Alimentation

ânkh...  

"Vivre"…

"La vie"…

"Soyez au service de la vie"...

http://www.aime-jeanclaude-free.com/

 

"Que ton alimentation

 

soit ta première médecine".

Hippocrate

 

Souvenons-nous aussi du pharaon Khéti, une sorte de littérature sapientiale, avec ses Enseignements, il semblait ainsi enseigner à son fils sur la manière même d’étouffer les rébellions :

"Un pauvre

peut devenir un ennemi,

un homme qui vit dans le besoin

peut devenir un rebelle.

On calme une foule qui se rebelle

avec de la nourriture ;

quand la multitude est en colère,

qu’on la dirige vers le grenier".



Une lecture peut-être : Edda Brescianin "Nourritures et boissons de l’Egypte ancienne" dans Histoire de l’alimentation ...
 

"À la fin de l’Ancien Empire,

l’État unitaire entra en crise,

et

son effondrement engendra toute une série de principats indépendants du pouvoir central.

Cette période, qui coïncide avec les VIIe-Xe dynasties (vers 2180-1987 av. J.-C.),

est appelée la Première Période Intermédiaire.

Elle est marquée par une importante crise économique, due aux lacunes du contrôle centralisé de la crue du Nil, qui provoqua des récoltes insuffisantes, engendrant ainsi des conflits sociaux qui créèrent un climat général d’instabilité.

L’un des legs les plus significatifs de la Première Période Intermédiaire à l’époque qui allait suivre est la "démocratisation" de l’au-delà :

dès lors, le pharaon ne sera plus le seul à avoir droit à une vie après la mort ;

celle-ci s’ouvre à tout homme,

si son âme est jugée pure devant le tribunal présidé par le dieu Osiris."
 

Bruce Smith de l'université de Copenhague

 

Bruce Smith de l'université de Copenhague.

Il y a 5 000 ans au Mexique !

Voyez cet épis de maïs.

Leurs analyses révèlèrent quelques-unes des modifications génétiques ayant permis de transformer une herbe, l'ancêtre sauvage, la Téosinte ...

 

"En fait,

il n’existe rien de plus simple.

L’alimentation occupe la première place de nos besoins vitaux,

elle constitue notre plus vaste industrie

et

représente la plus grande part de nos exportations ;

c’est aussi le plaisir que nous satisfaisons le plus volontiers.

La nourriture est synonyme de créativité et de diversité"

Belasco 2002, Food Matters: Perspectives on an Emerging Field, in Food Nations, Selling Taste in Consumer Society, dir.

Warren Belasco and Philip Stanton, New York: Routledge

 

Shamsi bread

Pain shamsi (Khobz Shamsi).
Assiout, Haute-Égypte ...
Reproduction de pain traditionnel !

Coll. Musée de l'agriculture du Caire.
© Arnaud du Boistesselin.

    Source

 

"Dans l’écriture hiéroglyphique,

un même signe,

un homme portant la main à sa bouche, désigne le fait de “parler”

et

l’acte de “manger”.

Ainsi les anciens Égyptiens étaient-ils conscients du lien entre ces deux “oralités”,

l’émission des mots

et

l’absorption des aliments

[…]

Bresciani 1996 : 61.

 

Le pain, la base même de l'alimentation de nos anciens :

 

13938224 10202264893140799 145420223514928465 o

Une représentation de la boulangerie royale d'une gravure dans l'hypogée de Ramsès III dans la Vallée des Rois .

 Il existe de nombreux types de pains, y compris ceux qui sont en forme d'animaux.

 20e dynastie.

Source

 

13256258 1004798682940827 1405505274308584421 n

Pain au sein de l'hypogée de Kha !

 

Kha, un hypogée qui nous laissa de formidables témoignages quant à la vie quotidienne :

 

2 5

Kha, TT8.

© Aouibrehor Neferibresaneith

 

1 17

Kha, TT8.

© Aouibrehor Neferibresaneith

 

Se pourrait-il que cela se produisit de cette façon ?

En 3500 avant l'ère du Christianisme ...

Les Egyptiens découvrirent-ils la fermentation de cette façon ?

C'est-à-dire au cours d'une des crues annuelle du Nil ! L'eau aurait alors inondé certains magasins qui aurait pu contenir de la farine. Alors, ce mélange aurait commencé à fermenter. Et quelques anciens, affamés peut-être, auraient lancer l'idée de faire cuire l'ensemble.

Surprise ...

