Char

Voyez le joug auquel est fixé le timon ("Bien coulissant pour garder de la souplesse d'amortissement" !)… Ce dernier plongeait sous le char et ce afin de s'ancrer au moyen d’une sorte de la mortaise au niveau de l'essieu…
Sous l'arrière de la caisse.


Le "raidisseur" entre :

  • Le timon,
  • Et le garde-fou n'est là finalement que pour empêcher la caisse de tourner autour de son essieu.
  • ...

 

L'essentiel est que ce timon n'est réellement fixé qu'à ses deux extrémités :

  • A l'avant au niveau du garrot des chevaux,
  • A l'arrière à l'extrémité même du char !
  • ...

 

Voici donc l’ingénieux système d’amortisseur du char Egyptien antique…

Le timon ploie comme :

  • Un arc,
  • Un ressort à lame, et ce sous le poids des occupants de la caisse ! Une sorte de suspension Hi-Tech pour l'époque.
  • ...

 

Ajoutons à cela :

  • Le tressage de cuir qu'ils foulaient de leurs pieds,
  • Des roues, très importants aussi,
  • Sans oublier leur système d’attelage,
  • Le moyeu, il est emmanché sur un tube pour mieux répartir les forces de levier sur l'essieu dans les virages et aussi augmenter la surface lubrifiée entre ces deux éléments.

Ces tubes augmentaient d'autant la voie, c'est à dire la distance entre les deux roues et c'était tout bénéfice pour la tenue de route et la stabilité du char.
Nos formules 1 ne sont pas conçues autrement.

  • … Voilà comment assurer un minimum de confort en cette époque ignorant tout du caoutchouc, des vis métalliques,…

 

15036324 721806881329076 6150091507994345408 n

Nebamun Tomb.

Fragment of a limestone tomb-painting representing the assessment of crops.

Source / Britishmuseum.org

Dlib nyu edu awdl books tombofthoutmsi00cart 54

The tomb of Thoutmôsis IV.

Carter, Howard, 1874-1939.

10155473 701689336541129 9126324660538789541 n 1

Le char une formidable prouesse technique... En l'Égypte ancienne !

ankh hiero   

"Vivre"…

"La vie"…

ww.aime-jeanclaude-free.com   

Logopdf

 

  char.jpeg

Au Metropolitan Museum de New York...

Fragment d'époque amarnienne...

Source / Lien

 

Jusqu’à la 18e dynastie le cheval fut peu connu sur cette terre noire antique.

Fut-il d’origine Syrienne ?

Beaucoup d’auteurs supputent que le char quant à lui fut introduit par les Hyksôs.

 

En tout état de cause il devint bien rapidement un véhicule servant :

  • A la chasse,
  • Aux processions,
  • Et bien sûr, à la guerre.  Il semble s'être rapidement intégré dans l’armée pharaonique. À tel point que la charrerie obtint un statut bien spécial, dont le responsable fut toujours un proche et même un fidèle de pharaon.

  5384022c-25aa-412b-ab40-733e17b6f15b_zps1e905a5e.jpg

Un scarabée de Touthmôsis I...

Un char aux roues à 4 rayons.

L'ennemi aurait été un Nubien (?).

British Museum.

Source  / Lien

 http://www.ddchampo.com / topic3164-50

© Teti-sara

 

Voici la plus ancienne représentation d'un souverain sur son char :

  • Le cheval n'est ici pas au galop, il se dresse sur ses pattes arrière pour culbuter l'attaquant.
  • Aâ-kheper-ka-ré, BM 17774...
  • Jaspe vert : 1,53 cm de long ; 1,12 de large ; 0,75 d'épaisseur.

 

Il représente Thoutmosis I, en début de cette légendaire 18e dynastie et, comme vous savez, il régna bien avant le fameux Toutânkhamon :

Ahmosis I (1 550 -1 525),

Aménophis I (1 525 - 1 504),
Thoutmôsis I (1 504 - 1 492), la première fois qu'on vit pharaon sur son char !
Thoutmôsis II (1 492 - 1 479),

Hatshepsout (1 479 - 1 458/57),
Thoutmôsis III (1 479 - 1 425), 

Aménophis II (1 428 - 1 397),
Thoutmôsis IV (1 397 - 1 388), apparition du char à 6 rayons !

