Caveau de la tombe de sennedjem paroi ouest

Un élément de cette “forêt de symboles”, la sémiologie de la couleur, le noir en Égypte ancienne !

 

Ankh hiero 1

ânkh, un symbole bien ancré dans l'Histoire de Kemet !

ww.aime-jeanclaude-free.com  

Logopdf

Plan de cette thématique.

 

Parfois…

Un symbole peut tout changer !

Et que dire de cette symbolique des couleurs ?

 

Elle variait en fonction du lieu géographique, de l'ère considérée,...

Aussi...

Au sein de l'ancienne Kemet, le noir, sujet de notre thématique, fut une couleur dés plus positive !

Évoquant cette terre riche et fertile avec les netjerou(t) associés à la végétation. Généralement ils avaient la peau verte, bleue voir même noire ! 
 

La couleur noire…

Elle ne signifiait ni la mort, ni le deuil en Égypte ancienne !

Elle symbolisait la fertilité !

 

Et si nous concevions le noir de la nuit comme pouvant permettre à la déité Nout d’avoir pu  régénérer le soleil et ce bien avant de donner naissance à l'aurore.

De la même façon, imaginons cette belle terre noire…

Gorgée des alluvions du Nil, du limon et qui était parée à recevoir dans ses entrailles les semailles. A permettre en fin de compte l’apparition de cette extraordinaire germination et ce afin d’engendrer une nouvelle moisson.

 

Hb 26 7 1294

Voici une palette sculptée en un seul morceau, en ivoire !

Elle fut teintée comme vous pouvez le constater de rouge, noire,...

Bien visible, un cartouche ovale, celui d'Amenhotep III, Nebmaatre, avec l'épithète "Bien-aimé de Râ."

Probably from Upper Egypt, Thebes.

Edward S. Harkness Gift, 1926.

 

Nous pouvons remarquer six puits ovales contenant encore des pigments :

  • Bleu,
  • Vert,
  • Brun (?),
  • Jaune,
  • Rouge
  • Et bien sûr le noir d'aujourd'hui !

 

Plan de cette thématique...

Revenir en haut de l'article...

Vous pouvez accéder au chapitre en cliquant directement sur le titre de ce dernier !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1 26

Une étude concernant les pigments anciens !

Craie blanche, rouge et jaune ocre.

 Libyan Desert Glass area.

© Wadi Abou el Melik / Lien

 

Des couleurs bien symboliques...

Plan de cette thématique...

Revenir en haut de l'article...

"L'Harmonie du monde, anthropologie culturelle des couleurs et des sons en Afrique depuis l'Egypte ancienne" édition Menaibuc, 2000.

 

Une peinture qui était éminemment symbolique, avec cette polychromie dans "l'art égyptien", très codifiée :

  • Le rouge,
  • Le noir,
  • Le vert,

 

L' "art pour l'art" au sein de cette Égypte ancienne n'existait pas véritablement, du moins comme nous l'entendons aujourd'hui ! L’ensemble des œuvres créées le fut dans un objectif d’une praticité certaine comme :

  • Maintenir la grandeur et la félicité de Kemet,
  • La stabilité et la pérennité de cette civilisation pharaonique,
  • ... Alors le beau avait-il véritablement une valeur en lui-même, autre évidemment que celui de plaire aux netjerou(t) ? N’oublions pas la magie, elle devait avoir une place essentielle à ce moment-là, se trouvant ancrée dans bien des symboles ! Toutes ses couleurs devaient avoir des significations bien particulières ! Aussi, pouvons-nous connaître davantage le paradigme des déités si nous nous investissons de cette symbolique, c'est-à-dire de celle qui se réfère aux choix de leurs propres teintes de prédilection.

 

Significations bien précises et parfaitement indépendantes vis-à-vis de leur valeur esthétique.

Aussi devaient-elles forcément jouer un rôle essentiel sur le psychisme du peuple. Pour cela, souvenez-vous de la cosmétologie égyptienne antique. Elle n'était pas simplement considérée à la manière d'une "simple parure". Les couleurs des fards par exemple possédaient des valeurs évidemment esthétiques, mais sans aucun doute également thérapeutiques, symboliques, rituels, sacrées,...