Le pain apparu avec sa croûte ...

 

Voici un extrait de "Butinage et l'agriculture en Egypte" par Wilma Wetterstrom de l'archéologie de l' Afrique édité par Thurston Shaw, Paul Sinclair, Bassey Andah et Alex Okpoko :
 

   "Clark (1971, pages 55 à 64) a suggéré

qu'une forme de domestication animale naissante a été pratiquée pendant la Epipaléolithique,

qui impliquait la capture d'animaux sauvages

et

apprivoiser,

l'alimentation

et

les engraisser pour l'abattage éventuel.

 

Certaines de ces pratiques semblent avoir été représentés sur les gravures rupestres prédynastique en Haute-Egypte

et

plus largement dans les tombes du Moyen Empire.

Les peintures indiquent qu'une grande variété d'animaux ont été soumis à ce processus,

y compris deux types de gazelles,

bouquetins,

cerfs,

oryx,

addax,

bétail,

hyène,

petite gibier

et

les oiseaux.

Clark (1971, p. 57) suggère que ces pratiques vont bien au-delà du prédynastique

et

est venu à propos pour alimenter une population croissante avec de la viande."

 

Et que dire des fameux palmiers, des dattiers ?

Sycomore - Ficus sycomorus, L. (Moraceae),
Figuier commun - Ficus carica, L. (Moraceae),
Palmier dattier - Phœnix dactylifera, L. (Arecaceae),
Palmier doum - Hyphæne thebaica, (L.) Mart. (Arecaceae),
Palmier argoun - Medemia argun, (Martius) Wurtt. ex H.A. Wendl. (Arecaceae),
Dattier du désert - Balanites ægyptiaca, (L.) Delile (Zygophyllaceae) ...

 

Doum 2 e42d1

Palmier doum,

détails de la feuille de la grappe.

 Dessiné par Henri Joseph Redouté

"Illustrations de Description de l’Égypte … Botanique, minéralogie, T. II bis"

 

Une prise de vue et surtout une tranche de vie que j'aime beaucoup :

 

1111 1

Quand le passé perdure encore au présent !

Source

 

L’iconographie et le symbolisme du palmier dattier dans l’Antiquité ...

Savez-vous que le légendaire sycomore donne un fruit ! Certes pas très fameux. Nonobstant, nos anciens Egyptiens les consommaient. Observateurs, pas moins intelligents que nous le sommes aujourd'hui, ..., alors ils inventèrent une procédure se concrétisant à fendre ce fruit encore sur l'arbre et cela avait la particularité d'accélérer sa maturation : génial, non ? Les vrais fruits du sycomore sont des akènes portés par un réceptacle charnu qui les entoure, la figue des pharaons, le syconium / syconia / sycone en français était donc scarifier afin d'augmenter la teneur en sucre à travers l'apparition de ce catalyseur qu'est l'éthylène ... !

Passionnant cette Histoire ...

 

Fruit, fish and poultry, from the Tomb of Nakht, Sheikh Abd el-Qurna

Fruit, fish and poultry, from the Tomb of Nakht, Sheikh Abd el-Qurna.

The petrie museum of egyptian archaeology

Je suis le maître de l'eau, des poissons, ..., souvenez-vous de moi, j'étais bien riche en couleur ! En Égypte ancienne.

Hapy hatshepsout    L'origine de Kemet : le Nil !

 

L'origine du Nil : Hâpy ? 

Cependant, n'oublions pas l'essentiel, celle de la place du travail des hommes dans cette réussite agricole, elle fut bien loin d'être négligeable !

ânkh ...

Hâpy !

Ḥˁpj 

"Le père des netjerou(t)".

"La nourriture de L'Égypte".

"Celui dont la venue met les humains en joie".

 

"Je suis le maître de l'eau".

 

Pour nos anciens Égyptiens ...

Pour nous contemporains ...

Cette eau était, et est toujours d'ailleurs, parfaitement indispensable à la vie ! Une richesse pour Kemet et ce dans n'importe quelle ère considérée. La relation entretenue par le peuple vis-à-vis de Hâpy fut en effet très particulière, la prospérité de l'Égypte dépendait bien de ce fleuve ainsi que de sa crue. 

Nombreuses furent les incantations adressées à Hâpy ! A commencer par celle formulée au Jour de l'An ; une journée que marquait la première montée des eaux, elle inaugurait ainsi, comme vous savez, la fameuse saison d'Akhet i.e. l'inondation.