Aménophis III (1 388 - 1 351/50),
Aménophis IV/Akhenaton (1 351 - 1334), 

Semenkhkarê (1 337 - 1 333),
Toutânkhamon (1 333 - 1 323),
Ay (1 323 - 1 319),
Horemheb (1 319 - 1 292).

 

Nonobstant...

Les historiens supputent que ce fut bien la première représentation de pharaon sur son char. Jusqu'au jour prochain, sait-on jamais... (?) Une nouvelle découverte viendra infirmer cette "certitude" d'aujourd'hui.

 

Sic M. François Tonic :

 

"...les plus anciennes représentations de chars

avec le pharaon dessus remontent à Iahmès I,

début 18e dynastie.

 

Des fragments de décors du temple funéraire à Abydos l'attestent

malgré l'état de fragmentation...

le char égyptien possède 6 rayons

et

le char hyksôs 4."

 

Hypogée TT40.

Amenhotep-Huy, vice- roi de Koush au sein de l'ère de Toutânkhamon.

18e dynastie.

Nous sommes à Gournet Mourraï.

Source

 

Source

 

Amarna--Akhenaton-sur-son-char--sous-les-rayons-d-Aton--tr.jpg

Akhetaton

Akhenaton sur son char.

Sous les rayons d'Aton.

Très abîmé !

© Kurohito link 

 

Plan de l'article...     

 

→ Les Hyksôs….

→ Le char une formidable prouesse technique !

→ L’équipage du char égyptien fut composé d'au moins de deux personnes...

→ A 75 cm du sol !

→ La caisse en bois !

→ Une ouverture à l’arrière...

→ Une rambarde tout au long de l’habitacle !

→ La roue à rayon pour un char de guerre plus léger ! 

→ Parlons un peu des chevaux tractant ce fameux char...

 

Ramses_II_at_Kadesh.jpg

  Ramsès II à la bataille de Qadesh.

Bas-relief au temple d'Abou Simbel...

Source / Lien

 

Les Hyksôs….

Hyksôs…

Hykussos…

 

Un terme qui viendrait probablement du démotique :

  • Heqa khâsout...

"Princes des déserts"...

Nomenclature que l’on donnait dixit l’historien Manéthon au peuple qui domina Kemet de 1670 à 1560 ainsi qu'à ses souverains des 15 et 16e dynasties pharaoniques, les Hyksôs.

  • Heqa khâseouet

Utilisée par nos anciens Égyptiens.

Alors, souvenez-vous du fameux papyrus de Turin. Ce dernier semble faire mention de quelques dirigeants relatifs aux pays limitrophes de Kemet.

 

Heqa au singulier…

Khâsout au pluriel…

Certains auteurs y voient donc le "Chef des pays étrangers" et je ne pense pas que cela puisse avoir été "Le Chef étranger" comme certains le subodorent.

 

De toute façon...

Moult historiens mentionnent bien souvent les Hyksos comme ayant été les vecteurs qui apportèrent cette nouvelle arme.

Une technologie innovante...

Le char de guerre... 

Ce dernier "aurait" été un des éléments qui permirent d'écraser littéralement les forces égyptiennes.

 

Leur spécialisation...

Dans les activités guerrières notamment...

Cela pourrait en partie expliquer la facilité de leur conquête en cette terre de Kemet ! Nonobstant, n'oublions pas leur qualité de pasteur, de pâtre si vous préférez. Des tribus nomades en quelques sortes, situation qui les aida probablement à s'intégrer progressivement à la population locale.

 

De fait, à mon sens, il serait bien rapide de conclure qu’ils aient pu triompher grâce au char de guerre attelé de chevaux.

Ces derniers semblent devenir courants en Asie comme en Afrique qu’au 16e siècle...

 

Ils vinrent certainement en apportant leur culture, leurs croyances, leur mode de vie,... Et le char ne fut pas le seul élément concret, apparurent alors également :

  • Les arcs composites,
  • Les armes de bronze,
  • Le cheval,
  • De nouvelles flèches,
  • De nouveaux boucliers,
  • Des sabres,
  • Des dagues,
  • Des casques,
  • Des cottes de mailles,
  • Certaines déités aussi comme furent Astarté, Rechepou,...
  • ...