Cela nous révèle finalement des liens entre la technique et la symbolique.

Nous pénétrons ainsi au sein de la sensibilité sociale de nos anciens. Aussi, je vous invite à contempler les belles couleurs qui nous viennent du tréfonds de notre propre passé !

 

"Parmi tous les systèmes d'écriture au monde,

l'écriture hiéroglyphique est unique

 grâce à la possibilité supplémentaire qu'elle offre de différencier les signes par les couleurs.

Ainsi,

l'homme est de couleur rouge,

 la femme de couleur jaune,

une convention que l'on retrouve également dans le domaine des arts plastiques de l'Egypte ancienne.

L'écriture égyptienne met ainsi en évidence sa filiation avec l'art.

 En principe,

à chaque signe correspond aussi, à côté de la forme fixée, une couleur déterminée"

Erik Hornung.

 "L'esprit du temps des Pharaons".

 

Nous pouvons même pousser notre questionnement jusqu'à nous demander si nos anciens avaient cette habitude, celle de peindre rituellement leur corps ? 

Non pas dans un quelconque rituel de dévotion Séthien, ou autre d'ailleurs, mais davantage au sein d'un rite pastoral.

 

Kushites bringing gold to egypt tomb of viceroy huy thebes

Le noir, fut-elle cette couleur invisible tant elle était présente le limon,... ?

Kushites bringing gold to Kemet.

Hypogée of Viceroy Huy.

Thebes.

Source

 

Serge Sauneron fut-il abscons lorsqu'il s'interrogea ainsi ?

Plan de cette thématique...

Revenir en haut de l'article...

 

"La lumière,

pour les Égyptiens,

est une pluie de petites particules lumineuses (photons),
comparable à la fine poussière qui sort d'un tamis
(nkr)"

 

Les Kmtyw pouvaient-ils véritablement concevoir la lumière et ce à la manière d'un faisceau d'ondes ?

Les vibrations se propageant dans l'espace... ?

Permettez-moi d'en douter quelque peu !

 

Pouvaient-ils véritablement concevoir quelques corrélations entre :

  • La lumière,
  • Et la couleur ? Cette dernière fut en tout cas considérée primordiale dans cette antiquité. Pouvait-elle alors être intégrée au vivant puisque en relation avec la nature ?

 

"Youn" ne signifiait-il pas en même temps :

  • Couleur ?
  • Et "Caractère d'un être humain" ? N'était-elle pas, elle aussi, empreinte de puissance ?

 

Quelques graphies concernant les couleurs...

Plan de cette thématique...

Revenir en haut de l'article...

 

Et comme vous savez...

Un même mot pouvait avoir au sein de cette écriture hiéroglyphique maintes graphies !

 

Ainsi :

  • iwn...

Cela représentait bien l'essentiel de la graphie !

Pouvant être interprété comme étant la "Couleur" comme d'ailleurs la "Nature",...

 

Iwn

 

Aussi vous voyez :

→ Du "roseau",

→ Du "cheveu",

→ Une ondulation rapide,

→ Un pinceau.

 

  • irtyw...

Cela peut-être transcrit comme "couleur", en nom...

Et "bleu", en adjectif...

 

Irtyw          ou        Irtyw2

 

Au sein de la 4e dynastie...

2 613 à 2 494 B.C.E...

Les chercheurs auraient découverts des traces de pigment bleu, le fameux "bleu égyptien" : certainement la première couleur synthétique ! Ceci pourrait fort bien expliquer cette double signification quant à la graphie irtyw.

 
  •  drwy...

"Couleur",

"Peinture",

"Mur". Cette troisième graphie est cependant bien plus incertaine !

 

Drwy

 

  • ...

 

Les pigments dans l'Égypte antique...

Plan de cette thématique...

Revenir en haut de l'article...

 

Nos A.E usaient donc de minéraux disponibles au sein même de leur territoire. Seulement leur technique se trouve aujourd'hui quelque peu perdue ! Certaines recherches sur des pains de pigments ont permis aux chercheurs de redécouvrir une "certaine méthodologie".

