées, soit environ 8 m.

 

f2eee86d.jpg

Un merveilleux cadeau.

La vie qui s’écoule autour du pharaon …

Source 

 

Insuffisante !
La stèle dite
"de la famine" semble en témoigner; Retrouvée dans l’île de Sehel, non loin d’éléphantine, cette pierre fut rédigée par les prêtres de Khnoum à l’époque ptolémaïque.

 

Ces mêmes prêtres attribuèrent la paternité du texte au très ancien et très illustre pharaon Djoser qui s’exprimait de la sorte :

 

"Je suis dans la désolation

 parce que le Nil en mon temps n’a pas débordé pendant une période de sept années.

 Les grains manquent.

 Les champs sont desséchés.

 Ce qui sert de nourriture a dépéri

[...]

L'enfant pleure,

 le jeune homme languit,

et

 le cœur du vieillard est défaillant.

Leurs jambes sont sans force.

Ils s'accroupissent à terre en se croisant les bras..."

 

Ainsi, elle pouvait conduire :

  • A une diminution du prestige du souverain...
  • Mais davantage encore, si elle se renouvelait, dans sa faiblesse, elle pouvait amener à une révolte ...

 

Ainsi, certaines périodes chaotiques ont commencé par la colère :

  • D'Osiris,
  • Mais également du netjer Hâpy,
  • ... 

 

Afin que ce fleuve puisse être une source de prospérité on se devait de le "maîtriser".

En amont ...

Comme en aval d'ailleurs... Kemet ne pouvait être puissante que si elle était unie et dirigée par un seul souverain.

 

A chaque éclatement et rupture de cette harmonie, s'en suivait alors :

  • La misère ...
  • La régression ...
  • Voir même les invasions étrangères ... Ces périodes sombres, chaotiques, dénommées "intermédiaires" par les égyptologues, ne manqueront  pas dans l'histoire égyptienne.

 

Trop puissante !

 

Ce fait semble s'être produit au moins sous le règne d'Osorkon III, 882 - 855 B.C.E :

 

"La vallée entière devint comme une mer.

Les temples furent envahis par les flots.

  Les habitants ressemblaient à des poules d'eau

ou

à des nageurs dans un torrent."

 

Kemet et sa civilisation agricole élaborée ...

 

Sans l'Iteru ...

L'Égypte tel que nous la connaissons aujourd'hui, aurait certainement été bien différente.

Le Nil fut effectivement le poumon de l’Égypte.

Il était la base, celle de la survivance de ce peuple. Sans le fleuve qui "l'arrosait" bien généreusement, Kemet n'aurait été certainement qu'un immense désert.

 

Déjà, à une certaine époque alors que le Nil était bien là, Hérodote ne disait-il pas :

 

"Ce n’est que sable,

aridité terrible,

désert absolu."

 

"El Bahr" ...

Et ses 6 671 km représentent bien l’un des plus longs fleuves de notre planète.

L'endroit le plus large se trouve à Edfou et fait pas moins de 7,5 km.

Quant au plus étroit, 350m, il se situe au niveau de la gorge de Silwa.

 

Il s’écoule au sein d'un vasque correspondant à :

  • 10% de la surface de l'Afrique,
  • Ou 5 fois la surface de la France ...

 

Quand le Nil était cette résurgence du  Noum.

Nwn ...

 

Bien des textes religieux nous rapportent que le Nil était une résurgence du Noum, l'océan primordial...

Que la création repoussa aux confins de l'univers ...

 

Et cette résurgence du Nil, les Égyptiens l'identifièrent en Haute-Égypte au niveau de la première cataracte, à proximité d'Éléphantine.

 

Or, vivaient là de grandes divinités :

  • A commencer par Khnoum, le netjer créateur,
  • Hâpy, il devait constituer ces énormes réserves d'eau tirées du Noum, océan qui lui même fut déifié.
  • Satet,
  • Anouket,
  • Nekhbet fut considérée bien souvent comme son épouse.
  • La grenouille Heket ...
  • ...

 

Ce sont bien eux, qui une fois l'an, participaient à des degrés bien différents à la libération d'énormes quantités d'eau et de limon afin de fertiliser le sol d'un pays souvent assoiffé par des mois de sécheresse ininterrompue.

 

Les "quatre orients" … 


Comme vous le savez, le Nil est orienté selon un axe sud-nord délimitant en quelque sorte les quatre points cardinaux.

 

De fait ...

La rive ouest fut le domaine d'Amentet. Le netjer de l’occident, il se devait d’accueillir les défunts.

De la même manière, elle recevait Atoum, le soleil du soir.

 

Ainsi, l’essentiel des hypogées de Louxor se trouvent sur la rive ouest du fleuve.

Paradoxalement nous connaissons bien une ère inédite qui développa en son sein bien des contradictions quant aux traditions millénaires, je pensais évidemment à Akhet-Aton, la Tell el-Armana d'aujourd'hui, dont les dernières demeures furent érigées sur la rive est.

 

Le Nil a souvent été comparé à un lotus.

 

Sa fleur ...

Pesante, devait symboliser ainsi le delta.

 

Sa tige fine et longue fut probablement une analogie à la vallée du Nil ? 

 

Quant à son bourgeon, il correspondait au Fayoum.

 

Nonobstant ...

Nos anciens avaient-ils vraiment conscience de telles concordances ?

 

  Nil.jpg

Source / Lien

 

La joie de l'inondation !

Voici un texte de la 20e dynastie ...

 

Il semble rendre bien grâce aux netjerou, comme :

  • Le netjer Hâpy,
  • Seth,
  • La netjeret Isis,
  • ...

 

"Happy a délaissé sa terre.

Ses eaux lentes

et

basses

découvrent des crêtes sablonneuses ;

est-ce toi, ô happy,

ou serait-ce le crocodile de Seth au souffle dévorant, qui contracte et dessèche toute la vie sur la terre altérée ?

[ ... ]

Ton épouse, belle et féconde en sa noirceur, a pris la couleur du Mauvais :

roux comme lui sont les champs rasés,

roux sont ses prés brulés,

roux sont les arbres poussiéreux dont le vent du Sud a desséché les feuilles.

[ ...]

Isis

a versé cette larme divine qui rend aux flots leur libre cours.

Elle vient l'eau de la vie qui est dans le ciel ;

Elle vient l'eau de la vie qui est dans la terre !

Le ciel brûle pour toi,

la terre tremble pour toi devant la naissance du Neter !

Les deux montagnes s'ouvrent, le Neter se manifeste et s'empare de son corps..."