 

Vénéré dès les premières dynasties, Hapy devait habiter au sein de lieux cachés comme par exemple :

  • "Les cavernes de Hâpy" ...

Nous sommes alors en Basse-Égypte, à Khérara (Memphis). Hâpy y fournissait le delta et devait même être la personnification de sa réminiscence : là où le Nil surgissait, notre netjer résidait !

 

Vivaient là également bien d'autres grandes divinités :

→ A commencer par Khnoum par exemple, un netjer créateur,

→ Tout comme Satet,

→ Et que penser d'Anouket ?

→ ... Ce sont bien elles, qui une fois l'an, libéraient d'énormes quantités d'eau et de limon afin de fertiliser le sol d'un pays souvent assoiffé par des mois de sécheresse et ce de façon parfois bien ininterrompue. Alors à Hâpy revenait le rôle de reconstituer ces énormes réserves d'eau tirées du Noum : d'ailleurs la crue annuelle ne s'appelait-elle pas "la venue de Hâpy" ?

Du reste, parrmi les netjerou(t), il fut notre Nekhbet, reconnue comme l'épouse du netjer de la thématique d'aujourd'hui !

 

  • Aussi, non loin d'Élephantine, alors que nos anciens pouvaient probablement l'entendre gronder, nous voici proche de la première cataracte, à Assouan. Elle était censée être au demeurant la source même de la crue ! Dans l'Égypte ancienne, son île était une véritable cité, capitale du premier nome de Haute-Égypte, celui "du Pays de l'arc" ou "du Pays de Nubie" (tA-sty).

De là, il versait le contenu de deux jarres pour faire monter les eaux de Haute-Égypte ! L'adulation vouée à Hâpy s'était probablement affermit à partir de Biggeh, cette île sur le Nil, réputée en outre pour avoir abritée une des "dernières demeures" d'Osiris. Ainsi le culte voué à notre netjer s'était expanser tout au long du Nil, passant alors de la Haute vers la Basse-Égypte. L'étendue croissante de cette vénération dans l'ensemble des temples riverains de l'Iteru engendra au passage un lien entre les deux Pays ! 

 

Dieu nil caverne small

Voici donc les fameuses sources du Nil !

Nous sommes bien au temple d'Isis et ce à Philae.

Ainsi, l'Itéru jaillissait des vases !

Notre netjer se trouvait dans une grotte entourée, comme vous voyez, du serpent se mordant la queue, évocation du cycle de l'eau.

Le signe zodiacal du verseau l' "aurait" comme origine.

 

Ḥˁpj  fut lié notamment à :

  • La fécondité,
  • ...
  • L'abondance ... Promesse probable d'une fertilité miraculeuse, ce fleuve, à savoir l'Iteru, était considéré par nos anciens Égyptiens comme une résurgence de l'Océan Primordial.

 

Hapy du moyen empire 1, voici donc une représentation datée du Moyen Empire.

 

Hâpy symbolisait l'eau de Noun (Nwn) :

  • La fertilité de la terre,

Cette eau était bien loin d'être damnable, l'eau du Noum, l'eau l'océan primitif, ... ! Une eau lointaine dont le retour donna naissance à l'un des plus importants mythes de l'Égypte antique, celui de la "lointaine": il mettait ainsi en scène, comme vous savez, les netjerout Hathor, Sekhmet, ... Ainsi, cette bienfaitrice, cette eau se répandait bien généreusement sur les rives craquelées après des mois de sécheresse, et ce fut bien là un évènement festif.

  • ... 
  • Hâpy fut garant de toute vie !

 

Aussi, étudier Kemet,

sans se référer au Nil,

serait omettre le cœur même de cette civilisation !

 

 Hapy du nouvel empire 3, voici maintenant une représentation du Nouvel Empire : Happy et la nouvelle année : une époque où le pays connaissait à la fois sa grande vague de chaleur, la canicule en fait et paradoxalement la fameuse inondation ! Et cela sans omettre bien sûr, l'apparition de Sothis dans le ciel ...

 

Dieu nil small

Voici donc le "Livre pour Sortir au Jour" d'Ani.

Nous sommes bien au British Museum.

Voyez, le netjer de notre thématique tient une feuille de palmier, 

cela devait signifier "année" mais également "inondation".

© lien

 

Ainsi Hâpy fut fréquemment invoqué :

 

"Salut à toi,

ô Nil, issu de la terre, venu pour faire vivre le pays,

toi qui inondes les champs que a créé

pour faire vivre tous les animaux,

toi qui produis l'orge

et

fais pousser le blé

afin que les temples soient en fête.