 

Comme la cuisson :

  • D’un mélange de silicium,
  • De calcium,
  • Et de cuivre avec ce fondant sodique bien connu des prêtres réalisant les momifications et ce afin d'en obtenir du vert comme du bleu.

 

Aussi au sein de la 5e dynastie, les artisans de Kemet utilisaient pas moins de sept couleurs :

  • Le jaune,
  • Le rouge,
  • Le bleu,
  • Le marron,
  • Le noir,
  • Le vert,
  • Le blanc.

 

Aussi, au sein de la 18e dynastie apparurent :

  • Trois jaunes,
  • Trois couleurs brunes,
  • Deux bleus,
  • Et deux verts... Ils obtinrent ainsi environ dix-sept teintes différentes !

 

La composition des couleurs principales était :

Plan de cette thématique...

Revenir en haut de l'article...

 

  • Le blanc, le sulfate de calcium,
  • L'ocre jaune, le sulfate d'arsenic.
  • Le rouge foncé, l'oxyde de fer avec une petite quantité de sable.
  • Le rouge, l'ocre, le cinabre : selon Pline l'Ancien, le minerai de cinabre coûtait aussi cher que le bleu d’Alexandrie : 50 sesterces la livre i.e. 15 fois le prix de l’ocre rouge d’Afrique.
  • Le bleu, le lapis-lazuli pulvérisé, ou une classe plus chère obtenue à base de verre coloré avec du silicate de cuivre, puis dans la poussière.
  • Le rose, le sulfate de calcium coloré par une substance organique.
  • ...


Les pigments se mélangeaient :

  • Selon la nécessité du moment,
  • Avec de l'eau bien sûr,
  • De la gomme également : comme celle provenant de l'acacia par exemple. Cet ingrédient, avec le recul d'aujourd'hui semble avoir été très judicieux !
  • ...
  • Ils érigeaient donc des pigments naturels tout en ayant probablement su inventer le premier synthétique ! Des extraits de terres de teintes différentes, une pâte de couleur, qu'ils mélangeaient avec du blanc d'œuf et les dissolvaient avec de l'eau pour pouvoir l'appliquer sur les murs, recouverts d'une couche de plâtre sec. Les travaux des artisans ont passé ainsi les millénaires ! Gardant leur éclat et, en partie parfois, leur couleur originale ce qui nous laisse subodorer que les mélanges opérés devaient être élaborés, en tout cas travaillés,...

 

Le vernis quant à lui, ne serait apparu que vers la 19e dynastie (?).

 

http://www.gzhphb.com/gpPic/600/0/mmbiz.qpic.cn/mmbiz/YXmibEdnBiaTGx1bcrPhFIgUb0D7TTku6JrG9m4UxjyLx7HVlvlHX7DLG6AzYn8sG7ibyfRj433esRf54AhhM6oHw/0?wx_fmt=png

Le bleu égyptien.
Le premier pigment synthétique, du silicate de cuivre et de calcium !

Il représente une étape importante dans le développement de la civilisation humaine

et

même de la chimie en quelque sorte. 

Source

 

Cependant quand fut-il de notre noir, alors ?

Plan de cette thématique...

Revenir en haut de l'article...

 

→ Prenons par exemple le fameux khôl !

Il ornait le pourtour des yeux à partir de la 4e dynastie avec les souverains Snefrou, Khéops,…

Nefertiti kohl

Néfertiti.

Source

 

Voyez ce liner noir…

Outre l’esthétique, il avait probablement un rôle de protection : du moins les chercheurs ont pu en conclure ainsi en fonction de sa composition (Nos anciens le savaient-il ?).  

De la poudre de galène

Mélangée certainement à des onguents et ce à base de graisse.

Appliquée probablement avec les doigts, peut-être le meilleur ami de la maquilleuse !

Ou alors au moyen de bâtons en os, en ivoire, en bois,…

 

Voici la mine de galène de Gebel el-Zeit, près de la côte orientale :

 

Car14

Nous sommes bien au bord de la mer Rouge.

