nTr_nTr.t_nTr.w_nTrj_...

  • "L'énergie créatrice",
  • Le "souffle de vie",
  • La puissance créatrice,
  • L'énergie divine... Celle-là même qui était intrinsèque à tous les êtres... !
 

https://scontent-lhr3-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/12985544_141717649560224_7172201634677674418_n.jpg?oh=d0a12c918bf78097b720d92f26e93386&oe=584045D7

Source

En premier...

Ils furent bien des Idoles, aux formes humaines comme la divinité-mère, les hommes barbus,..., aussi souvenez-vous des colosses de Min de Coptos.

 

Predynastic statue of min ashmolean museum oxford 1

 

Vint ensuite "les dieux" !

Ce nTr fut représenté comme un faucon posé sur un pavois, et le celui-ci est seul... Cependant, il n’est pas impossible qu’il le fut aussi au moyen d'un mat et de son drapeau en son sommet !

L’origine de netjer est bien incertaine...

Il fait du reste toujours débat au sein des spécialistes ! Nonobstant, nous pouvons le rencontrer dès la dynastie 0 i.e. autour de 3 150 B.C.E ! Sa lecture phonétique ne fait, en tout état de cause, aucun doute et ce au sein de l’Ancien Empire.

 

Le caractère "polythéiste" de nos anciens égyptiens n’avait comme vous savez jamais ignoré :

  • La féminité...
  • La maternité aussi... Et cette représentation semble bien visible dès la 5e dynastie ! Souvenez-vous aussi de ce cercle, presque parfait, ayant en son centre un point. Cela ne devait-il pas désigner le terme de "soleil centré" ? Hors, si nous nous réfèrons en particulier au pharaon Sahouré, il nous montra un galbe bien visible, ainsi qu'un point central et ce en saillie.

Un sein vu de face peut-être ?

  • De la sexualité dans le divin !
  • Certains auteur(e)s parlent de polythéisme égyptien, d’autres d’hénothéisme, et même concernant une certaine période, bien courte du reste, de "monothéisme".

L’hénothéisme semblerait toutefois se rapprocher davantage d’une réalité probable.

 

Notons ce que suggérait au passage cette "pharaone" des temps moderne, cette Grande Dame que fut Desroches-Noblecourt et ce en 2003 :

 

"La religion égyptienne antique

est une religion solaire,

le soleil est source de vie,

mais il y a aussi une source de vie aquatique.

L’inondation est l’une des trois périodes du calendrier égyptien :

l’inondation désigne à la fois les crues du Nil apportant les alluvions fertiles

et

l’eau,

source de vie elle aussi"

 

Les divinités ne semblaient absolument pas faire abstraction ni du mariage, ni même de la sexualité. Alors que nous pourrions pratiquement énoncer le fait que certaines cultures dites monothéistes, celles avec leur notion d’un Dieu tout puissant, ont quant à elles cette figure pratiquement paternelle : elles excluent même pratiquement les représentations du maternel, du féminin, de la sexualité,...

Ainsi...

Dans leur ensemble, les religions voient le divin à travers différentes puissances !

Apportant ainsi la vie…

Comme la protection d’ailleurs…

Cependant elles peuvent aussi avoir cette dimension dite collective. Cela devait alors élaborer une véritable union voir même une certaine communion et ce au sein d’un culte commun.

En finalité peut-être…

Cela aboutira à des monarques, des dirigeants, des souverains, à pharaon dans notre cas précis, muni d’une authentique puissance divine et en fin de compte, d'une autorité pratiquement indiscutée !

Divinités cosmogoniques…

Divinités provinciales…

Divinités locales…

Divinités funéraires…

...

 

Qu’elles fussent :

  • Cette personnification de phénomènes naturels,
  • Ou alors de certains concepts parfaitement abstraits,
  • Voir même d’ancêtres déifiés,
  • De déités étrangères importées au panthéon de nos anciens....
  • ... Les divinités furent bien souvent représentées à partir du Nouvel Empire, et plus particulièrement accentuées au sein de cette Basse Epoque et ce en une "triade" : la Famille ! Elle fut bien la base de cette société, il suffit pour cela de se souvenir du légendaire village des artisans de pharaons afin d'en être pratiquement convaincu ! Aussi, chaque cité devait avoir sa triade propre. Nos anciens l'adulait certainement au sein des temples. Notons cependant que demeurait aussi des familles bien plus imposantes que cela, des "Familles divines" comme furent l’Ogdoade d’Hermopolis ("La cité des Huit" en grec ), l’Ennéade d’Héliopolis,…

 

Les Triades furent en fait constituées :

  • D'un netjer,
  • D’une netjeret,
  • D’un netjer fils ou fille. 