 

Le char une formidable prouesse technique !

 

Nous devons bien le reconnaître, cela fut une véritable prouesse.

Mais à travers le char nous ne devons surtout pas oublier la roue, le cheval,...

 

La roue fut en fait connue bien avant l'arrivée de ces Apophis humains, je pense aux Hyksôs.

Probablement ses origines remonteraient au niveau de l'Ancien Empire.

Nonobstant, nous ne possédons aucune représentation à ce jour pouvant valider cette hypothèse.

 

A la différence de la Mésopotamie...

Nous n'avons pas trouvé de véhicule de transport à roue pleine tiré par des bovins, des ânes.

 

L’équipage du char égyptien fut composé d'au moins de deux personnes :

 

  • Le conducteur, bien évidemment...

Il devait quant à lui maintenir en équilibre ce véhicule à deux roues, léger finalement et pas toujours très stable en fonction du terrain, il devait certainement y avoir bien des accidents. Souvenez-vous, les historiens pensent que Toutânkhamon aurait été percuté par un char, ce qui lui aurait été fatal d'ailleurs...

Il lançait de fait, au grand galop, l'ensemble de son attelage.

 

J'aurais du reste tendance à subodorer que cela ne fut pas donné à tout le monde.

 

  • Le combattant forcément...

Il fut muni de son arc.

Et par voix de fait des flèches qui furent stockées dans un carquois stabilisé sur la caisse même du char.

Il disposait également d'une douzaine de javelines disposées dans un deuxième carquois.

 

Nous sommes à 75 cm du sol.

 

Ce fut la hauteur en fait à laquelle le conducteur, comme le combattant du reste, posait les pieds.

Sur une sorte de plateforme...

Elle fut directement posée sur l’essieu du char. Imaginez alors ce que devait finalement représenter tous les incidents de terrain, les cahots,...  

 

La caisse était en bois !

 

Souvenez-vous...

En 2011...

On parlait d'une fantastique découverte...

Nous étions alors dans les réserves même du musée du Caire. Il s'agissait de quelques superbes pièces en cuir qui devaient barder, caparaçonner un char Égyptiens.

  • Harnais,
  • Pièces de recouvrement de la caisse,
  • Carquois,
  • Gantelets,
  • ...

 

Une ouverture à l’arrière...

 

Cela devait permettre une grande mobilité des occupants.

Ils pouvaient ainsi sauter rapidement si nécessaire.

 

Une rambarde tout au long de l’habitacle.

 

Les passagers pouvaient ainsi s'y tenir.

 

1798874 10152070808931731 510260930 n 1

 

1902768 10152070808791731 1148212514 n 1

 

1800454_10152070808766731_2097436100_n.jpg

 

1622138_10152070809156731_1839679568_n.jpg 

 

1779108_10152070808441731_42628965_n.jpg

Photo originale, en noir et blanc...

Char de Touthmôsis IV.

Découvert au sein de KV43.

© Richie O'Neill

 

La roue à rayon pour un char de guerre plus léger !

 

La roue devait probablement représentée 10% de la masse totale du char. Quant à lui, il devait être de l'ordre de 30 à 35 Kg.

Un véhicule devenu de fait bien plus léger et tracté par des chevaux pouvant transporter jusqu'à trois combattants.

 

Ils apportèrent des améliorations techniques qui permirent finalement de :

  • De le rendre plus léger,
  • Plus robuste aussi,
  • Davantage maniable,
  • Plus stable quant aux tirs à l'arc,
  • Ceci afin certainement d'atteindre une vitesse proche des 45 kilomètres heures,
  • ...

 

Il semblerait que ce char de guerre égyptien fut le produit d'une grande réflexion, de recherches techniques et de compromis entre :

  • Mobilité,
  • "Puissance de feu" représentant finalement l'objectif final d'une telle arme.
  • Sans omettre certainement la protection des hommes, car leur apprentissage devait être couteuse, longue,...
  • ...

 

Visiblement nous pouvons dire que les chars égyptiens avaient :

  • 4 rayons jusqu'à l'ère de Touthmôsis IV,
  • Ensuite ils en eurent 6... 

 

1902768 10152070808791731 1148212514 n

Char de Touthmôsis IV.

Découvert au sein de KV43.

© Richie O'Neill

 

Lire la suite