Attenant aux mines, vous trouverez un sanctuaire d'Hathor, cette "Maîtresse de la galène", ce minerai de plomb.

Un enclos de pierre sèche adossé au rocher...

Il comportait un abondant matériel inscrit déposé en ex-voto daté de la 12e dynastie au règne de Ramsès II.

Source

 

N'oublions pas Horus "Le maître des routes du désert" qui permettait d'affronter les adversités menant aux mines.

Ainsi le Wadi Kabrit forme une large vallée profonde en cours d'exécution sur toute la longueur de la formation et sépare le granit rouge déchiquetée qui monte fortement sur la mer à partir de la roche sédimentaire qui descend vers l'ouest faiblement. L’exploitation minière se réalisa au sein de deux domaines. Ils sont formés de calcaire munis de veines hydrothermales remplies de la galène minérale très prisé.

 

Pic7e48 tmp

Voici une très belle cristallisation, parfois bien maclée...

Source

Carbon black powder

Poudre de galène...

 

Ce Kohl, ce maquillage était inconsciemment toxique pour nos anciens Egyptiens en raison du plomb comme vous savez, paradoxalement à ses propriétés antimicrobiennes connues aujourd'hui. 

De plus…

Il y avait l'aspect magique, celui d'invoquer les netjerou Horus et même Râ.

Palette a fard

Palette à fard, Nagada II, 3 600 à 3 000 B.C.E.

Déposé au sein des dernières demeures, reste cependant un artefact utilitaire.

Au moyen d'un silex et de cette palette à fard nos anciens broyaient

la malachite, obtenant ainsi un fard vert,

utilisé pour protéger et décorer les yeux qui sera bien plus tard appeler oudjou.

Schiste, grauwäcke. Inv. 94 700.

 

Ce fut bien à partir de la 4e dynastie que la couleur noire remplaça le vert (ouadjou / “poudre verte”) et ce pour les légendaires fards des yeux.

 

Le charbon de bois pour la peinture

 

→ L’encre étant solide, il fallait donc ajouter de l’eau au "pinceau" afin de la diluer...

 

La serpentinite et la stéatite noire,…

Toutes les deux sont d'origines géologiques bien différentes, cependant elles sont bien présentes au sein de la terre de Kemet.

15966001 1203791602990062 402297062318674764 n

Amulette de cœur en stéatite noire.

Source

15966174 1203791596323396 3054162137022256631 n

Source

 

 → L’huile "des pharaons", non grasse, celle de nigelle, la Nigella sativa...

Souvenez-vous de Cléopâtre, certains prétendraient "que graine noire aux vertus magique" préservait sa beauté et sa jeunesse de son corps…

 

 Leffet antibacterien de nigella sativa14

Source / Lien

 

Elle fut considérée comme une huile sacrée, très précieuse. Les découvertes jusqu’à aujourd’hui tendraient à démontrer que Les premiers usages de la nigelle daterait du 19e siècle B.C.E.

 

L'embaumement des défunts, avec le bitume…

De l’oléo-résine…

De la matière grasse oxydée…

 

Coulee de bitume au sein de la mer morte israel

Coulée bitumeuse près de la Mer Morte.

Géologie d'Israël.

Source

...


Le noir omniprésent au point qu'il pouvait être invisible !

Plan de cette thématique...

Revenir en haut de l'article...

 

Pourquoi une telle neutralité :

  • La nuit bien évidemment,
  • La terre,
  • La ligne brisée de l’eau,
  • Le limon apporté par la crue annuelle du Nil, en son temps du moins,
  • Les Nubiens,
  • Le netjer Osiris,
  • Anubis,
  • Ptah,
  • La robe des taureaux sacrés Apis,

 

  • Tiyi Duard

Voyez cette vache tacheté de noire...

©  Tiyi Duard

 

  • Et même Mnévis,
  • Que dire de cette couleur qui entourait les yeux du faucon, animal sacré du netjer Horus, 
  • Sans omettre bien évidemment les mots que le scribe écrira en noir,
  • Le fard noir...