 

Voici de fait quelques "Triades divines" :

  • Triade de Memphis = Ptah / Sekhmet / Néfertoum.
  • Triade de Thèbes = Amon / Mout / Khonsou.
  • Triade d'Eléphantine = Khnoum / Satis / Anoukis.
  • Triade d'Edfou = Horus / Hathor / Harsomtous.
  • Triade d'Abydos = Osiris / Isis / Horus.
  • Triade de Mendès = Banebdjedet / Hatméhyt / Harpocrate.
  • Eléphantine = Khnoum / Anoukis / Satet.
  • Kom Ombo = Haroëris / Tasenetnofret / Panebtaoui.
  •                     = Sobek / Hathor / Khonsou.

 

Egyptian pectoral with solar boat walters 42378 back

Netjer, ses différents hiéroglyphes sur un pectoral !

Hiero a40

 

Hiero r8

"Bâton enveloppé d'un tissu"

R8

Hiero g7

 

La Kemet avec peut-être le premier épisode du monothéisme, bien rigoriste : Akhenaton...

Plus anciennement encore...

Avec cet éternel monothéisme ouvert et parfaitement pluraliste d'ailleurs ! Le netjer fut en fait trois et il n’avait pas de second ; il fut Amon (l’invisible), quant à son visage (le disque solaire) et son gosier, Thot (la parole)."

 

Musee calvet69

Il ne fut pas véritablement intégré dans les cycles mythologiques de l’Égypte ancienne ! Reshpou fut-il bel et bien cette déité calamiteuse ?

 Reshef 

 

Hiero r8

 

"Le grand dieu" // nṯr ʿ3...

"Le grand dieu, maître du ciel" // nṯr ʿ3 nb pt...

Il est particulièrement difficile de trouver des représentations de Resheph, cependant il fut toujours figuré en attitude guerrière, conformément à sa principale nature !

Rašap est probablement l’un des meilleurs exemples qui soit d'une déité sémitique dont la longévité fut véritablement considérable puisque elle s’étire sur près de trois millénaires ! 

Aussi...

Dans son Histoire de la civilisation, Will Durant, historien et écrivain du 20e siècle, parle de "l’emprunt à la Sumérie et à la Babylonie de certains éléments de la civilisation égyptienne". Ainsi, la religion babylonienne a profondément marqué Kemet où la théologie est devenue un facteur dominant. 

 

Et n'oublions pas la cité de Byblos, nous aurions pu y rencontrer :

  • Rechef,
  • Et une autre entité comme Ba'alat-Gebal qui se confondit d'ailleurs avec Astarté. Celle-là même, comme vous savez, qui détourna le peuple d'Israël de ses devoirs envers Yahvé. Les rapports commerciaux furent alors intenses entre Byblos et Kemet, nos anciens avaient une demande très grande en bois d'œuvres, de bateaux,... Alors avant 2000 B.C.E vinrent les envahisseurs amorrhéens. Le commerce reprit à Byblos, et les pharaons s'en inquiétèrent du fait de cette puissance montante.

 

Aussi :

  • A Ba'alat-Gebal, on offrit des bijoux magnifiques.
  • Et, à Rechef, netjer de la guerre, des poignards de bronze, des longues têtes de lance,...

 

Tout cela lui valut alors d'être vénéré à Babylone, mais aussi à :

  • Lagash,
  • Larsa,
  • Et Ur, de bien grandes cités mésopotamiennes, passées un temps sous le contrôle amorite.

 

De là, tant à la faveur des guerres que d'un commerce intense, le culte de Rechef n'aura de cesse de se répandre à l'est de la Méditerranée :

  • La Phénicie,
  • L'Égypte,
  • Chypre. Et, plus à l'Ouest, la prestigieuse cité phénicienne de Carthage accueillera en ses murs cette déité amorite.

 

Rechef.

Il représentait en quelque sorte les forces terribles de la nature !

Reshep 1


 

Attesté en Syrie dès le 3e millénaire à Ébla…

Ensuite à Mari sous la forme de dRa-sa-pá-an, Terqa dans le royaume de Ḫana sur l’Euphrate au début 2e millénaire…

Ugarit au 12e siècle…

A Palmyre...

En Phénicie, dans le monde punique…

En Anatolie…

Et en Égypte bien évidemment sinon il ne serait pas abordé ici.

 

Aussi Réchef fut un bien netjer importé du Proche-Orient, syncrétisé en quelque sorte au sein du grand panthéon. Nonobstant il n'a pas été véritablement intégré aux grands cycles mythologiques.

Resheph en hébreux,

Reshaf aussi, il devait défendre pharaon au moyen de ses armes ! 

"Maître de la force"...

Réchef fut donc ce netjer guerrier membre d'une célèbre triade que l'on vénérera à Coptos et composée de Kadesh et de Min. Guerrier intermittent, il connut une certaine popularité lorsqu'il fut associé à Seth au cours du Moyen Empire et ce à tel point que nos anciens lui adressaient des offrandes avant la bataille !