Si le Nil est paresseux,

les nez s'asphyxient,

tout le monde s'appauvrit.

S'il se soulève,

le pays est dans l'exultation

et

chacun est en joie". 

 

Le nil en ouganda 1

  Le Nil en Ouganda

Hâpy y régnait bien en maître !

 

"Maître des poissons,

créateur du blé,

producteur de l’orge, ...

lorsqu’il coule, la terre se réjouit, les ventres jubilent.

C’est lui,

Hâpy qui fait pousser les herbages pour les troupeaux.

Personne ne peut vivre sans lui,

les gens sont habillés avec le lin qui pousse dans les champs grâce à lui.

Il se saisit des deux contrées,

et les greniers se remplissent,

les entrepôts regorgent,

les biens des pauvres se multiplient."

Extrait du Grand Hymne au Nil, aux alentours de 2 200 B.C.E.

 

Plan de cette thématique ...

Revenir en haut de l'article ...

Vous pouvez accéder au chapitre en cliquant directement sur le titre de ce dernier !

 

Hâpy et ses nombreux attributs.

"Je suis celui qui répand l'eau pure et vivifiante sur le Double pays".

→ Quelles furent les véritables raisons de la fameuse crue du Nil ?

→ Une véritable déclinaison de couleurs quant à l’Iteru …

→  Tout au long du mois de juillet …

Les crues du fleuve finirent par être véritablement maîtrisées !

Sans temple, sans prêtre …

→ Des périodes chaotiques suite à cette "colère" :

→ L'Itéru, essentiel à leur vie matérielle, mais pas seulement !

→ Quand deux Hâpy liaient le Sema-Taouy !

Le rôle d'un bon souverain, prévoir le débit de l'inondation, faire des réserves de grains ...

Afin d'en connaître davantage, je vous invite à consulter :

→ Apophtegme ...

 

"La crue du Nil est un phénomène qui frappe

d'étonnement ceux qui y assistent ;

et

qui paraît tout à fait incroyable à ceux qui en entendent parler.

En effet,

tandis que les autres fleuves diminuent vers le solstice d'été,

et se dissipent de plus en plus à partir de cette époque,

le Nil,

seul,

commence à croître,

et

ses eaux grandissent de jour en jour

jusqu'à inonder enfin presque toute l'Égypte."

Diodore de Sicile.

 

Hâpy et ses nombreux attributs.

Revenir en haut de l'article ...

Plan de cette thématique ...

 

Comme : 

  • Des tiges de papyrus sur la tête, symbolisant la Haute-Égypte, 
  • Et même les fameuses fleurs de lotus, représentant la Basse-Égypte. Tous ceci formant ce très beau panache de plantes, celle évidemment du Nil
  • La poitrine visiblement féminine,
  • Le ventre proéminent,
  • Seul son sexe était dissimulé et ce par un tissu !
  • ...
  • Le vase d'où coule le Nil,
  • Les croix de vie,
  • La nourriture qu'il procure !
  • La couleur de sa peau : verte symbole de la fertilité et le bleu évoquant probablement l’eau du Nil. 

 

Hapi 1

Egyptian Mythology and Egyptian Christianity, by Samuel Sharpe (1863).

 

Hapi vase small

Lien

 

Androgyne avec ce  : 

  • Corps bien masculin.
  • Et deux seins parfaitement féminins quant à eux, participant à lui attribuer une figure de prospérité. Une certaine allégorie en fait quant à la mère donnant la vie et, à l'instar du Nil, rendant bien plus fort ses fils et filles à travers son rôle nourricier. Il alliait donc des attributs masculins et cette opulente poitrine de femme : un véritable symbole que celui de la fécondité ! Du reste sa virilité ne semblait absolument pas mise en doute puisque nos anciens jetaient dans le Nil jusqu'à des "images" féminines et ce, certainement afin d'attiser son ardeur ! Et pour la même raison, il est fort possible que nos anciens y lançaient aussi de la viande, des gâteaux, ... 
  • Et que dire de son ventre alors ?

Voyez comme il est bien gras et tout autant proéminent du reste ! Notre netjer avait donc un ventre "développé", parfaitement replet même, symbolisant  certainement une saine abondance !

 

"Je suis celui qui répand l'eau pure et vivifiante sur le Double pays".

Revenir en haut de l'article ...

Plan de cette thématique ... 

Lire la suite