Le fameux khôl qui ornait le pourtour des yeux à partir de la 4e dynastie avec les souverains Snefrou, Khéops,…

 

Kemet

Plan de cette thématique...

Revenir en haut de l'article...

 лж

km / kem 

 

Une écaille de crocodile...

Un idéogramme dénotant cette teinte de "noire" dans le nom même de Kemet !

L’Égypte...

Et ses habitants furent désignés par le nom de kmt (kemet, kemit, Kmtyw) signifiant bien "noir" / "terre noire" / "pays noir" (Sachant que le "t" ajouté à km désignait bien ce collectif, ou le féminin).

 

Contrairement à notre culture, le noir ne fut pas une couleur à connotation négative !

Kem...

Km...

  • Pouvait-elle alors être considérée à la manière d'une absence de couleur ?

Et pourquoi pas ?

Comme si elle faisait en fait partie d'une certaine normalité au point finalement de ne plus être véritablement visible !

  • Ne fut-elle pas cette correspondance au limon provenant du Nil salvateur ?

N'oublions pas que nous "parlons" avant tout d'un grand peuple, certes, cependant de paysans.

  • ...

 

Pour nos anciens, le noir était donc porteur de symbole...

Plan de cette thématique...

Revenir en haut de l'article...

 

kenamun_847x1147.JPG

 

  • De la fertilité,  
  • Du renouveau,  
  • De la renaissance,  
  • De la régénération,  
  • Du royaume des morts,  
  • De Noun aussi,  
  • De l'Oudjat ("complet") qui symbolisait l’intégrité physique, l’abondance, la fertilité, la lumière, la connaissance,...  
  • ...

 

Liée à l'obscurité :

  • Celui de l'au-delà bien probablement à travers Osiris...
  • Celui du royaume des défunts, où il subissait les épreuves ! Mais surtout celui des transformations, celles-là même qui devaient procurer une vie éternelle.
  •  ...

 

Le noir bien revalorisé au sein du panthéon de nos anciens...

Plan de cette thématique...

Revenir en haut de l'article...

 

La deesse sekhmet; sculpture de granit noir, vieilles de 3400 ans

Sculpture de granit noir,

vieilles de 3400 ans et découverte au cours de fouilles menées par l'archéologue Hourig Sourouzian.

Huit statues de ce type devaient être disposées autour d'un péristyle aujourd'hui disparu !

Dans "le temple des Millions d'années" du pharaon Amenhotep III

La netjeret Sekhmet !

 

  • Osiris, Ousir appelé "le Noir", km-j, le Grand Noir...

Osiris comme Isis d'ailleurs ne furent pas des noms égyptiens, mais Grec, certainement bien mieux adaptés à leur prononciation !

 

Osiris et la couleur noire

Noires comme le limon fertile du Nil

Source

 

  • Khentamentiou, celui qui est à la tête de l'Occident est une divinité funéraire qui fut absorbé par Anubis.  

 

  • Anubis, une traduction grecque.

Jnpw (Inpou)...  

Sa couleur noire, celle du bitume servant à la momification fut de fait une teinte liée à la renaissance.

 

Anubis besancon

Toile enduite et peinte.

Musée de Beaux-Arts et d'Archéologie de Besançon.

Source

 

  • Kemour, le "Grand noir" fut une divinité taureau…

 

  • Merour, taureau aux poils noirs…

 

  • Min, Ménou... 

 

Min 1

Netjer aux forces procréatrices, Min est une déité de la fertilité et de la fécondité

comme le confirme la couleur noire de sa peau.

Il favorisait la reproduction des hommes, des animaux et des plantes.

Source

 

  • Ahmès-Néfertari, elle fut divinisée vers 1150 B.C.E, Neues museum, Berlin...

 

Ahmes nefertary divinisee vers 1150 bce neues museum berlin

  • ...

 

Le noir exalté par pharaon lui-même !

Plan de cette thématique...

Revenir en haut de l'article...

 

Mentuhotep seated

Statue de Montouhotep II.

Musée égyptien du Caire.