Réshef,

Rechef,

Réchef,

Réchep,

Min-Rechep, introduit vers 1500, il a été associé à Astarté, Anat et Qadesh, honoré dans la région de Memphis, dans le Delta oriental et à Deir el-Medineh fut assimilé ultérieurement à Min.

Rešep,

Reshep,

Reshef-Mikal, divinité syncrétique connue par des inscriptions phéniciennes de Chypre, "seigneur de l'orage", "maître de la pluie".

Réshep,

Reshef-Melqart, appellation syncrétique attestée à Ibiza.

Reshpu,

Rešep-Šulman, appellation de Reshef attestée sur une stèle égyptienne.

Reshpou...

  • Rasap,
  • Amurru. Déité syro-palestinienne de la foudre, de la guerre et de la peste fut connue dès les 3e et 2e millénaires (Rasap à Ebla, Rsp à Ugarit). Il a été introduit en Égypte au Nouvel Empire (v. Reshef), ainsi qu'en Anatolie (inscriptions de Karatépé) et à Chypre (avec identification à Apollon comme divinité de la peste).
 

Vous le verrez aussi orné d'une tête de gazelle comme vous pouvez le constater avec le schéma représenté ci-dessous ! C'est bien un véritable signe proche-oriental que cet art de la coiffure qui est d'ailleurs, si vous l'observez bien, était maintenue au moyen d’un ruban.

Egyptian gods reshef

Carter

Le gazella dorcas.

Un album des aquarelles de Howard Carter d'oiseaux et d'animaux...

Carter SMS. VII.1

Source  / Lien

 

Il était toujours représenté comme :

  • Un homme,
  • Avec une barbe bien stylée, celle du Proche-Orient ! D'ailleurs, à la différence des nétèrou(t) d'origine purement égyptienne, il ne portait pas la barbe postiche / Khebesout, mais bien une vraie barbe ! Comme pouvait porter les peuples Syriens...
  • Vêtu d'un pagne court que devait d'ailleurs maintenir deux bretelles croisées sur son torse et dénotait bien ainsi son origine étrangère !
  • Surmontée d’une tête de gazelle signe également du Proche-Orient, maintenue par un ruban... Ou alors du fameux uraeus.
  • Et avec la couronne blanche de la Haute-Egypte. Bien souvent nous le vîmes vénérés au sein de groupes d'immigrants. Cependant si sa couronne ressemble à celle de la Haute-Égypte / hedjet, elle venait également du Levant : reconnaissable à la fameuse gazelle qui en ornait le devant et, aux longs rubans qui devaient décorer l'arrière. Le dieu Syrien Baal portait la même, elle diffère par le décor.
     

Bien plus rarement cette fois-ci, il lui arrivait de tenir :

  • Une croix ankh,
  • Ainsi qu'un sceptre ouas à l'instar des autres netjerou(t), adaptation probable obligeant !

 

Reshef

 

Rechef n'est pas apparu à ses débuts aux bords de l'Itérou !

Revenir en haut de l'article...

Plan de cette thématique...

 

Ni d'ailleurs au sein du superbe delta,

Ni dans la région des cataractes,

Encore moins au sein du légendaire pays de Pount,

Pas plus du reste dans sa patrie sœur à savoir "Le pays de l'arc", Ta-Seti,

 

Origine d'un peuple véritablement nomade, les Amorites, syro-palestiniens, Rechef finit par faire partie du panthéon mésopotamien prenant alors pied :

  • Sur les côtes levantines,
  • Puis à Chypre,
  •  ...
  • Et à Carthage. Ainsi, la Kemet du Nouvel Empire en étendit la notoriété et ce du delta vers l'intérieur du paysDevons-nous alors aux "faux amis" que furent les Hyksôs d'avoir introduit entre 1 700 et 1 600 BCE cette déité au sein de la Kemet ancienne ?

 

Nergal, peut-être à l'origine de Rechepou...

Revenir en haut de l'article...

Plan de cette thématique...

 

A l'origine...

Nos anciens Égyptiens l'appelaient Reshpou ! Quant aux auteur(e)s modernes ils le dénomment bien souvent Rechef, Rechep,... 

 

Voici donc ses terres d'origines sises entre :

  • La Syrie actuelle,
  • Et la Palestine.

Resheph fut surtout connu comme ayant été une divinité au nom de Nergal d'origine Suméro-akkadienne, relatif à la destruction comme aux "enfers" : ce dernier est également décrit en sumérien comme "Le maître de la Grande Ville", finissant du reste par désigner le monde souterrain ! Notons quand même que Nergal était bien une des figures divines les plus importantes du panthéon babylonien ! Peut-être est-ce que cela pourrait expliquer le fait que Reshpou se trouva assimilé à cette déité, à la faveur des guerres et autres invasions qui secouèrent la région et ce au 3e millénaire ?

 

Iraq05 088 01

Nergal divinité principale du temple de Gudua / Tell Ibrahim en Irak.

A 40 km au nord-est de Babylone !

 

Lire la suite