 

Statue--Tanoutamon---tete.jpg

Tête de Tounoutamon.

Vous aurez bien remarqué la présence des deux uraeus.

Source

 

Pharaons noirs dynastie unifia legypte antiqu l pgsil0

Nous sommes au sein de la 25e dynastie.

Voici Taharqa !

Taherouk...

Source / Lien  

 

NubianPharoahs.jpg 

25e dynastie.

Statues monumentales et royales de Doukki-Gel.

Source / Lien


 

"Je suis de ceux qui estiment que la couleur est un phénomène culturel,

étroitement culturel,

qui se vit et se définit différemment selon les époques,

les sociétés,

les civilisations.

Il n’y a rien d’universel dans la couleur,

ni dans sa nature

ni dans sa perception."

PASTOUREAU Michel.

"Dictionnaire des couleurs de notre temps : symbolique et société"

Paris, Christine Bonneton, 1992, page 26 à 27.

 

1 1

Source

 

15156856 1233690786680769 865014472596393544 o

Matériel d'écriture

et

de l'équipement de l'hypogée de Toutankhamon.

Musée Égyptien du Caire.

© Hans Ollerman.

 

1 21

Peinture du temple égyptien.

Ancien vizir Amendemope d'Amenhotep II, 1296 B.C.E en Colombie-Britannique. 

Source

 

15541565 10157904020685597 399480672902627892 n

Tatouages !

Rien ne spécifie qu'il fut de couleur véritablement noire (?)

 

1979598 758105977610376 8286971876644075010 n

Head of an Antelope, Late Period, Dynasty 27, ca. 525–404 B.C.


This head of an antelope is a masterpiece of Late Period animal sculpture. The sculptor carved the hard, fine-grained stone so skillfully that the animal's delicate bone structure and soft skin are distinctly conveyed. The almond-shaped eyes have been inlaid with alabaster and banded agate, creating an especially alert and lifelike gaze. The horns, probably made of ivory or gilded wood, were once attached to the head with tenons. The head probably graced the prow of a ceremonial boat that stood in a temple sanctuary. Boats decorated with antelope heads were sacred to the god Sokar, who was the overseer of the desert and the royal cemeteries near Memphis, Egypt's capital in the north.

 

Afin d'en connaître davantage, je vous invite à consulter :

Plan de cette thématique...

Revenir en haut de l'article...

 

    • Sources...

 

CNRS : Les secrets des pigments bleus et verts égyptiens

 

Georges Castel et Georges Soukiassian, Gebel El-Zeit I. Les mines de Galène (Egypte, IIe millénaire av. J.-C) Journal des africanistes, année 1991, volume 61, numéro 1, des pages 156 à 157.

Mine de galene de gebel el zeit

 

Colinard Sylvie, Delange Elisabeth, PAGES-CAMAGNA Sandrine, "Couleurs et pigments des peintures de l’Égypte antique" in Techné n°4–1996.

 

MATHIEU Bernard, "Les couleurs dans les Textes des Pyramides : approche des systèmes chromatiques", ENIM 2, 2009, en page 25 à 52 de Claude Traunecker, Les dieux de l’Egypte, PUF, coll. Que sais-je ?, 1992

 

Toutankhamon Magazine – HS N3 – Mars avril 2006 – (Article Couleurs d’Egypte par Milena Perraud).

 

"Les pierres utilisées dans la sculpture et l'architecture de l'Egypte pharaonique", Th. De Putter et Ch. Karlhausen, Connaissance de l’Égypte Ancienne, Bruxelles – 1992

 

  Sitographie...

 

http://www.fjexpeditions.com/index.htm

 

Ob 7e8f3e ob 16217c ob 535271 ob 751bf1 ob 920c6

 

  Je vous ai intéressé ?


Alors @ bientôt !

 

Ob 4edf73 fils de ra seigneur des deux terres 1

 

Plan de cette thématique...

Revenir en haut de l'article...

 

lhp3  

couleur symbolisme découverte antique Egypte ancienne aimejc Egypte Pharaon Kemet Antiquité Société

7 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau